A partir du 1er février, fini les bonnes affaires au Luxembourg...

Dans quinze jours, le Grand-Duché fera un peu moins figure de paradis pour l’automobiliste belge. Sauf revirement de dernière minute, ce 1er février marque le début de la hausse des accises sur les carburants annoncée à la mi-décembre. L’opération devrait s’achever en avril.

À l’époque, il était question d’une augmentation de 1 à 3 cents sur le litre d’essence et de 3 à 5 cents pour le diesel. La TVA à 17 % s’appliquera sur les nouveaux montants. « À ce stade, on ignore toujours combien le consommateur paiera. Les discussions sont toujours en cours », indique Olivier Neyrinck, de la Brafco, la fédération belge des détaillants en carburant.

Les Luxembourgeois aimeraient bien aussi savoir à quelle sauce ils seront accommodés. Récemment interrogés par un député, les ministres en charge du dossier se sont limités à dire que l’augmentation des accises sera adaptée à l’évolution des marchés internationaux et des prix à la pompe dans les pays voisins. L’objectif du gouvernement luxembourgeois est de réduire l’effet de tourisme à la pompe et d’alléger les émissions C02. Nos voisins ont prévu la gratuité des transports en commun en 2020.

« Au Luxembourg, il est appliqué un taux d’accises de 365 euros par 1.000 litres de carburant. Chez nous, ce taux est de 600 euros », rappelle Olivier Neyrinck. L’impact au niveau du portefeuille est significatif. En nous basant sur les prix maximums de ce mercredi, nous avons fait le calcul (lire ci-contre). Pour un plein de 45 litres, cela représente 17,5 euros épargnés en diesel et 11,6 euros en essence. Et ce n’est pas tout.
Lire la suite et l'article complet dans la Meuse

Écrire un commentaire

Optionnel