Appels téléphoniques intempestifs : des amendes enfin dressées !

« Un jour, ils m’ont appelée pour m’annoncer que j’étais l’heureuse gagnante d’un cadeau. Mon numéro avait été tiré au sort, et je pouvais venir chercher une tablette gratuitement, sans obligation d’achat », raconte Anne-France, une habitante de Momignies. « Mais je ne me suis jamais inscrite à aucun concours ou quoi que ce soit, cela m’a paru directement suspect. »

Capture d’écran 2020-01-27 à 20.06.00.png

Pour Anne-France, comme d’autres habitants de l’Entre-Sambre-et-Meuse contactés par l’entreprise « Meubles confort », c’est le début d’un calvaire. « Ils ont continué d’appeler. En semaine, le weekend, à 8 heures du matin ou à 8 heures du soir, ça n’arrête jamais. Voilà plusieurs semaines que cela dure. Si j’avais reçu une tablette gratuite pour chaque appel, j’aurais pu ouvrir un magasin ! »

Rappelons que ces appels intempestifs sont évidemment illégaux.
Depuis mai 2014, toute personne qui ne souhaite plus recevoir des appels commerciaux peut demander l’enregistrement de son numéro sur la liste « Ne m’appelez plus ».
Les entreprises qui ne respectent pas cette liste encourent des poursuites pénales. Et théoriquement, les amendes qu’ils encourent peuvent atteindre 80.000 euros.

Et la ministre de l’Économie, Nathalie Muylle, à une question adressée par la députée Mélissa Depraetere, a précisé que l’inspection économique avait effectué des contrôles contre ces entreprises qui nous harcèlent et même dressé des sanctions.
21 TRANSACTIONS
« L’inspection économique a procédé à un total de 242 contrôles concernant les appels non sollicités depuis 2016 », a- t-elle ainsi expliqué. « 13 procès-verbaux d’avertissement en 57 procès-verbaux ont été dressés. 21 de ces procès-verbaux ont donné lieu au paiement d’une transaction, dont le montant moyen atteint 2.020 euros ».
La ministre a également précisé que 8.035 plaintes avaient déjà été déposées auprès des services du SPF Économie pour des appels intempestifs en 2019. Un chiffre supérieur aux 6.866 plaintes de 2018 alors qu’il ne reprend pas encore l’année complète. Actuellement, il y a plus de 1,4 million de numéros qui sont inscrits sur la liste « ne m’appelez plus ». Inscrire son numéro sur la liste est gratuit... et peut permettre d’avoir la paix !

G.BARK. La Meuse du 11 janvier

A noter. Pour s’inscrire sur la liste : www.dncm.be

Les commentaires sont fermés.