• Tinlot (Ramelot), incendie. Grosse frayeur pour une famille

    1219249316.png

    Le feu a pris dans le parement de la cheminée, à l’étage où se trouve les chambres des filles

    Vendredi vers 18h30, un feu de cheminée s'est déclaré dans une habitation à l'entrée du village de Ramelot, au numéro 2 de ruelle des Arondes. La toiture a été ouverte pour permettre l'évacuation des fumées. Mais les dégâts ont pu être limités, grâce à l’intervention rapide des pompiers.
    Isabelle Fouarge-Berger, son époux et ses trois filles, l’ont échappé belle. À quelques minutes près, l’incendie qui s’est déclenché dans le parement de leur cheminée aurait pu tourner à la catastrophe. « Je sentais une drôle d’odeur depuis la veille à proximité de la cheminée, raconte Isabelle Fouarge, cela ne m’inquiétait pas trop jusqu’au moment où j’ai vu une fissure se former dans la cheminée. Avec mon mari, nous avons constaté que le mur était brûlant... Nous avons tenté de la refroidir et d’arrêter les flammes qui démarraient, sans succès. Nous avons alors appelé les pompiers...
    « NOUS PARTIONS... »
    Ils ont maîtrisé le sinistre en pratiquant une ouverture dans la toiture, ce qui a permis de limiter les dégâts. Heureusement que nous nous sommes rendu compte de ce qui se passait, car nous nous apprêtions à partir pour assister au spectacle des petits à l’école communale de Fraiture et à laisser notre aînée à la maison... »

    107189400.png
    Les pompiers de la zone Hemeco sont intervenus. © A.L.

    Les dégâts, causés par la fumée et les eaux, sont concentrés au sein des chambres des trois filles. « Ce week-end, elles logent chez une amie ou chez mon papa. Début de semaine, après le passage de l’expert, on pourra tout nettoyer et elles pourront normalement regagner leur chambre » précise encore la maman.
    Les pompiers de la zone Hemeco ont quitté les lieux à 20 heures 30. « Ils ont travaillé très rapidement et très proprement » souligne encore Isabelle.

  • Recencement des oiseaux les 1 & 2 février

    Capture d’écran 2020-01-19 à 11.14.14.png

    Geais des chênes, pinsons des arbres et grives musiciennes sont passés en très grand nombre cet automne. Les avez-vous croisés ? Et les perruches à collier ?
    Leur conquête des zones péri-urbaines de notre pays, prédite par certains, va-t-elle se poursuivre ?
    Le week-end des 1er et 2 février, comptez les oiseaux qui visitent votre jardin.
    Aidez nos scientifiques à déterminer les grandes tendances pour ces espèces communes moins surveillées en cette saison.
    JE PARTICIPE