Héron et Tinlot veulent faire fabriquer des masques pour enfants

Plus petits.

Comme annoncé dans l'article d'hier, les bourgmestres de Huy-Waremme ont fait une commande groupée de 200.000 masques, afin de fournir un masque à chaque habitant de l’arrondissement. Toutefois, à l’approche de la livraison, un problème se pose : les masques sont tous de la même taille.
« Ces masques ont en effet une taille unique : ils ne sont pas adaptés pour les plus jeunes. On s’est dépêché pour trouver un fournisseur, sur un marché qui était déjà saturé. On n’avait pas vraiment le choix », souligne Éric Hautphenne, bourgmestre de la commune de Héron.

La commune lance donc un appel, ou plutôt un « défi », aux bénévoles : confectionner des masques pour les Héronnaises et Héronnais de moins de 10 ans. « Le challenge est de faire 500 masques, ce qui correspond au nombre d’enfants sur la commune. Le but est d’avoir fini pour le 4 mai, afin de pouvoir les distribuer en même temps que les masques commandés avec les autres communes. J’espère que ce défi sera accompli. En tout cas, on fera tout pour le réussir », souligne plein d’espoir le mayeur socialiste... Lire la suite dans l'article de La Meuse H-W.
Cette problématique avait d’ailleurs déjà été évoquée par Patrick Lecerf, bourgmestre de Hamoir (voir La Meuse du 22 avril 2020). Le mayeur libéral a également lancé un appel pour confectionner 300 masques pour les enfants de la commune de Hamoir.

Capture d’écran 2020-04-24 à 16.26.31.pngTinlot a besoin de 350 masques pour enfants
La commune de Tinlot a, elle aussi, lancé un appel aux couturier.ères pour confectionner des masques pour enfants. « On a eu beaucoup de relais sur Facebook, » se réjouit la bourgmestre, Christine Guyot. « Notre assistante de vie, Laure-Anne Damoiseaux, coordonne les couturières et réceptionne les dons de tissus. Je pense qu’on va trouver facilement. »

Assistante pharmacienne de profession, la bourgmestre vend des masques chirurgicaux dans son officine. Selon elle, ils ne sont pas adaptés non plus. « La demande en masques d’enfants n’est pas encore forte puisque ce sont prioritairement les adultes qui circulent pour le moment. Ça viendra avec le déconfinement. Les masques de tissus commandés par les communes n’offrent pas une protection optimale sur un enfant parce qu’ils baillent et laissent des entrées d’air sur les côtés. » La Meuse H-W
12 couturières se sont déjà mis au travail dans la commune. Bravo à toutes !

Les commentaires sont fermés.