• Le lieu dit "Peteuboû" à Fraiture. Réponse à la demande de recherche de Pol Gillet d'Ouffet

    Dimanche dernier nous avons publié, à la demande de Pol Gillet, animateur du site des Passeurs de Mémoire d'Ouffet,  l'article: Histoire locale. Fraiture-Ellemelle, recherche d'informations
    "Auriez-vous quelques informations concernant ce calvaire, comme par exemple le souvenir qu'il souhaite transmettre ? l'origine du nom du lieu-dit ?
    Ce serait la commune de Tinlot qui aurait installé le panneau indicateur il y a déjà quelques années".

    Voici les éléments de réponse transmis par Marcel Ponthier, de Fraiture, bien documenté comme à chaque demande de ce type. Merci à lui pour ce travail de recherche et ses illustrations.

    Le lieu dit Peteuboû à Fraiture
    Le document le plus ancien qui cite ce lieu-dit est la carte de Ferraris établie de 1770 à 1178.
    Sur cette carte, on lit : « Arbre Pet au Bouh ».

    Capture d’écran 2020-04-29 à 13.53.56.png

    L’historiette qui circule à Fraiture depuis très longtemps est celle-ci : lorsque les chars à bancs tirés par un bœuf venant soit d’Houchenée, soit d’Ellemelle, arrivaient au sommet, où il y a le Bois Thier RENSON, le bœuf était tellement satisfait, de ne plus avoir à monter, qu’il faisait une petite halte en émettant un pet sonore.

    Rendons à Fraiture ce qui appartient à Fraiture
    Contrairement à ce que suggère Monsieur Pol GILLET d’Ouffet, ainsi que peut-être la Commune d’Ouffet, le site de Peteuboû, se trouve tout au bout du territoire de Fraiture.

    En effet, suite à la vérification que j’ai faite, cette croix entourée de six vieilles souches en demi-cercle, se situe sur la grande parcelle boisée cadastrée sur Tinlot, 4e Division, Fraiture, Section C, n° 24b.

    Capture d’écran 2020-04-29 à 13.59.06.png

    Capture d’écran 2020-04-29 à 13.58.20.png

    L’angle de ce bois longe le chemin d’Houchenée à Ellemelle et la limite communale entre Tinlot (Fraiture) et Ouffet (Ellemelle). Ce chemin est d’ailleurs en prolongation de la chaussée romaine qui vient de Favence (Nandrin) à Houchenée (actuellement Tavier /Anthisnes). Une quarantaine de mètres plus loin que la limite entre les deux parcelles boisées, un chemin, dit Tige de l’Herberain, rejoint Seny et fait également frontière entre Ellemelle et Fraiture.
    La parcelle qui jouxte au Nord-Est cette grande parcelle boisée est une petite parcelle boisée qui est reprise au Cadastre sur Ouffet, 3e division Ellemelle, Section A, n° 52a.

    Capture d’écran 2020-04-29 à 14.02.06.png


    Sur la carte du Dépôt de la Guerre de 1865, on remarque bien les limites communales entre Fraiture et Ellemelle et on y voit un sentier, qui portait le n° 26 à l’atlas des communications vicinales, aboutir au coin de la parcelle C 24b. Ce sentier qui venait de l’ancienne route de la Bouhaye (Fraiture-Nandrin) vers Ellemelle, a été supprimé, au 19e s. On remarque aussi sur cette carte l’ancienne route Nandrin Ellemelle, qui été supprimée au profit de l’actuelle vers 1890

    Capture d’écran 2020-04-29 à 14.05.02.png

    Ci-dessous, sur le dernier orthophotoplan de 2019, j’ai indiqué par une flèche rouge, l’emplacement de la croix de Peteuboû. La limite communale est un fin trait rouge.

    Capture d’écran 2020-04-29 à 14.07.03.png

    Concernant l’actuelle croix en pierre, elle est récente.
    Elle aurait été érigée par la Commune d’Ouffet pour remplacer l’ancienne croix en bois, parce qu’elle était abîmée.

    Cette ancienne croix serait toujours stockée au Service des Travaux d’Ouffet !
    Du temps de l’ancienne croix, il y avait donc quelques arbres, en demi-cercle, qui ont été coupés il y a plus de 10 ans, si pas quinze.
    C’était peut-être des charmes, je ne m’en souviens plus.
    Je dois avoir une photo argentique quelque part à la maison, mais il faudrait que je la retrouve.

    Concernant la question de savoir pourquoi, il y a une croix à cet endroit ?
    Un indice toutefois sur le plan primitif du Cadastre révisé en 1829, l’endroit s’appelle Malfontaine et le sentier s’appelle « sentier de Fraiture au Tilleul de Peteubou ». Il s’agit bien entendu du sentier n° 26 mentionné à l’Atlas des communications vicinales établi suivant la loi de 1841, cité précédemment.

    Capture d’écran 2020-04-29 à 14.07.26.png
    Je pense qu’il pourrait s’agir du remplacement de celle qui aurait pu exister sur le tilleul de Pet au Bouh de la carte de Ferraris. Pourquoi le Comte de Ferraris mentionne-t-il cet arbre ?
    Était-il un tilleul remarquable et visible de loin, il est tout de même à proximité du tige ? On peut d’ailleurs voir que les parcelles vers Fraiture n’étaient pas encore boisées à cette époque.
    Ma réponse est un peu hasardeuse peut-être, mais c’est la solution que je préconise pour le moment, faute d’autres éléments connus.

    Marcel PONTHIER
    27-04-2020

  • Tinlot. Les bulles à verre d'Abée utilisées comme dépotoir !

    95684224_931862397245945_2578551364967727104_n.jpg

    Scandaleux, révoltant ! Les utilisateurs des bulles à verre n'ont pas de mots pour qualifier les comportements de ceux qui ne respectent plus rien!
    Alors qu'hier on se félicitait du civisme des utilisateurs des recyparcs condrusiens qui ont permis un retour à des horaires normaux, les dépôts sauvages recommencent !
    Si les déchets verts et les encombrants sont admis par Intradel, un peu de patience pour les inertes et les autres déchets. Mais ce ne sont pas de tels comportements qui aideront un retour à la normale !

    Capture d’écran 2020-04-29 à 20.13.38.png

  • Tinlot Récréa+. Bricolages sur le thème du 1er mai

    Capture d’écran 2020-04-29 à 11.55.17.png

    N'oubliez les activités proposées par Récréa+ !
    Cette semaine: deux bricolages sur le thème du 1er mai, afin de porter chance et d’apporter du bonheur à tous.
    https://youtu.be/zBVrtPJ_aDo
    https://youtu.be/2lpAkuade9g<

    Précédemment:
    Activité culinaire : Cookies fondant nutella https://youtu.be/qsKGogy9Mas
    Activité artistique : Réalisation d’un jeu de lancer https://youtu.be/lSdqC_DSW4s
    Fabriquer un herbier. Herbier

    93795109_135867864671500_7189175710429216768_o-1.jpg

    En savoir plus: page Facebook Tinlot

  • Condroz. Les annonces paroissiales du 2 au 8 mai 2020


    Capture d’écran 2020-04-29 à 11.33.57.pngDu 16 au 30 avril, une prière au cimetière dans l’intimité familiale a eu lieu lors du décès de
    :
    - Mr Joseph LECOMTE, époux de Mme Raymonde FRANCE de Clavier.
    - Mr Mario QUINTO, veuf de Mme Tilly BASTIN d’Ellemelle.
    - Mme Mariette HANSENNE, épouse de Mr Camille LEMAIRE de Tavier.
    - Mr Léon DUBOIS, époux de Mme Marie-José BODART de Clavier.
    - Mme Albertine CHAMPAGNE, veuve de Mr Albert BURON de Villers le Temple.
    - Mme Marie-Thérèse FABRY, veuve de Mr Théo GODET de Nandrin.
    Des célébrations de commémoration à l’église auront lieu après la période de confinement lorsque les autorités civiles et religieuses le permettront.

    2494022294.jpgA quand la reprise des messes ?
    Cela fait plus de 40 jours que nous sommes confinés, tenus de rester autant que possible à la maison. D'après les informations gouvernementales reçues vendredi dernier en soirée, le plan de déconfinement se précise, l'horizon se dégage progressivement pour les uns et pour les autres. Et cela est très heureux pour autant que les mesures de sécurité soient scrupuleusement respectées.
    Pour la reprise des eucharisties et des célébrations liturgiques publiques, il nous faudra très certainement encore attendre au moins jusqu'au 18 mai, date à laquelle sera possible un retour (très progressif !) à l’école, au musée et à la vie sociale et où "les rassemblements en plus grand nombre seront autorisés pour les mariages et les enterrements" (Sophie Wilmes). Les prochains communiqués des autorités apporteront probablement quelques éclaircissements à ce sujet.
    Si nous souhaitons pouvoir célébrer l’eucharistie dès que possible, nous mesurons aussi toute l’importance du respect des dispositions prises par les autorités civiles et religieuses. Il y va de notre santé. Dans son dernier message (daté du 17 avril), notre évêque écrivait : « Après avoir fêté Pâques et la semaine sainte de manière confinée, nous constatons que nous devrons prolonger encore longtemps d’une façon ou d’une autre le confinement et retourner très lentement à une pratique religieuse normale. »
    Dans un interview accordé à RTL le 25 avril dernier, Tommy Scholtes, porte-parole des évêques belges, estimait nécessaire de suivre le déroulement de la reprise des cours pour pouvoir envisager la reprise des eucharisties. « Si la rentrée scolaire du 18 mai est positive et se passe bien, nous pensons que nous pourrons faire partie du train suivant », exprimait-il. « Nous ne pouvons pas prendre de risques inutiles. Nous voulons éviter d'être un pôle à risque. Selon moi, nous pourrions, selon l'évolution de la situation, envisager une réouverture entre le 18 mai et le 8 juin. »
    Tout ceci reste évidemment très hypothétique. Mais une chose est sûre : la reprise des célébrations liturgiques publiques ne pourra pas se faire dans la précipitation. Progressive, elle demandera du temps, de la patience et une extrême prudence. Dans nos célébrations comme dans notre vie quotidienne, il nous faudra désormais tenir compte de l’existence du virus COVID-19 et apprendre à « vivre avec » en respectant les nécessaires mesures d’hygiène, gestes « barrières » et règles de distanciation sociale.
    Alors, à quand la reprise des messes ? Il nous est demandé encore un peu de patience car, pour le moment, aucune décision n’est prise. Espérons que les prochains jours nous apportent de bonnes nouvelles !
    Pour l’équipe pastorale, Armand Franssen Le 27 avril 2020

    2400142062.jpgNouvelles des professions de foi
    Chers parents et enfants,
    Même si le déconfinement se profile à l’horizon, celui-ci ne se déploiera, selon les dernières nouvelles, que de façon très graduelle. Après l’annulation des « communions » du mois de mai, nous entretenions jusqu’à ce jour le mince espoir de pouvoir célébrer celles de Nandrin/Tinlot, le 7 juin 2020. Les directives civiles et ecclésiales dont nous ne pouvons que souligner la juste prudence, ont condamné cet espoir.
    De toute façon, célébrer « masqué », en respectant la distanciation sociale, n’est pas spécialement porteur de joie et de fête... Aussi, nous allons réfléchir, toujours en fonction de l’évolution de la situation, à vous proposer une date en septembre ou en octobre. Il est tout aussi évident que les rencontres prévues en mai et juin sont annulées (rencontres KT, journée de Banneux...) Néanmoins, afin de garder le « contact », vous recevrez ponctuellement, au cours des semaines à venir, des animations spécifiques à partager en famille. Nous avions déjà induit cette formule de « catéchèse à domicile », préparée par le Vicariat « annoncer l’Evangile », lors de la Semaine Sainte.
    Nous sommes conscients que cette situation inédite crée des désagréments... inédits ! Nous ne pouvons que souhaiter de nous retrouver au plus vite, mais surtout « au mieux », c’est à dire dans le respect absolu de la santé de chacun... Dans la perspective de ces retrouvailles, prenez SURTOUT soin de vous et de vos proches!
    Jocelyne, Dominique, Frédéric (23 avril 2020) Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter !
    KT de Clavier : Dominique d’Aspremont : 0471 82 81 05 – dominiquedaspremont@yahoo.fr
    KT de Nandrin/Tinlot : Jocelyne Blavier-Mignolet : 0486 31 26 94 – jocelynemignolet50@gmail.com
    KT de Anthisnes/Ouffet : Frédéric Grätz : 0492 77 41 92 – frederic.gratz@gmail.com

    Capture d’écran 2020-04-29 à 11.33.39.pngAnnulation de certaines activités prévues durant les mois de mai et juin
    Depuis le début de l’épidémie du covid-19, on ne compte plus les activités annulées ou postposées. Signalons les activités en mai et juin mentionnées dans le dernier numéro de « Condr’aujourd’hui » qui ne pourront pas avoir lieu :
    Les célébrations des professions de foi
    prévues le dimanche 17 mai à l’église d’Ouffet, le dimanche 24 mai à l’église de Terwagne et le dimanche 7 juin à l’église de Nandrin.

    Les célébrations patriotiques prévues le dimanche 3 mai à l’église de Nandrin et le vendredi 8 mai à l’église d’Ocquier.
    Les concerts prévus le samedi 2 mai à l’église de Terwagne (concert de la chorale « Nota bene »), le dimanche 17 mai à l’église de Saint-Séverin (concert organisé par l’ASBL « Saint-Séverin Musique ») et le samedi 23 mai à l’église d’Anthisnes (12ème récital « Autour du piano » organisé par Emilie Chenoy).
    La messe en wallon prévue le lundi de Pentecôte (1er juin) à la chapelle de Limont à l’occasion de la fête du village.
    La journée communautaire « Tous à Banneux ! » à la découverte du message et du sanctuaire de Banneux prévue le lundi de Pentecôte (1er juin).
    Le pèlerinage du prieuré de Scry en Slovénie sur les pas de Saint Martin prévu du 28 mai au 4 juin ainsi que la conférence de Vincent Flamand « Quand Dieu s’efface » prévue le lundi 18 mai.

    Capture d’écran 2020-04-29 à 11.33.28.png

    Lire la suite  dans les brèves N°6 du 29 avril

     

     

     

     

     

  • Home de Seny. Une fresque offerte par les enfants en garderie à l'école communale

    Capture d’écran 2020-04-28 à 13.48.30.png

    Une dizaine d'enfants sont toujours présents à la garderie organisée à l'école communale à Fraiture.
    Parmi les activités réalisées, une fresque collective qui a été offerte aux résidents du home de Seny. Elle est exposée dans le jardin intérieur pour le plus grand bonheur de la soixantaine de résidents.
    Les fresques seront changées régulièrement. Bravo et merci à eux!
    Transmis par G.F.

    Capture d’écran 2020-04-28 à 13.54.39.png

    Capture d’écran 2020-04-28 à 13.52.14.png

  • La fondatrice de l'ASBL Hippopassion à Fraiture est décédée

    Il y a 23 ans, Marie-Claire Senterre-Devillers entend parler d’une ASBL d’hippothérapie basée à Tavier (Anthisnes), qui rencontre d’importantes difficultés financières. Aidée de quelques partenaires, l’assistance sociale décide de reprendre la dette de l’association et de lancer un nouveau projet. Hippopassion voit alors le jour. Aujourd’hui, ce sont 240 patients qui bénéficient chaque semaine des bienfaits de la médiation équine sous la supervision bienveillante d’une équipe de 13 travailleurs (psychologues, ergothérapeutes et psychomotriciens).
    Âgée de 76 ans, la fondatrice du projet a succombé à son cancer jeudi dernier, à la maison, auprès de sa famille. Elle est restée présidente du conseil d’administration jusqu’à ses derniers jours.

    C’est sa fille, Géraldine Senterre, qui occupe le poste de directrice depuis 2007.
    « Ma maman a grandi dans une ferme, ce qui l’a sensibilisée à la place de l’animal dans la société », explique-t-elle. « Elle était très professionnelle et animée par l’envie de créer un projet de soins aux personnes fragilisées. Elle a assaini les finances de l’ancienne structure et développé l’aspect soignant en quelque chose de plus évolué. Elle accordait une grande importance aux valeurs de solidarité et d’équité. »
    Enthousiasmée par la réflexion intellectuelle autour de l’hippothérapie, Marie-Claire Senterre-Devillers voulait proposer le meilleur service possible pour répondre de façon adaptée à la demande de chaque individu. « Elle savait que c’était comme ça qu’on pourrait améliorer le bien-être des personnes », détaille sa fille. « Les équipes pouvaient compter sur son soutien indéfectible et sa convivialité. Elle n’avait pas peur d’aller au contact et de s’intéresser à la vie de chacun : usagers, thérapeutes et parents. »

    Un dernier souhait : des dons
    Afin de soutenir son association en ces moments difficiles, la fondatrice d’Hippopassion comptait parmi ses derniers souhaits la récolte de dons. Le centre a dû fermer ses portes au début du confinement, engendrant d’importantes pertes financières. « On a dû répartir nos 18 chevaux sur 7 prairies. Une partie de l’activité devrait reprendre fin mai, mais on ne sait toujours pas si les stages d’été auront lieu. »

    Un arbre au CNRF
    Notons que le CNRF de Fraiture va planter un arbre sur son site, en mémoire de Marie-Claire Senterre-Devilliers. C’est elle qui, en 1999, a initié la collaboration avec le centre neurologique pour aider les personnes atteintes de sclérose en plaques. C’est grâce à son travail de démarchage que le site de Fraiture a pu être occupé par l’ASBL.

    >Pour faire un don à l’association : BE79 3635 3626 3833

    Article de Pierre Targnion dans La Meuse H-W

  • Pesticides : le coronavirus n’arrête pas Bayer-Monsanto, BASF et Syngenta

    Capture d’écran 2020-04-28 à 20.11.09.png

    En pleine crise du Covid-19, les géants des pesticides en Europe - Bayer-Monsanto, BASF et Syngenta - font tout ce qui est en leur pouvoir pour continuer à fabriquer et vendre des pesticides nocifs, même ceux interdits en Europe. Pourtant bannis dans l’Union européenne car dangereux pour la santé et l'environnement, ces pesticides finissent par revenir par effet boomerang dans nos assiettes.

    • Par l'exportation : les géants des pesticides exportent des substances interdites en Europe en raison de leur toxicité vers des pays dont la réglementation est moins stricte. Si l'UE a banni leur utilisation sur son territoire, elle n’en a pas interdit la production ni l'exportation. Les industriels des pesticides en profitent pour continuer leur business et exporter ces substances toxiques à travers la planète sans aucun scrupule. Cela constitue une grave violation des droits de l'homme, pointée du doigt par les Nations unies*. Sans parler des impacts à long terme de l’utilisation de ces produits sur la biodiversité et l’environnement ! 
    • Par l’importation : les résidus de ces dangereux pesticides reviennent comme un boomerang dans nos assiettes, via l'importation de produits alimentaires (fruits, légumes, riz, etc.) en provenance de pays situés hors de l'Europe. 

    * Source : Rapport Assemblée générale des Nations unies, Conseil des droits de l’homme, page 19 : Pour les Nations unies, “exposer la population d’autres pays à des toxines dont il est avéré qu’elles provoquent de graves problèmes de santé et peuvent même entraîner la mort, constitue de toute évidence une violation des droits de l’homme”

    Afin de stopper l'exportation et le retour de pesticides nocifs non autorisés dans l'UE, il faut attaquer le problème à la racine : leur production doit être interdite. La France a adopté dans la Loi Agriculture et Alimentation (EGalim, votée en 2018) l’interdiction à partir du 1er janvier 2022 de la production, du stockage et de l’exportation de pesticides dont l’utilisation est bannie dans l'UE. En revanche, les autres Etats membres ne l’interdisent pas et les tentatives de la Commission européenne pour faire appliquer des règles plus strictes aux produits importés ont échoué jusqu'à présent à cause de la pression écrasante des lobbies de Bayer-Monsanto & Co. 

    Les industries agrochimiques et leurs lobbies sont bien les premières responsables ! Tant qu’elles continueront à produire et à exporter des pesticides interdits, agriculteurs et citoyens hors de l’Europe seront touchés et ces substances nocives se retrouveront dans nos assiettes par effet boomerang.

    Une pétition
    Stop au boomerang empoisonné ! Interpellez directement Bayer-Monsanto, Syngenta et BASF pour qu’ils arrêtent de produire et d’exporter dans le monde des pesticides pourtant interdits dans l'UE : signez la pétition !
    foodwatch a lancé cette pétition le 17 avril 2020

  • Condroz. Retour à la normale dans les recyparcs

    consignes-jpg.jpg

    Grâce au civisme des utilisateurs de nos recyparcs locaux, le retour à l'horaire habituel est applicable dès ce maedi 28 avril  (9 h à 17 h). Accès toujours limité aux déchets verts et encombrants.

    Accessibles aux heures habituelles : 9 h à 17 h et le samedi de 8h30 à 17 h

    • Recyparc de AMAY - Rue du Zoning industriel
    • Recyparc de Ans - Rue de Jemeppe (Loncin)
    • Recyparc de Angleur - Rue de la Belle Jardinière
    • Recyparc de Aywaille - Rue de Lambinon (Harzé)
    • Recyparc de Bassenge - Rue du Frêne
    • Recyparc de Beyne-Heusay - Rue Sainte-Anne
    • Recyparc de Blegny - Rue du Meunier
    • Recyparc de Burdinne - Rue du Crucifix (Oteppe)
    • Recyparc de Chaudfontaine - Cité des Mineurs (Vx-ss-Chevremont)
    • Recyparc de Clavier - Route du Val (ouvert de 9h à 17h à partir du 28/04)
    • Recyparc de Comblain-au-Pont - Rue du Vicinal (ouvert de 9h à 17h à partir du 28/04)
    • Recyparc d'Esneux - Rue Gobry (Mery)
    • Recyparc de Ferrières - Route de Marche 48 (Xhoris) (ouvert de 9h à 17h à partir du 28/04)
    • Recyparc de Flémalle 2 - Rue de l'Expansion (ZI de l'Arbre de St-Michel)
    • Recyparc de Fléron - Rue du Fort (Retinne)
    • Recyparc de Glain - Rue Emile Vandervelde
    • Recyparc de Grâce-Hollogne - Rue Mathieu de Lexhy
    • Biocentre de Grâce-Hollogne - Chaussée Verte 25/3 (Uniquement les déchets verts)
    • Recyparc de Hannut - Rue des Combattants 32
    • Recyparc de Herstal - Rue du Bourriquet (A PARTIR DE 9H30)
    • Recyparc de Herve - Voie des Hougnes
    • Recyparc de Huy - Chaussée de Dinant
    • Recyparc de Jalhay - Route de Roslin 7 (Sart-Jalhay)
    • Recyparc de Juprelle - Chaussée de Tongres (Lantin)
    • Recyparc de La Calamine - Lütticher Strasse
    • Recyparc de Limbourg - Rue Bêverie
    • Recyparc de Lontzen - Rue Tivoli
    • Recyparc de Nandrin - Rue Haie des Moges
    • Recyparc de Ouffet/Anthisnes  - Rue de Hody (ouvert de 9h à 17h à partir du 28/04)
    • Recyparc de Oupeye - Rue de Campine (Haccourt)
    • Recyparc de Plombières - Rue du Cheval Blanc (Hombourg)
    • Recyparc de Raeren - Rovert
    • Recyparc de Remicourt - Chaussée Verte
    • Recyparc de Sart-Moray - Rue du Sart-Moray (Chênée)
    • Recyparc de Saint-Georges - Rue Rodge Mâle
    • Recyparc de Seraing 1 - Rue de Marnix
    • Biocentre de Soumagne - Rue Militaire 134 (uniquement déchets verts!)
    • Recyparc de Spa - Chemin de la Vecqueterre
    • Recyparc de Sprimont - Rue du Tultay
    • Recyparc de Theux - Route de Oneux (Laboru)
    • Recyparc de Thimister - Rue Mackau -ZI Plenesses
    • Recyparc de Trooz - Rue de Verviers 55
    • Recyparc de Verviers 2 - Rue Bronde (ZI Stembert)
    • Recyparc de Visé - Rue de Jupille
    • Recyparc de Wanze - Chaussée de Waremme
    • Recyparc de Waremme - Rue des Petits Gravelots
    • Recyparc de Wasseiges - Rue du Baron d'Obin

    ---> Seuls les recyparcs de Flémalle 1, Boncelles, Jemeppe et Verviers 1 restent fermés jusqu'à nouvel ordre.. Pour suivre l'évolution et la mise à jour des ouvertures, suivez notre actualité sur le site d'Intradel.

    Merci à nos équipes pour assurer ce service durant cette période compliquée!

  • Coronavirus. Le point dans nos communes en comparaison avec la semaine précédente

    Capture d’écran 2020-04-27 à 20.07.05.png

    Capture d’écran 2020-04-27 à 20.18.50.png

    Situation au 20 avril

    637514795.png

    62223227.png

    Source carte interactive Sudinfo

  • Coronavirus: la Croix-Rouge appelle aux dons de sang en vue de la reprise progressive des hôpitaux

    Capture d’écran 2020-04-27 à 15.16.05.png

    « Si les réserves de sang étaient bonnes il y a trois semaines, elles ont fortement diminué depuis lors », explique Thomas Paulus, porte-parole du service du sang de la Croix-Rouge de Belgique. De nombreuses collectes ont en effet été annulées dans les entreprises et écoles en raison de la pandémie de Covid-19 et des mesures de confinement associées.
    La situation actuelle du service du sang est « gérable quand elle est couplée à une activité transfusionnelle réduite dans les hôpitaux mais devient problématique alors que les activités reprennent à leur niveau habituel ».
    Or, un assouplissement des mesures de confinement est en vue et les hôpitaux se préparent à reprendre les activités qui ne peuvent plus être reportées. « Même si cette reprise des activités se fait progressivement, le Service du Sang se doit d’être prêt pour faire face à la demande » signale Paulus.
    Dès lors, la Croix-Rouge de Belgique lance un appel aux donneurs et donneuses « à venir donner son sang dans les jours et semaines qui viennent ».
    Le don de sang « reste un acte sûr et que les déplacements pour se rendre en collecte sont autorisés », insiste le service du sang, qui précise aussi que les dons dans les 16 centres de collecte en Wallonie et à Bruxelles se font sur rendez-vous.
    Les informations sur les collectes sont disponibles sur https ://www.donneurdesang.be.
    Source La Meuse

  • Natagora. Devine qui confine à la maison ?

    NCM20-news_site.jpg

    Pour profiter de ce drôle de printemps, Natagora s’est décarcassée pour emmener tout le monde dans la nature, depuis son jardin ou son balcon. Pour relâcher la pression, pour le plaisir d’apprendre, de jouer ou de cuisiner, pour accueillir un peu mieux la nature chez soi et pour fournir des données utiles à nos spécialistes. Les amateurs comme les experts trouveront de quoi se mettre sous la dent.

    Vous connaissez les recensements des oiseaux et des papillons organisés chaque année en hiver et en été par Natagora ? Exceptionnellement, Natagora remet en ligne tous les outils et le contenu lié à ces opérations. En quelques clics, vous arriverez à donner un nom à ce papillon tout jaune ou celui-là avec le bout des ailes oranges. Vous découvrirez comment s’appelle cet oiseau tout gris à la calotte noire qui chante dans la haie. Et vous pourrez encoder toutes vos observations pour les partager avec la communauté !

    Des outils pour toute la famille
    Vous ne vous en sortez pas ? Pas de souci, les guides de Natagora vous emmènent en balade guidée virtuelle, à la découverte d’une plante ou d’un animal facile à observer dans les jardins et même en ville, pour certains. Dès que vous les avez reconnus chez vous, vous pouvez les encoder ! Ou déguster ces délicieuses comestibles sauvages. Ou simplement les montrer à vos enfants.
    Les enfants deviennent fous entre quatre murs, ils veulent jouer à découvrir la nature avec vous ? Natagora a pensé à eux aussi ! L’association compilé toutes les fiches d’activités et les recettes aux plantes, parues dans le P’tit Natagora, les pages à lire en famille de son magazine. Deux recueils téléchargeables pour animer des dizaines de journées de confinement.

    Les experts au défi
    Et les pointures n’ont pas été oubliées ! Les entomologistes, les bryologues, les herpétologues et autres ornithologistes convaincus sont également invités. Natagora lance rien de moins que le bioblitz à la maison ! Bioblitz ? C’est un défi qui consiste à parier sur la découverte d’un certain nombre d’espèces dans un lieu et un temps donné. Par exemple "je vais découvrir 100 espèces différentes dans mon jardin d’ici la fin du printemps". Chiche ?
    Pour découvrir toute une série de nouvelle espèces, Natagora offre d’ailleurs trois superbes outils pour déterminer les pollinisateurs. Une clé de détermination des abeilles sauvages, une des bourdons et une des syrphes (ces mouches déguisées en abeilles).

    Et pour nos ornithologues adorés, qui se morfondent au balcon, c’est le moment de lancer un "suivi permanent de l’avifaune", un tout nouveau mode de collecte de données sur l’avifaune. Il s’agit de listes complètes d’observations, comprenant de nombreuses données précieuses pour les analyses.
    Alors à la fenêtre, au balcon, au jardin, découvrez la vie qui nous entoure et échappez-vous avec Natagora ! Vous aurez encore bien le temps de vous reconnecter à Netflix quand la nuit sera tombée. Quoique, un petit coup d’œil aux chauves-souris ?

  • Tinlot. Inscriptions à l'école Ste-Reine

    Ecole Libre Nandrin - Tinlot : les inscriptions auront lieu sur rendez - vous dès la réouverture des écoles.

    94702522_138080811116872_3006543485919559680_o.jpg

  • Fraiture. L'ASBL Hippopassion en deuil. Sa Présidente, Madame Marie-Claire Senterre, est décédée

    3683503020.JPG

    Photo AL, voir l'article sur ce blog

    Nous vous informons avec tristesse du décès de Madame Marie-Claire Senterre-Devillers, Présidente et fondatrice de l'ASBL Hippopassion, de Fraiture. Elle était la maman de Géraldine Senterre, l'actuelle Directrice d'Hippopassion.
    Au nom du blog de Tinlot, nous présentons à sa famille et à ses proches toutes nos condoléancesImage.pngSituée à Fraiture, sur la commune de Tinlot, l'asbl Hippopassion est un centre de relation d'aide par la médiation équine, un centre sportif et de loisir avec les chevaux et un centre de formation.

    Hippopassion puise sa richesse dans la relation créée entre le thérapeute, le bénéficiaire et le cheval.

    Nous ne pouvons que souligner le travail remarquable réalisé par l'asbl Hippopassion et sa fondatrice en faveur des personnes présentant un handicap et retrouvant confiance et force au contact des chevaux. C'est une équipe dynamique et motivée qui, aujourd'hui, poursuit le travail entamé. 
    C.L

  • Phythésia. Relancer la machine par la vente en ligne après le Covid19

    Relancer la machine après le Covid19 par la vente en ligne

    Capture d’écran 2020-04-26 à 15.58.34.pngDifficile de ne pas évoquer la crise sanitaire que notre pays traverse. Comme toutes les entreprises, Phytesia a évidemment été impactée c’est pourquoi la réouverture des pépiniéristes arrive à point nommé. C’est le moment de jardiner, de semer, de planter... cette période est la plus importante de l’année pour le secteur.
    Dès lors, pendant le confinement et après, car les modes de consommation risquent fort de changer après cette crise, pour toucher les amoureux de jardins et les particuliers passionnés de fleurs, Phytesia mise sur son site de eCommerce (www.phytesia-orchids.com) sur lequel il est possible de commander et de se faire livrer partout en Belgique.

    Pour cette relance, Phytesia s’est associée à deux agences de communication liégeoises Apogée et HcoM car la spin-off de l’Université de Liège est convaincue que la sortie de crise passe aussi par la communication et le marketing.

    En savoir plus. https://www.youtube.com/watch?v=bo8SsDwiHrg
    Galerie de photos.
    https://www.facebook.com/pg/Gardenorchids/photos/

    Des orchidées de jardin vivaces... une culture en laboratoire unique au monde développée à Liège !
    Pour rappel, Phythésia est une spin-off de l’Université de Liège spécialisée dans la culture in-vitro des orchidées, elle développe une gamme d’orchidées tempérées capables de résister aux climats européens et qui peut, par conséquent, être cultivée dans nos jardins.

    Si le Belge a une brique dans le ventre, il a aussi des plantes ! En effet, le jardinage est un des loisirs préférés dans notre pays. Le confinement donne à ceux qui ont un jardin la possibilité d’en prendre soin et de l’embellir d’autant que, depuis quelques jours, les pépiniéristes ont pu rouvrir leurs portes. Par ailleurs, notre pays est à la pointe mondiale des biotechnologies, ce n’est plus à démontrer !
    Quel lien entre le jardinage et les biotechnologies ? Phytesia... une spin-off de l’Université de Liège, pionnière mondiale de la production d’orchidées vivaces qui, depuis plusieurs années, développe une gamme d’orchidées résistantes aux climats européens.

    Capture d’écran 2020-04-26 à 15.58.25.png

    Les orchidées que l’on trouve communément dans le commerce viennent de régions tropicales, d’Amérique du Sud ou d’Asie, pour la plupart. Elles ne sont pas adaptées à notre climat et s’apparentent surtout à des plantes ornementales d’intérieur. Or, on trouve des orchidées partout sur la planète et notamment des variétés naturellement adaptées aux climats rudes et aux températures pouvant descendre jusqu’à -20° ou -30°. Parce qu’ils achètent des plantes cultivées en serres surchauffées qui ne peuvent survivre qu’en intérieur, l’immense majorité des gens ignorent que l’on peut planter des orchidées dans nos jardins, en Belgique. Aujourd’hui, Phytesia démontre le contraire pour répondre à une demande du marché du jardinage belge.

    Une production in-vitro en laboratoire et à grande échelle
    Cependant, la difficulté réside dans la reproduction de ces orchidées, en effet, si chaque plante dispose de 10.000 graines, seule une graine sur un million peut germer. Car pour que le processus de germination se déclenche, la graine a besoin d’une association avec un champignon particulier... ce qui rend très complexe la multiplication à grande échelle. ‘’Nous avons développé, en laboratoire, une culture en milieu artificiel et nous avons longuement étudié les interactions entre le champignons et l’orchidée’’ précise Pascal Lambé, Docteur en Science de l’Université de Liège et Administrateur Délégué de Phytesia. "Aujourd’hui, nous arrivons, à partir d’une plante, à produire 10 à 15.000 orchidées résistantes à nos climats dans un laps de temps court. Notre capacité de production s’élève à environ un million de plantes par année !’’ enchaine Pascal Lambé.

    Depuis 10 ans, Phytesia travaille donc sur une gamme d’orchidées tempérées capables de résister à nos climats et donc aisément cultivables dans les jardins en Belgique. C’est une nouveauté ! "En quelques années, il est possible d’avoir un massif très important dans un jardin de chez nous’’ confirme l’Administrateur Délégué de Phytesia.

    Des orchidées plus respectueuses de l’environnement
    Le Belge aime son jardin, c’est un fait avéré. Désormais, il fait partie des espaces de vie de la maison et c’est même l’une des premières choses que l’on remarque. L’ornementation des jardins prend de plus en plus d’importance et de nombreux consommateurs préfèrent investir dans les plantes de jardins plutôt que dans les plantes d’intérieur.

    L’un des avantages majeurs de la gamme d’orchidées développée par Phytesia est leur production plus respectueuse de l’environnement. En effet, les orchidées tropicales qui garnissent les intérieurs sont produites souvent aux Pays-Bas, dans des serres surchauffées pour recréer leur environnement naturel. "Nous n’avons pas besoin de ce type d’infrastructure gourmande en énergie puisque nos plantes sont des espèces qui, à l’état naturel vivent dans des régions plus fraiches et peuvent s’adapter tout aussi naturellement à nos climats européens. L’impact environnemental est donc nettement moindre que celui des orchidées tropicales’’ affirme Pascal Lambé. Des plantes ornementales de jardin plus respectueuses de la nature... un aspect important à ne pas négliger pour Phytesia.

  • Donnez une nouvelle vie à vos encombrants avec la Ressourcerie

    Capture d’écran 2020-04-26 à 16.11.40.png
    Voir le reportage vidéo de RTC

    Les coopératives La Ressourcerie et Sofie demandent aux citoyens d’être patients et de conserver chez eux les objets et encombrants dont ils souhaitent se débarrasser.
    Depuis le 18 mars, suite au confinement, elles ne peuvent plus effectuer de  collectes à domicile. Mais les ménages ont profité du beau temps et de l’obligation de rester confinés pour effectuer les grands nettoyages de printemps. Ils ont donc rassemblé un grand nombre d’objets et de matériaux dont ils ne veulent plus. S’ils les déposent dans un Recyparc lorsque ce sera possible, ou à la collecte habituelle d’encombrants, ces objets seront simplement incinérés et ne pourront plus servir.
    Par contre, dès que ce sera à nouveau autorisé, la Ressourcerie viendra collecter à domicile, après une prise de rendez-vous. Les objets, matériaux et électroménagers seront ensuite triés. Ce qui peut être rénové ou réhabilité le sera pour être vendu dans l’un de ses deux magasins de seconde main à Grâce-Hollogne et à Liège. Le reste sera recyclé.
    Chaque année, la Ressourcerie et Sofie procèdent à 20 000 enlèvements et collectent 4000 tonnes d’objets et de matériaux. Pour cela, ces deux entreprises d’économie sociale emploient 110 travailleurs. Des collaborateurs dont la plupart éprouvent des difficultés à trouver un emploi stable. En outre, ses deux magasins de seconde main R-Shop permettent à des milliers de ménages de se procurer à petit prix ce dont ils ont besoin.
    Les acteurs de la réutilisation demandent donc aux citoyens de garder les objets dont ils ne veulent plus jusqu’à ce qu’ils reprennent leur collecte. C’est à la fois un geste positif pour l’environnement et un soutien à l’économie locale.
    F. Bonivert RTC Télé Liège

    Rappelons que la ressourcerie dessert la commune de Tinlot.