Faites analyser la qualité de votre sol à Tinlot (Scry)

Capture d’écran 2020-05-19 à 14.08.28.png

Potager clairsemé, problèmes de conservation des légumes ? Un sol pauvre ou trop riche peut expliquer une mauvaise production. Pour connaître la qualité de leur terre, agriculteurs et particuliers ont la possibilité de faire appel à la station provinciale d’analyses agricoles, située à Tinlot. Pour une dizaine d’euros, ils reçoivent une analyse de fertilité de leur terre accompagnée de conseils pour améliorer la situation.

Bien connue des agriculteurs, la station d’analyses agricoles de la Province de Liège, située rue de Dinant 110 à Scry, propose un service encore peu connu des particuliers, même si leur nombre ne fait qu’augmenter. «En 2019, nous avons eu 1.340 clients, dont 588 jardiniers particuliers. Les agriculteurs restent notre public principal mais les particuliers sont de plus en plus nombreux à faire appel à nos services», détaille Amandine Liénard, responsable technique de la station.

Depuis 1949, le laboratoire analyse des échantillons de terres (principalement), d’engrais de ferme et de fourrage. L’année dernière, ce sont ainsi pas moins de 20.000 échantillons qui ont été passés à la loupe !

Comment prélever votre échantillon ?
Si vous voulez faire connaître la qualité de votre jardin potager, voici comment faire: à l’aide d’une bêche, faites un trou d’environ 25 cm de profondeur, et prélevez une tranche de 3 ou 4 cm d’épaisseur sur toute la hauteur. Mettez le prélèvement dans un seau propre et répétez l’opération à 6 ou 7 endroits différents de la parcelle. Mélanger le tout et constituez un échantillon de +/- 350 grammes que vous envoyez à la station provinciale par la Poste ou en mains propres, accompagné de la fiche de renseignements complétée.

Le chemin de la terre
Sur place, votre terre est placée dans une barquette en aluminium étiquetée avec précision. Cette dernière est d’abord séchée à l’air libre puis dans une étuve à 40° «afin que l’eau présente naturellement dans la terre ne fausse pas les résultats». Ensuite, la terre est tamisée pour retirer cailloux et fragments de matières organiques et ne conserver que la terre fine qui servira à l’analyse.

Différentes analyses sont alors possibles. La plus courante est appelée standard: elle mesure le pH, le taux d’humus et le dosage des éléments minéraux disponibles (phosphore, potassium, magnésium, calcium). «Dans l’ordre, cela permet de déterminer les besoins en chaux, la teneur en matière organique et les quantités d’engrais à apporter en vue de fertiliser la terre», vulgarise Amandine Liénard qui nous montre les différentes machines du laboratoire.

Les particuliers demandent aussi souvent la recherche de métaux lourds. Une analyse des teneurs totales en arsenic, cadmium, chrome, cuivre, mercure, nickel, plomb, zinc, etc. est alors réalisée. « Quand le pH et le taux d’humus du sol sont connus, cette analyse permet d’évaluer les risques de transfert de ces métaux lourds du sol vers les plantes mais cela ne remplace pas une analyse des métaux présents dans les productions potagères. Cette analyse peut d’ailleurs être réalisée au sein du Laboratoire de la Province de Liège ».

«Connaître la qualité de son sol au niveau des éléments nutritifs permet de pallier les problèmes de production comme une perte de rendement, une mauvaise conservation des pommes de terre, etc», souligne la responsable technique.

Au niveau du coût HTVA, une analyse standard revient à 10 euros par échantillon de terre pour les agriculteurs, 15,40 euros pour les particuliers. Le prix pour une recherche de métaux lourds (de 1 à 4) est de 10 euros par élément; à partir de 5, le pack coûte 50 euros.

L’analyse détaillée des différents éléments est toujours accompagnée d’un bulletin d’interprétation comprenant une série de conseils.

Lire la suite. La Meuse H-W

Écrire un commentaire

Optionnel