Avec Wallangues, apprenez les langues sur votre smartphone

La plate-forme Wallangues, qui, comme son nom l’indique, permet d’apprendre une langue étrangère ou le français, existe désormais sous forme d’app pour smartphone. Une évolution logique.

Capture d’écran 2020-05-31 à 10.22.24.png

En 2012, la Wallonie créait Wallangues, un site d’apprentissage des langues en ligne. Ce site, gratuit, permet à tout un chacun d’apprendre une langue, de se perfectionner, de rafraîchir ses connaissances… voire de discuter avec des « natifs » à l’autre bout du monde. Selon des sondages effectués auprès des utilisateurs, 95 % de ceux-ci trouvent cette initiative « très utile » ou « utile ».

Et le confinement suite au Covid ne fait que confirmer l’attrait pour le site Wallangues. Pendant le Covid, ce sont tout de même 25.000 personnes qui étaient actives sur le site.
Celui-ci permet de choisir entre quatre langues : l’anglais (54 % des utilisateurs), le néerlandais (31 %), l’allemand (5 %) et le français (10 % des utilisateurs). L’apprentissage du français s’adresse bien sûr aux étrangers mais aussi aux Wallons eux-mêmes, désireux d’améliorer leur langue maternelle.
« Lors du lancement de la plate-forme, on lançait les bases de l’e-learning », dit Christie Morreale, ministre wallonne de l’Emploi, qui a la tutelle sur le Forem. « Aujourd’hui, il existe 130 formations en ligne. »

Facile à utiliser
Mais quel est l’intérêt d’une app pour smartphone. « Aujourd’hui, tout le monde a un smartphone, alors que ce n’est plus le cas pour les PC », estime la ministre.

Il est vrai que le smartphone est plus souple et plus facile d’utilisation. On peut donc très bien faire quelques révisions ou exercices de langues dans le train, ou à l’arrêt de bus. C’est plus difficile avec un PC. Facile à télécharger et à utiliser (nous avons testé), l’app « permet à chacun d’adapter son apprentissage à ses besoins », selon ses promoteurs. Et cela, en favorisant ce que l’on appelle le « microlearning », c’est-à-dire des leçons plus courtes et plus motivantes. Rappelons, comme le dit Mme Morreale, que « les langues constituent l’un des principaux critères de mise à l’emploi des personnes. »
La Meuse

Écrire un commentaire

Optionnel