• La RN66 fermée jusqu’à jeudi entre Hamoir et Ouffet

  • Tinlot, politique des déchets: prévention, collecte des sacs, ressourcerie, recyparcs, caméra...

    capture ecran 2019-08-06 à 17.09.11.jpg
    Tinlot veut prendre les moyens pour lutter contre les dépôts clandestins

    Au dernier conseil communal quelques points et quelques infos relatifs aux déchets ont été présentés  et débattus:

    En matière de prévention, la Commune a mandaté l'intercommunale Intradel pour mener les actions suivantes :
    Le Bock n Roll : l'emballage réutilisable pour sandwiches et tartines
    L'emballage sandwich réutilisable Bock n Roll est un lunch bag pratique pour emporter les sandwiches et tartines partout avec vous.
    Ce produit écologique remplace la boite à tartines bien souvent délaissée par les adolescents et permet de ne plus utiliser de papier aluminium ou d'emballage jetable et de produire ainsi moins de déchet !
    Sa couche intérieure est faite d'une matière plastique apte au contact alimentaire. Elle est donc imperméable et résistante aux taches. Pour laver le Bock n Roll, il suffit de le nettoyer avec une lavette humide ou de la passer en machine.
    Sa fermeture velcro est ajustable pour emporter son repas facilement, quelle que soit la taille ou la forme des aliments à emporter.
    Pratique, ce sac à sandwich est léger, compact, lavable et sert de set de table.
    Les Bock n Roll seront fournis aux élèves de 6ème primaire et aux élèves de 1ère secondaire des écoles situées sur le territoire communal, tous réseaux confondus. Ces Bock n Roll seront fournis à la rentrée scolaire 2020-2021.
    Bee Wrap : le film réutilisable en cire d'abeilles
    Le Bee Wrapp est un film alimentaire réutilisable fabriqué à partir de coton imprégné de cire d'abeille (pour le côté antibactérien et la préservation des aliments), de résine d'arbre (pour le côté autoadhésif) et d'huile de jojoba (pour la souplesse du produit).
    Il permet de protéger les aliments et de les laisser respirer tout en empêchant l'humidité de passer.
    C'est l'emballage alimentaire écologique parfait.
    Il est pratique pour recouvrir un récipient ou directement sur des aliments solides (emballer son fromage, un fruit ou légume coupé, ses tartines…). Il prend la forme que vous souhaitez et est hermétique. Cet emballage zéro déchet remplacera parfaitement votre vieux film plastique tout en étant écolo et durable.
    Cette toile alimentaire en cire d'abeille existe en différentes tailles et est réutilisable une centaine de fois (environ 1 an selon l'utilisation). Les avantages de cette cire sont qu'elle est comestible, hydrophobe et antibactérienne. Idéal pour recouvrir tous nos aliments (à l'exception de la viande crue et du poisson cru).
    Le Bee Wrap sera fourni avec un message sur l'utilisation, l'entretien ainsi que le mode d'emploi pour en réaliser soi-même à partir de chutes de tissus.
    Le nombre d'exemplaires de Bee Wrap fournis sera calculé au prorata du nombre d'habitants de votre commune.
    "Commune zéro déchet"
    Le Gouvernement Wallon octroie des subsides à hauteur de 30 centimes/habitant pour les actions de prévention. Ce montant est majoré de 50 centimes/hab si un accompagnement «Commune zéro déchet» est adopté, ce qui totalise 80 cent/hab pour la prévention.
    Le Conseil a donné mandat à Intradel pour gérer la prévention sur notre territoire et Intradel perçoit le subside.

    Explications sur les problèmes rencontrés concernant le ramassage des sacs transparents 
    Visiblement le collecteur sous-traitant désigné par Intradel a commis quelques erreurs.
    Les citoyens ont été invités via la page Facebook, le site Communal, Intradel, et via ce blog, à se manifester si le ramassage n'a pas été effectué et cela, sans explication.
    Ces doléances sont remontées directement à Intradel et ont provoqué  plusieurs réunions avec le collecteur afin de clarifier les choses, comme être moins restrictif ou respecter les circuits prévus…
    Voir ci-dessous le guide du tri en quelques images;

    A travers les recyparcs, Intradel veut favoriser le réutilisable en collectant d’autres objets…
    La quantité de déchets acceptée dans les recyparcs était d’un M3, elle va être portée à 2M3, prochainement.
    Les mouvements de jeunesse pourront avoir une collecte en porte à porte lors de leur camp.

    Ressourcerie : collecte des encombrants en porte à porte. Service sur RV et gratuit pour le citoyen, le tonnage est facturé à la commune. Au départ adhésion par l’achat de part dans l’Intercommunale à hauteur de 200€.

    Le Conseil a approuvé l'acquisition d'une caméra de surveillance afin de lutter contre les dépôts clandestins.
    Petit calcul sur le coût des dépôts clandestins:
    Le coût de l’enlèvement des déchets du conteneur tout venant est pour 2019 de : 6252,58 euro et pour mars et avril 2020 : 3476.09 EUR
    80 % du contenu vient des dépôts clandestins : soit 7.783 EUR
    A cela, il faut ajouter la main d’œuvre : deux jours semaine d’un ouvrier à 18,67 euro de l’heure soit sur une année 13.442 euros.
    Depuis le mois de janvier 2019 les dépôts clandestins ont  couté 7.783 EUR pour les déchets,
    13.442 € en main d'oeuvre  (année 2019) et 5.600 € (année 2020)
    Soit au total 26.825€

    Rappel: le guide du tri  (à télécharger en PDF)

    Capture d’écran 2020-06-02 à 20.38.20.png

    Capture d’écran 2020-06-02 à 20.38.41.png

    Capture d’écran 2020-06-02 à 20.38.32.png

    Capture d’écran 2020-06-02 à 20.38.47.png

    Capture d’écran 2020-06-02 à 20.38.56.png

    Capture d’écran 2020-06-02 à 20.39.07.png

  • Désormais vous recevez 4 euros pour planter 1 mètre de haie vive

    Capture d’écran 2020-06-02 à 14.48.30.png

    L’annonce avait fait sourire lors de l’installation du gouvernement wallon en septembre dernier : 4.000 kilomètres de haies ou un million d’arbres seront plantés sur le territoire en 5 ans. Et pourtant, l’objectif qui se cache derrière n’a, lui, rien d’anecdotique, puisqu’il vise à « sauver notre biodiversité », soulignait alors la ministre de l’Environnement, Céline Tellier.

    Une première étape vient d’être franchie par le gouvernement wallon. Ce vendredi, Céline Tellier a annoncé que le budget annuel destiné aux plantations passera de 350.000 euros à 1 million d’euros pour la saison prochaine, qui s’étale de novembre 2020 à mars 2021. D’ici 2024, ce budget devrait être doublé pour atteindre les 2 millions d’euros.

    Une bonne nouvelle pour les haies… mais aussi pour le portefeuille des citoyens ! Car, oui, citoyens et agriculteurs wallons peuvent demander une subvention pour la plantation d’une haie vive, d’un verger ou encore pour l’entretien des arbres têtards. Et l’augmentation du budget annoncée va permettre, non seulement de financer davantage de demandes, mais aussi d’augmenter le montant des subventions accordées.

    Céline Tellier donne déjà quelques exemples : d’une subvention de 12 euros par arbre d’une variété reconnue ou certifiée pour la plantation d’un verger, on passera à 20 euros. Pour les haies, on passera de 3 euros à 4 euros par mètre. Pour l’entretien des arbres têtards, on devrait passer de 15 euros à 20 euros par arbre.

    Démarches simplifiées
    Avec des subventions augmentées, la ministre peut espérer que davantage de monde contribue à l’effort de plantation. Une simplification des démarches est également prévue, grâce à un formulaire électronique et la possibilité d’introduire sa demande un mois avant la plantation, au lieu de trois mois actuellement. Les délais de liquidation seront également réduits.

    La ministre annonce déjà d’autres mesures à venir : « Ce nouvel arrêté est un des outils importants pour atteindre l’objectif des 4.000 kilomètres de haies et/ou un million d’arbres. Et il y en aura d’autres : nous avons lancé le travail de la Taskforce Haies dont les groupes de travail thématiques doivent remettre leurs recommandations et projets pour le mois de septembre 2020. Un plan d’action coordonné, reprenant des leviers multiples, sera rédigé sur cette base. Un site internet pour comptabiliser les haies plantées est également en cours de création. »

    Sabrina Berhin La Meuse

  • 4.867.456 amendes routières envoyées en 2019

    Forte baisse des transactions
    L’année dernière, il y a eu un peu plus de perceptions immédiates qu’en 2018 (4.331.470), mais nettement moins de transactions proposées par le parquet (657.228 en 2018). Cette dernière baisse est somme toute logique. « En 2019, 93 % des verbalisés ont payé leur amende spontanément après réception de la perception immédiate ou de la proposition de transaction. Ce taux était de 80 % en 2018 », compare Mme Kouassi.
    « La numérisation approfondie du traitement des amendes routières a permis de conscientiser davantage les contrevenants », estime-t-elle. Grâce à ce système numérique et automatisé, ils ne peuvent plus échapper à leur amende. Ils sont davantage à payer sans attendre un rappel afin d’échapper à une majoration du montant. Le nombre de courriers envoyés a d’ailleurs diminué de 7,8 à 7,1 millions en 2019.
    En 2020, l’État met en place l’ordre de paiement. Il s’agit de l’étape qui suit la proposition de transaction et qui permet au SPF Finances d’organiser une exécution forcée du montant dû. « L’objectif de tout cela est de faciliter les choses entre les différentes administrations, tant pour la police que pour la justice afin de travailler pour la sécurité routière et de diminuer les incivilités et le nombre de victimes », souligne la porte-parole du SPF Justice.
    « Nous constatons clairement que le nombre d’amendes envoyées automatiquement a augmenté en 2019. Grâce à Crossborder (…), la charge de travail de la police, de l’administration et des parquets a sensiblement diminué », se félicite le ministre de la Justice Koen Geens. « Ces chiffres montrent que chaque maillon de la chaîne fonctionne de manière optimale et que l’automatisation du processus conduit à une politique de réponse immédiate. Bien que cela renforce notre combat pour la sécurité routière, nous ne devons pas perdre de vue que l’excès de vitesse reste l’une des principales causes d’accidents et cela montre que nous devons poursuivre nos efforts », note, de son côté, Koen Ricour, directeur de la police fédérale de la route.
    L’année dernière, le nombre de paiements via le site web amendesroutières.be a légèrement augmenté : 264.848 contre 262.206 en 2018. Depuis décembre 2019, il est possible de payer par QR Code. Au total, 6,4 % des paiements ont été effectués par ce canal ce mois-là. Au premier quadrimestre 2020, ce taux a grimpé à 12 %.
    Dernier point, l’État a effectué 69.046 remboursements automatiques de contrevenants, auteurs d’un virement erroné dans les trente jours. Par ailleurs, les amendes envoyées sont complétées depuis le 21 mai 2019 de l’envoi de fiches de sensibilisation sur les dangers de la route et leurs conséquences. Fin décembre, 690.900 fiches avaient été ainsi expédiées.
    La Meuse