• Un groupe de citoyens engagés en faveur de l’environnement créé à Tinlot

    Des sorties didactiques sont prévues.
    Des sorties didactiques sont prévues. - D.R.

    « Changer les habitudes »
    C’est lui qui est l’initiateur de ce groupement apolitique citoyen. « Pendant le confinement, je me suis posé la question, comme beaucoup de monde, de comment en est-on arrivé là ? Il est facile d’accuser les Chinois mais en réalité, il y a un problème général d’équilibre entre l’homme et son environnement. Chacun devrait faire son mea culpa et il y a des choses à faire, ici aussi, pour améliorer les choses. Tout est parti d’un post Facebook reprenant une douzaine de bonnes résolutions que j’avais relayée et qui a suscité des réactions. De là est née l’idée d’aller plus loin et de former un groupe », nous rapporte le Fraiturois. De 6 membres, celui-ci en compte désormais 12 « et bientôt une petite vingtaine », des instituteurs, des étudiants, des pensionnés, des parents, des grands-parents... « On aimerait aussi inclure des adolescents », glisse-t-il. Tous regroupés autour de l’espoir de changer les habitudes de notre société.

    Appel aux talents
    Un site internet (https://www.b-a-s-e.com/) a été créé dans la foulée. Il comporte(ra) des petits reportages mettant en lumière des talents citoyens « comme un jardinier qui obtient de beaux résultats grâce à des méthodes non polluantes, une mamie qui coud des masques, un enfant qui partage la recette de sa grand-mère pour faire des bonnes gaufres etc. Et pas seulement en lien avec l’environnement. Toutes ces personnes anonymes ont des compétences, un savoir-faire qui peut nous apporter beaucoup. » Le groupe b-a-s-e lance d’ailleurs un appel aux citoyens possédant un talent particulier. Le site explorera aussi des thématiques plus fouillées portant sur la nourriture industrielle ou la 5G par exemple. « Il n’y a pas d’expert parmi nous, ce sera le fruit de notre sensibilité à tous, venant de tous les milieux et de toutes les générations », souligne Paul Eloy.

    B-a-s-e a, en outre, l’intention de créer un potager collectif, pédagogique, à vocation sociale, en collaboration avec l’administration communale de Tinlot.
    Le mouvement est basé à Fraiture mais souhaite s’élargir géographiquement, y compris en ville.

    La prochaine sortie, ouverte au public, se déroule ce dimanche matin à la découverte de la nouvelle réserve Natagora La Falie, à Nandrin. Elle sera couplée à une initiation photo. Pour s’inscrire, rendez-vous sur le site internet de b-a-s-e.

  • La piscine en plein air d’Ocquier rouvre ce lundi sur réservation à la demi-journée

    Unique bassin public en plein air dans la région de Huy-Waremme, la piscine du village d’Ocquier (Clavier) s’est taillée une réputation de lieu de détente et de rafraîchissement incontournable au fil des décennies. Inaugurée en 1958, elle accueille chaque été entre 3000 et 3500 visiteurs dans son bassin long de 25m dont la profondeur atteint les 2m par endroits. Les lieux revêtent d’un caractère d’autant plus unique qu’ils sont entièrement gérés par la douzaine de bénévoles du Comité d’initiative d’Ocquier.

    Déterminés et préparés, les gestionnaires de la piscine seront sur le qui-vive ce lundi 6 juillet pour la tant attendue réouverture. « Vu la superficie des lieux, le protocole nous impose une capacité d’accueil de 100 personnes en même temps au lieu de 500, » précise Jérôme Remacle, président du comité. « Il faudra réserver son entrée via le portail internet TicketWeb. Les gens pourront réserver 3 jours à l’avance, ce qui leur permettra de voir si la météo annoncée pour le jour de leur venue est assez intéressante ou non. »

    Un bassin de 25m de long.
    Un bassin de 25m de long. - FB

    Pour rappel, la piscine en plein air se réserve le droit de fermer ses portes en cas de météo maussade, une mesure qui a toujours été d’application.

    3€ la demi-journée sur place
    Plutôt qu’un système complexe de tranches horaires régulières, la piscine d’Ocquier a opté pour un accès à la demi-journée. Il vous en coûtera 3€ pour accéder à l’infrastructure. Ce prix vous permet de rester aussi longtemps que vous le souhaitez, dans la limite de la tranche horaire du matin et de celle de l’après-midi.
    Même si le Comité d’Initiative ne s’attend pas à ce que la limite de 100 personnes pose un important préjudice pour les jours d’affluence « normale », il craint en revanche un gros manque à gagner lorsque la température sera caniculaire. En juillet 2019, lors du pic de chaleur, la piscine a déjà accueilli 470 personnes sur une journée.
    En plus de la limitation et de la réservation obligatoire, un plexiglas sera installé à l’accueil, les bénévoles porteront un masque et un circuit sera installé pour gérer le flux de personnes.

    Un succès au-delà de Clavier
    La piscine d’Ocquier n’ouvre traditionnellement qu’en juillet et août, donc le confinement n’a pas représenté de pertes financières. L’affluence de l’été est si forte que ces 2 mois suffisent à assumer les frais d’entretien. « La piscine d’Ocquier est un outil qu’on veut pérenniser, » déclare le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois. « Elle n’attire pas que des Claviérois mais aussi des vacanciers de Durbuy, Barvaux et de la vallée du Néblon. On a également un projet ambitieux de rénovation dans les 2-3 ans. »
    Les détails concernant les réservations seront communiqués ce week-end sur la page Facebook « Piscine en plein air d'Ocquier »