• Solidarité Fraiture. Un projet subsidié à 100.000 € par la Fondation Roi Baudouin

    Chaque année, la Fondation Roi Baudouin déploie pleinement ses activités dans nos régions. En 2019, 201 soutiens ont été accordés à des organisations et individus en province de Liège, pour un total de près de 3 millions d’euros : « Les gens savent que la Fondation agit à l’échelle nationale et internationale, mais nous souhaitons également mettre en avant les initiatives locales », précise Cathy Verbyst, chargée de communication.

    Des projets montrant avec quel dynamisme tant de personnes et d’organisations s’engagent. Ces personnes ont répondu à un appel à projets. Un jury d’experts indépendants a par la suite sélectionné les dossiers. Dans l’arrondissement Huy-Waremme, plusieurs organismes ont reçu ce soutien.

    Grâce au Fonds Fevia, l’Institut Don Bosco à Huy a pu installer des fontaines à eau, aménager un parcours santé et distribuer des collations saines et des gourdes aux élèves afin de les encourager à manger sainement et à bouger davantage. Un soutien du Fonds de 5.000€ qui encourage les habitudes alimentaires équilibrées et l’exercice physique en suffisance.

    Autre projet bien soutenu par le fonds Roi Baudouin, une application de l’ASBL Solidarité Fraiture en collaboration avec des patients atteints de sclérose en plaques, leurs proches et des professionnels de la santé. Une application e-santé permettant à l’utilisateur de bénéficier d’une aide et d’un suivi à domicile tout en étant connecté à un réseau de professionnels. Un soutien de 100.000€.

    Plusieurs autres projets
    Les fonds de la Fondation Roi Baudouin soutiennent tout type de projet : le patrimoine, la santé, la recherche médicale, l’intégration des réfugiés, la lutte contre la pauvreté ou l’environnement et le développement durable.
    D’autres aides ont été apportées dans notre arrondissement, comme : l’Aide aux Autistes Adultes – Mistral, à Saint-Georges-sur-Meuse, a été soutenue pour rénover une des salles de bains de l’institution ; l’E.E.S.P.C.F. La Marelle ; l’administration communale de Marchin ou encore le CHR de Huy avec la mise en place d’un espace au sein du service de gériatrie, une sorte de ‘bulle’ permettant au patient et au personnel soignant de s’extraire momentanément du quotidien hospitalier en se côtoyant dans un cadre original et novateur. Le CHRH a également pu créer un espace pluridisciplinaire, exclusivement dédié à la rééducation motrice et cognitive en cas d’hospitalisation aiguë.
    Maxime Gilles. La Meuse H-W

  • Comité Culturel Tinlot, désolé...

    Capture d’écran 2020-07-27 à 22.00.30.png

    Pour votre sécurité, celle de nos bénévoles et du comité, c'est avec regret que nous vous confirmons l'annulation de nos activités jusqu'au 31 août 2020 (sous réserve). Nous espérons vous retrouver à la rentrée... Prenez soin de vous ! #COVID19 #comitecultureltinlot #prenezsoindevous
     
  • Gare à la chaleur ce vendredi 31 juillet !

    L’IRM a émis un avertissement jaune (et orange dans le Hainaut) concernant la chaleur pour vendredi, le 31 juillet. En effet, on annonce à certains endroits jusqu’à 35 degrés.

    Capture d’écran 2020-07-30 à 18.13.09.png

    Vendredi, le temps sera ensoleillé et très chaud. Les maxima se situeront entre 29 à 31 degrés en Ardenne, et entre 33 à 35 degrés dans le centre du pays, sous un vent faible à modéré de secteur sud-est. Des nuages (élevés) un peu plus nombreux pourraient dériver sur l’ouest du pays en soirée. Le risque d’orages pourrait augmenter durant la nuit.

    Dans la province du Hainaut, les températures dépasseront même les 35 degrés. Dans de telles circonstances de températures élevées, les règles suivantes minimales sont d’application : boire régulièrement, se vêtir légèrement, passer ses journées dans des endroits frais, se conformer aux règles habituelles de santé, fractionner les portions alimentaires, éviter la chaleur extérieure en fermant portes et fenêtres. Soyez prêts et suivez les conseils donnés par les autorités compétentes.

    D'après La Meuse et L'IRM

  • Le formulaire obligatoire pour le retour en Belgique, dès ce samedi 1er août, est en ligne !

    Capture d’écran 2020-07-29 à 17.23.25.png

    Accéder au formulaire complet!

    Public Health Passenger Locator Form.
    C'est le nom du formulaire obligatoire pour le retour en Belgique après un séjour à l'étranger

    Dans ce cas, vous devez:

    • lire les derniers conseils de voyage.
    • remplir un formulaire Passenger Locator Form dans les 48 heures avant votre arrivée en Belgique

    Le présent formulaire doit être complété par:

    • toutes les personnes se rendant en Belgique par avion ou par bateau, et
    • toutes les autres personnes se rendant en Belgique, sauf :
      • si elles restent moins de 48 heures en Belgique,
      • elles y reviennent à la suite d’un séjour à l’étranger de moins de 48 heures.

    Si l'une des informations que vous fournissez sur le présent formulaire change dans les 14 prochains jours, vous êtes tenu de resoumettre un autre formulaire.

    Si vous ne disposez pas d’un numéro de téléphone portable, vous devez compléter le document suivant et en garder une copie imprimée avec vous.

    Des informations concernant les directives en matière de santé du Covid-19 sont disponibles sur www.info-coronavirus.be.

     

  • Photographie par drone des cimetières de Tinlot ce jeudi 30 juillet

    !! AVIS A LA POPULATION !!
    Un drone survolera les cimetières de Tinlot jeudi 30 juillet, dans le but de les cartographier. Cette opération est organisée et supervisée par la Province de Liège.

    Capture d’écran 2020-07-29 à 19.00.28.png

    Ce fut déjà le cas au cimetière de Fraiture, il y a quelques mois. Voir l'article sur ce blog

    Source : Commune de Tinlot

     

  • Huy-Waremme Covid-19. Le point sur la contamination dans nos communes

  • Chaussée des Forges fermée entre Huy et Marchin: la galère pendant 2 mois

    La deuxième phase du chantier de la chaussée des Forges va débuter ce lundi 3 août et nécessitera la fermeture totale de la route. La grande profondeur des tranchées qui devront être réalisées implique que, pour garantir la sécurité publique, il sera nécessaire d’interdire la circulation dans les deux sens à hauteur de ce chantier.

    La fermeture du tronçon de la chaussée des Forges est comprise entre l’immeuble portant le numéro 132 b et la rue Entre-deux-Thiers.

    L’itinéraire précis de déviation n'a pas encore été communiqué aux riverains, ce qui énerve grandement David, un habitant du quartier Malhavez à Huy.

    « Nous n’avons aucune information de la part de la Ville de Huy. J’ai juste vu sur le site que la chaussée des Forges allait être fermée pendant au moins deux mois… Il me faut actuellement deux minutes pour me rendre dans le centre-ville. Avec la fermeture de la route, je vais devoir remonter jusqu’à Marchin. Et que va-t-il se passer pour les bus et les poids lourds ? »

    David subit les travaux depuis un an et est bien conscient qu’ils doivent se faire, mais il estime qui lui et ses voisins devraient être mieux informés : « Nous sommes impactés directement. Ces détours vont nous coûter du temps et de l’argent et nous n’avons aucune info ! »

    Même constat pour les commerçants !

    Maria Carlozzi tient un magasin de cigarettes électroniques, « la Vapoteuse », au numéro 113 de la chaussée des Forges. L’annonce de cette fermeture est évidemment une catastrophe pour la commerçante. « Quand les travaux ont débuté en septembre, avec une seule voie de circulation, mon chiffre d’affaires a déjà diminué. Il y a ensuite eu le Covid qui n’a rien arrangé. Et maintenant, il s’agit de la fermeture de la circulation pendant deux mois. Je ne sais pas comment on va faire. Cela va vraiment poser problème », explique-t-elle.

    La Hutoise ignore, à ce stade comment sa clientèle pourra encore se rendre dans son commerce. « Il n’y aura plus de passage et les gens ne feront pas un détour, pour venir uniquement dans mon commerce, s’ils doivent aussi aller faire des courses. Ils iront ailleurs ! Nous avons été prévenus il y a deux jours, nous n’avons pas le temps de nous retourner. C’est évidemment une perte pour tous les commerçants de la rue ! », continue Maria Carlozzi qui songe à organiser un service de livraison pour ses produits.

    Même constat pour la pharmacienne, Anne-Catherine Hampert, située à seulement une centaine de mètres de la Vapoteuse. « Je comprends que l’on ferme la rue s’il y a un risque d’éboulement, mais il y avait peut-être une possibilité d’organiser un contrôle plusieurs centaines de mètres avant, pour éviter que les camions n’empruntent la rue. Et laisser uniquement les voitures, sur une seule voie avec d’autres dispositions », rapporte Anne-Catherine Hampert. La fermeture à la circulation pose évidemment problème mais la pharmacienne devra également faire face à la future arrivée du Medi-Market. « Pour nous, c’est catastrophique ! ».

    A.BT et A.D. La Meuse H-W

  • Deux Ours fait sa Jam ! La soirée de ce jeudi 30 est annulée

    Capture d’écran 2020-07-28 à 22.05.33.png

    Après juillet… TOUS les DERNIERS JEUDIS du mois, "Deux Ours fait sa Jam!"… Malheureusement l'actualité liée au Covid-19 nous oblige à éviter actuellement tous les rassemblements. L’évènement est donc annulé. 
    Facebook

     

  • Des mesures supplémentaires pour renforcer la lutte contre le rebond du Coronavirus

    banner_website_3_9_2.png

     
    Le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni suite à l’évolution de la situation épidémiologique qui est, comme toujours, suivie en continu. Sur base des nouvelles informations sanitaires, un nouveau rapport a été demandé ce weekend au Celeval. Sur base de ce rapport, il a été décidé de renforcer la stratégie à deux volets – national et local – mise en place la semaine dernière pour faire face à la résurgence du virus.
    Communiqué de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Approche nationale
    A ce titre, à partir du mercredi 29 juillet et pendant au moins quatre semaines (jusque fin août), il a été décidé que :

    • Jusqu’à présent, la bulle sociale de chaque individu se limitait à 15 personnes par semaine. A partir de mercredi, elle passera à 5 personnes, toujours les mêmes, pour les quatre prochaines semaines et ce, pour un foyer tout entier et non plus par personne. Les enfants de moins de 12 ans ne comptent pas dans ces 5 personnes. Ces 5 personnes sont des gens en plus du foyer avec qui des contacts rapprochés ont lieu, c’est-à-dire des contacts pendant lesquels les distances de sécurité ne sont pas toujours assurées.
    • Les rassemblements non-encadrés comme les réunions de famille ou entre amis seront limitées à un maximum de 10 personnes (enfant de moins de 12 ans non-compris). Cette limite s’applique également aux réceptions et aux banquets.
    • Pour les événements encadrés et régis par des protocoles, les bourgmestres ont la charge de réévaluer de façon scrupuleuse les activités qu’ils organisent ou qu’ils ont déjà autorisés sur leur territoire, eu égard à l’évolution épidémiologique. De toute manière, les événements attirant un large public seront strictement limités à un maximum 100 personnes en intérieur et 200 personnes en extérieur avec le port du masque obligatoire. Ce nombre maximal ne peut être atteint qu’à la condition du respect strict des règles de sécurité et des protocoles.
    • Le télétravail est fortement recommandé quand c’est possible afin d’éviter trop de contact entre collègues.
    • Les règles précédemment en vigueur dans les magasins, à savoir le fait de faire ses courses seul (ou accompagné d’un mineur vivant sous le même toit ou une personne ayant besoin d’une assistance) pour une durée de 30 minutes (sauf en cas de rendez-vous) sont rétablies.
    • Afin d’éviter certaines affluences dans des endroits très fréquentés du pays, la mesure qui visait à accorder des trajets en train gratuits aux citoyens sera reportée en septembre.
    • Le tracing sera accentué dans certaines situations spécifiques où le risque d’épidémie est plus élevé car les individus sont « activement présents », c’est-à-dire en mouvement. Dans ces endroits, des informations de contact seront également demandées, comme dans les centres de bien-être et les cours de sport. Une liste complète des lieux concernés sera publiée dans le décret ministériel. A cet égard, ils seront soumis aux mêmes obligations que le secteur de l’Horeca.

    Approche locale
    Le Conseil national de Sécurité insiste pour que les autorités locales prennent des mesures fermes dans leur commune si la situation épidémiologique se détériore. Ils reçoivent les données épidémiologiques des autorités régionales et disposent de toute la possibilité d’intervenir si la situation l’exige.
    Source et autres infos (Centre de crise)

    Tinlot: toujours aucun nouveau cas! Continuons à être vigilants !
    Coronavirus en Belgique: le seuil d’alarme atteint ou dépassé dans 121 communes du pays
    Le nombre de contaminations est en hausse dans tout le pays, mais certaines communes sont plus touchées que d’autres. Découvrez les derniers chiffres par commune

    Capture d’écran 2020-07-27 à 22.15.21.png

  • Le bourgmestre d’Anthisnes sur l’agriculture: «La situation m’attriste»

    L’année 2020 est une « annus horribilis » pour de nombreux secteurs, et notamment pour l’agriculture. Certaines exploitations ont en effet été fortement impactées par la crise… et aussi par des conditions météorologiques hostiles (sécheresse). Eurodéputé depuis 2004, Marc Tarabella suit le dossier de la Politique agricole commune (la fameuse « PAC »), depuis ses débuts dans l’hémicycle. À la tête d’une commune rurale depuis plus de 25 ans, le bourgmestre d’Anthisnes nous livre son analyse sur la situation agricole de notre arrondissement.

    Quel est l’impact de la crise du coronavirus sur l’agriculture de notre région ?

    Marc Tarabella : Certains secteurs sont très impactés. Le secteur de la pomme de terre par exemple souffre terriblement. La pomme de terre a été vendue à 10€ la tonne ! Des fermiers en ont même donné, car le prix était nul. Le prix du lait aussi n’a pas connu une belle période. À cette crise s’ajoute aussi un problème récurrent : le manque de pluviosité au printemps, au moment des semis. Il a fait très sec en avril et en mai… et ce n’est pas la première année. C’est inquiétant.

    Vous êtes donc inquiet aujourd’hui pour l’avenir agricole de l’arrondissement ?

    Oui, la situation m’attriste. Nos terres seront toujours exploitées, car elles sont de bonne qualité. L’arrondissement de Huy-Waremme est une zone privilégiée, avec les terres les plus fertiles du monde, notamment en Hesbaye. Le Condroz est quant à lui plus diversifié, avec notamment de l’élevage. Mais le monde agricole vit une mauvaise période notamment parce que peu de jeunes reprennent le métier. Aujourd’hui, seulement 5% des agriculteurs ont moins de 35 ans ; et les trois quarts des agriculteurs de plus de 55 ans ne savent pas à qui ils vont remettre leur ferme. C’est un métier pénible. Le premier respect qu’on doit aux agriculteurs est de leur fournir un revenu correct.

     

    Après plusieurs années au Parlement européen, quelle est votre impression concernant la Pac ?

    La Pac est pour moi une source de déception. L’Europe manque de stratégie pour l’agriculture. La Pac a eu un vrai succès quand elle a été créée après la guerre. Mais on a ensuite voulu une agriculture tournée vers le marché international. Et en parallèle à cette ouverture à outrance, on a abandonné les mécanismes de régulation. Plus aucun producteur n’est désormais à l’abri des crises à répétition. Le prix du lait est chroniquement bas depuis 2009. Le sucre a chuté avec la libéralisation... Tout le monde critique, mais on n’arrive pas à changer les choses. Mais j’ai l’impression que le rapport de force est maintenant en train de changer.

    Alors quelles solutions pour « sauver » l’agriculture ?

    Il faut améliorer la Pac, et introduire le plafonnement des aides. Il faut apporter une certaine régulation, pour que le prix soit toujours au-dessus du coût de production. Les aides européennes doivent être reconcentrées vers ceux qui travaillent la terre, et pas ceux qui la possèdent.

    Le circuit court et la vente directe ont eu le vent en poupe ces derniers temps. Est-ce « la » solution pour les agriculteurs ?

    C’est un élément de la solution, mais la vocation première d’un agriculteur n’est pas de vendre, mais de produire notre nourriture. Il faut aussi d’autres aides.

    Au niveau local, est-ce que les bourgmestres ont des leviers pour influencer la situation ?

    Oui, il faut aider les agriculteurs avec des initiatives locales. À Anthisnes par exemple, il y a 20 ans, on a distribué les sarts communaux avec une certaine formule pour attribuer les sarts à ceux qui avaient justement le moins d’hectares. On essaie aussi de favoriser le maraîchage, et le commerce local. Pour ma part, je vais chercher ma viande à Béemont (Ouffet) ou à Tinlot. Au Spar d’Anthisnes, on a maintenant des produits de chez nous aussi. Aller dans les magasins locaux est toujours une bonne aide.

    Propos recueillis par Ro.Ma. La Meuse H-W

  • Téléchargez le Tinlot 4 Saisons été 2020

    Téléchargez ici le T4 Saisons été 2020

    Capture d’écran 2020-07-08 à 11.12.47.png

  • Tinlot. Recherche "experts" pour réhabiliter le four à pain

    Capture d’écran 2020-07-25 à 10.27.24.png

     
    Dans le cadre de nos activités et en collaboration avec le CPAS, notre association (b-a-s-e) aimerait réhabiliter le four à pain de Tinlot. Celui-ci n’est plus très jeune et quelques réparations sont nécessaires. Il se situe à la Croisée des Chemins, derrière le local intergénérationnel, entre la rue Malplaquaye et la rue du Centre.
    Nous recherchons des experts pour un diagnostic et d’éventuelles réparations. Le diamètre intérieur est d’environ 1,50 m et la hauteur d’environ 40 cm. Les travaux doivent s’effectuer en position couchée et l’entrée est étroite (47 cm / 31 cm). Le gabarit du maçon est donc un facteur non négligeable…
    Si vous connaissez qqn qui a le profil, merci de nous le renseigner.
  • Tinlot "été solidaire" du 22 juillet au 4 août

    Capture d’écran 2020-07-25 à 10.16.31.png

    Six jeunes Tinlotois sont engagés par la commune entre le 22 juillet et le 4 août pour réaliser des petits travaux chez les ainés  et améliorer le patrimoine communal .
    Ils sont encadrés pendant ces 2 semaines par Inès Morren (PCS Condroz) et Laure-Anne Damoiseaux (Service ainés). 
    Nous leur souhaitons plein de courage pour la suite de ce projet solidaire ! 
    PCS Condroz
  • Une «brigade anti-harcèlement» formée par les jeunes des communes condruziennes

    Ces dernières années, le planning familial Ourthe-Amblève (PFOA) a reçu de plus en plus de demandes d’animations consacrées au cyberharcèlement et à l’impact des réseaux sociaux dans les écoles. Afin d’aborder cette thématique essentielle avec les jeunes dans un cadre extrascolaire favorisant le partage, la sensibilisation et la création, le PFOA propose aux adolescents des communes condruziennes de former une « brigade anti-harcèlement ». À Huy-Waremme, les communes concernées sont Anthisnes, Nandrin, Ouffet, Tinlot, Clavier, Ferrières et Hamoir.
    Pendant un stage gratuit d’une semaine, une quinzaine de jeunes âgés de 12 à 18 ans – grands habitués des applications telles que Tik Tok, Instagram, Snapchat ou encore Whatsapp – seront invités à échanger leurs connaissances en matière de réseaux sociaux et de harcèlement dans le but de participer à un projet de prévention original et créatif.

    Une première édition à Nandrin et Anthisnes
    Ce projet d’envergure, étalé sur la période 2020-2025, devrait s’établir dans chacune des dix communes couvertes par le planning familial Ourthe-Amblève, par le biais des différents Plans de Cohésion Sociale locaux. La première édition des « brigades anti-harcèlement » se déroulera dans la région du PCS Condroz, à Nandrin (17-21 août) et à Anthisnes (24-28 août). Les jeunes des communes limitrophes peuvent également s’inscrire.
    « Tous les jeunes intéressés par la thématique, ayant vécu du harcèlement ou pas, sont les bienvenus, » précise Arnaud Van Egroo, animateur au planning familial. « Le début de la semaine sera plus théorique, on abordera leurs connaissances sur le harcèlement. L’idée est de les sensibiliser. Très rapidement, on leur demandera de proposer des idées de création. »
    Lire la suite dans La Meuse H-W