• Une église aménagée en salle d’étude tout l’été à Ocquier

    L’église Saint-Remacle d’Ocquier.
    L’église Saint-Remacle d’Ocquier. - DR

    À présent, la fabrique souhaite rouvrir l’église Saint-Remacle à la population afin qu’elle redevienne un lieu calme et paisible de recueillement, mais aussi de rencontres.
    Pour ce faire, l’église est mise au service des habitants et d’activités plus ou moins grandes, telles que des concerts ou des cours de méditation, pour autant qu’elles ne soient pas en contradiction avec son caractère calme et religieux.

    ACCESSIBLE AUX ÉTUDIANTS
    Par ces temps de grande chaleur, l’église Saint-Remacle d’Ocquier rappelle qu’elle est ouverte à tous et qu’elle est un lieu où il fait bon se rafraîchir.
    Depuis deux ans, elle propose aux étudiants de venir étudier en son sein.
    « Les étudiants n’ont pas toujours la possibilité de trouver une ambiance calme et studieuse chez eux », souligne le trésorier de la fabrique d’église d’Ocquier.
    « Ayant été étudiant, je sais que le milieu dans lequel on étudie peut faire beaucoup. »
    Des tables, chaises et prises électriques sont mises à disposition des étudiants pour leur permettre d’étudier dans le calme et la fraîcheur, de 8h à 20h, à partir du jeudi 6 août. Il n’y a par contre pas de connexion internet.
    Si tout le monde est le bienvenu, les membres de la fabrique rappellent que l’église est un lieu de recueillement, de prière et de méditation. Le calme et la sérénité du lieu doivent donc être respectés.

    MESURES DE SÉCURITÉ
    La fabrique tient à rappeler que les règles concernant le Covid-19, notamment en matière de distanciation sociale, sont également d’application dans l’enceinte du bâtiment. Le port du masque y est conseillé.
    Afin de pouvoir installer les tables et chaises nécessaires, il est demandé aux étudiants intéressés de se signaler à Alain Daumerie au 0474/74.60.75 ou via messenger.

    FIONA SORCE La Meuse H-W

  • Vallée du Hoyoux ATTENTION: l'accès à la ville de Huy n'est plus possible par la Ch.des Forges

    Capture d’écran 2020-08-07 à 16.53.14.png

    Marchin, vallée du Hoyoux ATTENTION: l'accès à la ville de Huy n'est plus possible par la Chaussée des Forges et rappelons que la rue Thier de Huy et la rue Entre deux Thiers sont en circulation LOCALE (donc uniquement pour les riverains de la rue)!
    Le chemin des Gueuses, rue Ereffe et Haie de Barse sont interdites à la circulation aux véhicules de +7,5T.
    Durée des travaux estimée: jusqu'au 20/10/2020
    Des contrôles seront effectués.
    Source:
  • Un triple spectacle adapté aux mesures sanitaires au château de Modave

    La culture (en particulier les arts de la scène) fait partie de ces secteurs les plus violemment impactés par la crise sanitaire et économique du coronavirus. Car comment jouer une pièce dans de bonnes conditions s’il faut éviter les contacts entre les acteurs, limiter drastiquement le nombre de spectateurs et éviter les endroits confinés ?

    Les acteurs se tiennent à distance.
    Les acteurs se tiennent à distance. - D.R.

    Mais s’il y a une chose qu’il ne faut jamais sous-estimer, c’est bien la force créatrice des artistes. Ainsi, la compagnie Lazzi a décidé de jongler avec les contraintes sanitaires et propose au Château de Modave : « Trois voix pour trois histoires ». C’est le 27e été que la compagnie se produit dans le magnifique château des comtes de Marchin, qui peut être visité à l’occasion. « On devait jouer Tartuffe avec huit comédiens, mais ce n’était pas possible… On a alors voulu trouver une solution. C’est une nécessité pour nous de continuer à jouer… et pour les gens aussi. Ils viennent, parce qu’ils ont besoin de culture et d’art », explique Christian Dalimier, un des membres de la compagnie.
    Pour éviter les groupements, le public est séparé en trois groupes d’une vingtaine de personnes, et la troupe propose, dans trois lieux, trois microspectacles différents. À tour de rôle, les spectateurs découvrent des univers différents : « Noël en été, famille au balcon, deuil en hiver » « Lettre à ma mère : les derniers jours d’Henriette » (monologue d’après Simenon) et « Il faut cultiver son jardin » (florilège de textes interprétés sur de la musique live). Sur scène : un seul acteur à la fois. Une manière de contourner les épineux problèmes de distanciation physique. Un strict dispositif de sécurité a été mis en place. Les spectateurs sont assis « par bulles », et le masque est obligatoire : « Jouer devant des personnes masquées est un acte difficile. On ne voit que des yeux, », témoigne Christian Dalimier. (+32 85 41 13 69)
    Ro.Ma. La Meuse