Une rentrée scolaire doublement historique à l’école communale de Tinlot à Fraiture (+vidéo)

C’est une rentrée des classes doublement historique qui s’est déroulée ce mardi matin à l’école communale de Fraiture-Tinlot, établissement rural de 240 élèves (70 en maternelle et 170 en primaire). Non seulement le contexte sanitaire de cette rentrée en “code jaune” s’inscrira dans les mémoires, mais également le départ à la retraite de l’institutrice maternelle Isabelle Filée et de sa soeur Geneviève, directrice de l’implantation. C’était la première rentrée sans un membre de la famille Filée au poste d’enseignant ou de directeur depuis 1918.

Capture d’écran 2020-09-03 à 11.25.59.png

En voiture, à pied ou à vélo, les élèves et leurs parents ont défilés dans la rue de Liège, qui n’avait plus connu une telle activité depuis l’avant-confinement, il y a plus de six mois. Déjà bien briefés à la maison, les écoliers ont tous eu le réflexe de se nettoyer les mains avec le gel hydroalcoolique situé aux entrées du bâtiment. Un accès spécifique était prévu pour les maternelles et pour les primaires, dans le but d’éviter qu’un trop grand nombre de parents ne se croisent.

Des enfants très peu stressés
Comme beaucoup d’autres, Adrien Erpicum (10 ans) était impatient de retourner à l’école. Venu à vélo avec sa maman depuis Tavier, il était enthousiaste à l’idée de démarrer sa cinquième année primaire. « J’ai revu mes copains pendant mon anniversaire mais ça remonte déjà à un petit temps, je suis content de les revoir. Je me sens bien. ». Pour sa maman, aucune raison de s’inquiéter à cause du virus. « On a confiance en l’école, ils gèrent ça très bien .».

awZ0SNsHl23DD1ehUnIh7kZNDSmx2xLg4UfGdy-eolWwqs_QuRYwSNJtugJU06siQhy5BJagGRZlqVw6RLmo=w2880-h1458.jpgDe leur côté, Anne-Françoise et Gaëtan Grandjean accompagnaient leurs 2 enfants, Anaëlle (8) et Aotrenne (6). Pour le plus jeune, c’est la fin des maternelles et le début d’un nouveau cycle. « Il y a un peu de stress, mais pas beaucoup. Ils sont contents de retourner à l’école », explique la maman. « Le contexte les fait réfléchir malgré tout parce que Anaëlle pensait devoir rester avec son frère à la récréation pour rester dans sa bulle ».
Pour ce qui est de Charlotte Doppagne (10) et de son ami Lucas Caramazza (11), cette rentrée était marquée par une petite appréhension liée à la longue période passée à la maison. « J’ai déjà oublié des trucs en quelques mois donc ça m’a déstabilisé pour rentrer en 6e », explique Lucas. « J’ai peur d’avoir pris du retard. Ce n’est pas le masque et tout ça qui fait peur, ça ne change pas grand chose ». Selon Maria et Sandrine, les mamans, il était temps de retourner à l’école car il aurait été difficile de continuer les cours à la maison, sans voir les amis.

Passage de flambeau émouvant
Une fois rassemblés dans la cour de récréation, les élèves de primaire et leurs parents - exceptionnellement présents ce mardi avec leurs masques - ont assisté au discours de départ des soeurs Filée, suivi d’un mot de l’échevin de l’enseignement Denis Craisse, visiblement ému de tourner cette page.

Capture d’écran 2020-09-03 à 11.31.51.png

La directrice Geneviève Filée a passé le flambeau, au propre comme au figuré, à son successeur Livio Baggio qui s’est lui aussi brièvement présenté. "L’école de Fraiture est l’école idéale. Je suis très content d’être là. Je ferai mon maximum et j’espère ne pas vous décevoir", a-t-il conclu.

Article et reportage de Pierre Targnion dans la Meuse H-W

Découvrez la vidéo avec l'ambiance, le passage de flambeau, le chant des élèves...):

Capture d’écran 2020-09-03 à 12.04.59.png

Écrire un commentaire

Optionnel