Les aidants proches enfin reconnus !

Ce mardi 1er septembre, le rôle des aidants proches sera enfin reconnu au niveau fédéral, permettant d’officialiser le statut informel de ces acteurs indispensables dans le maintien à domicile d’un grand nombre de personnes.
Sous réserve d’un processus de reconnaissance par le biais des mutualités, l’octroi de ce statut leur va ainsi leur permettre de bénéficier d’un congé à plein-temps pour assistance médicale (allant de 12 à 18 mois ou d’un congé thématique aidant proche d’un mois) : « Il y a deux types de reconnaissance, une générale et une avec des droits sociaux selon certains critères », nous dit Frédérique Maerlan, service owner – département aide aux personnes chez Partenamut. Partenamut qui se réjouit de ce changement de statut et qui a réalisé plusieurs études sur le sujet.
En outre, la mutualité propose son aide pour accompagner les aidants proches dans toutes les démarches administratives notamment. Puisque l’aidant proche reconnu va ainsi pour voir bénéficier d’un « revenu » (de 851 euros brut par mois à 1.401 euros pour une personne isolée).

Épuisant…
« Stress, manque de soutien, manque de sommeil… les facteurs expliquant la pression psychologique des aidants proches sont nombreux. Sans surprise, l’étude a ainsi démontré que les aidants proches allaient trois fois plus souvent chez le psychologue que les non aidants proches », explique-t-on chez Partenamut.
L’étude a également mis en avant un réel impact sur la santé physique. Ainsi, le taux de consultation chez le médecin et le kinésithérapeute est plus élevé chez un aidant proche que chez un non aidant. Et cela ne s’arrête pas là : si les aidants proches ont des incapacités de travail plus courtes que les non aidants proches (durée : 62 jours contre 75 jours pour les non aidants proches), celles-ci sont plus nombreuses et entraînent deux fois plus de risques de tomber en invalidité. Il en est de même concernant les données liées aux hospitalisations : les aidants proches sont plus souvent hospitalisés, mais ils restent moins longtemps à l’hôpital que les non aidants proches.
Cette reconnaissance est un grand pas en avant pour Partenamut : « Car c’est un réel phénomène de société. Cette dynamique d’aide à la personne est amenée à grandir de façon exponentielle dans les prochaines années, en lien avec d’autres enjeux sociétaux tels que le vieillissement de la population, la difficulté d’accès aux hébergements spécialisés, la diminution de la durée des hospitalisations… » poursuit encore Frédérique Maerlan.

Muriel Sparmont.  La Meuse

 

Deux types de reconnaissance
Il existe une reconnaissance générale (qui n’ouvre aucun droit actuellement) et une reconnaissance pour l’octroi de droits sociaux (1). En ce qui concerne cette dernière, elle ouvre à un "congé pour aidants proches" qui peut se cumuler à d’autres congés existants (congés pour assistance médicale, pour soins palliatifs, etc.). Des conditions différentes s’appliquent aux deux types de reconnaissance. Ces conditions concernent tant l’aidant que la personne aidée. Les adultes et les mineurs sont éligibles aux deux reconnaissances.

Conditions pour une reconnaissance générale
L’aidant proche doit répondre aux conditions suivantes :

  • avoir développé une relation de confiance ou de proximité avec la personne aidée,
  • avoir une résidence permanente et effective en Belgique,
  • être inscrit au registre de la population ou au registre des étrangers,
  • soutenir et aider la personne à des fins non professionnelles, d’une manière gratuite et avec le concours d’au moins un intervenant professionnel (le médecin traitant, par exemple),
  • tenir compte du projet de vie de la personne aidée.

Outre le critère de résidence permanente et effective en Belgique, la personne aidée doit :

  • être dans une situation de vulnérabilité et de dépendance en raison de son grand âge, de son état de santé ou de son handicap,
  • obtenir du soutien et de l'aide d’un aidant proche dans le but de préserver ou restaurer son autonomie et de développer des activités sociales.

Conditions pour une reconnaissance pour l’octroi de droits sociaux....
Quelles démarches entreprendre ?....
Le congé pour aidants proches...
Lire l'article complet dans le journal de la M.C.: "En Marche"

Écrire un commentaire

Optionnel