Situation tendue au Home de Seny (Tinlot) : la directrice démissionne

Arrivée au poste de directrice du Home de Seny le 9 mars dernier, au tout début de la crise sanitaire, la Fexhoise Sandrine Langer a déjà remis sa démission « pour convenance personnelle », nous indique le porte-parole du CHU de Liège, Louis Maraite.
Elle était arrivée suite à un appel lancé en janvier par le CHU afin de remplacer Aurélie Hubin à la tête de la maison de repos tinlotoise, dont la gestion dépend du Centre Neurologique et de Réadaptation Fonctionnelle de Fraiture, lui-même chapeauté par le CHU depuis maintenant deux ans.

Un profil pourtant idéal
Forte d’une expérience de 2 ans à la tête d’une résidence liégeoise et d’une expérience de 10 ans à la direction opérationnelle d’un investisseur privé détenant 10 maisons de repos en province de Liège, Sandrine Langer avait le profil adéquat pour la mission.
De toute évidence, le contexte sanitaire dans lequel elle est entrée en fonction ne lui a pas facilité la tâche. Bien qu’on ne connaisse pas les raisons précises à l’origine de son départ précipité, la directrice était arrivée au Home de Seny au beau milieu de la première vague de la pandémie, et elle repart désormais au beau milieu de la deuxième vague. Sandrine Langer n’a pas souhaité s’exprimer sur les raisons de sa démission.

L’infirmière en chef du CNRF assure l'intérim
Dans l’attente de trouver un.e remplaçant.e à la direction du Home de Seny, c’est Laura Jeunehomme, infirmière en chef au CNRF de Fraiture et adjointe à la direction du département des soins infirmiers du CHU, qui va organiser la coordination au niveau de la maison de repos. « Par ailleurs, on avait recruté quelqu’un en interne qui disposait d’un diplôme de gestionnaire de maison de repos, pour un autre poste au sein du CHU. Il va pouvoir prendre les fonctions de Madame Langer à titre transitoire, le temps de faire le point, une fois le pic passé », explique Julien Compère, directeur général du CHU de Liège. « Serge Hubert, le DRH du CHU, va également jouer un rôle dans le suivi de la situation au Home de Seny ».
À l’heure d’aujourd’hui, 14 pensionnaires (sur 60 environ) sont atteints du Covid au Home de Seny. Leur état ne nécessite pas à ce stade une hospitalisation.
Pierre Targnion. La Meuse H-W

Commentaires

  • Quittez le navire quand il est en difficulté, c'est assez moyen comme réaction

  • Cette épidémie est épuisante, il est vrai mais quand on s engage à diriger une maison de repos , être infirmière, docteur, pompiers et j en passe on s'engage comme un soldat à l armée. Démissionner parce qu on a peur, c est une désertion. Je regrette ces métiers sont un engagement ou alors on ne choisit pas cette vocation là. Mais je suis d accord qu il faut plus les payer. MERCI à tous ceux qui ont choisit un métier dans le social

  • Nous ne connaissons pas les raison de son départ , inutile de faire des commentaires à son sujet !

Écrire un commentaire

Optionnel