• Vias met en garde contre tous ces objets qui, en cas de choc, se transforment en projectiles 

    Capture d’écran 2020-11-09 à 10.20.22.png

    A 90 km/h, votre GSM pèse… 13,5 kg !  
    Vias met en garde contre tous ces objets qui, en cas de choc, se transforment en projectiles 

    Cet été, l’équivalent allemand de Touring a fait le crash-test d’un accident où une voiture transporte les cartons de meubles en kit. Verdict : un petit objet venu de l’arrière peut faire beaucoup de dégâts lorsqu’il heurte la nuque du conducteur.  
    « Nous ne disposons pas de statistiques spécifiques pour ce genre d’accidents car les formulaires de déclarations ne prévoient pas ces données. Peu de gens en sont conscients mais tout objet déposé dans l’habitacle d’une voiture sans être arrimé devient un projectile en cas de freinage d’urgence. Il peut provoquer des lésions importantes, en particulier à la tête et à la colonne vertébrale », indique Benoît Godart, de l’Institut Vias.
    Redoutable !
    Une formule mathématique, basée sur la masse et l’accélération, permet de calculer l’énergie au moment de l’impact. Lorsque vous êtes lancé à 50 kg, votre GSM de 150 g pèse 7,5 kg lors d’un arrêt brutal. À 120 kg, c’est 18 kg. Vous avez un parapluie, parfois terminé d’une pointe en métal, posé sur la lunette arrière ? Ses 700 g vont devenir 63 kg à 90 kg.
    En suivant la même règle, un meuble de plusieurs dizaines de kg entreposé en kit dans l’espace dégagé par la banquette rabattue dépasse vite la tonne. L’Adac, le club automobile allemand, a fait l’expérience cet été. Comme on le voit sur la vidéo YouTube, les cartons arrachent partiellement les sièges du conducteur et de son passager, frappant mortellement ces derniers. « Les conséquences peuvent aussi être très graves en cas de collision par l’arrière », ajoute Benoît Godart.
    « À cause du confinement, beaucoup de personnes commandent par internet et vont retirer les marchandises au magasin sans vraiment avoir une idée de l’encombrement. Une fois sur place, tout doit être rangé dans la voiture d’une manière ou d’une autre. En temps habituel, on voit cela aussi à la sortie des magasins d’ameublement », évoque le spécialiste de la sécurité routière.
    Dans la vidéo de l’Adac, l’expérience est renouvelée, mais avec des objets bien arrimés. Le conducteur s’en sort indemne. Mais l’équivalent de Touring a employé force sangles réglables. « Sans aller jusque-là, on peut déjà utiliser quelques sangles supplémentaires, les ceintures de sécurité et un filet. Cela évite aussi que le chargement ne bascule dans un virage », souligne le porte-parole de Vias.
    Dans tous les cas, les objets lourds doivent être placés en bas. Pour ce qui est des vases, des bouteilles ou de tout ce qui casse, emballez-les dans une couverture ou une caisse à placer sur le plancher derrière le passager, sinon des éclats tranchants voleront partout en cas de crash.
    « Si la charge transportée est trop lourde ou inégalement répartie, le châssis atteindra ses limites. Le risque de dérapage est accru. Les systèmes d’assistance tels que l’ESP ont aussi leurs limites en matière de poids. La distance de freinage risque d’être plus longue et le véhicule moins facile à contrôler », détaille notre interlocuteur.
    Le code de la route stipule d’ailleurs que la vitesse doit être réglée en fonction de son chargement. Il précise aussi que la cargaison ne doit pas nuire à la visibilité du conducteur, ni constituer un danger pour lui et les autres. Sur la base de cela, un policier peut vous verbaliser s’il juge que vous avez dépassé les bornes. L’amende est de 116 euros.
    Le paradoxe, « c’est que l’on peut, avec un freinage d’urgence, éviter de percuter un autre véhicule mais finalement être blessé par un objet propulsé à toute vitesse de l’arrière », conclut Benoît Godart.
    À propos de chargement, veillez aussi à ce qu’il soit bien fixé à l’extérieur. Ces dernières années, l’Institut Vias comptabilise en moyenne une quarantaine d’accidents dans lesquels le chargement est tombé avant le choc et le même nombre lorsqu’il est tombé lors du sinistre.

    Yannick Hallet Source Sudinfo

     

  • Condroz. Poste médical de garde les 21 et 22 novembre 2020

    1343585722.jpgPOSTE MEDICAL de GARDE : HaMeLie
    (Haute Meuse Liégeoise)

    Non plus à Tinlot (Scry) mais à Neupré dès le vendredi 12 juin
    (211, Route du Condroz, entre JBC et Trafic)

    Depuis mars 2016, le service de garde de we et jours fériés était organisé à Scry (Tinlot) rue de Dinant.
    Une nouvelle structure regroupe désormais le territoire du Condroz, de Flémalle et de Seraing, soit une population de +/- 120.000 habitants. Ce territoire était la dernière grande zone de la province de Liège et de Wallonie non couverte par un Poste Médical de Garde (PMG) et non subsidiée par l’Inami.
    Ce nouveau PMG, dénommé HaMeLie, (Haute Meuse Liégeoise) est situé à Neupré, route du Condroz 211. Il sera opérationnel le vendredi 12 juin.

    L’organisation pratique ne change pas. 
Le PMG sera ouvert du vendredi 18h au lundi matin 8h et de 18h la veille des jours fériés jusqu’au lendemain des jours fériés à 8h. 
Les patients seront reçus uniquement sur rendez-vous ou pourront bénéficier d’une visite à domicile s’il leur est impossible de se déplacer.
    Pour prendre rendez-vous les patients devront appeler le 1733, le numéro d’appel unique pour la médecine générale.
    En soirée de semaine, du lundi au jeudi, les patients sont toujours invités à appeler leur médecin traitant qui leur renseignera le nom du médecin de garde.

    Entrée sur le côté du bâtiment. Ascenseur extérieur jusqu'au 1er étage

    Cette asbl a pour objectif de pérenniser le service de garde dans nos régions, en offrant un meilleur service à la population et en permettant aux médecins de travailler dans de bonnes conditions de sécurité et d’efficacité.
    1496535967.png

     

    Capture d’écran 2020-03-12 à 10.48.55.png

    Votre poste médical de garde est plus que jamais d'actualité
    Soyez attentif aux mesures Covid:
    masque, distanciation, hygiène des mains, paiement par carte ...

    Quand devez-vous vous faire tester? (voir ci-dessous)

    Lire la suite

  • Belgique, mortalité en hausse de 15,5 % à cause de la grippe. 4.390 décès ... en 2015 !

    Un lecteur du blog, m'a rappelé récemment un article publié en 2015 concernant la grippe! Une réalité toujours d'actualité avec en plus les problématiques liées à la vaccination.

    Belgique, mortalité en hausse de 15,5 % à cause de la grippe!

    3772193525.jpg

    "358.800 Belges ont eu la grippe cet hiver, avec une proportion inquiétante chez les plus de 65 ans mais aussi une mortalité élevée, révèle la ministre de la Santé Maggie De Block sur base des statistiques officielles. La maladie a effectivement provoqué 4.390 décès supplémentaires par rapport à un hiver normal.

    4175863694.jpgOn se doutait que la saison avait été un peu particulière, avec un nombre de malades en assez sensible hausse. Mais la ministre de la Santé, Maggie de Block (Open VLD), vient de le dévoiler au Parlement chiffres à l’appui : la grippe a frappé fort, cet hiver, dans notre pays.
    Et elle a bel et bien causé davantage de décès que les années précédentes.

    Les éléments dont elle dispose sont impressionnants. « L’Institut scientifique de santé publique estime que cet hiver, environ 690.000 personnes ont consulté leur médecin généraliste pour un syndrome grippal en Belgique », explique-telle.
    « Dans le réseau de surveillance des médecins généralistes vigies, une grippe a été confirmée en laboratoire chez 52 % des personnes consultant leur médecin pour un syndrome grippal ».
    
En chiffres absolus, cela fait donc 358.800 personnes officiellement touchées par le virus chez nous cet hiver.
    Pour 66 % de ces patients (236.808 personnes), la souche était le fameux virus H3N2. Nous allons y revenir.



    PERSONNES ÂGÉES
    Inquiétant : « Cet hiver, nous avons observé nettement plus de cas de grippe que les saisons précédentes chez des personnes âgées.

L’Institut estime à environ 40.000 personnes les 65 ans et plus qui auraient souffert d’une grippe », résume Maggie De Block
    .
    784301203.jpgUne « surmortalité » a également été constatée durant les trois premiers mois de l’année 2015. « Sur base des cinq années précédentes, un total de 28.240 décès était attendu pour cette période, soit 253 décès par 100.000 habitants », explique la ministre. Or, « en réalité, 32.631 décès ont été rapportés, soit une incidence de mortalité estimée à 293 décès par 100.000 habitants.
    Ceci signifie une surmortalité moyenne de 4.390 décès, soit 39 par 100.000 habitants». En pourcentage, cela donne une hausse de la mortalité due à la grippe de 15,5% !
Comment l’expliquer ? D’abord par le fait que la souche Influenza A (H3N2) était prédominante, et qu’elle est souvent synonyme de décès supplémentaires, selon la ministre.
    Autre raison : « Une effectivité plus faible du vaccin » contre la grippe que les années précédentes. Et pour cause : la souche A, la plus répandue, n’était pas incluse dans le vaccin. 
CHRISTIAN CARPENTIER (article complet dans la Meuse du 22 juillet 2015)

    A lire aujourd'hui à ce sujet:

    2020. Le vaccin antigrippe suspendu pour les 50 à 65 ans qui ne sont pas à risque

    Les règles ont changé en matière de public prioritaire pour le vaccin contre la grippe saisonnière. C’est une mesure importante, prise pour pallier un souci : la demande de vaccins contre la grippe saisonnière excède l’offre. 

    Et malgré l’annonce d’une deuxième livraison, il n’y en aura pas pour tout le monde.
    D’après l’enquête menée auprès de toutes les pharmacies, il manquerait 91 416 vaccins. La Conférence interministérielle Santé publique a donc restreint les critères de définition des groupes cibles prioritaires pour ce vaccin.
    Moins de 65 ans et pas "à risque" ? Passez votre tour
    
Moins de 50 ans et pas "à risque" ? Pas cette année

    Lire l'article complet sur le site de la RTBF


  • Condroz. Les annonces paroissiales du 21 au 27 novembre

    Capture d’écran 2020-11-20 à 11.40.13.pngVoici un nouveau numéro des "brèves spéciales" à télécharger ici en pdf
    Vous y trouverez:

    - Un appel de l'aumônerie catholique des prisons de notre diocèse.
    - Quelques idées pour rester solidaire pendant la crise.
    - "Au secours! On a faim ... même dans le Condroz".
    - Les déconfinés de l'aide alimentaire.
    - Les funérailles célébrées dans notre UP entre le 8 et le 16 novembre.
    - Le credo de l'optimisme d'Eric Emmanuel Schmitt.
    - La liste des gagnants 2020 de la bourse des "Amis de Lourdes".
    - Une prière du pape François.
    et un peu d'humour bien nécessaire dans ces circonstances:

    Capture d’écran 2020-11-20 à 11.43.05.png