• Modave. Des chaises abandonnées dans une ancienne carrière : l’auteur a été identifié

    Capture d’écran 2020-07-11 à 15.57.07.png

    L’auteur de cet important dépôt sauvage a été surpris en flagrant délit par des joggeurs. - DR

    Des blocs de pierre barrent le sentier d’accès à la carrière.
    Des blocs de pierre barrent le sentier d’accès à la carrière. - DR

    Depuis de nombreux mois, des immondices de tous genres y sont en effet déversées : pneus, chaises, bois, jouets, caddies. L’accès est facile pour un véhicule. Le site, considéré de « grand intérêt biologique » par la Région wallonne est en retrait de la route et masqué par une friche fleurie.
    « C’est un terrain privé auquel on accède par une servitude de passage communal. Régulièrement, notre service travaux devait y passer pour ramasser les encombrants qui barraient le chemin », indique l’échevin en charge des travaux.
    Pas question non plus que cet endroit, fréquenté par les promeneurs devienne une décharge à ciel ouvert.
    Depuis le confinement, les dépôts se sont multipliés et des quantités impressionnantes ont été déposées. « Une caméra avait même été posée par un particulier… mais malheureusement, elle a été volée », ajoute l’échevin.

    L’échevin Bruno Dal Molin.
    L’échevin Bruno Dal Molin. - D.R.

    Début juin, deux joggeurs ont ainsi surpris un pollueur en flagrant délit. Il était occupé à déverser des dizaines de chaises à haut dossier, en simili cuir. Ils ont eu le bon réflexe de noter mentalement le numéro de plaque d’immatriculation de la camionnette. Ce qui a permis d’identifier rapidement l’auteur de cette incivilité. Selon nos informations, il s’agit d’un Hutois âgé de 46 ans.
    Pour l’instant, la période infractionnelle qui a été retenue contre lui, s’étale de 23 septembre 2019 au 2 juin 2020, date à laquelle il a été surpris en flagrant délit. L’enquête devra déterminer s’il est bien l’auteur de tous les abandons de déchets survenus pendant cette période.
    La plainte déposée auprès des services de police du Condroz a été transmise à la division hutoise du Parquet de Liège. Qui peut décider soit de se saisir de l’affaire et de la renvoyer devant le tribunal correctionnel. Dans ce cas, suivant les circonstances et l’importance du dépôt, la peine pénale peut aller de 8 jours à 3 mois d’emprisonnement et/ou une amende allant de 100 € à 1 million d’euros (à multiplier par les décimes additionnels, soit X 8 depuis 2017)
    Soit l’auteur est sanctionné par une amende administrative qui suivant plusieurs critères (récidive, importance et lieu du dépôt, nature des déchets) peut aller de 50 à 100.000 euros.
    La Meuse H-W

    A Tinlot, ce ne sont pas des chaises mais des bonbonnes destinées à gonfler les ballons qui ont été déposées, après usage, près des bulles à verres  de Seny ! 
    Un moyen de s'en débarrasser à moindre effort et signalé par des riverains !

    20200703_205947.jpg

  • Covid-19. Le CERM vous permet de vérifier la faisabilité d'organisation d'un évènement ou d'une activité

    Capture d’écran 2020-07-11 à 15.38.15.png

     
    Association, groupe privé ou citoyen, le CERM permet d’évaluer la faisabilité de votre projet au regard des mesures fédérales de lutte contre la propagation de la Covid-19.
    Pour tous les événements, une limite de capacité a été fixée :
    ✅ 200 personnes en intérieur (400 personnes à partir du 1er août 2020)
    ✅ 400 personnes en extérieur (800 personnes à partir du 1er août 2020).
    (sous réserve de l’évolution de la pandémie – Restez informés).
    Pour les événements de plus de 200 personnes ou qui sont organisés sur la voie publique
    Il convient d’appliquer le protocole sectoriel applicable et d’évaluer l'évènement via le COVID Event Risk Model (CERM) lorsque cet outil doit être utilisé.
    Pour les événements en dehors de la voie publique et jusqu’à 200 personnes
    Si aucun protocole applicable n’existe, les huit règles minimales doivent être respectées.
    Ces huit règles minimales sont :
    * l’entreprise ou l'association informe les clients et les travailleurs en temps utile des mesures de prévention en vigueur et dispensent une formation appropriée aux travailleurs ;
    * une distance de 1,5 mètre est garantie entre chaque personne ;
    * des masques et d'autres moyens de protection personnels sont en tout temps fortement recommandés, et sont utilisés si les règles de distanciation sociale ne peuvent pas être respectées en raison de la nature de l'activité exercée ;
    * l'activité doit être organisée de manière à éviter les rassemblements ;
    * l'entreprise ou l'association met à disposition du personnel et des clients les produits nécessaires à l'hygiène des mains ;
    * l'entreprise ou l'association prend les mesures d'hygiène nécessaires pour désinfecter régulièrement le lieu de travail et le matériel utilisé ;
    * l'entreprise ou l'association assure une bonne aération du lieu de travail ;
    * une personne de contact est désignée et rendue publique afin que les clients et les membres du personnel puissent signaler une éventuelle contamination par le coronavirus afin de faciliter le contact tracing.
    Par ailleurs, aucun événement ne peut avoir lieu entre 1 heure et 6 heures du matin.
    Evénements ponctuels
    Le COVID Event Risk Model (CERM) sert de référence aux autorités locales dans l’octroi des autorisations pour ces événements.
    → il appartient à l’organisateur d’introduire les données dans l’outil et d’en transmettre les résultats (sous forme de certificat) à l’autorité communale.
    Une évaluation positive du COVID Event Risk Model (CERM) n’est qu’une indication et non une autorisation automatique.
    L’autorité communale intègre cet avis dans l’analyse de risque multidisciplinaire afin de se prononcer sur l’octroi d’une autorisation.
    ✅ Evénement ponctuel sur la voie publique
    - le COVID Event Risk Model (CERM) est obligatoire.
    - le Protocole CERM est d’application.
    - l’autorisation du Bourgmestre est nécessaire.
    ✅ Evénement ponctuel en dehors de la voie publique
    Evènements jusqu’à 200 personnes :
    - le COVID Event Risk Model (CERM) est recommandé.
    - s’il n’existe aucun protocole applicable, les huit règles minimales sont d’application.
    ✅Evènements de plus de 200 personnes :
    → le COVID Event Risk Model (CERM) est obligatoire.
    → le Protocole CERM est d’application.
    → l’autorisation du bourgmestre nécessaire.
    Evènements réguliers
    Pour les événements réguliers organisés dans des structures permanentes comme des théâtres, des cinémas, des stades, des salles de congrès,… des protocoles sont établis avec les ministres compétents et les experts du GEES.
    A partir du 1er août 2020, les autorités communales pourront autoriser les exploitants d’infrastructures permanentes (stade, salle de concert par exemple) à accueillir un public assis supérieur à celui prévu ci-dessus en concertation avec le(s) ministre(s) compétent(s), après consultation d’un virologue et dans le respect du protocole applicable.
    La demande doit être adressée au bourgmestre compétent.
    Plus d’infos
    Site du SPF Santé publique - question "Qu’en est-il des événements ?" ou formez le n° gratuit 0800/14 689.

  • Commune de Tinlot. Service population - état civil - urbanisme : nouvelles dispositions !

    Capture d’écran 2020-07-11 à 15.44.55.png

     
    Administration communale : service population - état civil - urbanisme.
    Jusqu'au 1er septembre 2020 :
    ✅ L'accueil des visiteurs se fera sur rendez-vous au 085/830.911 (population - état civil) - 085/830.912 (urbanisme)
    ✅ Nous répondons à vos demandes par mail :
    jessica.souplet@tinlot.be (population - état civil)
    karin.borremans@tinlot.be (urbanisme)
    ✅ Sacs poubelles sur rendez-vous ou en livraison via jessica.souplet@tinlot.be
    ✅ Le port du masque est obligatoire.
    Cette organisation est susceptible d'être modifiée selon l'évolution de la pandémie et des règles décidées par le Conseil National de Sécurité.
    Merci pour votre compréhension 
  • Seny. Une vidéo de Natagora réalisée dans le jardin de Laura

    Capture d’écran 2020-07-08 à 11.59.01.png

    Pour un jardin naturel et sans pesticides, Natagora a publié une vidéo dans la playlist "Les conseils du Réseau Nature".
    Cette vidéo a été tournée à Seny, dans le jardin de  Laura Ancion

  • Condroz. Nouveau poste médical de garde

    NOUVEAU POSTE MEDICAL de GARDE : HaMeLie
    (Haute Meuse Liégeoise)

    Non plus à Tinlot (Scry) mais à Neupré depuis le vendredi 12 juin
    (211, Route du Condroz, entre JBC et Trafic)

    poste médical 12 juin .jpg

    Changement important dans l’organisation de la garde de médecine générale pour les communes du Condroz.
    Depuis mars 2016, le service de garde de we et jours fériés était organisé à Scry (Tinlot) rue de Dinant.

    Une nouvelle structure regroupe désormais le territoire du Condroz, de Flémalle et de Seraing, soit une population de +/- 120.000 habitants. Ce territoire était la dernière grande zone de la province de Liège et de Wallonie non couverte par un Poste Médical de Garde (PMG) et non subsidiée par l’Inami.
    Ce nouveau PMG, dénommé HaMeLie, (Haute Meuse Liégeoise) est situé à Neupré, route du Condroz 211. Il sera opérationnel le vendredi 12 juin.

    L’organisation pratique ne change pas. 
Le PMG sera ouvert du vendredi 18h au lundi matin 8h et de 18h la veille des jours fériés jusqu’au lendemain des jours fériés à 8h. 
Les patients seront reçus uniquement sur rendez-vous ou pourront bénéficier d’une visite à domicile s’il leur est impossible de se déplacer.
    Pour prendre rendez-vous les patients devront appeler le 1733, le numéro d’appel unique pour la médecine générale.
    En soirée de semaine, du lundi au jeudi, les patients sont toujours invités à appeler leur médecin traitant qui leur renseignera le nom du médecin de garde.

    Entrée sur le côté du bâtiment. Ascenseur extérieur jusqu'au 1er étage

    Cette asbl a pour objectif de pérenniser le service de garde dans nos régions, en offrant un meilleur service à la population et en permettant aux médecins de travailler dans de bonnes conditions de sécurité et d’efficacité.

    Capture d’écran 2020-06-06 à 14.12.30.png

  • Nécrologie. Décès de Madame Bernadette Jauquet épouse de Monsieur Ariste Seys

    Nous vous informons du décès de Décès de Madame Bernadette Jauquet épouse de Monsieur Ariste Seys.
    Nous présentons à sa famille et à ses proches toutes nos condoléances.

    Image-1.png

  • Attention ! le port du masque est obligatoire à partir de ce samedi 11 juillet!

    L’image contient peut-être : texte

    Ce samedi 11 juillet, le masque deviendra obligatoire dans les magasins, les centres commerciaux, les cinémas, les salles de spectacle ou de conférence, les auditoires, les lieux de culte, les musées et les bibliothèques.
    Le port du masque complète et renforce les six règles d’or que chacun doit respecter pour se protéger et protéger les autres.
    Plus d’info : https://bit.ly/3gKMUlU
  • Tinlot. Conseil Communal du 6 juillet.

    Capture d’écran 2020-07-08 à 11.42.39.png

    Le cerclage de l’arbre remarquable (complètement creux) du carrefour de Ramelot. Le tilleul devrait bénéficier d’un subside de 7.500€ du Petit Patrimoine Wallon (Voir l'article sur ce blog à propos du Tilleul de Ramelot classé et âgé de 325 ans en 1973!

    Dans les points abordés par le conseil communal ce lundi, il a été question du compte 2019, qui se solde par un résultat budgétaire à l’exercice propre de 258.134,27€. L’addition de ce résultat et des exercices antérieurs donne 472.330,44€. « Le résultat budgétaire est assez important pour une petite commune comme la nôtre. C’est positif car nous savons que la crise du Covid aura un impact sur les finances communales en 2021 et 2022, » annonce l’échevine. L’IPP est la première recette de la commune, représentant un montant de 1.045.056 € sur les 3.852.465,00€ de recettes ordinaires en 2019. Au moment de voter les comptes, les conseillers de l’opposition (IC) ont préféré s’abstenir.

    Capture d’écran 2020-07-08 à 11.26.41.png

    La place où sera installé le kiosque à Ramelot, près de la salle communale - Google

    Un kiosque place de l’Étang à Ramelot
    La première modification budgétaire de 2020 a également été votée. Parmi les adaptations de projet concernées, on retrouve le cerclage de l’arbre remarquable du carrefour de Ramelot. Le tilleul devrait bénéficier d’un subside de 7.500€ du Petit Patrimoine Wallon. Toujours à Ramelot, un subside de 15.000€ a été octroyé dans le cadre de l’appel à projet « Vis mon village ! » afin de construire un kiosque place de l’Étang. Le budget total est de 25.000€. « C’est un lieu de rassemblement pour les activités du village, à gauche de la salle communale Le Tilleul. Il y a très peu d’infrastructures sur Ramelot, c’est donc une bonne chose, » explique la bourgmestre Christine Guyot. Le kiosque devrait voir le jour fin 2020 ou début 2021.
    Un budget de 26.000€ sera également destiné à harmoniser les programmes informatiques à l’administration, afin de faciliter le travail des agents.
    Voir également l'article d'hier, Bpost va installer un centre de distribution dans le parc économique de Tinlot
    La Meuse H-W

  • Bpost va installer un centre de distribution dans le parc économique de Tinlot

    Le parc d’activité économique de Soheit-Tinlot, géré par la SPI, devrait accueillir prochainement un centre de distribution bpost qui couvrira plusieurs communes condruziennes, même si l’information n’a pas encore été officiellement annoncée. Comme on l’évoquait déjà en 2018, la société de traitement du courrier postal belge était à la recherche d’un terrain dans le Condroz pour installer son nouveau site. Après avoir hésité entre Nandrin et Tinlot, c’est finalement dans le petit zoning industriel de Tinlot que bpost viendra construire ce bâtiment - qui devrait faire plus de 1.000m² et générer 50 à 250 emplois - où les facteurs locaux viendront chercher leur tournée, en provenance d’un centre de tri. La parcelle fait 18.000m².

    Au bout du chemin, la parcelle achetée par bpost.
    Au bout du chemin, la parcelle achetée par bpost. - Google

     

    La parcelle achetée par bpost dans le zoning de Soheit-Tinlot.
    La parcelle achetée par bpost dans le zoning de Soheit-Tinlot. - SPI

    Ce centre de distribution vient répondre à une évolution dans la stratégie de la société, dont plusieurs bureaux de poste se transforment en simples guichets, sans conserver leur activité de tri, comme c’est le cas à Clavier. En terme de trafic, bpost évoquait en 2018 un flux quotidien de 50 à 100 camionnettes. Les contours de ce projet restent aujourd’hui à préciser mais on sait déjà que la commune de Tinlot s’apprête à créer une extension de voirie pour relier le terrain acheté par bpost. L’approbation de la convention de financement n’a pas été votée ce lundi car il reste quelques problèmes administratifs à régler avec la SPI. Le point a été reporté au prochain conseil communal.

    La Meuse H-W

  • Medecin de campagne à Tinlot, interview du Dr Stréa sur cette période du covid-19

    Le dernier Tinlot 4 Saisons a publié l'interview du Dr Stréa, médecin de campagne à Tinlot, généraliste, médecin responsable d’un étage au CNRF/CHU à Fraiture et médecin coordinateur du Home de Seny.

    Capture d’écran 2020-07-08 à 11.10.00.png

    La pandémie chez nous

    T4S : Après 10 semaines de pandémie, quel est votre ressenti ? Comment avez vous vécu cette période ?
    En 30 ans de métier, je n’ai jamais vécu çà. C’est tout à fait surréaliste. Rien ne nous a préparé à cela, mis à part la grippe H1N1 en 2009, mais qui était beaucoup moins grave.
    Nous étions en guerre sanitaire, face à une menace virale.
    Si je compare :

    > La guerre 40-45 : 88.000 belges morts en 5 ans
    > Le covid 19 : 10.000 belges morts en 10 semaines
    Aux USA :
    > 58.000 morts au Vietnam en vingt ans (1955-1975) > Le covid 19 : 100.000 morts en 10 semaines

    Je suis sensible à ce genre de chiffres car nombreux sont ceux qui ont trouvé qu’on dramatisait beaucoup, que le covid n’était pas plus méchant qu’une grippe, que les mesures sanitaires prises étaient exagérées ....

    T4S : Au jour le jour, comment ça se passait ?
    On a dû s’adapter en permanence, avec de nouvelles consignes de plusieurs pages à adopter plusieurs fois par jour. C’était une véritable cacophonie.
    Il a fallu prendre des décisions radicales : visites interdites, salle d’attente fermée, mesures sanitaires drastiques...
    Personnellement je n’ai eu aucun décès ni au CNRF, ni au home de Seny, ni dans ma patientèle privée. Et j’ai eu la chance de passer moi-même entre les micro- gouttelettes des patients que j’ai côtoyés.

    T4S : Qu’est ce qui vous a marqué ?
    On a vécu beaucoup de choses très positives . C’est un véritable esprit de corps qui régnait parmi les membres du personnel, au CNRF. Des personnes courageuses, volontaires, solidaires, qui se serraient les coudes. De véritables soldats au front, au chevet des malades, dans des conditions extrêmement difficiles (mesures d’hygiène, tenues adaptées, masques..)

    Beaucoup de marques de solidarité. Nous avons également reçu de l’aide spontanée de médecins, de spécialistes qui ne pouvaient plus exercer pendant cette période et qui sont venus offrir leurs services et renforcer le staff au CNRF. Spontanément, j’insiste ! C’était vraiment sympa et très utile !
    Nous avons reçu aussi beaucoup de marques de soutien de commerçants, de particuliers qui nous ont apporté des repas, des pizzas, des oeufs en chocolat, des boissons... (il a même fallu freiner ...) C’était magnifique à observer et ça faisait un bien fou au moral de tous. Qu’ils soient ici remerciés.

    Dans le home de Seny, la priorité était de protéger les résidents. Tout a été mis en place pour éviter les contacts avec l’extérieur et l’intrusion du virus dans l’établissement. La directrice a pris des décisions très fermes dès le début de la pandémie. Pas toujours faciles à accepter, à comprendre pour les familles.
    Les résidents nous ont étonnés par leur lucidité et leur compréhension de la gravité de la situation. Seuls 24h/24, 7j/7 dans leur chambre, ne voyant que du personnel masqué ... ils ont tout accepté, courageusement, soutenus par un personnel très dévoué et attentif. Ils attendaient le dépistage avec impatience et l’ont tous bien accepté.

    Ce dépistage auprès des résidents et du personnel a été fait de façon régulière. Et personne n’a été déclaré positif ! Vous imaginez le soulagement !
    Ma hantise : que le virus n’entre dans les maisons de repos, car j’avais peur qu’il y ait un tri dans les hôpitaux pour donner la priorité aux « jeunes ». Mais JAMAIS je n’ai senti cette volonté, ce choix.
    La priorité a toujours été : protéger la vie quelle qu’elle soit.
    Avec mon assistante, le Docteur Louise Devresse, nous étions toujours présents. Si, après un diagnostic au téléphone, une visite au domicile d’un malade s’imposait, nous y allions bien évidement avec l’équipement nécessaire pour éviter toute contamination. Nous n’avons jamais cessé de travailler !
    Personnellement, à aucun moment je n’ai manqué de matériel adapté. J’ai reçu de l’aide du CHU, du CNRF, de la commune de Tinlot, de volontaires, notamment des masques confectionnés par des proches, ainsi que du matériel offert par des patients (masques, blouses...)

    T4S : Et aujourd’hui ?
    Nous soignons aujourd’hui au CNRF les personnes en revalidation post COVID. Les séquelles de leur séjour aux soins intensifs sont énormes : perte de poids, fonte musculaire de tous les membres, perte d’autonomie... Tout est à réapprendre. Je suis impressionné par les lourdes conséquences de cette maladie.

    T4S : Un dernier conseil ?
    Attention, le virus est toujours là !
    Ne relâchez pas votre vigilance.
    Soyez prudents, prenez soin de vous et des autres !

    Merci Docteur STREA
    Christine Guyot, Bourgmestre

  • Juillet 2020, votre blog passe en mode vacances...

    Capture d’écran 2020-07-06 à 19.40.10.png

    Depuis quelques jours, votre blog est entré dans sa 9ème année. Après une année bien remplie avec une actualité très difficile ces derniers mois, votre blog prend un rythme de vacances à partir d'aujourd'hui.
    L'actualité tinlotoise reste bien sûr prioritaire ainsi que toutes les infos que vous nous transmettrez !
    Merci pour votre fidélité, bonnes vacances et prenez bien soin de vous !

  • Fondation Roi Baudouin. Appel à projets - Vis mon village en 2020 !

    Fin juin, la Fondation Roi Baudouin a lancé la 9e édition de son appel à projets ‘Vis mon village !’. L’opération, qui vise à soutenir l’engagement citoyen en milieu rural, connaît un succès considérable depuis sa création. Avec ce nouvel appel, les initiatives locales qui favorisent le vivre ensemble dans les quartiers, villages et hameaux – dont celles liées de près ou de loin à la crise du COVID-19 – peuvent bénéficier d’un coup de pouce pour se concrétiser et/ou se développer.

    Capture d’écran 2020-07-07 à 19.14.04.png


     
    Avec la crise du coronavirus, bon nombre de citoyen.nes se sont mobilisé.es et ont mis en place des initiatives solidaires et/ou intergénérationnelles, que ce soit pour venir en aide aux plus vulnérables, pour rompre l'isolement des ainés, pour maintenir les contacts sociaux malgré le confinement… À cet égard, les technologies digitales ont joué un rôle important. Alors que nous retrouvons peu à peu une vie normale, de nouvelles idées émergent pour retisser du lien et (re)créer une dynamique positive dans nos villages et quartiers. L’appel à projets ‘Vis mon village 2020 !’ veut soutenir et renforcer ces initiatives, que ce soit en matière de santé, de loisirs, d’alimentation, de mobilité... Cette année, le volet digital est intégré dans les critères de l’appel : des projets qui incluent des développements numériques peuvent donc aussi bénéficier d’un soutien. 
    Depuis 2012, ‘Vis mon village !’ a déjà soutenu plus de 260 projets d’habitant.es prêt.es à se retrousser les manches pour faire vivre leur village. Aujourd’hui, la Fondation Roi Baudouin libère un budget de 180.000 euros pour soutenir de nouveaux projets – chacun pouvant bénéficier d’un soutien allant jusqu’à 5.000 euros. Ce faisant, la Fondation s’engage auprès des créateurs/-trices de liens afin de favoriser le vivre ensemble en milieu rural. Étant donné le succès de la formule, les lauréat.es seront également invité.es à se rencontrer pour partager leur expérience et apprendre les un.es des autres. 
     En pratique
    Les projets peuvent être introduits par : 
    - des habitant.es d’un village qui se sont associé.es de manière formelle ou informelle (association de fait, groupe d’habitant.es, comité de voisinage…) ;
    - des associations ou des organisations travaillant au niveau local (maisons de jeunes, centres culturels, associations socio-culturelles…). Dans ce dernier cas, les activités doivent s’adresser à une majorité d’habitant.es du village.
    Les dossiers de candidature sont à remplir jusqu’au 15 septembre 2020 via le lien suivant.
    Un jury indépendant sélectionnera les projets en fonction de plusieurs critères :

    - la participation active des habitant.es au projet 
    - la plus-value et la créativité du projet 
    - l’implication de celles et ceux qui n’ont pas encore pris part à des initiatives locales 
    - la durabilité et la plus-value du projet 
    - le caractère rural 
    - la qualité et la faisabilité du projet.

    L’aspect rural sera reconnu en suivant la cartographie des communes en zone rurale du Service Public de Wallonie DGO3 telle que publiée en 2013.
    Les projets retenus seront connus mi-novembre 2020.
    Source

  • Depuis le 6 juillet. L’interdiction de fumer en voiture avec des mineurs généralisée en Belgique

  • Les allergiques vivent un vrai calvaire, cette année!

  • Liaison Tihange-Strée-Tinlot, le feuilleton se poursuit

    Liaison Tihange-Strée-Tinlot : la députée Caroline Cassart s’inquiète du retard...