- Page 3

  • Souper du Télévie le 1er mars, rappel: inscriptions encore possibles

    Capture d’écran 2014-02-22 à 12.15.48.pngVoir ici tous les détails pour le souper du Télévie le 1er mars prochain

  • Hamoir: une bonne idée pour retenir les jeunes et leur permettre de s'installer dans leur commune

    Capture d’écran 2014-02-20 à 14.23.43.png
    Le conseil communal de Hamoir (Photo KS)
    Si Hamoir veut conserver son côté semi-rural et donc préserver des zones vierges d’habitation, ses mandataires veulent néanmoins permettre à leurs jeunes citoyens de s’installer à Hamoir. Aussi ont-ils saisi l’opportunité de s’inscrire dans la démarche de créer des zones d’aménagement communal concerté. Mais encore ? « Notre commune ne dispose plus de possibilité de créer du logement dans les zones d’habitat.
    Par contre, nous possédons des terrains que nous pourrions vendre, comme à Chirmont (entre Fairon et Comblain-la-Tour) », confie le bourgmestre, Patrick Lecerf.
    Reste à introduire, à la Région wallonne, la demande pour la transformer en zone à bâtir. « Mais pas question d’en faire un lotissement massif ! Notre but n’est pas de vendre massivement aux promoteurs. Pour garder nos jeunes, nous en vendrons un peu chaque année. » Si le projet rentré approuvé, il faudra encore attendre deux à trois ans avant la 1re vente de terrain.

    Capture d’écran 2014-02-20 à 14.41.09.png

    Lors de ce conseil communal du 17/2, le SDER (Schéma Développement de l’Espace Régional)était également à l'ordre du jour. Les mandataires l’ont soldé d’un avis défavorable conditionné. « Notre avis est mitigé car si nous reconnaissons la somme de travail et de réflexions apportée en la matière, ce projet présente bien trop d’incertitudes quant à sa mise en pratique. Citons la portée juridique du projet, les contraintes imposées aux communes, la retombée de subsides si il y en a, quelles taxes… ? Ce projet se réfère au CODT (qui remplacera le CWATUP) lequel n’existe pas encore… », ont commenté les mandataires en séance du conseil communal. SONIA KOZLOWSKI  (La Meuse du 19/2)

  • Tinlot: « J’étais saoul, j’ai mis le feu à la voiture »

    Le 4 janvier 2013, nous avions relaté sur ce blog l'incendie volontaire d'un véhicule chaussée Romaine 64 à Ramelot, voir l'Article précédent sur ce blog. Noémie Boutefroy revient sur cette affaire dans la Meuse du 20/2

    Capture d’écran 2014-02-20 à 12.03.35.pngRenaud a 23 ans et il a quelques problèmes. Il l’admet lui-même, il a un mode de fonctionnement problématique. Un soir, ivre mort, sans raison particulière, il est allé mettre le feu à une voiture, celle du petit ami de sa cousine avec qui il avait eu une altercation 15 jours plus tôt.
    « Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça. J’avais bu. Je suis malade, alcoolique et j’ai des troubles psychiatriques. Je suis soigné depuis ces faits. Je n’ai voulu faire de mal à personne. J’ai juste des problèmes, il faut que je sois sous traitement, et surtout que j’évite de boire ».
    Heureusement pour le jeune homme, les conséquences n’ont pas été plus importantes que la destruction de la voiture. En effet, pour une raison difficile à expliquer, sous l’effet de la chaleur, le véhicule s’est déplacé vers la maison voisine.
    « C’était la maison de ma tante. J’aurais pu les blesser. Je n’avais pas imaginé qu’il y aurait des dégâts chez elle. Je suis vraiment content qu’elle n’ait pas été blessée, ni sa famille ».
    Pour ces faits, Renaud, en aveu, écopera probablement d’une peine de travail ou de prison, mais avec un sursis probatoire pour lui permettre de continuer sa thérapie. N.B. (LM du 20/2)

  • Ferrières, musée du jouet. A voir: un don exceptionnel de "Dinky Toys" et de voitures russes

    Marc Van Overbergh, un collectionneur bruxellois, n’avait personne à qui transmettre sa collection et a donc décidé d’en faire don au musée.

    Capture d’écran 2014-02-03 à 18.23.35.jpeg«Après avoir vendu plus d’un millier de pièces à la société anglaise Vectis, il m’en restait plusieurs centaines d’une moindre valeur. Je voulais les donner à un musée du jouet pour qu’elles continuent à vivre pour la joie des enfants. Lors d’une recherche sur Internet, j’ai eu un coup de coeur pour le musée de Ferrières et j’ai décidé de leur donner le reste de ma collection », explique Marc Van Overbergh. Mais pas n’importe quelles voitures : des « Dinky » de Matchbox et des voitures miniatures russes.

    Capture d’écran 2014-02-03 à 18.21.38.jpeg
    Le public peut admirer ces deux collections moins connues jusqu’en juin.
    La première concerne les voitures « Dinky » de Matchbox. La société britannique de jouet a en effet racheté la marque « Dinky » de « Dinky Toys » en 1986. «Nous présentons quasi la collection complète de voitures miniatures produites à partir de 1988 et ce jusqu’en 1992. Le premier modèle, une Jaguar verte type E et le dernier, une Citroën 2CV grise sont visibles dans le kiosque », déclare l’administrateur.

    Capture d’écran 2014-02-03 à 18.24.31.jpeg
    Les voitures miniatures de la 2e collection sont russes. On peut y admirer des Lada, des Gaz Tchaïka ou encore des limousines Zil, mais aussi des ambulances. Toutes ont été fabriquées dans le moindre détail. En témoignent les civières amovibles ou les portes, hayons et capots ouvrables.

    Cette exposition, tout comme l’ensemble des salles du musée est accessible les samedi, dimanche, jours fériés et en période de congés scolaires de 14h30 à 17h30 rue de Lognoul 6 à Ferrières.  CÉDRIC WILLEMS (La Meuse du 3/2/2013)

     A voir aussi: une exposition sur le cheval à travers le temps 

    Dans les quatre salles que compte le musée du jouet de Ferrières, d’autres vitrines ont vu leur contenu être modifié pour cette nouvelle saison. La salle 2 accueille en effet l’exposition biannuelle « Le cheval jouet remonte le temps ».
    Une idée sortie de la tête de Christian Libon. « J’aime bien les chevaux à bascule, et même les chevaux en règle générale. Cet animal a en effet servi de modèle pour confectionner des jouets de tout temps », explique-t-il. Cette exposition est dessinée sous forme de ligne du temps. « D’une manière ludique et didactique, elle présente l’évolution de la place du cheval dans notre société avec des objets, des photos et des textes prétextes à la présentation des jouets », déclare Christian Libon. La dynastie des Qin sert par exemple de prétexte à l’exposition de divers chevaux de jeu d’échecs, avec des pièces représentants des personnages de BD ou de films, comme les héros de Star Wars ou du Seigneur des Anneaux.
    C.W. (Photos CW)

  • Week-end des 21, 22 et 23 février 2013

    Capture d’écran 2014-02-21 à 20.35.52.png

    Rappel des activités du week-end présentées sur ce blog:

    Vendredi 21

    Tinlot: 4ème rendez-vous du livre, Espace Intergénérationel  à 20h.

    Marchin: Les Argonautes

    Samedi 22

    Grand Feu Fraiture

    Dimanche 23

    2ème édition des Boucles Claviéroises

    fot.jpgFootball Fraiture Sport

    P3: Fraiture Sport- Harzé
    P4: Fraiture Sport B- Vyle B


    Voir tous les détails ci-dessous

  • Tinlot tribunal: bataille d’experts pour le crash doublement mortel de Scry

    A Scry, tout le monde a encore en mémoire ce crash d’une violence inouïe qui a endeuillé deux familles de Charleroi et de Namur. Il remonte à l’été 2012. Le 28 juillet 2012, vers 4h du matin, rue de Dinant, une Polo avec à son bord trois amies âgées de 25 à 32 ans, et une VW Golf dans laquelle se trouvent deux hommes originaires de Modave se percutent à un carrefour: (ndlr, rue de Tillesse et rue de Dinant ).
    Le choc est terrible et d’une telle violence que les trois passagères de la Polo, qui ne portent pas leur ceinture, sont éjectées du véhicule à des distancesimpressionnantes de 6 et 15 mètres ! Emerence Georis (30 ans), maman de deux enfants, de Charleroi, et Valeria Richard (32 ans) de Namur sont tuées sur le coup. La 3e passagère,
    Katalyn Sombryn (24 ans), d’Amay, est grièvement blessée. Elle devait épouser le mois suivant Emerence Georis...

    Capture d’écran 2014-02-18 à 13.14.55.png
    Blessés également, les deux occupants de la Golf, originaires de Modave, sont également transportés à la clinique. Dès le départ, les circonstances et surtout les responsabilités de cet accident ont été difficiles à évaluer. Il existe aujourd’hui trois rapports d’expertise qui concluent à des responsabilités différentes.
    Pour l’expert désigné par le Parquet, il s’agit d’une responsabilité partagée. Emerence Goeris qui n’avait pas la priorité, s’est engagée dans le carrefour sans ralentir, ni marquer l’arrêt, à une allure de 32km/H. En face,
    Cédric P. qui conduisait la Golf est entré dans le carrefour à une vitesse excessive, entre 90 et 100km/h au lieu de 50. Pour l’expert, ce sont ces deux circonstances qui ont rendu la collision inévitable.
    A la défense de Cédric P., un expert qui conclut à l’entière responsabilité de la conductrice carolo qui,  aurait
    dû redoubler de prudence, au lieu de s’engager à 32 km/H. » Cette vitesse est contestée par la défense de Goeris la vitesse réelle serait de 16km/h. Cette différence s'explique par la violence de l’impact qui aurait fait bouger les aiguilles du tachymètre. L’affaire reviendra le 28 avril Extrait de l'article de Marie-Claire Gillet dans la Meuse du 18/2)

  • Scry, depuis 20 ans les riverains demandent des aménagements pour réduire la vitesse

    Le procès sur l'accident de Scry remet à l'ordre du jour la vitesse dans le village de Scry. M-Cl. Gillet a fait le point dans son article. (La Meuse du 17/2)

    Capture d’écran 2014-02-18 à 13.57.50.pngHasard : un mois avant cet accident mortel, les riverains avaient lancé une campagne d’affichage pour faire ralentir le trafic lors de la traversée du village de Scry. «Cela fait plus de vingt ans qu’on demande à la Région wallonne d’aménager quelque chose pour limiter la vitesse dans la traversée de Scry. La seule chose qu’on ait obtenue, ce sont deux passages pour piétons », dénonçait alors Guy Badoux, ancien conseiller communal à Tinlot.

    Capture d’écran 2014-02-18 à 13.54.33.pngUn an et demi plus tard, la situation n’a guère évolué. «Peu de temps après cet accident, un second est survenu, se souvient Lorenzo Novello, l’échevin tinlotois en charge des travaux. Il n’y a pas eu de blessé mais cela a incité le SPW à entreprendre des aménagements ». Une bande centrale a été peinte en rouge. «Pendant trois jours, les automobilistes ont levé le pied. Mais quand ils ont réalisé qu’il n’y avait pas de radar, ils ont recommencé à rouler vite comme avant », déplore l’échevin.

  • Marchin, un solo à deux: du très grand art. Vendredi 20h30

     

    Capture d’écran 2014-02-20 à 12.22.10.png
    Un formidable spectacle de cirque, de musique et d’humour (DR)

    On connaissait les quatre bras de Vishnu, les quatre bras de Tervuren, les quatre mains de Schubert… Voici les quatre bras des Argonautes. Comme le chantait Pierre Vassiliu « Qui c’est ceux-là ? ». Une compagnie formée en 1993 par des membres lancés dans la recherche effrénée «du chemin le plus courbe entre deux lignes droites et qui envisagent le cirque comme une très sérieuse école buissonnière ». Avec eux, le mouvement est roi et ils portent en étendard un humour décoiffant.
    Depuis leurs spectacles se sont multipliés, diversifiés et ont émerveillés un public de plus en plus nombreux. On se réjouit donc de retrouver les Argonautes à Marchin avec leur dernière création « Solo Due ». Peut-on être « deux » en un ? Ou « un » en deux ? Confondus, additionnés, Benji Bernard et Etienne Borel explorent l’art de s’adresser à soi-même en parlant à quelqu’un d’autre.
    Un solo pour deux interprètes, amenés à s’épauler, à se serrer les coudes et à s’emboîter le pas – au sens propre. Physique et virtuose, le duo explore et expose un cirque jonglé et musical, fruit de ces longues années de route courbe, avec cet art consommé de toujours se réinventer. Ce n’est pas demain que ces Argonautes-là fileront droit. Pour notre plus grand bonheur. À NOTER V. 21/2 20h30 Latitude 50o, Place de Grand-Marchin, 3 à Marchin. Info : 085-41.37.18 (LA M du 20/2)

  • Les prix de l’immobilier ont stagné en 2013 et à Tinlot?

    L’année 2013 a été très stable en matière immobilière dans notre arrondissement. Les transactions ont légèrement baissé (-1,4 %). Les prix des terrains à bâtir et des villas se sont tassés. Seuls les appartements (et les maisons mitoyennes dans une moindre mesure) ont pris de la valeur.

    CHIFFRES POUR L'ARRONDISSEMENT DE HUY-WAREMME

    Capture d’écran 2014-02-18 à 12.58.58.png
    La Fédération royale du notariat belge publiait mercredi son « baromètre des notaires ». Il en ressort que les prix moyens des maisons sont restés stables (et raisonnables) en 2013. «Aujourd’hui, c’est l’acquéreur qui peut faire le prix car il y a plus d’offres que de demandes », éclaire Renaud Grégoire, notaire wanzois. S’il y a beaucoup d’offres, forcément les prix n’augmentent pas. L’acquéreur compare et négocie férocement le prix. Les taux des crédits hypothécaires restent par ailleurs très bas, ce qui soutient le marché immobilier.
    Les notaires liégeois ont également constaté des délais de mise en vente toujours plus longs. Depuis la crise, les candidats acquéreurs ont de plus en plus de difficultés à obtenir un crédit et il leur faut plus de temps qu’auparavant pour obtenir l’accord de leur banque. Les conditions d’octroi des crédits sont, en outre, plus strictes que par le passé : il est aujourd’hui quasi impossible d’obtenir un crédit à 125% du prix d’achat, disent les notaires. Voilà pour le constat global. À Huy-Waremme, le pouvoir d’achat élevé permet un écoulement régulier des biens, estime Renaud Grégoire. Certaines tendances sont à épingler.

    Le prix moyen d’une maison standard a peu évolué l’an dernier : 163.580 euros (+0,9 %).

    Le prix des villas quatre façades est en chute libre : 332.509 euros (-4,1%).

    Le prix moyen d’un appartement a continué à augmenter : il passe à 138.366 euros (+2,9 %).

    Le prix moyen des terrains à bâtir a chuté à 68,69 euros le m2 (-6,1 %) par rapport à 2012.

    (Extrait de l'article d'Annick Govaers dans la Meuse du 14/2)  SOURCE: LA MAISON DES NOTAIRES DE LA PROVINCE DE LIÈGE (CHIFFRES 2013)

  • Nandrin, avis de recherche de la police fédérale pour Leila Tadjine, disparue lundi

    Capture d’écran 2014-02-20 à 11.44.24.png

    Le lundi 17 février 2014 à 08h30, Leila TADJINE, une femme originaire de NANDRIN, âgée de 47 ans, a déposé son enfant à l’école, rue de la Colline à SERAING . Depuis, elle ne s’est plus manifestée. Elle se déplace à bord d’une Toyota Corolla bleue foncée portant la marque d’immatriculation DQN-985. 
    Mme TADJINE mesure entre 1m60 et 1m65 et est de corpulence mince. Elle a les cheveux bruns foncés. Elle porte un carré plongeant avec une mèche rouge. Elle a les yeux bruns, le teint hâlé et porte des lunettes. Au moment de sa disparition, elle était vêtue d’une veste foncée, d’un jeans bleu et portait un sac foncé de la marque DESIGUAL. 
    Si vous avez vu Leila TADJINE ou si vous savez où Leila TADJINE réside, veuillez prendre contact avec les enquêteurs de la Police Fédérale via le numéro de téléphone gratuit: 0800/ 30.300

     Voir le blog de Nandrin

  • Boucles claviéreoises, spéciale Terwagne-Tinlot, les détails pour ce dimanche

    Capture d’écran 2014-02-18 à 11.45.03.png

    Voici les précisions concernant l'étape spéciale qui se déroulera la commune de Tinlot.
    Horaire des départs: 10h30, 14h15  et 18h. Le parcours sur Tinlot est limité aux différents chemins de remembrement entre Seny et Terwagne (voir le plan ci-dessous).
    Après l'arrivée chemin de Pair près de la route du Condroz, les équipages rejoindront l'assistance sur le zoning par la rue du centre. La rue Martinpa sera mise à sens unique dans le zoning, toute la journée. Pour toute question ou problème, les riverains sont appelés à contacter le directeur de sécurité ou le directeur de la course dont les N° de GSM figurent ci-dessus.

    Les voitures reprendons alors la route (hors course) rue du Montys à hauteur du Déco Rulot. Attention donc sur la N66 à Soheit-Tinlot.

    Capture d’écran 2014-02-18 à 11.21.28.png

    Capture d’écran 2014-02-18 à 11.11.07.png
    Cliquez sur les images pour agrandir

  • Le massacre des chemins forestiers communaux par les débardeurs se poursuit

    DSC_5683.JPGIl est légitime pour des propriétaires de bois de procéder à des coupes et de débarder ensuite. Il serait aussi normal d'utiliser les chemins communaux, entretenus à grands frais par la collectivité, pour amener tous ces arbres en bordure des routes. Mais la moindre des choses serait, comme convenu, de remettre ces chemins en état. La procédure prévoit d'avertir la commune, propriétaire des chemins, et de procéder à un état des lieux avant de démarrer les coupes (photos à l'appui). Visiblement, ce n'est pas toujours le cas. Entre les propriétaires et les entreprises sous-traitantes, on se renvoie la balle. Les chemins communaux sont défoncés et les chemins privés, eux,  sont parfois maintenus intacts.

    Capture d’écran 2014-02-18 à 12.44.47.png

    Voici quelques photos (merci à Marcel Ponthier) prises vers le 20 décembre dans les Tiges de Favence et de l'Herberain. Depuis lors, la situation s'est fort dégradée. Ce 17 février, 2 fraituroises empruntant le sentier venant de La Bouhaie celui dit "du Cordonnier" se sont trouvées devant des ornières monumentales qui n'ont rien de commun avec les photos ci-dessus. Le seul commentaire des débardeurs était: "Allez vous promener ailleurs ou mettez des grandes bottes."  Le même constat avait déjà été fait l'an dernier.
    Les seuls derniers petits espaces publics accessibles dans les bois sont-ils devenus des zones de non-droit?

  • Fraiture, le grand feu, c'est samedi soir

    DSC_5778.JPG
    Capture d’écran 2014-02-18 à 19.15.43.pngLe premier grand feu de l'année, cela  nous rapproche déjà du printemps!
    Pour rappel, un trio de cracheurs de feu allumera le grand feu dès 20h, deux chapiteaux chauffés sur la route, des pains saucisses, du vin chaud, DJ Alain, et une ambiance de folie bien connue à Fraiture.!
    Dès 19h rendez vous rue des Princes (entre Tinlot et Fraiture)
    Une organisation de la Maison des Jeunes.

  • Ecole communale, quelques photos des 3èmes maternelles

    Voici quelques photos du pectacle "Pierre et le Loup" joué par les 3èmes maternelles la semaine dernière.

    Pierre et le loup, 3 maternelle Fraiture

    Pierre et le loup, 3 maternelle Fraiture

    Merci à Michèle V.H pour les photos.