- Page 4

  • Ne ratez pas vos suppléments sociaux d’allocations familiales !

    En fonction des revenus du ménage, les allocations familiales peuvent faire l’objet de suppléments sociaux. Cet été, la ministre en charge du dossier, Valérie De Bue, avait demandé aux cinq caisses d’allocations d’envoyer une lettre à 400.000 Wallons pour attirer leur attention sur ce point. Avec le chômage partiel ou le droit passerelle liés à la crise sanitaire, certaines familles sont en droit d’y prétendre alors que ce n’est pas le cas en temps normal.

    « Les montants varient en fonction de la situation du ménage, monoparental ou non, du nombre d’enfants, de leur âge et de leur date de naissance qui détermine l’application de l’ancien ou du nouveau modèle », explique Anne-Michèle Wauthier inspectrice générale à l’AViQ, l’agence pour une Vie de qualité. La Région wallonne fait la distinction entre les enfants nés avant ou après le 1er janvier 2020, date de la réforme du système.

    JUSQU’À 112 € PAR MOIS
    Selon l’ancien modèle, le supplément pour un enfant seul de moins de 6 ans est de 49,75€. Avec deux enfants, le minimum est de 80€ par mois. «Avec le nouveau modèle, nous tenons compte aussi du fait qu’il s’agit d’une famille monoparentale (+20,40 €) ou qu’elle est nombreuse (+35,70 €). Le supplément pour un enfant oscille entre 56 et 112 € », chiffre notre interlocutrice.
    À l’issue du premier confinement, l’AViQ avait estimé qu’au moins 20.000 ménages étaient susceptibles de bénéficier de ces suppléments. C’est à peu près le nombre de dossiers qui ont été rentrés à la date de ce 1er décembre.
    Mais, le pays a été à nouveau confiné en partie depuis lors. Les magasins non essentiels, l’Horeca ou les professions de contact ont dû à nouveau cesser leurs activités. D’autres Wallons pourraient donc être concernés.
    Combien de milliers ? L’AViQ manque de données pour faire une nouvelle estimation.
    « Ces personnes doivent faire les démarches avant le 31 décembre. En cas de doute, elles peuvent contacter leur caisse d’allocations familiales », précise Anne-Michèle Wauthier.
    Si les bénéficiaires potentiels ne réagissent pas, les sommes ne seront pas perdues. « En 2022, les caisses seront informées sur la base des données des déclarations fiscales 2020 du SPF Finances du fait que certains ménages auraient dû les toucher. Elles paieront alors les suppléments dus ».
    YANNICK HALLET La Meuse du 17 déc.
  • Record d’appels au Centre Antipoison en 2020

    Capture d’écran 2020-12-14 à 11.07.53.png

     
    « Nous avons quinze médecins et/ou pharmaciens qui occupent notre permanence téléphonique », nous lance d’emblée Patrick De Cock. « L’année dernière, nous avons reçu 60.668 appels, cette année ce sera probablement près de 65.000, grâce en partie au Covid-19, et c’est le chiffre le plus élevé des 57 ans d’histoire du Centre Antipoisons ».
    Certes l’équipe est prête (elle fonctionne toujours avec 3 personnes en même temps) et elle s’adapte à toutes les situations. On téléphone au Centre Antipoisons pour des intoxications en tous genres… actuellement pour ne citer qu’un exemple, ce sont les intoxications à cause des châtaignes. Avant cela, c’était les champignons.
    La période des fêtes est toujours plus critique mais de manière « classique » en cette fin d’année : des appels pour des soucis d’alcool, d’intoxication, etc.
    Mais depuis le début de l’année, une nouvelle « donne » est venue s’ajouter à la liste : les intoxications dues au virus. Des appels, pour plusieurs choses. Ainsi, le centre a reçu des appels pour de graves lésions oculaires dues aux éclaboussures de gels hydroalcooliques chez les enfants. Ainsi, le directeur général adjoint du centre, Dominique Vandijck précise : « Nous tenons tout d’abord à souligner que les gels hydroalcooliques sont très utiles et nous ne voulons pas décourager leur utilisation, au contraire. Mais, néanmoins, soyez vigilants. En cas d’exposition, il est préférable d’appeler immédiatement le Centre Antipoisons et il est très important d’immédiatement bien rincer l’œil à l’eau tiède et pendant 15 minutes. Surtout, n’attendez pas que des plaintes telles que des douleurs et des irritations apparaissent ». Pourquoi les enfants sont-ils particulièrement touchés ? « Les distributeurs sont souvent placés à une hauteur telle que l’alcool peut facilement et directement atteindre leurs yeux », poursuit Patrick De Cock. Autre (nouvelle) raison des appels : le nombre d’accidents avec des produits chimiques ménagers a fortement augmenté. Notamment avec la javel ! 1.024 accidents ont déjà été recensés, soit 2 fois plus qu’une année « normale ».
    Enfin, au Centre Antipoisons, ce qui inquiète les médecins, ce sont les appels des personnes isolées (ou pas) en cette fin d’année et c’est clairement lié au virus. Des appels notamment pour des tentatives de suicide. Le centre, vu les chiffres actuels déjà, estime avoir plus de 4.000 appels liés au Covid : « Oui, nous avons quelques craintes pour les prochaines vacances », annonce encore le coordinateur en communication.
  • Dès ce 18 décembre, découvrez le château de Modave et ses jardins illuminés

    Si les musées ont été autorisés à rouvrir sous certaines conditions, ce n’est toujours pas le cas pour les attractions touristiques qui doivent rester « portes closes ».
    Dans ce contexte sanitaire, pas question pour l’asbl « Château de Modave » d’organiser son traditionnel Noël au Château de Modave. Cet événement organisé chaque année pour les fêtes de fin d’année est très apprécié du public qui peut (re)découvrir les lieux entièrement décorés sur base d’une thématique qui varie d’une année à l’autre. En 2019, les costumes du carnaval de Rio avaient investi les salles.
    Les administrateurs ont donc opté pour une autre formule, tout aussi séduisante et conforme au protocole en vigueur : ils proposent une visite extérieure du château et de ses jardins « Toutes les façades du château seront illuminées mais nous avons aussi illuminé et décoré certaines salles à l’intérieur que le visiteur pourra découvrir par les fenêtres depuis la cour et les jardins. », indique le directeur Benoît Van Hespen qui ne souhaite pas en dire davantage pour garder l’effet de surprise.
    Les jardins promettent aussi d’être féeriques avec ses décors, la mise en lumière de ses arbres remarquables et de certains coins insolites ou inconnus du grand public.
    Pas de visite guidée, chacun sera invité à déambuler librement dans le parc.

    Réservations ouvertes
    Pour respecter le protocole sanitaire, le nombre de visiteurs est limité à 200 personnes par jour, « pour un domaine de 4ha, cela représente une personne par 10m² », calcule le directeur. Le masque sera bien évidemment obligatoire pendant la visite et du gel hydroalcoolique sera mis à disposition du public à l’entrée du site.
    Le nombre de places par jour étant limité, il est vivement recommandé de réserver son ticket par internet (www.modave-castle.be) ou en téléphonant au 085/41 13 69. Les réservations sont déjà ouvertes.
    Lumière et Couleurs de Noël est à voir du vendredi 18 décembre au 3 janvier, tous les jours, de 15h30 à 19h30 (aussi les 24, 25 & 31 décembre et le 1er janvier). Les derniers tickets au prix de 4€ /personne (gratuit pour les enfants de – 12 ans accompagnés) sont vendus à 19h. Les chaussures chaudes sont vivement recommandées.

  • Chauffage au bois. 22 conseils pour maîtriser votre feu!

    Capture d’écran 2020-12-14 à 13.13.57.png

    Découvrez les 22 conseils de la campagne en vidéo pour bien maîtriser son chauffage au bois.
     

    Saviez-vous que 70% des ménages wallons qui se chauffent au bois le font avec des bûches ? Dès lors, comment rendre la 1ère source de chaleur renouvelable de ces ménages encore plus efficace et durable ? C'est là l'objectif de la campagne de sensibilisation La Maîtrise du feu !  Voir le site de cette campagne.

  • Belgique terrorisme. L’OCAM se dote d’un site internet d'information au public

    L’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM) se dote d’un site internet mis en ligne vendredi dernier: https ://ocam.belgium.be.

    Capture d’écran 2020-12-14 à 11.16.00.png
     
    « Accessible dans les trois langues nationales belges ainsi qu’en anglais, il nous permettra de communiquer directement avec le public. En temps de crise, le site web sera utile pour fournir rapidement des informations correctes et fiables », explique l’Organe.
    Outre le niveau de menace actuel en Belgique, le site web met également à disposition un certain nombre de publications sur le fonctionnement de l’OCAM, qui se dote pour l’occasion d’un nouveau logo.
    Les ministres de la Justice Vincent Van Quickenborne et de l’Intérieur Annelies Verlinden se réjouissent de ce lancement, ont-ils indiqué dans un communiqué commun.
    « Conformément à l’accord de gouvernement, l’OCAM joue ainsi la carte de la transparence et de la communication ouverte en matière de menaces terroristes (…) Ces derniers mois, plusieurs pays, dont la France et l’Autriche, ont été victimes de nouveaux attentats terroristes. Ces faits tragiques nous rappellent que le risque zéro n’existe pas. Notre priorité absolue est toutefois de garantir au maximum la sécurité de nos citoyens. C’est la raison pour laquelle nous devons les informer des menaces potentielles. »
    Pour Vincent van Quickenborne, « ce site nous permet d’offrir aux citoyens une transparence maximale au sujet du niveau de la menace mais également concernant certaines analyses stratégiques. Et des citoyens dûment informés sont des citoyens avertis. »
    « La lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme est l’une de mes priorités », renchérit Annelies Verlinden. « Un échange d’informations efficace et une détection précoce sont indispensables à cet égard. Et le lancement du site internet de l’OCAM y contribuera certainement. »

  • Condroz. Les annonces paroissiales du 18 au 24 décembre

    Capture d’écran 2020-12-16 à 16.08.49.png

    Capture d’écran 2020-12-16 à 16.08.36.pngCapture d’écran 2020-12-16 à 16.07.55.pngCapture d’écran 2020-12-16 à 16.07.48.png

    Capture d’écran 2020-12-16 à 16.15.24.png

    Les brèves spéciales complètes du 20 décembre

     

     

  • Démographie. D’ici 2034, Huy-Waremme de plus en plus peuplée

    Capture d’écran 2020-12-14 à 09.56.41.png

    Selon WalStat, beaucoup de communes de l’arrondissement de Huy-Waremme verront leur nombre d’habitants augmenter d’ici 2034. Crisnée devrait gagner près 1.000 habitants !  
    Combien serons-nous en 2034 ? L’Institut de statistique wallon (Iweps) a publié récemment une enquête démographique qui livre des prédictions sur le nombre d’habitants en Wallonie à l’horizon 2034.
    Ces prévisions prennent en considération « non seulement les spécificités locales des phénomènes de fécondité, de mortalité et de migration, mais aussi l’évolution des ménages », et également les effets de la pandémie de coronavirus.
    « Ces perspectives démographiques constituent un outil à la prise de décision dans de nombreux domaines de la gestion d’une commune (logement, équipement, aménagement du territoire…) », indique l’Iweps. À la lecture de ces données, on constate que l’arrondissement de Huy-Waremme s’apprête à connaître un boom démographique. En effet, la Wallonie devrait à voir sa population augmenter de 4%, et idem au niveau de la province de Liège. Sur les 31 communes de Huy-Waremme, seules quatre entités ont un taux de croissance inférieur à la moyenne wallonne et provinciale : Fexhe (-3%), Hamoir (0%), Huy (0%) et Nandrin (-1%).
  • Cette semaine. Reprise des cours et des examens moto, camion et bus

    Capture d’écran 2020-12-14 à 10.04.08.png« Nous allons pouvoir reprendre cette semaine les formations pratiques pour les motos, les poids lourds et les autobus », se réjouit Olivier Pereaux, de l’association professionnelle des auto-écoles Federdrive. Par contre, il déplore que le pratique voiture demeure à l’arrêt : « Cela favorise les grosses structures. Beaucoup de nos membres n’organisent pas la formation camion ».
    Les examens pour ces trois catégories de véhicules vont pouvoir ainsi reprendre, probablement à partir de mercredi. « Des modalités pratiques doivent encore être précisées. Nous devrions recevoir les informations ce lundi matin », indique Virginia Li Puma, porte-parole d’AutoSécurité, l’un des deux réseaux de centres d’examens en Wallonie. « Oui, pour l’examen poids lourds, il y a la distance à respecter entre les personnes. Nous devons savoir si l’épreuve ne pourra se dérouler que dans les véhicules munis d’une double cabine », précise Olivier Pereaux.
    Cours en visioconférence
    David Barattucci de la Fédération des auto-écoles agréées, l’autre représentant du secteur, prévoit une reprise des cours pratiques moto/camion/bus à partir de ce lundi. Il rappelle que les formations continue (CAP) et ADR (matières dangereuses) peuvent être déjà dispensées aux chauffeurs professionnels.
    Les cours théoriques voiture ont déjà repris, mais avec la règle d’une personne par 10 m 2 . « Cela limite le nombre de candidats. L’administration wallonne nous a contactés pour faire une simulation de cours en visioconférence pour 20 élèves. Un arrêté va être pris pour reconnaître leur validité. Une attestation de fréquentation des cours est obligatoire pour les gens qui ont échoué deux fois à l’examen théorique », explique Olivier Pereaux de Federdrive.
    Il est plutôt sceptique quant à de tels cours à distance. Les élèves devront être équipés d’une caméra pour voir s’ils sont bien là. Et la matière plutôt complexe risque de moins bien passer qu’en classe. Du côté de la FAA, on est prêt. « Nous avons fait déjà le test et nous pourrons proposer des cours à distance à partir de la semaine prochaine pour le théorique voiture mais aussi pour les autres véhicules », annonce David Barattucci.

  • Bastogne. La gestion du Mardasson passe aux Américains

    Capture d’écran 2020-12-14 à 10.35.56.png

    Le Mardasson a de nouveau ouvert ses portes au public ce 12 décembre (voir le site)

    La Belgique a cédé samedi à une agence du gouvernement américain la gestion et l’entretien du Mémorial du Mardasson, le monument en forme d’étoile à cinq branches qui représente à Bastogne l’hommage du peuple belge à la mémoire des combattants américains tombés sur le sol belge durant la Seconde Guerre mondiale, a annoncé l’ambassade des États-Unis en Belgique.
    Ce transfert marque l’aboutissement d’un projet que l’ambassadeur des États-Unis en Belgique, Ronald Gidwitz, a lancé en 2019, année du 75 e anniversaire de la Bataille des Ardennes, de créer un fonds pour restaurer le Mémorial du Mardasson.
    Remercier les Belges
    « C’est une façon de remercier le peuple belge qui, immédiatement après la guerre, a collecté des fonds pour concevoir et construire un mémorial en souvenir éternel de ses libérateurs américains de la Bataille des Ardennes. La Régie des Bâtiments et la ville de Bastogne ont accepté qu’un bail de 99 ans soit conclu entre le Royaume de Belgique et l’American Battle Monuments Commission (ABMC), qui sera donc désormais en charge de la gestion et de l’entretien du Mémorial du Mardasson », a expliqué l’ambassade.
    Une plaque a été inaugurée samedi midi au Mémorial, en présence du bourgmestre de Bastogne, Benoît Lutgen, de l’ambassadeur Gidwitz, du secrétaire de l’ABMC, William M. Matz, Jr. et du secrétaire d’État belge Mathieu Michel, chargé de la Régie des bâtiments.
    Le nouveau mémorial portera le nom de Mémorial de la Bataille des Ardennes au Mardasson. C’est le seul mémorial commémorant toutes les forces américaines qui ont combattu durant la Bataille des Ardennes, qui fut l’engagement américain le plus important et le plus sanglant sur le territoire européen durant la Seconde Guerre mondiale. Les pertes américaines se chiffrèrent à 19.000 morts et près de 60.000 blessés en près de six semaines.
    Le Mémorial du Mardasson a été inauguré en juillet 1950 en présence du général Anthony McAuliffe, commandant de la 101e division aéroportée lors de la Bataille des Ardennes, et il symbolise le lien durable entre Bastogne et les forces armées américaines qui ont combattu pendant la Bataille des Ardennes.
    Le Mardasson doit son nom à une petite mare située sur le lieu-dit « Asson », au nord-est de la ville de Bastogne.
  • Le prix de l’eau n’augmentera pas en Wallonie l'année prochaine!

    Capture d’écran 2020-12-14 à 11.21.14.png
    Le prix de l’eau restera inchangé en 2021 pour les clients de la Société wallonne des eaux (SWDE).

    C’est ce qu’annonce vendredi la principale société publique de production et de distribution d’eau potable en Région wallonne.
    La SWDE n’a pas augmenté le « coût vérité à la distribution » depuis 2014, ce qui permet à un ménage qui consomme 100 m3 d’eau par an d’économiser 25 euros sur sa facture annuelle. En 2021, l’autre partie de la facture, appelée « coût vérité à l’assainissement » n’augmentera pas non plus.
    Dans le même temps, quelque 100 millions d’euros sont investis chaque année, sur fonds propres, dans le renouvellement et la modernisation des infrastructures, indique par ailleurs la SWDE.
    La société souligne que les personnes qui éprouvent des difficultés pour payer leur facture d’eau peuvent se tourner vers son dispositif de soutien ou faire appel au fonds social de l’eau via leurs CPAS.
  • En Janvier, le facteur laissera une carte si votre sonnette est défectueuse !

    Avec le rush actuel, certains ont l’impression que le facteur ne prend parfois plus le temps de sonner pour délivrer son colis et préfère repartir en laissant une carte avertissant de son passage.

    B9725505203Z.1_20201211093405_000+G7TH7KS54.1-0.jpg

    Interpellée à la Chambre, Petra De Sutter, la ministre fédérale en charge de bpost, a rappelé que « la consigne est pourtant de commencer par sonner à la porte ».
    « Nous n’enregistrons pas une explosion de plaintes à ce sujet. Nous sommes dans le taux habituel qui très faible au vu du nombre de paquets », précise Fanny Charpentier, porte-parole de bpost. Une fois l’effervescence actuelle retombée, bpost va mener une campagne d’information auprès de ses facteurs pour leur rappeler les règles mais aussi auprès des Belges pour faciliter la réception des envois.
    « L’agent n’est pas forcément de mauvaise foi. La sonnette ne fonctionne pas toujours ou il n’y a pas de nom dessus alors que plusieurs personnes habitent dans l’immeuble », précise Fanny Charpentier. Face à ces situations, bpost est en train d’imprimer de petites cartes signalant les problèmes rencontrés au moment de la livraison. Ces cartes commenceront à être utilisées dans le courant du mois de janvier.

    Mettre son nom
    Pour rappel, la loi impose que le numéro de maison soit visible depuis l’endroit où se trouve la boîte aux lettres. Si ce n’est pas le cas, la boîte doit aussi afficher le numéro.
    « Même si ce n’est pas obligatoire, il est vivement conseillé d’indiquer le nom de tous les habitants sur la boîte aux lettres », préconise Fanny Charpentier, rappelant que l’on peut indiquer, sur le site de bpost, ses préférences pour laisser le colis sur place en cas d’absence, par exemple en le confiant à un voisin.
    « Quoi qu’il en soit, lorsque nous avons une plainte de ce type, nous avons toujours un contact avec le facteur concerné pour comprendre ce qui s’est passé et le cas échéant rappeler les règles. Nous sommes bien conscients qu’il est encore possible de s’améliorer », conclut notre interlocutrice.
  • En 2020. Covid-19, lockdown : les recherches les plus populaires sur Google

    Capture d’écran 2020-12-14 à 11.02.20.png

    Comme chaque année, Google a dévoilé les recherches les plus populaires effectuées en Belgique en 2020. En d’autres mots : qu’est-ce qui a fait le buzz dans notre pays cette année. Et on peut dire que cette année plus que jamais, les Belges ont fait preuve d’un grand courage et de solidarité pour affronter la pandémie du coronavirus. Sans surprise, ce sont donc les sujets liés à la Covid-19 qui sont fortement présents dans les résultats de recherche. Les termes « Covid-19 » ou encore « lockdown » font ainsi partie du top tout comme « Quels sont les symptômes », le confinement, « comment faire des masques »
     
    Lors des deux confinements, les Belges ont dû trouver de nouvelles occupations et sont probablement devenus de vrais cordons-bleus ! On observe d’ailleurs dans le classement Google une nette augmentation des recherches concernant les recettes de cuisine en tout genre comme faire du pain, de la mousse au chocolat ou encore des pancakes du côté francophone. Du côté néerlandophone, les recettes de brownies, smoothie et mojitos ont également eu la cote.

    Petra De Sutter première belge
    Tout comme la pandémie actuelle, l’année 2020 a été particulièrement marquée par les élections américaines . Joe Biden figure ainsi à la première place du classement des personnalités politiques internationales les plus tendances sur Google et Kamala Harris se retrouve en quatrième position.

    Du côté des personnalités politiques belges, le podium se constitue de trois femmes : Petra de Sutter, vice-première ministre, ministre de la fonction publique et des entreprises publiques et première ministre transgenre au gouvernement belge ; Sophie Wilmès, première Première Ministre femme au gouvernement belge, et Maggie De Block, ancienne ministre de la santé, des affaires sociales et de l’asile et de la migration.
    Enfin, chaque année a son lot de pertes. Les Belges se sont émus des personnalités comme le célèbre joueur de basket Kobe Bryant, notre vedette nationale Annie Cordy ou encore plus récemment Diego Maradona. Espérons qu’en 2021, les mots « vaccin » et « guérison » sont les plus recherchés.
    7 Dimanche
  • Condroz Covid-19. Evolution du virus dans chaque commune au 13 décembre

    Capture d’écran 2020-12-14 à 10.31.48.png

    A partir de la carte interactive par commune Sudpresse,
    voici un tableau des tests positifs
    dans les communes condrusiennes et vallée de la Meuse.
    Les communes sont classées par nombre d'habitants de Tinlot (2.778) à Huy (21.432)
    X= données non relevées
    Situation au 6 décembre.
    Dans la colonne de droite de ce blog, vous trouverez un relevé permanent de la situation à Tinlot,
    mis à jour en fonction de la disponibilité des données. 

  • Sept halls pour PME vont être construits dans le parc artisanal d’Ouffet

    B9725476348Z.1_20201208195534_000+GN8H745CF.1-0.png
    Les halls seront construits en face des installations Walhin. - DR

    2.300m² de bâtiments
    « Je garderai deux halls de 600m² et 200m² pour mes activités. Les autres seront des halls locatifs qui permettront à des PME et TPE de s’installer à Ouffet », explique l’entrepreneur. « J’ai déjà des candidats locataires qui ont signé leurs baux pour rentrer vers le milieu 2021 dans le zoning. Il y aura une carrosserie et des confrères eux aussi actifs dans la ferronnerie architecturale ».

    Les bâtiments seront construits en deux phases. Un premier lot de 4 halls sera construit dès le mois de janvier prochain et devrait être terminé en août 2021. Les deux premiers halls feront respectivement 400m², tandis que le 3e et le 4e feront 200m².
    Le deuxième lot comprend un hall de 600m², un de 300m² et un autre de 200m². Ils seront construits dans la foulée du premier lot et devraient être terminés en février-mars 2022. Cela porte à 7 le nombre total de halls et à 2.300m² la surface construite totale.

    Dynamiser le parc artisanal
    Accessible au départ de la N66, le parc artisanal d’Ouffet est situé à l’écart du centre, entouré de terres agricoles. Onze entreprises y sont actuellement implantées. « Les halls permettront de dynamiser et diversifier l’activité dans le parc artisanal », avance Frédéric Walhin. Les travaux débuteront en janvier 2021.
    La Meuse H-W