- Page 2

  • Traditions. Des bisous sous le gui au Nouvel An!

    1024px-200501_Gui_II.JPG

    Du temps des Gaulois, les druides allaient en forêt pour couper le gui sacré, le sixième jour de l'année celtique. Buisson toujours vert sur un arbre apparemment mort en hiver, il symbolisait la vie perpétuelle. Plante sacrée, les druides lui attribuaient des vertus médicinales et même miraculeuses. Le gui était un talisman qui chassait les mauvais esprits, purifiait les âmes, guérissait les corps, neutralisait les poisons, assurait la fécondité des troupeaux, permettait même de voir les fantômes et de les faire parler.
    Les Gaulois le nommaient « celui qui guérit tout ».
    C'était le gui cueilli sur le chêne — chose rare — qui était recherché. Le chêne était l'arbre du soleil qui symbolisait la force et la puissance. Le gui était l'arbuste de la lune. On le cueillait dans une grande cérémonie religieuse, le sixième jour de la lune avec une faucille d'or.

    En Europe du Nord (y compris en France), il est d'usage de s'embrasser sous une branche de gui et de choisir une baie de la gerbe, symbole de prospérité et de longue vie au moment des fêtes de Noël et du jour de l'an (à minuit précisément), la gerbe de gui étant accrochée au plafond ou au-dessus de la porte d’entrée.
    Cette tradition du baiser fait partie de tout un rituel du mariage lors des fêtes grecques des Saturnales. La saison voulant que le gui abonde, on en cueillit dès le Moyen Âge pour l'offrir avec ce souhait : « Au gui l'an neuf », formule qui fut remplacée plus tard par « Bon an, mal an, Dieu soit céans » (soit dans la maison). En Angleterre au XVIIIe siècle, si une jeune femme célibataire acceptait un baiser alors qu'elle se trouvait sous la « kissing ball » (littéralement la « boule à baisers », boule de gui décorée et accrochée aux portes), elle était promise à un mariage dans l'année, comme pour les Saturnales.
    Au XIXe siècle on disait « Bonne et sainte année, le paradis à la fin de vos jours », expression modernisée au XXe siècle en « Bonne et heureuse année ».  Source Wikipédia

    Capture d’écran 2019-12-29 à 18.43.25.pngAlors, on s’embrasse ? (Vlan)

  • Le réveillon du Nouvel-An, les origines

    capture ecran 2015-12-30 à 20.56.18.jpgEn 46 avant notre ère, Jules César décide que le Jour de l’An, auparavant célébré en mars, serait fixé au 1er janvier. Les Romains dédient ce jour à Janus. Janvier doit également son nom à Janus qui se trouve être le Dieu des portes et des commencements : celui-ci avait deux faces, l’une tournée vers l’avant, l’autre vers l’arrière.
    Le réveillon de la Saint-Sylvestre ou le réveillon du Jour de l'an est une coutume qui consiste à fêter l'arrivée du nouvel an, en veillant jusqu'à minuit le soir du 31 décembre, dernier jour de l'année du calendrier grégorien.
    Dans la plupart des pays, contrairement au réveillon de Noël qui se fête en famille, celui du Jour de l'an se fête généralement avec des amis. Par contre, au Japon de même qu'en Russie et dans les autres anciennes républiques soviétiques, c'est l'inverse.
    (D'après Wikipédia)

  • Tout le TEC gratuit les 31 décembre et 1er janvier !

  • Prescriptions médicales électroniques au 1er janvier, que deviennent les anciennes ordonnances ?

    En pharmacie, une interrogation des clients revient très régulièrement : que devient une prescription faite avant le 1er novembre 2019, soit avant le changement de délai ? Puis-je encore l’utiliser ?

    Capture d’écran 2019-12-30 à 18.19.01.png

    « Si un médicament a été prescrit avant cette date, le pharmacien peut délivrer ce médicament jusqu’au 31 janvier 2020 au plus tard, sauf si le prescripteur avait précisé une date de délivrance différée sur la prescription. Côté remboursement, l’assurance soins de santé rembourse un médicament prescrit avant le 1er novembre 2019 comme elle le faisait jusque-là, c’est-à-dire jusqu’à la fin du 3e mois qui suit la date de prescription ou, le cas échéant, jusqu’à la fin du 3e mois qui suit la date indiquée par le prescripteur », conclut l’INAMI.

    Pour rappel. « Auparavant, un pharmacien pouvait délivrer un médicament prescrit sans limite dans le temps. Tandis que l’assurance soins de santé remboursait ce médicament jusqu’à la fin du troisième mois qui suit la date de prescription. Ce petit casse-tête pour les prescripteurs, le pharmacien et le patient a disparu : le délai dans lequel le pharmacien peut délivrer un médicament au patient et le délai pendant lequel ce médicament est remboursable sont désormais plus simples et alignés », précise l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (INAMI).

    Une des questions les plus fréquemment posées aux médecins concerne les prescriptions pour une longue durée. « Il n’est aujourd’hui plus possible de faire des prescriptions valables plus d’un an ou non datée. C’est difficile à comprendre pour certains patients, comme les femmes qui étaient habituées d’avoir des ordonnances avec des dates très lointaines pour leur pilule contraceptive », affirme un généraliste. « L’autre grande interrogation concerne la date limite de la prescription. Certains patients pensent qu’ils pourront encore aller chercher leur médicament après la date limite mais ce n’est plus le cas. Un retour chez le médecin est nécessaire ». Lire l'article complet dans La Meuse du 24/12.

  • Nécrologie. Décès de Monsieur Léon Sibourg de Terwagne

    8dc62a1b-a1fd-4a10-a5eb-6bad616e95c9.jpg

    Nous vous informons du décès de Monsieur Léon Sibourg, ce 30 décembre 2019. Il était âgé de 81 ans.
    Nous présentons à sa famille et à ses proches toutes nos condoléances.

    2e45eab3-ddb8-4fb9-a074-93d342a706ae.jpg

     

  • Officiel: un nouvel arrêt à Tinlot pour le WEL dès le 1er janvier

    La promesse avait été faite par les TEC et c'est maintenant officiel.
    V
    ous êtes ou avez été utilisateur(trice) de la ligne WEL 04 (TEC) Liège-Marche ?
    Nous tenions à vous informer, en priorité, des nouveautés sur cette ligne !

    A partir du 1er janvier, un nouvel arrêt sera effectué à Tinlot. Ce nouvel arrêt sera assuré :

    - dans le sens « Liège – Marche », à l’arrêt existant, en face de la Maison communale ;

    - dans le sens « Marche – Liège », à hauteur de la rue Chemin de Messe
    (arrêt provisoire en raison des travaux en cours dans la zone).

    zp9WekkwThigpy1oOGwgkA-WEL-VResSoc.jpgEn parallèle à l’instauration de ce nouvel arrêt, les horaires de la ligne seront modifiés afin de s’adapter aux besoins des utilisateurs.
    Le WEL met en avant une vitesse commerciale supérieure : directe et rapide, avec un nombre limité d’arrêts intermédiaires ainsi qu’un matériel roulant confortable avec des autocars climatisés offrant uniquement des places assises, équipés de WIFI gratuit et de ports USB.
    Le prix par parcours est de 5€ et est plafonné à 70€ par mois. Le paiement peut également se faire sur réservation via l’application WEL au plus tard 30 minutes avant le voyage.
    Plus d’infos ?
    Rendez-vous sur infotec.be ou sur l’application WEL via Google Play Store ou l’App Store.

    Pour plus d'informations, contactez INFOTEC (04 361 94 44)

    zp9WekkwThigpy1oOGwgkA-d785889a-2026-445e-8dab-19251fe565be.png

  • Les contrôles BOB s'attaquent aussi aux taxes impayées !

    Les contrôles BOB ne s’intéressent pas seulement à votre alcoolémie.
    Un quart des chasses aux
    taxes automobiles impayées s’effectue avec la police dans le sud du pays. Sur les 804 contrôles recensés au cours des onze premiers mois de l’année, 211 (26,24 %) ont été menés conjointement avec les services de police.

    Capture d’écran 2019-12-29 à 18.11.55.png

    ÉVITER LES DÉBORDEMENTS
    Faire d’une pierre deux coups présente plusieurs avantages, selon le porte-parole du SPW, Nicolas Yernaux. « Le personnel engagé étant plus important, il y a un effet de masse qui décourage toute tentative de débordement de la part d’un conducteur récalcitrant voire agressif », explique-t-il.
    La méthode semble aussi plus efficace. « Le principe de perception immédiate mis en place pour nos agents est très apprécié par les services de police. Cela leur prend moins de temps que de devoir rédiger un procès-verbal qui sera ensuite adressé à nos services. Pour nous, le traitement en est accéléré et la possibilité de perception immédiate augmente le taux de recouvrement direct, tout en évitant au redevable des frais autres que l’éventuelle amende appliquée. »
    Grâce à ces contrôles conjoints, agents du SPW et police tissent des liens qui peuvent s’avérer utiles, comme l’indique le porte-parole : « Cela augmente la sécurité de nos agents dès lors que les policiers connaissent notre travail, en apprécient la qualité et sont dès lors conscients de l’importance de donner une suite rapide et efficace à nos appels en cas de nécessité. »
    6.766 P.-V.
    Cette année, déjà quelque 6.766 p.-v. ont été dressés par les agents du SPW entre le 1er janvier et le 30 novembre. C’est 5 % de plus que sur les douze mois de 2018. Les montants récoltés sont par contre un peu moindres: 3,014 millions d’euros en 2019 contre 3,740 millions d’euros l’an dernier. La moyenne par p.-v. passe donc de 581 euros à 445 euros. Une somme qui reste toutefois assez importante. Les contrôles effectués en cette fin d’année, dans le cadre des opérations BOB feront sans aucun doute grimper les chiffres.
    Ces brigades de contrôle des taxes permettent à la Région wallonne de récupérer les sommes dues. Lors des contrôles, les mauvais payeurs n’ont d’autres choix que de payer immédiatement, sous peine d’une immobilisation du véhicule. Plus question donc d’ignorer le paiement comme ils ignorent les rappels reçus dans leur boîte aux lettres...

    SABRINA BERHIN. Article complet dans La Meuse du 27 décembre