- Page 2

  • Désormais vous recevez 4 euros pour planter 1 mètre de haie vive

    Capture d’écran 2020-06-02 à 14.48.30.png

    L’annonce avait fait sourire lors de l’installation du gouvernement wallon en septembre dernier : 4.000 kilomètres de haies ou un million d’arbres seront plantés sur le territoire en 5 ans. Et pourtant, l’objectif qui se cache derrière n’a, lui, rien d’anecdotique, puisqu’il vise à « sauver notre biodiversité », soulignait alors la ministre de l’Environnement, Céline Tellier.

    Une première étape vient d’être franchie par le gouvernement wallon. Ce vendredi, Céline Tellier a annoncé que le budget annuel destiné aux plantations passera de 350.000 euros à 1 million d’euros pour la saison prochaine, qui s’étale de novembre 2020 à mars 2021. D’ici 2024, ce budget devrait être doublé pour atteindre les 2 millions d’euros.

    Une bonne nouvelle pour les haies… mais aussi pour le portefeuille des citoyens ! Car, oui, citoyens et agriculteurs wallons peuvent demander une subvention pour la plantation d’une haie vive, d’un verger ou encore pour l’entretien des arbres têtards. Et l’augmentation du budget annoncée va permettre, non seulement de financer davantage de demandes, mais aussi d’augmenter le montant des subventions accordées.

    Céline Tellier donne déjà quelques exemples : d’une subvention de 12 euros par arbre d’une variété reconnue ou certifiée pour la plantation d’un verger, on passera à 20 euros. Pour les haies, on passera de 3 euros à 4 euros par mètre. Pour l’entretien des arbres têtards, on devrait passer de 15 euros à 20 euros par arbre.

    Démarches simplifiées
    Avec des subventions augmentées, la ministre peut espérer que davantage de monde contribue à l’effort de plantation. Une simplification des démarches est également prévue, grâce à un formulaire électronique et la possibilité d’introduire sa demande un mois avant la plantation, au lieu de trois mois actuellement. Les délais de liquidation seront également réduits.

    La ministre annonce déjà d’autres mesures à venir : « Ce nouvel arrêté est un des outils importants pour atteindre l’objectif des 4.000 kilomètres de haies et/ou un million d’arbres. Et il y en aura d’autres : nous avons lancé le travail de la Taskforce Haies dont les groupes de travail thématiques doivent remettre leurs recommandations et projets pour le mois de septembre 2020. Un plan d’action coordonné, reprenant des leviers multiples, sera rédigé sur cette base. Un site internet pour comptabiliser les haies plantées est également en cours de création. »

    Sabrina Berhin La Meuse

  • 4.867.456 amendes routières envoyées en 2019

    Forte baisse des transactions
    L’année dernière, il y a eu un peu plus de perceptions immédiates qu’en 2018 (4.331.470), mais nettement moins de transactions proposées par le parquet (657.228 en 2018). Cette dernière baisse est somme toute logique. « En 2019, 93 % des verbalisés ont payé leur amende spontanément après réception de la perception immédiate ou de la proposition de transaction. Ce taux était de 80 % en 2018 », compare Mme Kouassi.
    « La numérisation approfondie du traitement des amendes routières a permis de conscientiser davantage les contrevenants », estime-t-elle. Grâce à ce système numérique et automatisé, ils ne peuvent plus échapper à leur amende. Ils sont davantage à payer sans attendre un rappel afin d’échapper à une majoration du montant. Le nombre de courriers envoyés a d’ailleurs diminué de 7,8 à 7,1 millions en 2019.
    En 2020, l’État met en place l’ordre de paiement. Il s’agit de l’étape qui suit la proposition de transaction et qui permet au SPF Finances d’organiser une exécution forcée du montant dû. « L’objectif de tout cela est de faciliter les choses entre les différentes administrations, tant pour la police que pour la justice afin de travailler pour la sécurité routière et de diminuer les incivilités et le nombre de victimes », souligne la porte-parole du SPF Justice.
    « Nous constatons clairement que le nombre d’amendes envoyées automatiquement a augmenté en 2019. Grâce à Crossborder (…), la charge de travail de la police, de l’administration et des parquets a sensiblement diminué », se félicite le ministre de la Justice Koen Geens. « Ces chiffres montrent que chaque maillon de la chaîne fonctionne de manière optimale et que l’automatisation du processus conduit à une politique de réponse immédiate. Bien que cela renforce notre combat pour la sécurité routière, nous ne devons pas perdre de vue que l’excès de vitesse reste l’une des principales causes d’accidents et cela montre que nous devons poursuivre nos efforts », note, de son côté, Koen Ricour, directeur de la police fédérale de la route.
    L’année dernière, le nombre de paiements via le site web amendesroutières.be a légèrement augmenté : 264.848 contre 262.206 en 2018. Depuis décembre 2019, il est possible de payer par QR Code. Au total, 6,4 % des paiements ont été effectués par ce canal ce mois-là. Au premier quadrimestre 2020, ce taux a grimpé à 12 %.
    Dernier point, l’État a effectué 69.046 remboursements automatiques de contrevenants, auteurs d’un virement erroné dans les trente jours. Par ailleurs, les amendes envoyées sont complétées depuis le 21 mai 2019 de l’envoi de fiches de sensibilisation sur les dangers de la route et leurs conséquences. Fin décembre, 690.900 fiches avaient été ainsi expédiées.
    La Meuse

  • Tinlot gymnastique. Le Blé Qui Lève, dernières information du club

    84219380_3233421040025252_3520065121747468288_n.jpg

    Défi vidéo - Une fête de gym virtuelle !
    Tous ensemble pour la création d'une fête inoubliable !

    Gymnastes, parents, bénévoles, entraineurs, … et les anciens (la gym, c'est comme le vélo, cela ne s'oublie pas), on compte sur vous !

    Le 21 juin était la date prévue pour notre fête annuelle… 

    Celle-ci ne pouvant être organisée, nous souhaitons réaliser une vidéo avec l’ensemble des membres du club !
    Cette vidéo nous permettrait de vivre notre fête autrement mais de la vivre quand même !

    On vous propose de nous envoyer une vidéo (20-30 secondes sans musique) de danse, de gymnastique, un parcours de psychomotricité,.... tout ce qui vous fait plaisir pour le 14/06 au plus tard.

    Vous avez donc encore 2 semaines pour réfléchir, organiser, créer,... votre vidéo et nous la transmettre par e-mail (gymtinlot@outlook.be), par wetransfer, …

    Si vous avez le t-shirt du club, c’est l’occasion de le porter !
    Pour les gymnastes de la section compétitive, t-shirt ou justaucorps du club pour réaliser la vidéo

    A vous de jouer !

    ➡️ Nous devrions normalement savoir lors du CNS du 03 juin si les stages sportifs peuvent être organisés.

    ➡️ Pour le stage de Butgenbach (10 au 14/08), nous ne pourrons l'organiser que si le centre sportif qui nous accueille maintient les stages dans ses infrastructures. 

    ➡️ L'horaire de la saison 20-21 sera publié et transmis à tous nos membres et sur la page du club quand il sera prêt Nous devons encore un peu patienter pour connaitre les règles que nous devrons mettre en place en septembre suite au covid19.

    ➡️ N'hésitez-pas à nous contacter si vous avez des questions, des suggestions,... pour un sujet ou un autre...  gymtinlot@outlook.be 

    En savoir plus

  • Terwagne. Opération églises ouvertes, les 6 et 7 juin 2020

    Capture d’écran 2020-06-01 à 13.38.21.png

    Le week-end prochain, le 6 et le 7 juin, nous participons à Terwagne à l’opération églises ouvertes.  Durant ce week-end, l’église sera chauffée (si nécessaire), éclairée et animée par un fond musical (chants de Taizé et orgues).  Nous avons également prévu d’exposer les différents objets liturgiques qui ne sont habituellement pas visibles (ostensoir, calices, patènes, reliquaires,...) et les bannières de procession.  Toutes les mesures d’hygiène seront évidemment d’application.
    (plus d’info sur www.openchurches.eu).
    page_block_document_1429_1588769355.pngUne formule inédite pour l’édition 2020
    Malgré la crise sanitaire que nous traversons, l’édition 2020 des Journées des Églises Ouvertes, ces samedi 6 et dimanche 7 juin prochains, est maintenue. Open Churches Europe ainsi que les 4 entités nationales du réseau se sont en effet efforcées d’adapter l’évènement en fonction des mesures de chaque gouvernement.
    La forme évolue donc, mais le fond reste le même : « Offrir l’opportunité à toutes et tous, habitués ou non, de pousser la porte des superbes édifices qui constituent notre patrimoine religieux collectif ».
    En Belgique
    Plus de 200 édifices répartis dans toutes les provinces et régions du pays resteront ouverts au public les 6 et 7 juin et vous réserveront comme prévu, un accueil 4 étoiles.
    Les toutes dernières consignes sanitaires validées par le Gouvernement belge seront clairement affichées à l’entrée (entrée au « compte-gouttes », nombre limité de personnes à l’intérieur, port du masque, …). Plus que jamais, nos trajets et loisirs étant fortement limités, saisissez l’occasion de visiter les édifices de votre commune ou des communes voisines. En 1 journée, vous pourrez découvrir plusieurs édifices participant près de chez vous. Néogothiques, romanes, modernes, baroques, orthodoxe, évangélistes, catholiques… on trouve tous les styles architecturaux et toutes les influences dans notre petit pays !
    Découvrir les églises à visiter les 6 et 7 juin par localité
    Un aperçu en vidéo de quelques édifices pépites proches d’une activité à faire en solo, en couple ou en famille.
    Il est aussi à noter que bon nombre d’entre elles vous réservent une surprise musicale le dimanche 7 juin à 14h à l’aide du carillon ou du DJ du coin. Tendez donc l’oreille le jour J ou bien consultez régulièrement notre site web (onglet JEO 2020) ou bien notre page Facebook.
  • Annonce. Centre Chrysalis Tinlot.

    Capture d’écran 2020-06-01 à 15.20.46.pngDébut juin, je rejoindrai l'équipe du centre Chrysalide en tant que pédicure médicale.
    Je vous propose de prendre soin de la santé de vos pieds en soulageant vos douleurs et en soignant les affections diverses.
    J'accompagne également les personnes atteintes d'un cancer à prévenir mais aussi contrer les effets secondaires des traitements au niveau de la peau et des ongles des pieds.
    Pour la détente et le bien-être de vos petons, profitez d'un spa pédicure qui procure également un effet relaxant sur tout le corps et l'esprit.
    Pascale Massaux

    0476/810240 - massauxpascale@yahoo.fr
    Centre Chrysalis , rue du Montys, 53 à Tinlot

  • Encore moins de naissances en Belgique en 2019 ! Au 1/1/2020, nous étions 11.492.641

    C’est toujours le « baby-bug »
    Cette baisse qui devait être temporaire n’a pas l’air de s’arrêter
    Au 1er janvier 2020, la population légalement enregistrée en Belgique atteignait 11.492.641 habitants, selon les chiffres officiels de Statbel, l’office belge de statistique.

    51 % (5.832.577 personnes) sont des femmes, et 49% (5.660.064 personnes) des hommes. La population belge a connu une croissance de 61.235 personnes, soit 0,54 %. Ce chiffre est tout à fait conforme à la croissance des dernières années (toujours autour du demi pour cent).

    Evolution du nombre de naissances

    Capture d’écran 2020-05-31 à 08.52.56.png

    BAISSE CONSTANTE DES NAISSANCES
    Mais même si les naissances sont toujours plus nombreuses que les décès, on observe cependant une baisse constante de leur nombre. Un phénomène qui dure depuis plusieurs années. Au départ, la baisse de la fécondité a été expliquée par la crise de 2008 (la chute a commencé juste après celle-ci) et les experts pensaient que cela ne durerait pas. Mais visiblement, cela s’inscrit bien dans le temps.
    Les femmes mettent de moins en moins d’enfants au monde.

    Quelles explications à ce phénomène? On a tout d’abord pensé au fait que les femmes faisaient de plus longues études et privilégiaient leur carrière professionnelle. Ce qui explique notamment le fait qu’elles tombent enceintes de plus en plus tard.
    La baisse de la fécondité se concentre en effet sur les femmes de moins de 30 ans. Le mode de vie des couples a également évolué. Les questions environnementales ont peut-être également joué.
    « Alors que nous pensions que cette baisse de la fécondité serait passagère et qu’il y aurait tôt ou tard un effet de « rattrapage », nous devons aujourd’hui constater que ce n’est pas le cas.
    ...lire la suite dans 7 dimanche

    Malgré cette baisse des naissances, la population totale continue de croître.
    Ce sont donc surtout les migrations internationales qui constituent le moteur de croissance persistante de la population. En 2019, les migrations internationales représentaient 89 % de la croissance observée de la population.


    > Le top 5 des nationalités qui immigrent en Belgique est :

    1. Les Belges (qui reviennent en Belgique après un séjour à l’étranger)
    2. Les Roumains
    3. Les Français
    4. Les Néerlandais
    5. Les Italiens
    Pour les personnes qui émigrent de Belgique, on observe pratiquement le même top cinq, sauf que les Italiens arrivent en 6e position et les Polonais à la 5e place. -
    Article complet de M. Parez dans 7 dimanche

  • Avec Wallangues, apprenez les langues sur votre smartphone

    La plate-forme Wallangues, qui, comme son nom l’indique, permet d’apprendre une langue étrangère ou le français, existe désormais sous forme d’app pour smartphone. Une évolution logique.

    Capture d’écran 2020-05-31 à 10.22.24.png

    En 2012, la Wallonie créait Wallangues, un site d’apprentissage des langues en ligne. Ce site, gratuit, permet à tout un chacun d’apprendre une langue, de se perfectionner, de rafraîchir ses connaissances… voire de discuter avec des « natifs » à l’autre bout du monde. Selon des sondages effectués auprès des utilisateurs, 95 % de ceux-ci trouvent cette initiative « très utile » ou « utile ».

    Et le confinement suite au Covid ne fait que confirmer l’attrait pour le site Wallangues. Pendant le Covid, ce sont tout de même 25.000 personnes qui étaient actives sur le site.
    Celui-ci permet de choisir entre quatre langues : l’anglais (54 % des utilisateurs), le néerlandais (31 %), l’allemand (5 %) et le français (10 % des utilisateurs). L’apprentissage du français s’adresse bien sûr aux étrangers mais aussi aux Wallons eux-mêmes, désireux d’améliorer leur langue maternelle.
    « Lors du lancement de la plate-forme, on lançait les bases de l’e-learning », dit Christie Morreale, ministre wallonne de l’Emploi, qui a la tutelle sur le Forem. « Aujourd’hui, il existe 130 formations en ligne. »

    Facile à utiliser
    Mais quel est l’intérêt d’une app pour smartphone. « Aujourd’hui, tout le monde a un smartphone, alors que ce n’est plus le cas pour les PC », estime la ministre.

    Il est vrai que le smartphone est plus souple et plus facile d’utilisation. On peut donc très bien faire quelques révisions ou exercices de langues dans le train, ou à l’arrêt de bus. C’est plus difficile avec un PC. Facile à télécharger et à utiliser (nous avons testé), l’app « permet à chacun d’adapter son apprentissage à ses besoins », selon ses promoteurs. Et cela, en favorisant ce que l’on appelle le « microlearning », c’est-à-dire des leçons plus courtes et plus motivantes. Rappelons, comme le dit Mme Morreale, que « les langues constituent l’un des principaux critères de mise à l’emploi des personnes. »
    La Meuse

  • Sécheresse 2020- rappel sur les conditions pour réunir la Commission de constat des dégâts aux cultures

    La sécheresse que nous connaissons depuis mi-mars entraine d’ores et déjà des dégâts sur les cultures : mauvaise levées de cultures de printemps, problèmes de remplissage des grains de certaines céréales, prairies déjà sèches,…

    Capture d’écran 2020-05-31 à 21.43.28.png

    Si vous le jugez utile, vous pouvez d’ores et déjà interpeller votre bourgmestre pour réunir la commission de constat des dégâts aux cultures soit pour faire valoir votre perte dans le cadre des barèmes agricoles (dès 20% de pertes) ou dans le cadre d’une éventuelle reconnaissance de la sécheresse comme calamité agricole.
    Aurélie Noiret

    Comment réunir la commission de constat des dégâts aux cultures ?

    Demandez à votre Bourgmestre de réunir la commission. La demande doit se faire par écrit dans chaque commune où des dégâts sont constatés et doit spécifier la date, la cause des dégâts et les parcelles touchées.
    Lorsque les parcelles endommagées sont situées sur le territoire de plusieurs communes, il faut donc faire appel aux Bourgmestres respectifs pour obtenir l'intervention de la Commission d'expertise locale.

    Est-ce possible de réunir la commission malgré la crise du COVID 19 ?

    Oui.

    La commission communale est composée :

    1. du bourgmestre ou de son représentant ;
    2. d’un représentant du SPW ARNE, service extérieur ;
    3. d’un expert-agriculteur désigné par le collège communal ;
    4. d’un expert-agriculteur ou expert en matière agricole ou horticole désigné par le SPW ARNE. 

    Un agent du contrôle local des contributions directes est également invité aux réunions de la commission.

    La commission ne siège valablement si trois membres au moins, sont présents. Il n’est donc pas indispensable que le représentant du SPW (service extérieur) soit présent pour le premier constat vu les exigences de confinement et le travail que ces personnes réalisent pour assurer le paiement des calamités 2018. Il faut cependant que s’assurer de la bonne application de la procédure, il est donc bien utile de lire le vade-maecum publié par la région wallonne (lien en fin de texte) et de poser vos éventuelles questions par téléphone au représentant du SPW.

    Pourquoi deux constats sont-ils obligatoires pour espérer obtenir des indemnités des calamités agricoles?

    Le Bourgmestre concerné convoque la Commission qui doit constater et quantifier officiellement les dommages sur le terrain.
    Les procès-verbaux de constat doivent être signés sur l’honneur par 3 membres au moins de la commission.
    Les dommages doivent, en principe, être constatés à 2 reprises:

    • à l’époque des faits dommageables
    • au moment de l’enlèvement de la récolte.

    Le premier constat est nécessaire pour établir que les dégâts sont dus à un événement exceptionnel et pour préciser la nature des cultures et des superficies en cause.
    Le deuxième constat sert à évaluer la perte définitive subie, après dommage, sur la parcelle concernée. Si le dommage définitif peut être déterminé lors du premier constat, celui-ci peut suffire.

    Pourquoi l’IRM n’a-t-il pas encore déclaré l’année comme exceptionnelle?

    Pour que la sécheresse que nous connaissons actuellement soit reconnue dans le cadre des calamités agricoles, l’IRM doit objectiver la situation comme étant exceptionnelle, c’est-à-dire avoir une période de retour supérieure à 20 ans. Attention qu’il s’agit que la probabilité qu’un événement climatique se produise est de l’ordre d’une fois tous les 20 ans. Ce n’est donc pas parce que la sécheresse a été reconnue comme exceptionnelle  il y a peu qu’elle ne le sera pas cette année-ci. Il faut par contre attendre la fin du phénomène climatique pour avoir une analyse précise.

    Quels seront les autres critères à respecter pour les calamités agricoles?

    En plus de la condition liée au phénomène climatique, des exigences économiques doivent être rencontrées, à savoir:

    • les dégâts globaux doivent dépasser 1.5 million d’euros;
    • les dégâts moyens doivent atteindre 7500 euros par dossier;
    • l’intensité des dégâts doit atteindre au moins 30 % de la production normale.

    Vous trouverez plus d’informations sur le sujet dans le Vade Maecum publié par la Région Wallonne : 
    https://bit.ly/2zTOUYR
    Source: FWA