- Page 2

  • La Meuse cherche des correspondants sportifs

    Vous aimez le sport et vous avez envie de faire partager votre passion via les médias? C’est possible.
    La Meuse Huy-Waremme cherche des correspondants pour couvrir ses différentes rubriques sportives : football, basket, tennis, athlétisme, sports de combat ou autre.

    Capture d’écran 2020-06-22 à 10.39.45.png
    Vos missions : vous rendre sur le terrain pour assister à des matches et en assurer le reportage (analyse, interviews écrites mais également prises de photos et de petites vidéos), réaliser des interviews par téléphone, dénicher des informations...
    Les qualités requises : bonne orthographe, capacité à structurer ses idées, contact facile avec les gens, motivation, disponibilité (y compris le week-end), flexibilité. Aucune formation scolaire spécifique n’est demandée. Les étudiants (Université ou Baccalauréat) sont les bienvenus.
    Si vous êtes intéressés ou si vous avez des questions, envoyez un curriculum vitae et une lettre de motivation à laurent.maes@sudpresse.be.

  • Les dons de masques sont déductibles de vos impôts

    Masques : de 1 à 3 €
    La mesure vaut aussi pour le don de matériels médicaux ou de produits utiles dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19 aux hôpitaux universitaires, aux centres publics d’action sociale et à leurs hôpitaux, à la Croix-Rouge ou aux institutions qui assistent des personnes handicapées, des personnes âgées et des mineurs d’âge protégés.
    La loi précise, qu’à défaut de facture d’achat, la valeur est fixée de manière forfaitaire pour les biens suivants :

    – masque buccal jetable 3 couches avec sangles élastiques : 1 euro ;

    – masque buccal réutilisable en tissu : 1,5 euro ;

    – masque jetable FFP2 : 3 euros ;

    – écran facial PET : 1 euro.

    Dons d’ordinateurs
    La loi vise aussi des dons d’ordinateurs aux écoles. On parle ici d’un don effectué entre le 1er mars et le 30 juin 2020, aux conditions suivantes : 1) des libéralités faites à des écoles sises en Belgique ; 2) il s’agit de dons d’ordinateurs utiles pour l’enseignement à distance et reconnus comme tels par le donataire.
    Celui-ci se basera sur la facture d’achat de l’ordinateur offert, le prix d’achat étant réduit de 25 % par année complète écoulée à compter de la date d’achat.
    A défaut de facture d’achat, on se fiera à l’évaluation de la valeur du matériel offert, réalisée par le donataire, et basée sur la valeur de marché des biens donnés au 29 février 2020.
    La Meuse

  • Nouveau départ pour «La Roseraie», à Modave, avec des chalets haut perchés

    Avec sa haute toque et son regard perçant, Vincent Trignon règne sur la Roseraie à Modave depuis 38 ans. Une adresse haut de gamme appréciée par les gastronomes.

    À 69 ans, il se devait cependant de penser à sa succession. C’est sa fille, Marie Trignon-Whymark qui prend le relais. Même si elle a grandi au milieu des casseroles de cuivre, elle n’était pas prédestinée à diriger l’établissement. Après des études de langues, elle s’est installée en Angleterre où elle a épousé un Anglais et a travaillé dans le secteur de l’événementiel.

    Voici trois ans, son père lui a proposé de lui passer le témoin. « Je lui ai dit, si je reviens, il faut que je sache cuisiner, se souvient Marie. J’ai suivi des cours de cuisine intensives et j’ai fait des stages dans des grandes maisons. Chez Ducasse à Londres notamment (3 étoiles au Michelin) et je me suis rendu compte que mon père cuisinait très bien…, même si chez Ducasse c’est plus rapide car ils ont eu une brigade » sourit-elle. Les débuts père-fille en cuisine ont parfois été tendus « il ne me laissait rien faire » se rappelle Marie et puis le duo s’est accordé. « Un peu avant la fin de l’année, elle m’a proposé ses suggestions. Je n’ai rien dit, mais je l’ai lui offert des fleurs. C’était parfait ! Je suis rassuré » glisse Vincent. Côté cuisine, la transition se fait dans la même lignée « Je veux la même qualité dans l’assiette » insiste Marie.

    Pour le reste, elle chamboule tout et offre un nouveau départ à « La Roseraie ». Depuis quelques semaines, les travaux de rénovation du restaurant sont lancés : « Au départ, nous comptions les entamer en juillet, mais nous avons décidé de profiter du confinement et de la fermeture obligatoire pour démarrer un peu plus tôt, même si ce n’était pas facile de mobiliser rapidement tous les corps de métier. » Le chantier se poursuivra en juillet et août. La cuisine va être agrandie côté jardin et sera en partie ouverte pour permettre l’accueil des clients. Les quatre chambres vont aussi être complètement rénovées. La rénovation du bâtiment doit s’achever à la fin de l’été. La rouverture est prévue pour le 5 septembre.

    En parallèle « La Roseraie » va agrandir son offre d’hébergement en implantant à la lisière du bois voisin quatre chalets hors norme. Ils seront perchés à une dizaine de mètres de haut et construits avec un bardage de verre. « Ce sera quelque chose d’inédit en Belgique. Une expérience cocoon au cœur de la nature » promet Maxime Faniel, l’un des architectes. Les quatre premiers chalets devraient être prêts pour la fin de l’année. À terme une dizaine de modules viendront compléter l’offre.
    ... lire la suite dans La Meuse H-W

  • La police du Condroz se dote de vélos pour patrouiller

  • Tinlot. Importante coupe de bois au Tige de Favence

    105019238_155049359420017_285268330140829706_o.jpg

    Avis aux promeneurs!
    En raison des ravages par les scolytes dans les plantations de conifères, une importante coupe de bois a lieu au Tige de Favence par l'exploitant forestier. La Commune veillera à la remise en état du chemin pédestre après travaux, par l'entreprise, précise la Bourgmestre,
    Christine Guyot.
    Commune de Tinlot

  • La Province accorde 80.000€ pour la liaison douce Yvoir-Huy

    C’est une nouvelle qui va réjouir les cyclistes de la Province de Liège ! Le collège provincial a décidé d’accorder 1.150.000€ pour huit projets de mobilité douce. Parmi ces chantiers, le « ViciGAL »(à savoir une « dorsale de mobilité douce et touristique » reliant Yvoir à Huy) recevra la somme de 80.000€.
    Cette voie de cheminement suivra un tracé inspiré du trajet de l’ancien vicinal qui reliait Courrière et Ben-Ahin. Le chemin de 41 km, qui relie donc Yvoir et Huy, passera notamment par la Vallée du Bocq, Crupet, Gesves et Ohey. À Huy, un tronçon concernera principalement la Vallée de la Solières : le tracé existe donc déjà, mais il sera remis en état et aménagé.
    « Il faut vraiment développer le tourisme à travers la mobilité douce (à pied, à vélo ou même à cheval). On veut connecter les différents chemins » assure le député provincial-président Luc Gillard (PS). Notons que c’est la Conférence des Élus de Meuse-Condroz-Hesbaye qui a introduit le dossier auprès de la Province. Si le projet est toujours à ses balbutiements, la date de 2022 est déjà évoquée pour l’ouverture de l’ensemble du tronçon.
    Relier les Provinces
    .... Ce chemin va permettre de relier le Condroz namurois à Huy ». Cette nouvelle liaison va en effet permettre de rejoindre la Province de Namur autrement que par le Ravel de Meuse ou le Ravel de la ligne 126. « On veut se connecter avec tout ce qui est autour de nous. On veut faire en sorte que l’utilisateur ne sente pas le changement entre les provinces, ou entre les régions. On veut empêcher qu’une frontière soit une barrière », souligne le député-président de la Province de Liège.
    Ajoutons aussi que le chemin Huy-Yvoir est parsemé de gares SNCB (Yvoir, Courrières, Statte et Huy), ce qui permettra aux (cyclo)touristes des autres régions d’accéder plus facilement à cette nouvelle liaison.
    Lire l'article complet de Ro.Ma dans La Meuse H-W