- Page 2

  • Tinlot. Attention ce samedi 22 août. Battue et chasse au gros gibier dans les Bois de l'Herberain

    Attention, suite à une battue organisée pour la chasse au gros gibier à Fraiture, La circulation de tout véhicule piéton, cylcliste ou cavalier sera tinterdite le samedi 22 août entre 8 h et 15 h dans les bois de l'Herberain !

    117707953_168869824704637_6353418490902326695_o.jpg

  • Calendrier provincial: la 1ère journée reportée à une date qui doit encore être fixée

    Marc Collard-Bovy espère que ce nouveau décalage d’une semaine validé par l’ACFF permettra aux compétitions de se dérouler dans les meilleures conditions. « Il est évident que nous avançons tous à tâtons, vers l’inconnu dans cette situation sanitaire exceptionnelle », poursuit le président du CP liégeois. « Si tout se passe bien, tant mieux. Mais j’ai déjà eu l’occasion d’assister à quelques matches amicaux durant lesquelles les consignes n’étaient pas forcément respectées. Et avec le retour des vacances, nous risquons évidemment d’être confrontés à certains soucis. Plusieurs matricules ont d’ailleurs déjà été touchés… »  La Meuse H-W

  • La Dérivation de la Meuse devient encore plus verte

    Au total, 300 mètres de fascines sont installés.
    Au total, 300 mètres de fascines sont installés.

    Si vous passez près de la Dérivation, il se pourrait que vous notiez quelques changements ! En effet, depuis cette année 2020, 150 nouveaux mètres de fascines végétales ont été installées le long de la Dérivation de la Meuse. Le projet a débuté en 2017 par l’installation de 15 petits mètres. Aujourd’hui, le bébé a bien grandi puisque ce ne sont pas moins de 300 mètres de berges qui en sont équipés. Les fascines sont des cylindres en fibres naturelles de coco biodégradables, végétalisés par plusieurs espèces de plantes aquatiques. Elles sont contenues dans des structures métalliques fixées aux murs des berges.

    En plus d’être agréables à l’œil, bien plus que les simples murs gris du fleuve… Celles-ci proposent de nombreuses vertus plutôt intéressantes pour leur environnement : « Elles permettent aux poissons de venir se reproduire dans les racines des plantes ainsi que d’y déposer leurs œufs en sécurité. La partie émergée des fascines offre, quant à elle, un point de relais à de nombreux insectes, batraciens et oiseaux. Par cette action, la qualité écologique de la Dérivation est augmentée. Cela permet également de sensibiliser la population au respect de l’environnement aquatique. Beaucoup ne le savent pas, mais il y a des poissons dans la Meuse, parfois longs de plus de deux mètres. Ils se trouvent dans le fond. Avec ces fascines, ils seront un peu plus visibles. Peut-être que les gens y réfléchiront à deux fois avant de jeter leur mégot de cigarette dans l’eau », explique Julien Gilles, chargé de mission pour la Maison wallonne de la Pêche.  La Meuse Liège

  • Nécrologie. Décès de Madame Georgette Huet, épouse de Monsieur Christian Goëns

    Capture d’écran 2020-08-17 à 13.29.48.png

    Nous apprenons avec tristesse le décès, ce dimanche 16 août au Bois de l'Abbaye à Seraing, de Madame Georgette Huet de Soheit-Tinlot. Née à Borlon, elle était âgée de 76 ans.
    Georgette Huet était l'épouse de Monsieur Christian Goëns, Président de la Fédération Nationale des Prisonniers de Guerre et du Relais Sacré de Tinlot.

    Nous présentons à Christian et à sa famille toutes nos condoléances.
    La défunte repose au funérarium Tanier de Tinlot où les visites sont souhaitées de lundi à mercredi de 17 à 19 h.
    Les funérailles auront lieu le jeudi 20 août à 14h30 au funérarium suivie de l'inhumation au cimetière du village.

  • 68 hérissons blessés par des robots-tondeuses au centre CREAVES de St-Nicolas

    Les hérissons ont la vie dure depuis un certain temps en région liégeoise. Leur quotidien est bien souvent chamboulé par des robots-tondeuses qui, de nuit, découpent tout sur leur passage, y compris les petits hérissons sortis se promener. Leurs blessures sont souvent graves, et sans une prise en charge rapide, leur état de santé peut très vite se dégrader.

    Ces animaux blessés peuvent être recueillis au CREAVES de Saint-Nicolas. Cette nouvelle ASBL, unique en région liégeoise, accueille, soigne et, une fois remis sur pied, relâche dans la nature de nombreux rapaces et hérissons. Rien qu’en 2019, la structure a accueilli pas moins de 309 hérissons blessés, dont 68 avaient croisé le chemin de robots-tondeuses.

    La moitié d’entre eux sont décédés des suites de leurs blessures : « Quand ils arrivent ici, ils montrent des coupures importantes au niveau de la tête ou du flanc. Des coupures nettes, dues aux lames de la tondeuse. Le problème, c’est que si on ne les prend pas en charge très rapidement, les mouches s’attaquent à la blessure et des larves se développent. Le hérisson n’a ensuite que peu de chances de s’en sortir », explique Mélissa De Faveri, conseillère environnement à la commune de Saint-Nicolas.

    Pour éviter le pire, l’ASBL peut compter sur une vingtaine de bénévoles qui se relaient sept jours sur sept pour accueillir ces animaux : « Quand l’animal arrive, que ce soit un hérisson ou non, on crée une fiche personnalisée. On lui prodigue immédiatement les premiers soins, et si nécessaire, on l’emmène directement chez le vétérinaire.
    Ensuite, on le garde chez nous. On le soigne tous les jours, on surveille son poids, jusqu’à ce qu’il soit en état de partir. On relâche finalement le hérisson dans la nature. De préférence dans de grands jardins installés près des prairies où les personnes sont conscientisées à la problématique. Mais parfois, leur état de santé est déjà tellement engagé, que l’euthanasie reste la seule solution ». Dans de nombreuses communes liégeoises, l’utilisation des robots-tondeuses a été interdite pendant la nuit.

    « De plus en plus de cas »
    De quoi éviter les accidents : « Les hérissons sortent principalement la nuit. À l’exception des mamans qui sortent de jour pour chercher de la nourriture. Mais il faut aussi dire que les robots-tondeuses ne sont pas l’unique problème. Il y a aussi des accidents liés à d’autres choses comme les habitants qui brûlent leurs déchets dans leur jardin etc. Mais faire tourner un robot-tondeuse toute la nuit, ça n’a aucuns sens. Chaque année, on a de plus en plus d’entrées pour ce genre de blessures. Et c’est regrettable », explique Arnaud Jillot, membre de l’équipe.
    Le centre CREAVES accueille également de nombreux rapaces. Entre mai et juin 2020, la structure a accueilli pas moins de 524 animaux.

     

     

    «Conscientiser la population»
    Ces chiffres sont interpellants, et sont également en augmentation depuis plusieurs années : « Oui, c’est vrai, on en voit de plus en plus », confirme Philippe Schutters, vétérinaire de la Ville de Liège. « On peut dire qu’il y a une recrudescence de blessures liées au robots-tondeuses. L’inconvénient de ces machines, c’est qu’elles sont silencieuses. Les hérissons ne les entendent pas et n’ont pas la possibilité de partir. Les chiffres sont importants. Heureusement, dans certaines communes et sur la Ville de Liège, l’utilisation de robots-tondeuses pendant la nuit est punie d’une sanction administrative. On pourrait également faire prester des heures de travail d’intérêt général dans des centres tels que les CREAVES pour les personnes qui ne respectent pas la règle. Cela permettrait de conscientiser la population à cette problématique, bien réelle ».
    La Meuse
  • Tinlot. Invitation au Conseil Communal, le lundi 24 août 20h30, à la Tinlotoise

    Invitation à la séance du Conseil Communal qui aura lieu le lundi 24 août à 20h30, à la salle la Tinlotoise.

     

    1421987579.jpg

    Capture d’écran 2020-08-15 à 14.14.49.png