- Page 2

  • Résumé de ce qui change en Belgique le 1er septembre

    Capture d’écran 2020-08-31 à 16.20.49.png
    Limitation à 100 kms/h sur le ring de Bruxelles

    Chèques-repas
    Cette date du 1er septembre voit la mise en application de la règle rendant utilisable les chèques-repas uniquement pour les biens alimentaires.
    Ecole obligatoire dès 5 ans
    L’école devient obligatoire dès 5 ans en fédération Wallonie-Bruxelles. À partir de cette date, tous les enfants âgés de cinq ans auront obligation d’être inscrits en 3e maternelle. La fédération Wallonie-Bruxelles adopte cette mesure après la Flandre, en conformité avec une proposition de loi adoptée l’année dernière. Actuellement, déjà 97 % des enfants de 5 ans sont inscrits à l’école.
    Statut officiel pour les aidants proches
    Ceux-ci pourront obtenir un statut officiel via leur caisse d’assurance maladie. De plus, un nouveau congé thématique leur sera accessible à cette date. Les aidants proches sont des parents, enfants, conjoints ou proches qui se dévouent pour une personne malade ou handicapée en situation de grande dépendance. Plus de 600.000 personnes seraient dans ce cas de figure en Belgique.
    Mobilité
    A partir du 1er septembre, débute la modernisation des panneaux de signalisation routière en Wallonie. Ainsi le panneau annonçant les échangeurs, actuellement en orange sur fond vert, deviendra noir sur fond blanc. Les marquages au sol sont quant à eux appelés à se multiplier, notamment dans les zones de rencontres entre piétons et automobilistes.
    Sur le Ring de Bruxelles la vitesse y sera réduite de 120 à 100 km/h.(Voir l’article précédent sur ce blog)
    A Bruxelles, les mesures prises dans la zone du Pentagone et visant à faciliter le déconfinement et éviter des contacts trop rapprochés entre les utilisateurs « faibles », c’est-à-dire les piétons et les cyclistes, vont là aussi évoluer. Sur les grands axes du Pentagone, la vitesse sera maintenant augmentée à 30 km/h, contre 20 jusqu’à maintenant. Cette régulation concerne notamment les axes pénétrants vers le centre, ainsi que les voies empruntées par les trams et bus.
    D’après le Soir (Voir l'article complet)

  • Liaison Tihange-Tinlot. Face aux nuisances du chantier interminable, un radar sera placé à Tihange

    Après Caroline Cassart (MR), c’est au tour de Christophe Collignon (PS) d’interpeller le ministre Henry (Ecolo) au sujet de la liaison Tihange Tinlot. Ce chantier, dont la réalisation du premier tronçon entre Tihange et le hameau des Neuf Bonniers remonte à… 2004, exaspère de plus en plus de monde tant il tarde à se concrétiser.

    « En marge du chantier, les reports d’échéances et aménagements provisoires de circulation génèrent d’importants problèmes au niveau local, tant en termes de mobilité que de quiétude des riverains » souligne ainsi le député-bourgmestre de Huy. Il annonce que, pour tenter de pallier ces problèmes, il a dû prendre diverses mesures de circulation. Il a notamment placé une rue en circulation locale. Il s’agit de la rue Poyoux-Sart, à Tihange, dans sa portion comprise entre le chemin du Chera et la rue Arbre-Sainte-Barbe.

    Par ailleurs, pour empêcher que le trafic de camions en particulier ne passe par cet axe, les autorités communales ont décidé d’acquérir un radar répressif qui sera placé rue Arbre-Sainte-Barbe.Ce radar sanctionnera les excès de vitesse mais sera aussi susceptible de déterminer si des camions passent par cet axe (qui leur est interdit).

    « Quel est le calendrier précis des travaux encore à réaliser ? », a ensuite questionné le député-bourgmestre, avant d’insister : « Considérant les enjeux économiques et de mobilité liés à la finalisation de cette liaison, le Gouvernement wallon ne pourrait-il pas considérer ce chantier comme prioritaire ? »

    « Un nouveau permis de bâtir »
    Le ministre Henry a répondu qu’il « déplorait les multiples déconvenues de ce chantier et sa durée, engendrant des problèmes au niveau local. »

    Il a rappelé que les travaux de la liaison routière Tihange-Tinlot avaient été scindés en quatre phases. Les deux premières phases sont terminées et la troisième phase est au stade des expropriations. Celles-ci sont gérées par le comité d’acquisition. « Les travaux n’ayant pas démarré en 2019 faute d’emprises (les expropriations ne sont toujours pas finalisées), le permis de bâtir ne peut plus être prolongé. Une nouvelle demande est en préparation par mes services. »

    Enfin, la phase 4 d’un budget de 6 millions d’euros est conditionnée par l’avancée de la phase 3. Ce budget inclut d’une part la démolition du pont de l’échangeur de Tinlot et la construction en lieu et place d’un grand giratoire, et d’autre part la sécurisation du carrefour Levooz.
    La Meuse H-W

  • Vaccination contre la grippe saisonnière: mode d’emploi

    Qui est prioritaire ? Toutes les personnes à risque à savoir : les femmes enceintes, les malades chroniques (diabète, cœur…), les personnes séjournant en institution (et toutes les personnes vivant sous le toit de ces personnes dites « à risque »), mais aussi le personnel soignant et les plus de 50 ans. Ces patients seront vaccinés en priorité.

    Quid si vous n’êtes pas dans ces patients prioritaires ? Vous devez attendre le 15 novembre avant de vous faire vacciner... s’il reste des vaccins ! Avant cette date, il vous sera impossible d’obtenir le vaccin. « L’idée est de vacciner d’abord ceux qui en ont besoin », nous explique Alain Chaspierre, secrétaire général de l’Association Pharmaceutique Belge. « Cette date pivot du 15 novembre a été instaurée pour éviter l’anarchie et la peur », ajoute Thomas Orban, le président de la société scientifique de la médecine générale. « Des gens risqueraient de priver de vaccin ceux qui en ont vraiment besoin ».

    Y aura-t-il assez de vaccins ? « Pour cet hiver 2020-2021, la Belgique a commandé 2,9 millions de doses, soit 10 % de plus que l’hiver précédent. Si l’on s’en tient à la couverture habituelle en Belgique, cela devrait être suffisant pour vacciner ceux qui le demandent (tout le monde ne souhaite pas se faire vacciner) », répond Alain Chaspierre.

    Et si on tombe à court ? « Les 2,9 millions de doses sont calées pour la Belgique. Si on tombe à court, il faudrait compter sur un surstock dans un autre pays », répond M. Chaspierre. « Une évaluation sera faite fin octobre, afin de voir si l’on peut se permettre d’élargir le groupe cible à d’autres patients ».

    Quand se faire vacciner ? Les vaccins n’arriveront dans les pharmacies que vers le 15 septembre. Il faut une prescription du médecin. Si vous êtes prioritaire, faites-vous vacciner entre le 1er octobre et le 15 novembre. Si vous n’êtes pas prioritaire, vous ne pourrez pas obtenir le vaccin avant le 15 novembre (s’il en reste) mais vous pouvez vous faire vacciner encore jusqu’à la mi-décembre.

    Combien ça coûte pour le patient ? Si vous n’êtes pas prioritaire, vous payerez 16,46 € la dose (le prix plein). Pour les prioritaires, le prix va chuter à partir du 1er octobre prochain (attendez donc encore un peu pour acheter le produit).

    Le vaccin coûtera environ 4 € (ou 2,50 € pour les Vipo) au lieu de 9,78 € pour tous (tarif appliqué jusqu’au 1er octobre prochain).

    De quels vaccins s’agit-il ? « Dans un souci de souplesse et de fluidité, il est demandé aux médecins de ne pas mentionner la marque du vaccin sur l’ordonnance », répond M. Chaspierre. « Mais la Belgique a commandé 3 vaccins, tous efficaces contre 4 souches de grippe : le Vaccigrip Tetra fabriqué en France, l’Alpha-Rix Tetra fabriqué en Belgique à Rixensart par GSK et l’Influvac Tetra ».

    Le message-clé à retenir ? « En cette période de crise Covid, il est très important que les malades chroniques et autres patients prioritaires se fassent vacciner. Et que les autres évitent de se faire vacciner cette année. »

    La Meuse

  • Un cercle de magie pour former adultes et enfants à Modave

    Baptisé « Gimmick », le cercle de magie prendra place dans les locaux de l’accueil extra-scolaire, place Georges Hubin à Modave. Une initiative soutenue par le bourgmestre de Modave ainsi que par l’échevine de l’enseignement, Magali De Meyer : « Nous voulons développer les activités destinées aux enfants et aux ados à Modave ». « En tant que passionné de magie, j’estime que ce cercle sera un sérieux plus pour la commune » a ajouté le bourgmestre Eric Thomas.

    « Apporter du bonheur »

    « Pratiquer l’illusion permet d’apporter du bonheur, affirme Carlos Vaquera. C’est un passeport pour l’amitié. Pas besoin de parler pour créer du lien. » Cyril Hubert, organisateur d’événement et à la base de l’initiative, renchérit : «  La magie permet de s’extérioriser, de prendre confiance en soi. Le bénéfice de cet apprentissage peut-être très impressionnant. »

    Les cours seront proposés aux enfants dès 8 ans par le duo « Jack & Mistinguett ». Cyril Hubert proposera quant à lui une formation à l’art de l’illusion ouverte aux adultes dès l’âge de 18 ans. Qu’il s’agisse de magie de proximité (cartes, pièces, élastiques, billets de banque… )

    Carlos Vaquera, champion d’Europe et prix de magie de proximité à Las Vegas, encadrera ce nouveau concept en tant que directeur artistique. « Je donnerai ponctuellement des conseils techniques ou sur la mise en scène » glisse-t-il.

    Les cours auront lieu un mercredi sur deux de 18 h 30 à 20 h pour les enfants et de 20 h 15 à 22 h pour les adultes place Georges Hubin à Modave (derrière l’administration communale).

    Le prix pour les enfants et les adultes s’élève à 100 euros par an. Pour les adultes, la participation aux conférences de magie sera à leur charge.

    Les personnes intéressées peuvent contacter Cyril Hubert au 0471/37.52.25 ou cyrilhubertmagic@gmail.com

    La Meuse H-W

  • Condroz. Profitez de l'opération Renov'Energie

    Suite au succès rencontré sur la saison 2018-2019, l'opération Renov'Energie est reconduite en 2019-2020. Vous aussi, profitez-en !

    Capture d’écran 2020-08-27 à 11.51.51.png

    L’opération RENOV’ENERGIE permet un accompagnement personnalisé  et gratuit des citoyens, commerces et entreprises dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments (isolation, chauffage, solaire, éclairage) en vue de réaliser des économies d’énergie, d’augmenter le confort, la valeur du bâti et la protection de l’environnement.  Le tout de manière rentable, et en participant à l’économie locale!
    Vous aussi, vous pouvez vous faire accompagner !

    OBJET
    L’opération RENOV’ENERGIE permet un accompagnement personnalisé  et gratuit des citoyens, commerces et entreprises dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments (isolation, chauffage, solaire, éclairage) en vue de réaliser des économies d’énergie, d’augmenter le confort, la valeur du bâti et la protection de l’environnement.  Le tout de manière rentable, et en participant à l’économie locale!

    La Coopérative CORENOVE est partenaire du GAL dans ce projet.

    Capture d’écran 2020-08-27 à 11.54.38.png
    A découvrir sur le site du GAL
    https://www.galcondruses.be/realisations/renovenergie/