- Page 2

  • Wallonie urgence sociale

    123963190_189940902597529_2045908067191726425_o-1.jpg

    La crise du coronavirus est difficile à gérer pour tout un chacun mais elle fragilise également d'autant plus les personnes qui en temps « normal » devaient déjà affronter de nombreuses difficultés. En effet, les personnes précarisées, porteuses de handicap, en détresse psychologique ou en situation de difficulté sociale importante sont souvent plus démunies face à la crise sanitaire.

    Pour aider ces personnes en difficulté, la Wallonie met en place un service d'aides aux urgences sociales, et ce via deux canaux : le renforcement du numéro vert 1718 et la mise à disposition de FAQ spécifiques sur le site luttepauvrete.wallonie.be
    L'équipe du 1718 a été renforcée. Les agents ont été formés dans un temps record à répondre à des questions relatives aux aides existantes en matière d'alimentation, de crédit, de logement, de situation professionnelle ou de chômage. Ils se font également le relais entre une personne en difficulté et l'interlocuteur adéquat pour l'aider (aides psychologiques, aides aux assuétudes, détresses familiales, etc.).
    Le numéro est gratuit et accessible de 8h30 à 17h tous les jours ouvrables. Pour les germanophones, composer le 1719.
  • 11 novembre 2020, une page de notre histoire et la fin d'une guerre qui devait être... la dernière !

    3659402072.jpeg

    La défaite inéluctable de l'Allemagne



    Dès l'échec de leur contre-offensive de juillet 1918, les Allemands ont compris qu'ils n'avaient plus aucun espoir d'arracher la victoire. C'est que les troupes américaines, fortes de quatre millions d'hommes, arrivent en renfort des Anglais et des Français. Le 3 octobre, l'empereur Guillaume II nomme à la chancellerie (la direction du gouvernement) le prince Max de Bade. Il espère que cet homme modéré saura obtenir des conditions de paix convenables de la part des Alliés. Cela devient urgent car l'Allemagne bascule dans l'anarchie et la guerre civile cependant que ses alliés cessent les combats et signent l'un après l'autre des armistices. Le 9 novembre au matin, le prince Max de Bade téléphone à l'empereur, à Spa. «Votre abdication est devenue nécessaire pour sauver l'Allemagne de la guerre civile», lui dit-il. Guillaume II s'y résout et part en exil.

    Un armistice mal accepté
    Les militaires s'étant défaussés, c'est à un civil, Matthias Erzberger, que revient la pénible tâche de négocier l'armistice. En France, la demande d'armistice fait débat. Le président de la République Raymond Poincaré et le général Philippe Pétain voudraient profiter de l'avantage militaire pour chasser les Allemands de Belgique, envahir l'Allemagne elle-même et signifier à celle-ci l'étendue de sa défaite. Mais le généralissime des troupes alliées, Ferdinand Foch, et le chef du gouvernement, Georges Clemenceau, ne croient pas l'armée française capable de se battre encore longtemps et souhaitent en finir au plus vite.

    L'armistice est signé dans le wagon spécial du généralissime Foch, au carrefour de Rethondes, au milieu de la forêt de Compiègne, le 11 novembre à 5h15 du matin.

    Voir l'article complet

    Tinlot. Pas de commémoration publique cette année,
    un hommage symbolique aura lieu devant à la maison communale.

    1630763131.png

     Covid oblige, les enfants des écoles et le fidèle public de cette manifestation seront absents cette année!

  • Vignoble de Seny : 5.200 pieds plantés, à peine 1 % perdu  

    Situées à environ 1,5 km à vol d’oiseau de la ferme familiale des Hartog, ces vignes ont été achetées à un pépiniériste français basé à La Rochelle. Le terrain est un coteau exposé plein sud, entre le Tige de Terwagne et le village de Seny, abrité du Nord par un bois et entouré de haies, ce qui en fait un lieu idéal, à l’abri des vents dominants.

    DSC_3737.jpeg

     
    Pas de produit phytosanitaire
    Six mois après la plantation, l’heure est au bilan. Jérôme Hartog, récemment devenu conseiller communal à Tinlot, s’est rendu sur la parcelle fin octobre pour procéder au palissage des vignes. L’occasion d’évoquer avec lui l’avancée du projet.
    « Malgré l’été très sec, le résultat est positif, avec très peu de pieds de vigne morts. Sur 5.200 pieds, on en a perdu environ une cinquantaine, même pas un pourcent », se réjouit le jeune agriculteur et courtier en assurance. « On a dû arroser une première fois au moment de la plantation, pour tasser le sol, et une deuxième fois début juillet car il n’avait pas plu une goutte depuis le moment de la plantation ».

    Capture d’écran 2020-11-10 à 16.57.24.png

     
    Dans les mois qui ont suivi la plantation, plusieurs aménagements ont été installés pour protéger les vignes, comme les gaines en plastique autour des pieds, destinées à éviter que les jeunes pousses ne se fassent manger par le gibier. Aucun produit phytosanitaire n’a été utilisé pour l’entretien, et le désherbage s’est fait mécaniquement.
    3 jours de palissage, 22 km de fils
    Pendant le mois d'octobre, durant trois jours, une équipe est venue procéder au palissage, une technique agricole destinée à faire pousser verticalement la vigne pour avoir une végétation bien répartie. « On a planté un piquet tous les 5 mètres avec des fils sur lesquels on attachera les sarments des vignes lorsqu’elles seront à maturité ». Au total, 22 km de fils ont été installés sur les 22 rangées de vignes.

    Même si le projet semble en bonne voie pour une première récolte et donc une première production de vin dans 3 ans, le nom du domaine n’a pas encore été choisi.

    L’année prochaine, de nouvelles vignes seront plantées derrière la ferme familiale, Fond de Soheit, sur plus de 2 hectares, afin de diversifier les terroirs et donc les goûts des raisins.

    DSC_3742.jpeg

     
  • Fraiture - Vandalisme. Une croix gammée sur la stèle érigée en hommage aux aviateurs US !

    Le Syndicat d’Initiative de Fraiture a porté plainte

     
    L’image a profondément indigné la population de Tinlot et d’ailleurs. Une croix gammée, ultime symbole du régime nazi, a été taguée sur la stèle de Fraiture, érigée en hommage aux aviateurs américains tombés sur place en décembre 1944.  
    Comme le montre la photo, le monument a vraisemblablement été tagué à l’aide d’une bombe de peinture en spray blanche, pour former une croix gammée (ou « svastika »), ultime symbole de l’idéologie nazie.
    L’inscription figurant sur la stèle est la suivante : « En hommage aux aviateurs américains abattus dans le ciel de Fraiture le 24-12-1994 ». Le symbole nazi recouvre la moitié gauche du message.
    Cet acte de vandalisme suscite l’indignation des Tinlotois, d’autant qu’il concerne un monument qui rend hommage à des héros des forces alliées de la seconde guerre mondiale, tombés au combat contre l’ennemi allemand.
    Par ailleurs, la date de cet acte coïncide avec l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis, ce qui pousse certains à penser que les motivations de l’auteur sont liées à l’événement de l’actualité de samedi.
    Ce n’est pas la première fois qu’un monument historique de la commune de Tinlot est concerné par un acte de vandalisme, à seulement quelques jours des commémorations du 11 novembre. Le 13 novembre 2013, 4 plaques commémoratives avaient été retrouvées cassées et descellées au pied du monument de l’Association des Porte- Drapeaux, rue du centre.
    Comme à l’époque, une plainte a été déposée suite à la dégradation de la stèle de Fraiture. C’est le Syndicat d’Initiative de Fraiture qui l’a déposée auprès de la police. Entre samedi et lundi, une personne anonyme s’est rendue sur place pour nettoyer le monument.
    Un drame de la WWII
    Située entre les villages de Fraiture et Seny, dans la rue du Tilleul, cette stèle rend hommage à l’équipage d’un brigadier B-17 (surnommé «Flying Fortress»), abattu dans le ciel de Fraiture en décembre 1944. Commandé par le brigadier général Frederick Castle, l’équipage était composé de 10 personnes. La moitié d’entre eux sont morts à cause du crash. Le monument comporte, en plus de la stèle, un panneau explicatif qui raconte en détails cet épisode dramatique de la seconde guerre mondiale.
     

  • La grippe aviaire aux portes de la Belgique. Les mesures à prendre pour vos volailles.

    Risque élevé de grippe aviaire. Les exploitants avicoles confinent leurs volailles

    Cela s’explique par des cas de grippe aviaire hautement pathogène de type H5N8 détectés chez des cygnes et canards aux Pays-Bas, dont certains à moins de 100 kilomètres de la frontière belge. « Un foyer de grippe aviaire hautement pathogène de type H5N8 a également été identifié dans une exploitation avicole de reproduction », ajoute l’AFSCA.
    Comment le virus est-il arrivé à la porte de nos contrées ? Très certainement « par les oiseaux migrateurs provenant de Russie et du Kazakhstan, avant de se répandre dans les populations d’oiseaux locales », commente encore l’agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire.
    .....
    Vigilance chez les particuliers
    « Ceux qui comptent laisser leur élevage en plein air doivent absolument mettre des filets. Je pense par exemple aux particuliers qui n’ont pas les moyens logistiques pour rentrer et confiner leur volaille : ils n’y arriveront peut-être pas et c’est de là que pourrait se répandre cette grippe s’ils ne font pas attention…
     
    Mesures à prendre: le communiqué de  l'AFSCA
     
    Grippe aviaire H5 : mise en place de mesures plus strictes dans les exploitations professionnelles et chez les détenteurs hobbyistes

      Au cours de la semaine dernière, plusieurs cas de grippe aviaire hautement pathogène de type H5 ont été identifiés aux Pays-Bas, chez des oiseaux sauvages mais aussi dans des exploitations de volailles. L'AFSCA met en garde les éleveurs de volailles contre la possibilité d'un retour de la grippe aviaire en Belgique. Au vu des récents développements, le ministre de l'Agriculture David Clarinval, sur recommandation de l'AFSCA, a pris la décision de renforcer les mesures à partir du 1er Novembre.

    A partir de ce 1er novembre 2020, une période de risque accru est d’application sur tout le territoire et les mesures de prévention suivantes sont rendues obligatoires :
    • Les volailles provenant d'éleveurs professionnels, à l’exception des ratites, doivent être enfermées ou protégées (à l'aide de filets).
    • Les détenteurs amateurs doivent nourrir et abreuver leurs volailles à l’intérieur (ou protégées par des filets).
    • Il est interdit d’abreuver les volailles avec de l’eau provenant de réservoirs d’eau, de l’eau de surface ou de pluie accessible aux oiseaux sauvages.

    Ces mesures doivent empêcher les volailles des exploitations professionnelles et de loisirs d'entrer en contact avec des oiseaux sauvages infectés par le virus de la grippe aviaire. Elles sont consultables sur le site Internet de l’AFSCA :
    http://www.afsca.be/professionnels/productionanimale/santeanimale/grippeaviaire/mesures.asp

    L'AFSCA demande à tous les éleveurs de volailles, hobbyistes et autres acteurs impliqués, d'appliquer strictement ces mesures de biosécurité. Il est important qu’ils contactent leur vétérinaire s’ils constatent une mortalité élevée dans leur cheptel ou tout autre symptôme de la maladie.

    Le consommateur n’encourt aucun risque. La viande et les œufs de poules peuvent être consommés en toute sécurité.

    David Clarinval, ministre de l’Agriculture
    : « Je tiens absolument à préserver au maximum les éleveurs de volailles professionnels ainsi que les hobbyistes. C’est la raison pour laquelle, avec l’AFSCA, nous avons décidé de prendre les devants par rapport à cette menace qui est à nos frontières et qui pèse potentiellement sur notre pays en passant en période de risque accru. Il s’agit pour le moment d’appliquer préventivement les mesures de biosécurité adéquates pour empêcher que cette maladie puisse contaminer nos volailles comme ce fut le cas par le passé, avec les dégâts que l’on sait. »

    Qu’est-ce que la grippe aviaire ?
    L'influenza aviaire ou grippe aviaire est une maladie virale très contagieuse, à laquelle probablement toutes les espèces avicoles sont sensibles. Il n’y a pas d’indication scientifique qui indique que ce virus soit nocif pour l’homme. La nature des symptômes et l'évolution de la maladie dépendent du caractère pathogène de la souche virale, de l'animal concerné, de l'environnement et d'autres infections éventuelles. La contamination de la volaille peut se faire par le biais de contacts directs avec des animaux malades, ou par exposition à du matériel contaminé, comme du fumier ou des caisses sales. Une contamination peut aussi se propager via l'air, sur des distances relativement courtes.

    L’AFSCA et la santé animale
    Si l'AFSCA est connue pour ses contrôles tout au long de la chaîne alimentaire, l'Agence est également responsable de la prévention et du contrôle des maladies animales réglementées. En ce qui concerne la grippe aviaire, l'Agence travaille en étroite collaboration avec les autorités régionales.

    Plus d’informations sur le virus de la grippe aviaire :
    http://www.afsca.be/professionnels/productionanimale/santeanimale/grippeaviaire/
  • Tinlot, l’entité la plus motorisée de l'arrondissement avec 1,62 voiture par ménage !

    Dans un article récent nous annoncions que Neupré était la commune belge la plus riche en… voitures !
    Le chiffre exact qui place Neupré sur la plus haute marche des communes belges est de 564,93 voitures privées par 1.000 habitants. Voir l'article
    La Meuse H-W a publié les chiffres pour notre arrondissement avec le nombre de véhicules par ménage.

    Capture d’écran 2020-11-09 à 16.14.15.png

    À la lecture des données de Statbel, le constat est clair : les habitants de Huy-Waremme aiment leur voiture. Au total, l’arrondissement compte 103.997 véhicules privés. Avec un taux moyen de 1,25 voiture par ménage, l’arrondissement surpasse la moyenne nationale (1,18). La différence est d’autant plus grande lorsqu’on effectue une comparaison avec l’arrondissement voisin (Liège), qui obtient une moyenne nettement inférieure de 1,01.
    De grandes disparités sont cependant à constater entre les communes de Huy-Waremme. Ainsi, la Ville de Huy est la localité qui, proportionnellement à sa taille, compte le moins de voitures (10.177 véhicules privés pour 10.178 ménages, c’est-à-dire un taux de 1). De l’autre côté du classement, on retrouve Tinlot, l’entité la plus motorisée avec un ratio de 1,62 voiture par ménage. 1698 véhicules privés pour 1050 ménages.
    ....
    « Ça ne m’étonne pas », nous confie la bourgmestre tinlotoise Christine Guyot (MR). « Au niveau des transports, on est moins bien équipés que les centres, malgré les efforts du TEC ces derniers temps. Mais le contexte socio-économique joue aussi. Tinlot est une commune plus aisée, et les ménages peuvent davantage se permettre d’acquérir un deuxième véhicule ».
    Lire l'article complet de R.M.dans La Meuse H-W

  • Condroz Covid-19. Evolution du virus dans chaque commune au 8 novembre

    Capture d’écran 2020-11-09 à 13.39.13.png

    A partir de la carte interactive par commune Sudpresse, voici un tableau des tests positifs dans les communes condrusiennes et vallée de la Meuse
    Les communes sont classées par nombre d'habitants de Tinlot (2.778) à Huy (21.432)
    X= données non relevées
    Situation au 8 novembre publiée le 9/11.
    Dans la colonne de droite de ce blog, vous trouverez un relevé permanent de la situation à Tinlot, mis à jour en fonction de la disponibilité des données. 

    A lire également à ce sujet: Cinq fois plus de cas de Covid qu’il y a un mois à Huy-Waremme: détails par commune.

  • Périodes d’études : 35.972 Belges en ont demandé le rachat 

    https://static.blogs.sudinfo.be/media/150/2350084035.png
     
    Près de 36.000 Belges ont demandé le rachat de leurs périodes d’études auprès du Service fédéral des pensions jusqu’en septembre de cette année, a indiqué jeudi le Service des pensions à Belga. Cela concerne 16.257 salariés du secteur privé et 19.705 fonctionnaires, soit 35.972 personnes au total. Il s’agit des chiffres les plus récents, ceux d’octobre n’ayant pas encore été consolidés. Quiconque souhaite augmenter sa pension ne doit plus tarder. Le régime favorable expirera à la fin du mois de novembre.
    Parmi les salariés, 10.279 flamands et 5.978 francophones ont demandé le rachat de leurs périodes d’études, contre 12.975 flamands et 6.730 francophones parmi les fonctionnaires.
    7 Dimanche
     

  • Ne laissez pas votre santé se dégrader !

    Capture d’écran 2020-11-09 à 15.55.13.png

    Des services d’urgences et des médecins généralistes ont signalé qu’ils voient actuellement moins de patients que d’habitude (en dehors des patients COVID). Ne laissez pas votre santé se dégrader ! Si vous avez des problèmes de santé, téléphonez à votre médecin traitant ou à un spécialiste.
    Les médecins ont les moyens de vous soigner et les hôpitaux ont de la place pour des problèmes autres que le Covid.
  • Coronavirus: 945 patients ont été transférés depuis le 1er octobre

    B9723066495Z.1_20200328110436_000+GU6FQ49MV.1-0.jpg

    Depuis le 1er octobre, 945 patients atteints du nouveau coronavirus ont été transférés dans le cadre du plan de répartition entre les hôpitaux, ressort-il des chiffres publiés samedi par l’Institut de santé publique, Sciensano.
    Le plan de répartition permet aux hôpitaux ayant atteint leur capacité maximale d’accueil de transférer des malades vers d’autres établissements qui disposent encore de lits. Ces transferts peuvent se faire au sein d’un même groupe d’hôpitaux ou par l’intermédiaire du centre de coordination Patient Evacuation Coordination Centre (PECC).

    Depuis le 1er octobre, les hôpitaux de Flandre-Orientale comptabilisent le plus d’admissions de patients transférés (185), suivis de ceux d’Anvers (125) et de Bruxelles (108). Vingt-quatre patients ont par ailleurs été hospitalisés en Allemagne, selon Sciensano.

    Parmi les 900 transferts enregistrés, 500 ont été effectués avec l’aide du PECC, dont 19 jeudi. Depuis le début du mois d’octobre, le centre de coordination a notamment opéré le transfert de 90 patients bruxellois vers des établissements de Flandre-Orientale, 63 Bruxellois vers Anvers et 69 Liégeois vers le Limbourg.
    Sudinfo

    Neuf patients Covid-19 transférés par l'hélicoptère du CMH

    Capture d’écran 2020-11-08 à 15.42.56.png

    Une semaine après la mise en service d’un hélicoptère affecté aux transferts interhospitaliers de patients Covid-19, l’ASBL Centre Médical Héliporté tire un premier bilan : 9 patients ont pu bénéficier d’un transfert héliporté vers des unités de soins intensifs situées en Flandre et en Allemagne. Le coût de ces missions est pris en charge intégralement par le SPF Santé Publique.
    Cet hélicoptère a été mis en service le 1er novembre, au départ de la base héliportée du CMH de Bra-sur-Lienne. Il est exclusivement affecté aux transferts interhospitaliers de patients Covid-19 organisés durant la pandémie, avec une disponibilité opérationnelle qui s’étend du lundi au vendredi de 9h à 18h.

    Au terme de ces 6 premiers jours de mise en service :

    • 9 patients ont bénéficié d’un transfert héliporté.
    • Ils ont été dirigés vers des hôpitaux situés en Flandre (Anvers, Louvain) et en Allemagne
      (Düsseldorf, Münster, Coblence).
    • Ces missions exceptionnelles globalisent un total de près de 17h de vol réel. Cette durée comprenant les temps de déplacement vers l’hôpital demandeur, de transfert du patient vers l’hôpital de destination et de remise en disponibilité du vecteur.

    Lire la suite sur RTC

  • Huy-Waremme. Marie et Jean, les prénoms les plus fréquents dans nos communes

    Capture d’écran 2020-11-07 à 17.53.53.png

     

    Selon les données 2020 de Statbel, les prénoms Marie et Jean sont les plus fréquents dans chaque commune de l’arrondissement de Huy-Waremme.

    En matière de prénoms, on ne peut pas dire que l’arrondissement de Huy-Waremme soit un exemple d’originalité. Dans les 31 communes (sans aucune exception !), Marie et Jean sont les prénoms les plus fréquents ! Il y a ainsi 244 Marie à Amay, 395 à Huy, 308 à Hannut, 103 à Saint- Georges-sur-Meuse ; et il y a 214 Jean à Waremme, 59 à Engis, 38 à Tinlot...

    Ces deux prénoms « classiques », qui arrivent systématiquement en tête des « top 3 » des localités, ont également souvent une belle longueur d’avance sur le numéro 2. À Villers-le-Bouillet par exemple, on dénombre 125 Marie... et seulement 54 Anne, pourtant le second prénom féminin le plus répandu sur la commune, suivi par Nathalie (46 occurrences). De même, Huy compte 361 Jean, pour seulement 197 Philippe (le deuxième prénom le plus fréquent).

    Avec le temps et les nouvelles modes, cette hégémonie des « Jean et Marie » pourrait cependant s’amoindrir, notamment avec la montée en puissance de certains prénoms, comme Olivia et Arthur (prénoms les plus donnés aux nouveau-nés en 2019 en Belgique).

    LES ANNE, ISABELLE ET NATHALIE ONT LA COTE
    Si la première place est toujours occupée par l’indétrônable duo « Jean et Marie », on retrouve en revanche plus de diversité sur les deux autres places du podium. Ainsi, chez les filles, les prénoms Anne, Isabelle et Nathalie ont la cote à Huy-Waremme et se retrouvent souvent en deuxième ou troisième position.
    Quelques autres prénoms font cependant leur apparition sur le podium de certaines plus petites localités : Julie à Modave (3e place), Véronique à Ouffet (2e place), Sophie à Berloz, Oreye et Wasseiges (3e place), Christine à Crisnée (2e place), Françoise à Donceel (3e place) ou encore Valérie à Geer (3e place).

    BEAUCOUP DE MICHEL, DE PHILIPPE ET DE PIERRE
    Du côté des garçons, après l’omniprésent Jean, les prénoms Michel, Philippe et (dans une moindre mesure) Pierre se partagent souvent les deuxièmes et troisièmes positions.
    Mais comme chez les filles, certains prénoms se fraient parfois une place dans le « top 3 », principalement dans les communes les moins densément peuplées : Christian à Hamoir (3e), Nicolas à Héron (3e), Alain à Lincent (2e) et Engis (3e), et Olivier à Wasseiges (3e). 

    RO.MA. La Meuse H-W du 12/10. Source des données: Statbel

  • Bien-être annimal. AnimalWeb vous dit tout sur les refuges pour animaux en province de Liège.

    Capture d’écran 2020-11-08 à 15.54.40.png

    Envie d'adopter un chat, un chien ou tout autre animal de compagnie ; AnimalWeb vous dit tout sur les refuges pour animaux dans la province de Liège.

    Face aux abandons, conséquence d'un achat compulsif, de méconnaissance de l'animal tellement convoité, de divorces et des départs en vacances ; les refuges qui recueillent ces animaux délaissés sont de plus en plus souvent dépassés.
    Certains, face à des périodes d'abandons massifs, se sont même résignés à euthanasier les plus faibles, les plus âgés; enfin tous ceux que personne ne voudra recueillir.
    Face à ce triste constat, AnimalWeb est à vos côtés afin de vous aiguiller vers le refuge le plus proche de chez vous. 

    Voir le site