Mobilité - Page 5

  • Tinlot. Importants travaux d'enduisage sur la route Huy-Hamoir (N66)

    103538769_151638599761093_8685635856836861799_n.jpg

    D'importants travaux d'enduisage ont débuté ce mercredi sur la RN66 entre Soheit-Tinlot (Rue du Montys) et Warzée. Ils sont réalisés par la société COLAS.
    Début des travaux le mercredi 10/06/2020 jusqu'au 10/07/2020.
    Commune de Tinlot

    La zone de Police du Condroz précise de son côté que du 11 juin au 19 juin 2020, la circulation sera réglée par des feux de circulation sur la RN 66 entre OUFFET et HAMOIR pour la pose de filets d'eau au niveau des travaux actuels.
    Patience et prudence sur ce tronçon !

  • Tinlot. Attention, déversement de mazout sur la RN 636 entre le rond-point de St Vitu et Scry

    Capture d’écran 2020-06-08 à 21.40.48.png

    Déversement de mazout sur la RN 636 entre le rond-point de St Vitu et Scry. Les pompiers procèdent au nettoyage ce soir.
    Restez prudent!
    Commune de Tinlot

     

  • TEC: nouvelles mesures dès le 8 juin. Toutes les places seront accessibles

    8 juin : Nouvelles mesures à bord
    Le déconfinement progressif se poursuit dès le 8 juin avec une nouvelle capacité à bord des véhicules TEC
    Toutes les places assises pourront être occupées mais les places debout seront limitées.
    Des marquages de distanciation au sol ainsi qu’un rappel des consignes seront présents à bord des véhicules.
    Retrouvez toutes les réponses à vos questions ici ➡️ https://bit.ly/FAQ-8juin

    101872143_2572561582958189_4973637695738740736_o.jpg

     
    Quel horaire est d’application ? 

    Les horaires « scolaires » sont d’application depuis le lundi 18 mai.
    Veillez toutefois à bien vérifier, avant chaque déplacement, que votre parcours ne soit pas supprimé, via ce lien  http://bit.ly/réseau-COVID19 (mis à jour plusieurs fois par jour).

    Quelle est la limite du nombre de passagers à bord d’un véhicule ?
    Dès le lundi 8 juin, toutes les places assises pourront être occupées avec, toutefois, une limitation de :
    Dans un autobus standard toutes les places assises +4 voyageurs debout
    Dans un autobus articulé toutes les places assises+ 6 voyageurs debout
    Dans un tram toutes les places assises + 5 voyageurs debout
    Dans un minibus Personne ne peut être debout
    Dans un midibus toutes les places assises + 2 places debout
    Dans un cars de 12 mètres Personne ne peut être debout
    Dans un cars de 15 mètres Personne ne peut être debout

    Des marquages de distanciation au sol ainsi qu’un rappel des consignes seront présents à bord des véhicules.
    Si l’évolution sanitaire reste positive, les limitations concernant les places « debout » seront levées dès le 1er juillet.

    Dois-je porter un masque pour emprunter le réseau TEC ? 

    Le port du masque (ou d’une alternative couvrant le nez et la bouche) est obligatoire pour accéder au transport en commun pour toutes les personnes de 12 ans et plus. Ce masque doit être porté à tout moment, aux arrêts et dans les véhicules.
    L’accès à bord sera refusé aux personnes qui ne sont pas porteuses d’un masque (ou d’une alternative). Par ailleurs, les contrôleurs et la Police renforcent les contrôles.

    La montée à bord d’un bus se fait uniquement par l’arrière, comment puis-je valider mon titre de transport ? 
    La montée à bord des véhicules TEC se fait encore uniquement par l'arrière mais les valideurs seront de nouveau accessibles à bord de certains véhicules.
    Lorsque ce sera le cas, une affiche indiquera aux voyageurs qu’ils doivent obligatoirement valider leur titre de transport.
    Dans le cas où le valideur ne serait pas accessible aux voyageurs, ceux-ci ne seront pas dans l’obligation de valider leur titre de transport. Néanmoins, ils devront toujours posséder un titre de transport valable.

    Bien que les ESPACES TEC aient rouvert leurs portes le 18 mai, les voyageurs sont invités à privilégier l’E-SHOP et les automates de ventes SELF pour l’achat de titres de transport.
     
  • La RN66 fermée jusqu’à jeudi entre Hamoir et Ouffet

  • 4.867.456 amendes routières envoyées en 2019

    Forte baisse des transactions
    L’année dernière, il y a eu un peu plus de perceptions immédiates qu’en 2018 (4.331.470), mais nettement moins de transactions proposées par le parquet (657.228 en 2018). Cette dernière baisse est somme toute logique. « En 2019, 93 % des verbalisés ont payé leur amende spontanément après réception de la perception immédiate ou de la proposition de transaction. Ce taux était de 80 % en 2018 », compare Mme Kouassi.
    « La numérisation approfondie du traitement des amendes routières a permis de conscientiser davantage les contrevenants », estime-t-elle. Grâce à ce système numérique et automatisé, ils ne peuvent plus échapper à leur amende. Ils sont davantage à payer sans attendre un rappel afin d’échapper à une majoration du montant. Le nombre de courriers envoyés a d’ailleurs diminué de 7,8 à 7,1 millions en 2019.
    En 2020, l’État met en place l’ordre de paiement. Il s’agit de l’étape qui suit la proposition de transaction et qui permet au SPF Finances d’organiser une exécution forcée du montant dû. « L’objectif de tout cela est de faciliter les choses entre les différentes administrations, tant pour la police que pour la justice afin de travailler pour la sécurité routière et de diminuer les incivilités et le nombre de victimes », souligne la porte-parole du SPF Justice.
    « Nous constatons clairement que le nombre d’amendes envoyées automatiquement a augmenté en 2019. Grâce à Crossborder (…), la charge de travail de la police, de l’administration et des parquets a sensiblement diminué », se félicite le ministre de la Justice Koen Geens. « Ces chiffres montrent que chaque maillon de la chaîne fonctionne de manière optimale et que l’automatisation du processus conduit à une politique de réponse immédiate. Bien que cela renforce notre combat pour la sécurité routière, nous ne devons pas perdre de vue que l’excès de vitesse reste l’une des principales causes d’accidents et cela montre que nous devons poursuivre nos efforts », note, de son côté, Koen Ricour, directeur de la police fédérale de la route.
    L’année dernière, le nombre de paiements via le site web amendesroutières.be a légèrement augmenté : 264.848 contre 262.206 en 2018. Depuis décembre 2019, il est possible de payer par QR Code. Au total, 6,4 % des paiements ont été effectués par ce canal ce mois-là. Au premier quadrimestre 2020, ce taux a grimpé à 12 %.
    Dernier point, l’État a effectué 69.046 remboursements automatiques de contrevenants, auteurs d’un virement erroné dans les trente jours. Par ailleurs, les amendes envoyées sont complétées depuis le 21 mai 2019 de l’envoi de fiches de sensibilisation sur les dangers de la route et leurs conséquences. Fin décembre, 690.900 fiches avaient été ainsi expédiées.
    La Meuse

  • Tinlot. Travaux route du Condroz pendant 3 semaines, attention!

    L’image contient peut-être : ciel, arbre, nuage, plein air et nature

    La nuit du 2 au 3 juin: pose de la signalisation sur la RN 63 à hauteur du pont de Tinlot. Afin de sécuriser le chantier des fondations des éoliennes, il n'y aura qu'une seule bande de circulation. La durée du chantier est estimée à 3 semaines. Soyez prudent, sortie de véhicules lents.

     
    L’image contient peut-être : nuage, ciel et plein air
     
     
     
  • Hamoir : sécurisation du Ravel, après une nouvelle chute de cycliste dans l'Ourthe

    La commune de Hamoir vient de réaliser quelques aménagements provisoires pour améliorer la sécurité sur une partie du tracé du Ravel qui traverse son territoire.

    Capture d’écran 2020-05-27 à 15.11.32.png

    La Région wallonne doit remettre une décision concernant l'aménagement d’un tronçon de 400 mètres, qui traverse une zone Natura 2000 entre Comblain-Fairon et Hamoir. 
    C'est un passage qui peut s'avérer difficile à certains endroits : le chemin de terre est parsemé de pierres et de racines, la voie est étroite, et quelques affaissements se sont produits, le long de l’Ourthe. Plusieurs cyclistes auraient déjà chuté dans la rivière.
    Le bourgmestre a estimé que la situation présentait un danger, d'autant que les aménagements terminés de part et d'autre amènent du monde à cet endroit ; il a décidé de faire quelques travaux, en attendant le feu vert de la région wallonne pour la réalisation des travaux définitifs.
    Là où des racines et de gros cailloux risquaient de provoquer des chutes, il a fait poser un revêtement pour aplanir le sentier.
    "C’est un aménagement provisoire, en attendant une décision définitive de la région wallonne " explique Patrick Lecerf, le bourgmestre de Hamoir.
    "La Région wallonne doit se prononcer sur les aménagements autorisés pour traverser cette zone Natura 2000, qui est est protégée pour la richesse de sa faune et de sa flore. Il y a aussi une expropriation nécessaire sur un petit bout de chemin, mais les procédures sont particulièrement longues", explique le bourgmestre.
    ...lire la suite et voir le reportage vidéo de RTC

  • Tinlot. Révision du plan communal de mobilité en collaboration avec Nandrin

    1467282953.jpg

    La route du Condroz (N63) scinde en deux les  communes de Tinlot et Nandrin. Pour les deux communes, c'est un  axe  important  en terme de mobilité et de sécurité. (Google Maps)

    La mobilité nous concerne toutes et tous dans notre quotidien. Différentes actions doivent être menées au sein de nos villages afin de pouvoir circuler en toute sécurité.
    Cette période de confinement permet à chacun et chacune de (re)découvrir son village et ses alentours. Repenser à la mobilité à Tinlot reste une priorité et un défi de taille ! Mais nous sommes prêts à relever ce défi.
    C’est la raison pour laquelle le Collège a décidé de procéder à la révision du plan communal de mobilité en collaboration avec la commune de Nandrin.

    Un plan communal de mobilité ? Il s’agit d’un document stratégique d’orientation de l’organisation et de la gestion des déplacements, du stationnement et de l’accessibilité aux lieux de vie et d’activités.
    Cela permettra une vision globale de la mobilité au niveau communal et de pouvoir entamer des actions à moyen terme et à long terme.
    Notre pré-diagnostic est prêt et celui-ci est basé sur différents axes dont en voici quelques-uns à titre d’exemple :
    Réseaux en mode doux : infrastructures cyclables et piétonnes
    Liaisons inter-villages : il existe uniquement des bandes cyclables suggérées dont le marquage est à refaire ;
    La traversée des villages reste à revoir : peu ou pas d’aménagements sécurisés et lisibles en continu.
    Réseaux routiers : manque de stationnements, lacune au niveau des trottoirs, …
    Transports en commun TEC/Ligne WEL/SNCB : manque de liaisons fréquentes entre Huy et Tinlot, inadéquation entre les horaires des bus et des trains, etc…
    Circuits de promenades : il en existe déjà, mais qui ne rêve pas d’agrandir le réseau de promenades accompagné de panneaux indicateurs dans tous les villages tinlotois ?
    Cette liste est non exhaustive, il s’agit d’un petit échantillon des divers sujets abordés.
    Nous nous réjouissons de cette analyse et des projets qui en découleront afin de pouvoir profiter de promenades à pied, à cheval ou à vélo dans nos  beaux villages condruziens !

    Laurence Medaerts
    Echevine de la Mobilité. 3 mai 2020

  • Accident sur le pont de Soheit-tinlot, vendredi matin.

    Capture d’écran 2020-04-24 à 15.57.41.png

    En début de matinée, un accrochage s'est produit sur le pont de Soheit-Tinlot.
    Une Audi A1, avec deux jeunes originaires de Liège a été percutée sur la N636 par un véhicule Citroën C5, à la sortie de la bretelle de la route du Condroz venant de Liège. Le conducteur, habitant de Tinlot, n'aurait pas respecté la priorité.
    Les deux jeunes sont légèrement blessés. La circulation a dû se faire sur une seule bande de circulation entre le pont en direction de St Vitu. Les pompiers et la police étaient présents.

  • Modave, la N636, Liège-Dinant fermée pour une semaine. Déviation à St-Vitu et au Pont-de-Bonne

    Capture d’écran 2020-04-21 à 20.48.16.png
    Google maps. AL

    En raison d'un affaissement de la chaussée sur la Route de Limet, à hauteur du carrefour qu'elle forme avec la rue Ry Saint-Pierre, le gestionnaire de la voirie, le S.P.W. Voiries a décidé ce lundi, en accord avec le responsable des travaux S.A.C.E. et le responsable de la signalisation SOTRAPLAN et après analyse approfondie, de fermer la RN636, entre le Pont-de-Bonne et Saint-Vitu.

    Une déviation est dès lors mise en place pour tous les véhicules, d'une part du Pont-de-Bonne vers Clavier par la RN641, d'autre part de Saint-Vitu vers Tinlot puis la N63, Route du Condroz.

    Les rues adjacentes sont évidemment visées ; les riverains doivent impérativement suivre le sens des déviations.
    Cette mesure est d'application du mardi 21 au mardi 28 avril 2020 inclus.
    (Site commune de Modave)
     

  • Liaison Tihange-Tinlot. La suite du (mauvais) feuilleton

    Capture d’écran 2020-04-18 à 15.41.40.png

    Entamée en 2004, après de longues années de palabres, la liaison Tihange Tinlot a déjà coûté 7,4 millions d’euros. - A.BT

    Philippe Henry, le ministre wallon de la mobilité, a répondu à la députée Caroline Cassart à propos de la phase 3 de la future liaison Tihange-Tinlot et de la réunion organisée avec les 13 agriculteurs expropriés le 6 février dernier. Furieux, les agriculteurs avaient dénoncé le manque de préparation et l’absence de proposition de dédommagement.

    Dans sa question écrite, Caroline Cassart ajoute : « Monsieur le Ministre, ce constat n’est pas très réjouissant et cela manque de sérieux vis-à-vis des agriculteurs concernés. Pouvez-vous me dire ce qu’il en est ? Comment expliquez-vous le manque de préparation de votre administration ? » 
    Le ministre Henry vient de transmettre sa réponse à la députée. Il confirme que cette réunion avait pour but la signature des autorisations de prise de possession. « Si certains participants n’ont pas eu les informations qu’ils attendaient, c’est évidemment regrettable. » Il ajoute : « Mon administration me confirme toutefois que les plans d’expropriations étaient à disposition des agriculteurs lors de la réunion et qu’un budget d’expropriation global est bien prévu. Les remarques formulées par les riverains lors de la demande de permis d’urbanisme n’auraient effectivement pas toutes été prises en compte par le fonctionnaire délégué. Cependant, au niveau de mes compétences, mes services mettent bien en œuvre le permis d’urbanisme obtenu. » Et le ministre de conclure : « Dans cette procédure, c’est le Comité d’acquisition qui agit souverainement. Sans décision contraire de l’autorité, les expropriations vont se poursuivre. En substance, le Comité d’acquisition va réaliser les estimations, négocier avec les futurs expropriés et lancer le cas échéant les expropriations judiciaires. »
    Extraits de l'article de La Meuse H-W

  • Mobilité Covid 19. T’Condruses a adapté ses véhicules afin de répondre aux normes de sécurité Covid 19.

    Le service de transport social du T’Condruses proposé par le GAL Pays des Condruses a adapté ses véhicules afin de répondre aux exigences de sécurité en raison de la pandémie Covid 19.

    91859997_619430918635320_7872570634323099648_o.jpg

    Des barrières ont été placées dans l’habitacle de nos véhicules afin de permettre une atténuation des risques de contaminations, tant pour nos chauffeurs que pour les bénéficiaires.
    Ceci nous permet dès lors de limiter les contacts et les flux d'airs entre le conducteur et les passagers, tout en préservant le fait de pouvoir communiquer.

    91834800_619430905301988_2820691360439336960_o.jpg

    Pour rappel, nous proposons nos services à la population des communes d’Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot pour effectuer les courses de première nécessité, (alimentaire / pharmaceutiques), en incluant le coût du déplacement effectué par le chauffeur du T’Condruses.
    Lors de la réservation de nos services, nous demandons de fournir une version électronique des courses à effectuer et les principes de précautions imposent au chauffeur d’utiliser des sacs de courses pliés du bénéficiaire. 
    Une fois les courses effectuées, ces sacs seront déposés à l’entrée du domicile.
    Le solde restant dû, après déduction des déplacements du service sera remis dans une enveloppe (fournie par le service) prévue à cet effet et glissé dans un sac de course.
    Bien entendu, nos chauffeurs sont équipés de gants et masques et effectuent une désinfection complète des véhicules (intérieur et extérieur) entre chaque prise en charge effectuée.
    Avec l’ensemble de ces mesures, nous voulons garantir un service adapté tout en préservant la santé de tous !
    Nos services restent accessibles au 085/274610 (un déviateur est mis en place pour proposer une réponse à tout moment).

  • Coronavirus: combien de passagers dans un bus ?

    Capture d’écran 2020-03-20 à 18.36.19.png
    TEC, un slogan peu approprié actuellement !

    Mesures de précaution et de distanciation
    Afin de limiter les contacts et risques de propagation du Covid-19, le TEC renforce ses mesures de précaution et de distanciation sociale à bord des véhicules.
    Le nombre de passagers à bord est désormais limité. Les voyageurs sont priés de conserver une distance minimale de 1,5 mètre entre les passagers et de n'occuper qu'une banquette sur deux.
    Par conséquent, il sera demandé aux voyageurs de ne plus monter à bord des véhicules si les limites suivantes sont atteintes :

    • 5 passagers maximum pour un bus standard ;
    • 12 passagers maximum pour un bus articulé ;
    • 15 passagers maximum pour un tram. 

    Si tel est le cas, et dans la mesure du possible, les véhicules afficheront le message "Complet".

    La validation n'est temporairement plus obligatoire et la montée à bord des véhicules TEC se fait uniquement par l'arrière. Cependant, le TEC rappelle à ses voyageurs qu'ils doivent posséder un titre de transport valable avant tout déplacement.
    Ces différentes mesures sont d'application jusqu’au 18 avril prochain

    Infotec

  • Tinlot parmi les pires communes en termes d'accessibilité à une gare

    Selon l’Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps) près de 40 % des citoyens ne sont pas suffisamment proches d’une gare pour s’y rendre à pied ou à vélo.

    Dans 78 communes, 100 % de la population habite à plus de 3,5 kilomètres d’une gare. D’après l’Iweps, à peine 16,8 % de la population wallonne peut dès lors facilement accéder à une gare de la façon la plus écologique possible, c’est-à-dire à pied. Distante de moins d’1 km, la gare la plus proche peut dès lors être rejointe en moins de 15 minutes, selon l’étude. « Les taux de couverture sont relativement faibles pour le mode piéton, concède l’institut. « Mais ils sont assez élevés pour le vélo et la voiture ». 61,4 % des Wallons peuvent en effet se rendre à la gare en moins de 15 minutes à vélo en parcourant moins de 3,5 km.

    Capture d’écran 2020-02-13 à 20.34.27.pngPour les voitures, ils sont forcément encore plus nombreux puisque 86,5 % de la population wallonne se trouve à moins de 10 minutes de voiture d’une gare, en moyenne. Globalement, cela ne semble donc pas trop compliqué de prendre le train, même si cela implique de devoir combiner deux modes de transport, dont la voiture. Et pourtant, seulement 4 % des déplacements domicile-travail en Wallonie passent par le train. Autant dire que la marge de progression est grande.

    ►► Commune par commune : pouvez-vous facilement accéder à une gare ? Découvrez-le ICI

    Article complet dans La Meuse H-W

  • Bon à savoir. La zone bleue est entrée en vigueur dans le quartier de la gare à Huy

    Cela fait longtemps qu’on en parle : elle est entrée en vigueur à Huy ! La zone bleue, tant attendue selon certains, tant redoutée selon d’autres, est en application depuis le 4 février et depuis le 10 février, fin de la période de tolérance !

    Capture d’écran 2020-03-01 à 19.47.01.png
    Les agents feront respecter les règles de la zone bleue. Il faudra donc utiliser le disque de stationnement, ou alors la carte de riverain.
    Cette zone est mise en place notamment pour résoudre les problèmes de parking dans ce quartier.
    En effet, de nombreux utilisateurs du train se garent dans les rues proches de la gare pour ne pas devoir utiliser le parking payant de la SNCB. Résultat : les riverains se retrouvent sans place…
    Les commerçants souffrent aussi de cette situation. Isahu, gérante de la supérette « Près de chez vous », est contente de voir du changement :
    « C’est toujours complet dans le quartier. Les gens viennent même dans mon parking privé et ne veulent rien entendre. J’espère que la situation va s’arranger ».
    La commerçante rappelle également l’importance des places de parkings pour les fournisseurs.
    Les riverains et les professionnels peuvent se garer aisément grâce à une « carte de stationnement ». La demande se fait via le site www.huy.be. Les ménages ont droit à deux cartes, valables un an. La première à 20€, la seconde à 50€. Les professionnels devront quant à eux débourser 50€ pour la première et 100€ pour la seconde.
    Pour rappel, les rues concernées pour bénéficier de la carte de riverain sont :
    avenue Albert Ier, rue des Jardins, rue des Cotillages, rue Bauduin-Pierre, place Zénobe Gramme, rue Sainte-Ivette, place des Battis, vieille chaussée de Statte, rue des Vignes, porte des Aveugles, chemin d’Antheit dans son tronçon compris entre la chaussée de Waremme et l’allée Saint-Étienne-au-Mont.
    Ro.Ma. Lire l'article complet dans La Meuse