Commune actualité - Page 2

  • Promenade guidée le 30 août : « Amay comme vous ne l’avez jamais vu ».

  • Tinlot. Invitation au Conseil Communal, le lundi 24 août 20h30, à la Tinlotoise

    Invitation à la séance du Conseil Communal qui aura lieu le lundi 24 août à 20h30, à la salle la Tinlotoise.

     

    1421987579.jpg

    Capture d’écran 2020-08-15 à 14.14.49.png

     

  • Tinlot Conseil Communal. La rue de Terwagne et d’autres voiries vont être rénovées

    Capture d’écran 2020-08-13 à 13.31.48.png
    La Route de Terwagne à Seny

    Ce lundi, le conseil communal de Tinlot a approuvé le cahier des charges concernant la rénovation de plusieurs tronçons de voirie : la rue de Terwagne à Seny, la rue Notre-Dame aux Bois à Fraiture et la rue à la Croix à Scry.

    Les travaux devraient débuter en 2021. « Ce sont des voiries secondaires. On va d’abord commencer par la rue de Terwagne », explique la bourgmestre de Tinlot, Christine Guyot, qui précise que les voiries principales de la commune ont été rénovées récemment. Ces rénovations représentent un montant d’environ 314.000€, avec d’importants subsides régionaux issus du Plan d’Investissement Communal.

    Une rue pour bpost
    Le conseil a également donné son feu vert pour la création d’une voirie qui permettra d’accéder au futur centre de distribution de bpost dans le parc économique de Tinlot. Ce projet de voirie de 189.000€ est largement financé par la Région, et la commune interviendra à hauteur de 42.000€.

    Ro.Ma. La Meuse H-W

  • Tinlot. Invitation au Conseil Communal, le lundi 10 août 20h30, à la Tinlotoise

    Invitation à la séance du Conseil Communal qui aura lieu le lundi 10 août à 20h30, à la salle la Tinlotoise.

     

    1421987579.jpg

    Capture d’écran 2020-08-04 à 13.51.36.png

    Capture d’écran 2020-08-04 à 13.51.49.png

  • Huy-Waremme Covid-19. Le point sur la contamination dans nos communes

  • Téléchargez le Tinlot 4 Saisons été 2020

    Téléchargez ici le T4 Saisons été 2020

    Capture d’écran 2020-07-08 à 11.12.47.png

  • Modave : des panneaux contre les dépôts clandestins

    C’est le « fléau de nos campagnes ». Les dépôts clandestins n’épargnent aucune commune, et Modave fait également les frais de ces pénibles incivilités. « Pendant le confinement, on a eu une augmentation des dépôts sauvages, notamment à cause de la fermeture des recyparcs. On a également souvent des déchets de chantier », déplore Bruno Dal Molin, bourgmestre faisant fonction de Modave lors des congés du mayeur Éric Thomas (MR).
    Pour dissuader les citoyens tentés par ce genre d’infractions, les autorités ont décidé d’installer huit panneaux indiquant « Dépôt de toute nature interdit », avec le rappel du règlement de police correspondant. « On veut rafraîchir la mémoire et conscientiser. Il y a un problème d’éducation. Ils ne sont que quelques-uns à commettre ces infractions, mais font des dégâts importants ».

    Aux endroits sensibles
    Les panneaux ont été installés aux « endroits sensibles » de la commune, qui font souvent l’objet d’infractions : la carrière de Chabôfosse, la rue Facqueval, la rue Campagne et la rue Fond d'Oxhe.
    Un panneau plus ludique a également été installé rue Campagne. Il s’agit d’une création originale d’une citoyenne engagée, qui rappelle avec humour l’impact des déchets sur l’environnement  : « La nature a déjà ses propres trésors. Les poubelles et recyparcs attendent les vôtres ».

     

    Un budget conséquent

    L’achat de ces panneaux représente pour la commune un budget d’environ 800€. Un montant insignifiant en comparaison avec les frais qu’engendrent les dépôts illégaux. En effet, chaque année, la commune de Modave dépense plus de 10.000€ pour évacuer les déchets clandestins. « L’année passée, dans la vallée du Hoyoux, on a eu un dépôt d’amiante. On a dû faire appel à une société, et ça nous a coûté 3.500€ juste pour l’évacuation », se souvient le bourgmestre ff modavien.
    Ro.Ma. La Meuse H-W

  • Le marché de produits locaux de Clavier-Station débutera le 4 septembre

    C’était un projet attendu des habitants du village de Clavier-Station. Un marché hebdomadaire de produits locaux devait voir le jour dès le vendredi 8 mai à Clavier-Station, le long du RAVeL, à côté de la place de la gare. Le Covid-19 a évidemment retardé la mise en place de nouveau rendez-vous.
    Lors du conseil communal de ce mardi soir, le règlement du marché a été voté à l’unanimité par les mandataires. On connaît désormais la date de lancement programmée pour le marché de produits locaux.
    « Si le Covid ne nous ennuie pas trop à ce moment là, on devrait commencer le marché le vendredi 4 septembre, » annonce l’échevin Damien Wathelet. « Ce sera tous les vendredi de 16h à 20h en été, et de 16h à 19h en hiver. Le règlement prévoit 20 exposants de produits de bouche. On montera jusqu’à 30 exposants une fois par mois en accueillant des produits non-alimentaires confectionnés localement. »

    Toujours à la recherche de nouveaux exposants
    Les produits qui viennent de Clavier ou d’une commune limitrophe bénéficieront d’une identification spécifique. Le marché accueillera des viandes, du pain bio, des produits laitiers ou encore des fromages. Une quinzaine d’exposants forment le coeur de ce marché mais la commune espère en toucher davantage une fois la publicité lancée.
    « C’est le Comité d’Initiative et de Culture de Clavier (CICC) qui sert d’institution tampon entre la commune et les exposants. Les réservations passent donc par son président, Jean-Pierre Abeels. »

    Gratuit en 2020 pour exposer
    Afin de promouvoir les petits producteurs locaux en cette période difficile, les exposants n’auront rien à payer pour participer au marché. Eau, électricité et emplacement seront pris en charge par la commune. Dès 2021, il faudra compter une dizaine d’euros par réservation.
    « On a choisi Clavier-Station car on souhaite redynamiser la cohésion sociale dans le village, » explique le 1er échevin Damien Wathelet. « C’est le seul de la commune qui n’a plus de comité des fêtes. On s’appuiera sur le marché hebdomadaire pour organiser d’autres petites animations à l’aide du Plan de Cohésion Sociale. On espère qu’un comité se recréera dans le village dans le futur. »
    La Meuse H-W

  • Château de Modave, cinéma plein air, concert et spectacle d’humour les 24, 25 et 26 juillet

    Capture d’écran 2020-07-21 à 11.39.23.png

    Officiellement lancé il y a 1 an et demi, la société « And Productions » a oeuvré pour mettre sur pied leur premier festival cet été. Étant des passionnés de musique et de concerts, leur premier événement aurait dû être un festival à taille humaine de style rock’n’roll. Ce ne sera pas le cas. La faute au Covid-19 : « Nous étions frustrés de devoir annuler ce tout premier rassemblement mais nous n’avons pas baissé les bras et une alternative a été trouvée », explique Emeline Manière, chargée de projet pour « And Productions ».
    Une alternative voulant dynamiser le secteur culturel et s’adressant à un public large : « La culture appartient à tout le monde et nous voulions donc offrir une expérience chouette dans un cadre avec une forte identité visuelle. C’est pour cela que nous avons choisi le château de Modave et le Source O Rama de Chaudfontaine », ajoute Emeline.
    Lemon Straw à l’affiche

    À Modave, vous aurez l’occasion de vous offrir une bouffée d’air frais dans une ambiance calme et détendue sur 3 jours, entre le 24 et le 26 juillet. « Castle & chill » s’articulera autour de 3 gros évènements avec le 24 juillet, un cinéma plein air et la diffusion du film La La Land. Le lendemain, place au concert de Lemon Straw pour terminer le 26 juillet avec une double représentation de Manon Lepomme et un menu pique-nique.

    ASBL Château de Modave

    Une organisation qui a pu voir le jour grâce à l’accueil des autorités et des lieux : « Tout est allé très vite et cette mise en place a été pensée dans le respect des mesures sanitaires ». Chaque événement pourra accueillir jusqu’à 350 personnes maximum et le masque sera obligatoire. Obligatoire aussi, la réservation pour assister à ces activités.
    Pour ce faire, il est possible de réserver en se rendant sur la page Facebook « And Productions » ou directement ICI. Le prix est fixé 5 euros pour le cinéma plein air, 20 euros pour le concert du samedi soir et 25 euros pour le spectacle de Manon Lepomme. À cela s’ajoute 50 euros pour le pique-nique (au choix) 2 personnes. Les places sont en vente depuis ce lundi et commencent déjà partir comme des petits pains. La Meuse H-W

  • Commune de Tinlot, nouveau look pour le site internet communal

    Capture d’écran 2020-07-19 à 16.03.30.pngCapture d’écran 2020-07-19 à 16.23.05.png

    A découvrir sur tinlot.be

  • Commune de Tinlot. Service population - état civil - urbanisme : nouvelles dispositions !

    Capture d’écran 2020-07-11 à 15.44.55.png

     
    Administration communale : service population - état civil - urbanisme.
    Jusqu'au 1er septembre 2020 :
    ✅ L'accueil des visiteurs se fera sur rendez-vous au 085/830.911 (population - état civil) - 085/830.912 (urbanisme)
    ✅ Nous répondons à vos demandes par mail :
    jessica.souplet@tinlot.be (population - état civil)
    karin.borremans@tinlot.be (urbanisme)
    ✅ Sacs poubelles sur rendez-vous ou en livraison via jessica.souplet@tinlot.be
    ✅ Le port du masque est obligatoire.
    Cette organisation est susceptible d'être modifiée selon l'évolution de la pandémie et des règles décidées par le Conseil National de Sécurité.
    Merci pour votre compréhension 
  • Medecin de campagne à Tinlot, interview du Dr Stréa sur cette période du covid-19

    Le dernier Tinlot 4 Saisons a publié l'interview du Dr Stréa, médecin de campagne à Tinlot, généraliste, médecin responsable d’un étage au CNRF/CHU à Fraiture et médecin coordinateur du Home de Seny.

    Capture d’écran 2020-07-08 à 11.10.00.png

    La pandémie chez nous

    T4S : Après 10 semaines de pandémie, quel est votre ressenti ? Comment avez vous vécu cette période ?
    En 30 ans de métier, je n’ai jamais vécu çà. C’est tout à fait surréaliste. Rien ne nous a préparé à cela, mis à part la grippe H1N1 en 2009, mais qui était beaucoup moins grave.
    Nous étions en guerre sanitaire, face à une menace virale.
    Si je compare :

    > La guerre 40-45 : 88.000 belges morts en 5 ans
    > Le covid 19 : 10.000 belges morts en 10 semaines
    Aux USA :
    > 58.000 morts au Vietnam en vingt ans (1955-1975) > Le covid 19 : 100.000 morts en 10 semaines

    Je suis sensible à ce genre de chiffres car nombreux sont ceux qui ont trouvé qu’on dramatisait beaucoup, que le covid n’était pas plus méchant qu’une grippe, que les mesures sanitaires prises étaient exagérées ....

    T4S : Au jour le jour, comment ça se passait ?
    On a dû s’adapter en permanence, avec de nouvelles consignes de plusieurs pages à adopter plusieurs fois par jour. C’était une véritable cacophonie.
    Il a fallu prendre des décisions radicales : visites interdites, salle d’attente fermée, mesures sanitaires drastiques...
    Personnellement je n’ai eu aucun décès ni au CNRF, ni au home de Seny, ni dans ma patientèle privée. Et j’ai eu la chance de passer moi-même entre les micro- gouttelettes des patients que j’ai côtoyés.

    T4S : Qu’est ce qui vous a marqué ?
    On a vécu beaucoup de choses très positives . C’est un véritable esprit de corps qui régnait parmi les membres du personnel, au CNRF. Des personnes courageuses, volontaires, solidaires, qui se serraient les coudes. De véritables soldats au front, au chevet des malades, dans des conditions extrêmement difficiles (mesures d’hygiène, tenues adaptées, masques..)

    Beaucoup de marques de solidarité. Nous avons également reçu de l’aide spontanée de médecins, de spécialistes qui ne pouvaient plus exercer pendant cette période et qui sont venus offrir leurs services et renforcer le staff au CNRF. Spontanément, j’insiste ! C’était vraiment sympa et très utile !
    Nous avons reçu aussi beaucoup de marques de soutien de commerçants, de particuliers qui nous ont apporté des repas, des pizzas, des oeufs en chocolat, des boissons... (il a même fallu freiner ...) C’était magnifique à observer et ça faisait un bien fou au moral de tous. Qu’ils soient ici remerciés.

    Dans le home de Seny, la priorité était de protéger les résidents. Tout a été mis en place pour éviter les contacts avec l’extérieur et l’intrusion du virus dans l’établissement. La directrice a pris des décisions très fermes dès le début de la pandémie. Pas toujours faciles à accepter, à comprendre pour les familles.
    Les résidents nous ont étonnés par leur lucidité et leur compréhension de la gravité de la situation. Seuls 24h/24, 7j/7 dans leur chambre, ne voyant que du personnel masqué ... ils ont tout accepté, courageusement, soutenus par un personnel très dévoué et attentif. Ils attendaient le dépistage avec impatience et l’ont tous bien accepté.

    Ce dépistage auprès des résidents et du personnel a été fait de façon régulière. Et personne n’a été déclaré positif ! Vous imaginez le soulagement !
    Ma hantise : que le virus n’entre dans les maisons de repos, car j’avais peur qu’il y ait un tri dans les hôpitaux pour donner la priorité aux « jeunes ». Mais JAMAIS je n’ai senti cette volonté, ce choix.
    La priorité a toujours été : protéger la vie quelle qu’elle soit.
    Avec mon assistante, le Docteur Louise Devresse, nous étions toujours présents. Si, après un diagnostic au téléphone, une visite au domicile d’un malade s’imposait, nous y allions bien évidement avec l’équipement nécessaire pour éviter toute contamination. Nous n’avons jamais cessé de travailler !
    Personnellement, à aucun moment je n’ai manqué de matériel adapté. J’ai reçu de l’aide du CHU, du CNRF, de la commune de Tinlot, de volontaires, notamment des masques confectionnés par des proches, ainsi que du matériel offert par des patients (masques, blouses...)

    T4S : Et aujourd’hui ?
    Nous soignons aujourd’hui au CNRF les personnes en revalidation post COVID. Les séquelles de leur séjour aux soins intensifs sont énormes : perte de poids, fonte musculaire de tous les membres, perte d’autonomie... Tout est à réapprendre. Je suis impressionné par les lourdes conséquences de cette maladie.

    T4S : Un dernier conseil ?
    Attention, le virus est toujours là !
    Ne relâchez pas votre vigilance.
    Soyez prudents, prenez soin de vous et des autres !

    Merci Docteur STREA
    Christine Guyot, Bourgmestre

  • La piscine en plein air d’Ocquier rouvre ce lundi sur réservation à la demi-journée

    Unique bassin public en plein air dans la région de Huy-Waremme, la piscine du village d’Ocquier (Clavier) s’est taillée une réputation de lieu de détente et de rafraîchissement incontournable au fil des décennies. Inaugurée en 1958, elle accueille chaque été entre 3000 et 3500 visiteurs dans son bassin long de 25m dont la profondeur atteint les 2m par endroits. Les lieux revêtent d’un caractère d’autant plus unique qu’ils sont entièrement gérés par la douzaine de bénévoles du Comité d’initiative d’Ocquier.

    Déterminés et préparés, les gestionnaires de la piscine seront sur le qui-vive ce lundi 6 juillet pour la tant attendue réouverture. « Vu la superficie des lieux, le protocole nous impose une capacité d’accueil de 100 personnes en même temps au lieu de 500, » précise Jérôme Remacle, président du comité. « Il faudra réserver son entrée via le portail internet TicketWeb. Les gens pourront réserver 3 jours à l’avance, ce qui leur permettra de voir si la météo annoncée pour le jour de leur venue est assez intéressante ou non. »

    Un bassin de 25m de long.
    Un bassin de 25m de long. - FB

    Pour rappel, la piscine en plein air se réserve le droit de fermer ses portes en cas de météo maussade, une mesure qui a toujours été d’application.

    3€ la demi-journée sur place
    Plutôt qu’un système complexe de tranches horaires régulières, la piscine d’Ocquier a opté pour un accès à la demi-journée. Il vous en coûtera 3€ pour accéder à l’infrastructure. Ce prix vous permet de rester aussi longtemps que vous le souhaitez, dans la limite de la tranche horaire du matin et de celle de l’après-midi.
    Même si le Comité d’Initiative ne s’attend pas à ce que la limite de 100 personnes pose un important préjudice pour les jours d’affluence « normale », il craint en revanche un gros manque à gagner lorsque la température sera caniculaire. En juillet 2019, lors du pic de chaleur, la piscine a déjà accueilli 470 personnes sur une journée.
    En plus de la limitation et de la réservation obligatoire, un plexiglas sera installé à l’accueil, les bénévoles porteront un masque et un circuit sera installé pour gérer le flux de personnes.

    Un succès au-delà de Clavier
    La piscine d’Ocquier n’ouvre traditionnellement qu’en juillet et août, donc le confinement n’a pas représenté de pertes financières. L’affluence de l’été est si forte que ces 2 mois suffisent à assumer les frais d’entretien. « La piscine d’Ocquier est un outil qu’on veut pérenniser, » déclare le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois. « Elle n’attire pas que des Claviérois mais aussi des vacanciers de Durbuy, Barvaux et de la vallée du Néblon. On a également un projet ambitieux de rénovation dans les 2-3 ans. »
    Les détails concernant les réservations seront communiqués ce week-end sur la page Facebook « Piscine en plein air d'Ocquier »

  • Tinlot. Invitation au Conseil Communal, le lundi 6 juillet à 20h30, à la Tinlotoise

    Invitation à la séance publique du Conseil Communal qui aura lieu le lundi 6 juillet à 20h30, à la salle La Tinlotoise.

    1421987579.jpg

    Capture d’écran 2020-06-27 à 20.44.57.png