Commune actualité - Page 2

  • Commune de Tinlot, nouveau look pour le site internet communal

    Capture d’écran 2020-07-19 à 16.03.30.pngCapture d’écran 2020-07-19 à 16.23.05.png

    A découvrir sur tinlot.be

  • Commune de Tinlot. Service population - état civil - urbanisme : nouvelles dispositions !

    Capture d’écran 2020-07-11 à 15.44.55.png

     
    Administration communale : service population - état civil - urbanisme.
    Jusqu'au 1er septembre 2020 :
    ✅ L'accueil des visiteurs se fera sur rendez-vous au 085/830.911 (population - état civil) - 085/830.912 (urbanisme)
    ✅ Nous répondons à vos demandes par mail :
    jessica.souplet@tinlot.be (population - état civil)
    karin.borremans@tinlot.be (urbanisme)
    ✅ Sacs poubelles sur rendez-vous ou en livraison via jessica.souplet@tinlot.be
    ✅ Le port du masque est obligatoire.
    Cette organisation est susceptible d'être modifiée selon l'évolution de la pandémie et des règles décidées par le Conseil National de Sécurité.
    Merci pour votre compréhension 
  • Medecin de campagne à Tinlot, interview du Dr Stréa sur cette période du covid-19

    Le dernier Tinlot 4 Saisons a publié l'interview du Dr Stréa, médecin de campagne à Tinlot, généraliste, médecin responsable d’un étage au CNRF/CHU à Fraiture et médecin coordinateur du Home de Seny.

    Capture d’écran 2020-07-08 à 11.10.00.png

    La pandémie chez nous

    T4S : Après 10 semaines de pandémie, quel est votre ressenti ? Comment avez vous vécu cette période ?
    En 30 ans de métier, je n’ai jamais vécu çà. C’est tout à fait surréaliste. Rien ne nous a préparé à cela, mis à part la grippe H1N1 en 2009, mais qui était beaucoup moins grave.
    Nous étions en guerre sanitaire, face à une menace virale.
    Si je compare :

    > La guerre 40-45 : 88.000 belges morts en 5 ans
    > Le covid 19 : 10.000 belges morts en 10 semaines
    Aux USA :
    > 58.000 morts au Vietnam en vingt ans (1955-1975) > Le covid 19 : 100.000 morts en 10 semaines

    Je suis sensible à ce genre de chiffres car nombreux sont ceux qui ont trouvé qu’on dramatisait beaucoup, que le covid n’était pas plus méchant qu’une grippe, que les mesures sanitaires prises étaient exagérées ....

    T4S : Au jour le jour, comment ça se passait ?
    On a dû s’adapter en permanence, avec de nouvelles consignes de plusieurs pages à adopter plusieurs fois par jour. C’était une véritable cacophonie.
    Il a fallu prendre des décisions radicales : visites interdites, salle d’attente fermée, mesures sanitaires drastiques...
    Personnellement je n’ai eu aucun décès ni au CNRF, ni au home de Seny, ni dans ma patientèle privée. Et j’ai eu la chance de passer moi-même entre les micro- gouttelettes des patients que j’ai côtoyés.

    T4S : Qu’est ce qui vous a marqué ?
    On a vécu beaucoup de choses très positives . C’est un véritable esprit de corps qui régnait parmi les membres du personnel, au CNRF. Des personnes courageuses, volontaires, solidaires, qui se serraient les coudes. De véritables soldats au front, au chevet des malades, dans des conditions extrêmement difficiles (mesures d’hygiène, tenues adaptées, masques..)

    Beaucoup de marques de solidarité. Nous avons également reçu de l’aide spontanée de médecins, de spécialistes qui ne pouvaient plus exercer pendant cette période et qui sont venus offrir leurs services et renforcer le staff au CNRF. Spontanément, j’insiste ! C’était vraiment sympa et très utile !
    Nous avons reçu aussi beaucoup de marques de soutien de commerçants, de particuliers qui nous ont apporté des repas, des pizzas, des oeufs en chocolat, des boissons... (il a même fallu freiner ...) C’était magnifique à observer et ça faisait un bien fou au moral de tous. Qu’ils soient ici remerciés.

    Dans le home de Seny, la priorité était de protéger les résidents. Tout a été mis en place pour éviter les contacts avec l’extérieur et l’intrusion du virus dans l’établissement. La directrice a pris des décisions très fermes dès le début de la pandémie. Pas toujours faciles à accepter, à comprendre pour les familles.
    Les résidents nous ont étonnés par leur lucidité et leur compréhension de la gravité de la situation. Seuls 24h/24, 7j/7 dans leur chambre, ne voyant que du personnel masqué ... ils ont tout accepté, courageusement, soutenus par un personnel très dévoué et attentif. Ils attendaient le dépistage avec impatience et l’ont tous bien accepté.

    Ce dépistage auprès des résidents et du personnel a été fait de façon régulière. Et personne n’a été déclaré positif ! Vous imaginez le soulagement !
    Ma hantise : que le virus n’entre dans les maisons de repos, car j’avais peur qu’il y ait un tri dans les hôpitaux pour donner la priorité aux « jeunes ». Mais JAMAIS je n’ai senti cette volonté, ce choix.
    La priorité a toujours été : protéger la vie quelle qu’elle soit.
    Avec mon assistante, le Docteur Louise Devresse, nous étions toujours présents. Si, après un diagnostic au téléphone, une visite au domicile d’un malade s’imposait, nous y allions bien évidement avec l’équipement nécessaire pour éviter toute contamination. Nous n’avons jamais cessé de travailler !
    Personnellement, à aucun moment je n’ai manqué de matériel adapté. J’ai reçu de l’aide du CHU, du CNRF, de la commune de Tinlot, de volontaires, notamment des masques confectionnés par des proches, ainsi que du matériel offert par des patients (masques, blouses...)

    T4S : Et aujourd’hui ?
    Nous soignons aujourd’hui au CNRF les personnes en revalidation post COVID. Les séquelles de leur séjour aux soins intensifs sont énormes : perte de poids, fonte musculaire de tous les membres, perte d’autonomie... Tout est à réapprendre. Je suis impressionné par les lourdes conséquences de cette maladie.

    T4S : Un dernier conseil ?
    Attention, le virus est toujours là !
    Ne relâchez pas votre vigilance.
    Soyez prudents, prenez soin de vous et des autres !

    Merci Docteur STREA
    Christine Guyot, Bourgmestre

  • La piscine en plein air d’Ocquier rouvre ce lundi sur réservation à la demi-journée

    Unique bassin public en plein air dans la région de Huy-Waremme, la piscine du village d’Ocquier (Clavier) s’est taillée une réputation de lieu de détente et de rafraîchissement incontournable au fil des décennies. Inaugurée en 1958, elle accueille chaque été entre 3000 et 3500 visiteurs dans son bassin long de 25m dont la profondeur atteint les 2m par endroits. Les lieux revêtent d’un caractère d’autant plus unique qu’ils sont entièrement gérés par la douzaine de bénévoles du Comité d’initiative d’Ocquier.

    Déterminés et préparés, les gestionnaires de la piscine seront sur le qui-vive ce lundi 6 juillet pour la tant attendue réouverture. « Vu la superficie des lieux, le protocole nous impose une capacité d’accueil de 100 personnes en même temps au lieu de 500, » précise Jérôme Remacle, président du comité. « Il faudra réserver son entrée via le portail internet TicketWeb. Les gens pourront réserver 3 jours à l’avance, ce qui leur permettra de voir si la météo annoncée pour le jour de leur venue est assez intéressante ou non. »

    Un bassin de 25m de long.
    Un bassin de 25m de long. - FB

    Pour rappel, la piscine en plein air se réserve le droit de fermer ses portes en cas de météo maussade, une mesure qui a toujours été d’application.

    3€ la demi-journée sur place
    Plutôt qu’un système complexe de tranches horaires régulières, la piscine d’Ocquier a opté pour un accès à la demi-journée. Il vous en coûtera 3€ pour accéder à l’infrastructure. Ce prix vous permet de rester aussi longtemps que vous le souhaitez, dans la limite de la tranche horaire du matin et de celle de l’après-midi.
    Même si le Comité d’Initiative ne s’attend pas à ce que la limite de 100 personnes pose un important préjudice pour les jours d’affluence « normale », il craint en revanche un gros manque à gagner lorsque la température sera caniculaire. En juillet 2019, lors du pic de chaleur, la piscine a déjà accueilli 470 personnes sur une journée.
    En plus de la limitation et de la réservation obligatoire, un plexiglas sera installé à l’accueil, les bénévoles porteront un masque et un circuit sera installé pour gérer le flux de personnes.

    Un succès au-delà de Clavier
    La piscine d’Ocquier n’ouvre traditionnellement qu’en juillet et août, donc le confinement n’a pas représenté de pertes financières. L’affluence de l’été est si forte que ces 2 mois suffisent à assumer les frais d’entretien. « La piscine d’Ocquier est un outil qu’on veut pérenniser, » déclare le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois. « Elle n’attire pas que des Claviérois mais aussi des vacanciers de Durbuy, Barvaux et de la vallée du Néblon. On a également un projet ambitieux de rénovation dans les 2-3 ans. »
    Les détails concernant les réservations seront communiqués ce week-end sur la page Facebook « Piscine en plein air d'Ocquier »

  • Tinlot. Invitation au Conseil Communal, le lundi 6 juillet à 20h30, à la Tinlotoise

    Invitation à la séance publique du Conseil Communal qui aura lieu le lundi 6 juillet à 20h30, à la salle La Tinlotoise.

    1421987579.jpg

    Capture d’écran 2020-06-27 à 20.44.57.png

  • Nouveau départ pour «La Roseraie», à Modave, avec des chalets haut perchés

    Avec sa haute toque et son regard perçant, Vincent Trignon règne sur la Roseraie à Modave depuis 38 ans. Une adresse haut de gamme appréciée par les gastronomes.

    À 69 ans, il se devait cependant de penser à sa succession. C’est sa fille, Marie Trignon-Whymark qui prend le relais. Même si elle a grandi au milieu des casseroles de cuivre, elle n’était pas prédestinée à diriger l’établissement. Après des études de langues, elle s’est installée en Angleterre où elle a épousé un Anglais et a travaillé dans le secteur de l’événementiel.

    Voici trois ans, son père lui a proposé de lui passer le témoin. « Je lui ai dit, si je reviens, il faut que je sache cuisiner, se souvient Marie. J’ai suivi des cours de cuisine intensives et j’ai fait des stages dans des grandes maisons. Chez Ducasse à Londres notamment (3 étoiles au Michelin) et je me suis rendu compte que mon père cuisinait très bien…, même si chez Ducasse c’est plus rapide car ils ont eu une brigade » sourit-elle. Les débuts père-fille en cuisine ont parfois été tendus « il ne me laissait rien faire » se rappelle Marie et puis le duo s’est accordé. « Un peu avant la fin de l’année, elle m’a proposé ses suggestions. Je n’ai rien dit, mais je l’ai lui offert des fleurs. C’était parfait ! Je suis rassuré » glisse Vincent. Côté cuisine, la transition se fait dans la même lignée « Je veux la même qualité dans l’assiette » insiste Marie.

    Pour le reste, elle chamboule tout et offre un nouveau départ à « La Roseraie ». Depuis quelques semaines, les travaux de rénovation du restaurant sont lancés : « Au départ, nous comptions les entamer en juillet, mais nous avons décidé de profiter du confinement et de la fermeture obligatoire pour démarrer un peu plus tôt, même si ce n’était pas facile de mobiliser rapidement tous les corps de métier. » Le chantier se poursuivra en juillet et août. La cuisine va être agrandie côté jardin et sera en partie ouverte pour permettre l’accueil des clients. Les quatre chambres vont aussi être complètement rénovées. La rénovation du bâtiment doit s’achever à la fin de l’été. La rouverture est prévue pour le 5 septembre.

    En parallèle « La Roseraie » va agrandir son offre d’hébergement en implantant à la lisière du bois voisin quatre chalets hors norme. Ils seront perchés à une dizaine de mètres de haut et construits avec un bardage de verre. « Ce sera quelque chose d’inédit en Belgique. Une expérience cocoon au cœur de la nature » promet Maxime Faniel, l’un des architectes. Les quatre premiers chalets devraient être prêts pour la fin de l’année. À terme une dizaine de modules viendront compléter l’offre.
    ... lire la suite dans La Meuse H-W

  • La poste de Clavier-Station a été rachetée par la commune

    Capture d’écran 2020-06-15 à 16.09.44.png

    Le collège communal a dû prendre une série de décisions en pouvoirs spéciaux pour réagir dans l’urgence pendant le confinement. Elles ont dû être ratifiées par le conseil de mardi dernier, à l’instar de l’acquisition du bâtiment de Bpost à Clavier-Station.
    « La poste a annoncé sur son site la vente du bâtiment, » explique le bourgmestre. « Le guichet sera maintenu. En revanche, l’activité de tri qui a lieu à l’arrière du bâtiment va être déplacée à Tinlot et ils se séparent également de l’appartement à l’étage.

    Le collège a remis une enveloppe de 300.000€. » La commune ne sait pas encore ce qu’il adviendra du bâtiment, mis à part que l’appartement sera mis en location.
    L’opposition s’est montrée d’accord sur le fond, mais pas sur la forme. « On savait déjà en décembre que la commune était intéressée. L’accord de principe aurait pu être voté au conseil communal en février.
    Ce n’était pas une décision à prendre en droits spéciaux, le collège outrepasse ses droits !, » affirme Annie Luymoeyen. Pour le bourgmestre, cette décision relevait d’une stratégie commerciale visant à éviter qu’une meilleure offre que celle de la commune ne soit proposée à Bpost.

  • Tinlot. Invitation au Conseil Communal, le lundi 15 juin à 20h30, à la Tinlotoise

    Invitation à la séance publique du Conseil Communal qui aura lieu le lundi 15 juin à 20h30, à la salle La Tinlotoise.

    1421987579.jpg

    Capture d’écran 2020-06-09 à 10.47.52.png

  • Incendie au château de Vervoz à Clavier: la compagne du baron est décédée

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, les pompiers de la zone Hemeco ont été appelés, vers 2h45, pour un incendie au château de Vervoz à Clavier. Une personne est décédée. Il s’agit de la compagne du baron de Tornaco, propriétaire du château. Victor de Tornaco a été pris en charge par les services de secours mais il est actuellement hors de danger.

    Le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois s’est rapidement rendu sur place. « Le baron âgé de 89 ans a pu s’extraire du château, il se trouvait au rez-de-chaussée. Il a entendu l’alarme incendie ». Le major Hervé Fanuel de la zone Hemeco est rapidement intervenu avec ses équipes. « Les policiers sont arrivés en premier sur place. La dame se trouvait au 1er étage à la fenêtre. Les policiers ont exhorté à la dame de se déporter vers la gauche du bâtiment. Et puis elle a malheureusement disparue. Quand nous sommes arrivés, nous avons déployé une équipe pour la localisation de la victime, et on l’a retrouvée décédée, intoxiquée par les fumées. Le baron dont le lit se situe au rez-de-chaussée avait pu sortir mais il a malgré tout inhalé des fumées. Il a essayé de prévenir sa compagne mais il ne savait plus monter », explique le major.
    La compagne du baron, originaire de Wavre n’a pas eu cette chance. Âgée d’environ 85 ans, elle dormait à l’étage, quand le feu s’est déclenché. « Le feu aurait pris dans un feu de bois. Il y a énormément de boiseries à l’intérieur. Le feu se propage rapidement », explique le bourgmestre. Les dégâts à l’intérieur de cette magnifique propriété sont importants mais ne sont pas spectaculaires.
    Très touché par ce drame, le bourgmestre apporte tout son soutien aux familles endeuillées. « J’ai grandi à proximité du château. J’étais sur place quand les proches sont arrivés pendant la nuit. C’est vraiment

    Le baron de Tornaco est arrivé dans le château, datant du 18ème siècle, au lendemain de la deuxième guerre mondiale. « C’est une famille bien connue dans la région. Le frère du baron habite également dans la commune. Le château n’est pas classé mais le hameau de Vervoz fait partie d’un patrimoine exceptionnel », ajoute Philippe Dubois.

     

    Zone HEMECO

    Le gros de l’intervention s’est terminé ce vendredi matin à 8h. Quelques sapeurs hamoiriens sont restés sur place pour éviter une éventuelle reprise du feu. Le bourgmestre tient d’ailleurs à féliciter les hommes du feu de la zone Hemeco, ceux de Huy et de Hamoir ainsi que les pompiers de Marche venus en renfort. « Les pompiers ont fait du très bon travail pour empêcher que le feu ne monte dans la toiture ». Philippe Dubois tient aussi à souligner le travail de l’assistant social de la police du Condroz ainsi que la police. « Il y a tout un accompagnement qui s’est organisé. Ils ont pris en charge les familles pour, malheureusement, leur annoncer la très mauvaise nouvelle ».
    À ce stade, la piste accidentelle est privilégiée. ...lire la suite dans l'édition en ligne de La Meuse H-W

  • La classe de forêt de l’école d’Ochain saccagée

  • Hamoir : sécurisation du Ravel, après une nouvelle chute de cycliste dans l'Ourthe

    La commune de Hamoir vient de réaliser quelques aménagements provisoires pour améliorer la sécurité sur une partie du tracé du Ravel qui traverse son territoire.

    Capture d’écran 2020-05-27 à 15.11.32.png

    La Région wallonne doit remettre une décision concernant l'aménagement d’un tronçon de 400 mètres, qui traverse une zone Natura 2000 entre Comblain-Fairon et Hamoir. 
    C'est un passage qui peut s'avérer difficile à certains endroits : le chemin de terre est parsemé de pierres et de racines, la voie est étroite, et quelques affaissements se sont produits, le long de l’Ourthe. Plusieurs cyclistes auraient déjà chuté dans la rivière.
    Le bourgmestre a estimé que la situation présentait un danger, d'autant que les aménagements terminés de part et d'autre amènent du monde à cet endroit ; il a décidé de faire quelques travaux, en attendant le feu vert de la région wallonne pour la réalisation des travaux définitifs.
    Là où des racines et de gros cailloux risquaient de provoquer des chutes, il a fait poser un revêtement pour aplanir le sentier.
    "C’est un aménagement provisoire, en attendant une décision définitive de la région wallonne " explique Patrick Lecerf, le bourgmestre de Hamoir.
    "La Région wallonne doit se prononcer sur les aménagements autorisés pour traverser cette zone Natura 2000, qui est est protégée pour la richesse de sa faune et de sa flore. Il y a aussi une expropriation nécessaire sur un petit bout de chemin, mais les procédures sont particulièrement longues", explique le bourgmestre.
    ...lire la suite et voir le reportage vidéo de RTC

  • Tinlot Conseil Communal: une caméra mobile pour lutter contre les dépôts sauvages

    Première historique. En raison de la crise sanitaire, c’est à l’intérieur de la salle de sport La Tinlotoise, rue de l’Eglise, - et non à l’administration comme à l’accoutumée - que les conseillers communaux ont pu aborder les 46 points à l’ordre du jour du conseil communal de ce lundi soir. « On a mis des tables de brasserie et la distance était respectée entre les personnes, » précise la bourgmestre Christine Guyot. « Des masques et du gel hydroalcoolique étaient mis à disposition. Le son n’était pas top car ça résonnait, mais on a su s’entendre. »

    Exonération taxe déchets
    Le règlement concernant la taxe communale sur la collecte et le traitement des déchets a été modifié. Dorénavant, les personnes ayant un contrat avec un collecteur privé seront exonérées de 50% de la taxe déchets. « On ne peut pas les exonérer à 100% car ils continuent de bénéficier des recyparcs et des bulles à verre, » ajoute la bourgmestre. Les personnes qui résident dans une institution de la commune, même pour un séjour de revalidation d’un an, pourront être exonérées de la taxe déchets sur présentation d’une preuve de l’institution. Enfin, les personnes souffrant d’incontinence pourront recevoir gratuitement un rouleau de sac poubelle blanc par an en fournissant un certificat médical à la commune.

    13.442€ de frais de ramassage en 2019
    Autre point phare de ce conseil, la commune de Tinlot a décidé de faire l’acquisition d’une caméra de surveillance mobile pour lutter contre le phénomène des dépôts d’immondices. Elle sera déplacée régulièrement d’un point sensible de la commune à un autre.
    « Depuis le début du confinement, avec la fermeture des recyparcs, on a vu fleurir des dépôts sauvages partout sur le territoire, explique la mayeur. En 2019, on a eu 13.442€ de frais de ramassage et traitement de ces déchets. Rien que lors des 3-4 premiers mois de 2020, on arrive à 5.600€. Si ça continue comme ça, en faisant une simple estimation, on pourrait arriver à 26.625€ pour cette année, soit le double du coût. » Même si le projet de caméra mobile est évoqué depuis un an à Tinlot, les conseillers ont finalement décidé de passer à l’action ce lundi.
    Toujours dans un désir de préserver l’environnement, la commune a également choisi de signer le « Green Deal - Achats circulaires » de la Région Wallonne. Elle s’engage donc, en tant qu’acheteur, à passer au moins 2 marchés publics qui favorisent l’économie circulaire (réduction de la production de déchets) dans les 3 ans.

    En bref
    >3.000€ pour Fraiture Sports. Cette aide communale vise à soutenir le club de foot, mis en difficulté par la crise sanitaire.
    >Nouveau véhicule utilitaire pour le chef du service des Travaux. La commune a passé un accord de coopération avec la société IDEA, qui se charge de trouver le financement pour l’achat du véhicule grâce à la vente de publicités sur la carrosserie.
    >Adhésion à la charte Ville Amie Démence (ligue Alzheimer) . Cela permet à l’assistante de vie de la commune de bénéficier de formations pour l’aider sur le terrain, à la rencontre des aînés.
    >Dénomination de 4 nouvelles rues. Les rues « Venelle de la Scierie » (lie la rue du Centre et la rue de l’Eglise), « Traversière » (lie la rue de l’Eglise et le Chemin de Messe), « Terre Bourlotte » (vers le lotissement du même nom) et « Dessus le Chawetay » (lotissement Les Favennes).
    P.Tar. La Meuse H-W

  • Huy rouvre ses musées et le Fort à partir du 19 mai

    Fort et mémorial, chaussée Napoléon
    Horaire d’ouverture
    Mai – juin – septembre – octobre
    * En semaine : de 9 h 30 à 17 h.
    * Week-ends et jours fériés : de 10 h à 18 h.
    Juillet – août
    * Tous les jours de 10 h à 18 h.
    Réservez votre créneau horaire au plus tard la veille de votre visite : 085/21 53 34 – fort@huy.be

    Ecomusée, avenue de Beaufort, 65
    Ouvert en mai, juin, septembre et octobre les dimanches de 14 h à 17 h.
    En juillet et août : du mardi au dimanche de 14 h à 18 h.
    Réservez votre créneau horaire au plus tard la veille de votre visite : 085/21 13 78.
    La Meuse

  • Des dizaines de milliers de masques à destination des communes, bloqués à la douane ... à cause d'un autocollant

    Capture d’écran 2020-05-15 à 21.07.01.png

    Encore une histoire à propos des masques destinés aux communes cette fois, et qui fait réagir plusieurs Bourgmestres dont marc Tarabella (Anthisnes)
    "Le bon sens est de plus en plus souvent mis à mal et j'ai l'impression que c'est encore plus vrai en Belgique qu'ailleurs ! Je comprends mes collègues municipalistes de Beloeil et de Marche et en ai vraiment RAS LE BOL. Il y a urgence et on fait ch... pour un autocollant qui ne sert à rien".
    Marc Tarabella

    Des dizaines de milliers de masques à destination des communes, bloqués à la douane ... à cause d'un autocollant (RTBF)
    "C’est une histoire belgo-belge !" Le bourgmestre de Beloeil, Luc Vansaingèle, ne cache pas sa colère : 5000 masques destinés à sa population sont bloqués sur le tarmac de l’aéroport de Zaventem.

    La marchandise venant de Pologne est bloquée par le SPF Economie à cause d’un problème d’autocollant ! "C’est visiblement à cause d’une loi qui impose d’indiquer sur les emballages que ces masques ne sont pas à usage médical. Ce qui manque donc, c’est un sticker sur chaque emballage de 240 masques. Sticker qui sera directement jeté à la poubelle dès qu’il arrive à la commune puisqu’on sort les masques pour les mettre dans des enveloppes et les distribuer aux ménages."
    Lire la suite et voir l'article sur le site de la RTBF

  • Tinlot. Invitation à la séance publique du Conseil Communal, le lundi 25 mai à 20h à la Tinlotoise

    capture ecran 2014-12-25 à 21.16.48.jpg

    Le prochain Conseil Communal aura lieu exceptionnellement à la salle "La Tinlotoise". En effet, la tutelle a autorisé la délocalisation des conseils dans les communes afin de permettre la distanciation sociale lors des conseils publics.
    Des bancs permettront de respecter les distances et des masques seront disponibles à l'entrée de la salle. Vous êtes donc invités en toute sécurité. Le dernier Conseil datait du 10 février.

    Voici l'invitation au Conseil Communal du lundi 25 mai à 20h à la Tinlotoise.

    Capture d’écran 2020-05-14 à 16.44.58.png

    Convovation2-1 (glissées).jpg

    Convovation2-2 (glissées).jpg