Santé - Page 4

  • Covid-19. Réunion vidéo Gouvernement, Bourgmestres et Gouverneurs de Wallonie

    Samedi après-midi, les bourgmestres et gouverneurs de Wallonie étaient en mode réunion à l’initiative du Gouvernement wallon quant à la gestion de la crise.

    Capture d’écran 2020-10-18 à 18.47.36.png
    Photo Christine Guyot

    Sur sa page Facebook, le bourgmestre d'Amay, Jean-Michel Javaux fait le point sur cette réunion:
    Hier après-midi, nous avons eu une réunion de plus de 3h avec l’ensemble des bourgmestres de Wallonie, tout le Gouvernement Wallon et tous les Gouverneurs. Nous y avons reçu les derniers chiffres directement du centre de crise Covid et de l’Aviq ainsi que de plusieurs médecins.

    ✅ Un fait : la crise et les courbes deviennent galopantes et exponentielles. Ce n’est pas tant l’augmentation du nombre de cas positifs vu l’augmentation des tests réalisés qui inquiète très fort, mais bien le taux de positivité qui dépasse les 20%, la transmission à des groupes plus fragiles, l’augmentation des hospitalisations et des personnes en USI mais c’est surtout la saturation de nos hôpitaux, particulièrement en région liégeoise. Nous avons lu l’appel de tous les directeurs médicaux de la Province de Liège vendredi soir. Et notre crainte aussi de voir que les autres pathologies qui demandent un suivi urgent ne puissent être prises en charge. Il faut savoir que les provinces de Namur, Brabant et Hainaut (un peu moins dans le Luxembourg) suivent très rapidement cette tendance. Nos centres de testings sont aussi submergés ainsi que les labos.
    J’ai plaidé pour encore plus de solidarité entre les hopitaux de différentes provinces, régions, et un appel à soutenir notre personnel hospitalier et médical, y compris de première ligne, qui est sur tous les fronts depuis 6 mois.
    L’objectif est d’empêcher la courbe ci-dessous de s’envoler comme en mars (voire pire pour l’instant) et de l’aplatir.
    ✅Une solidarité collective, intergénérationnelle et une humilité devant un virus que personne ne connait vraiment.
    Je sais que les récentes décisions divisent notre population. Je nous invite à la plus grande prudence, à respecter les gestes barrières, les distances de sécurité et éviter les « Lockdown parties ». Protéger nos plus fragiles est une priorité. Il faut empêcher ce virus de se propager aussi rapidement.
    Questionner des stratégies, des décisions prises à d’autres niveaux est sain pour la démocratie. Refinancer les secteurs de la santé et de l’accompagnement des malades, nous le demandons depuis des années et il ne faudra pas relâcher la pression. Mais il faut avant tout gérer l’urgence et éviter de saturer nos hopitaux à court terme. Il y a un temps pour tout.
    ✅Une communication la plus concertée et la plus claire, à améliorer:
    La succession de mesures, parfois plusieurs fois par semaine, et parfois contradictoires brouille le message et l’adhésion de la population. Manu Douette suivi par plusieurs bourgmestres de Huy Waremme a plaidé pour une communication commune, à diffuser sur réseaux sociaux notamment.
    ✅ Un soutien aux secteurs impactés
    Comme promis à nos cafés, restaurants et autres secteurs impactés, j’ai demandé hier une simplification des procédures et une porte d’entrée unique pour les aides fédérales, régionales voire communales. Le droit passerelle sera doublé, les cotisations ONSS de ce trimestre exonérées (pas reportées), une aide pour les primes de fin d’année, suspension de certains loyers, des aides régionales seront ajoutées cette semaine. Plein de courage à tous nos ami(e)s de l’Horeca, de l’évènementiel, tous les indépendant(e)s et autres secteurs directement impactés.
    ✅ Lutter contre l’isolement et la déséspérance.
    Ce climat anxiogène accroît le sentiment de solitude, d’isolement et le désespoir dans des jours meilleurs à court terme. Au moment où la grisaille domine. Nous devons nous serrer les coudes (au sens figuré), être créatifs pour assurer la solidarité en respectant les règles sanitaires, trouver le moyen de ne laisser personne seul(e), au bord du chemin. Soyons créatifs.
    ✅ Les 2 prochaines semaines seront très importantes pour notre vivre-ensemble des prochains mois
    La Gouvernement nous a demandé que nos polices puissent être présentes sur le terrain, notamment aux heures charnières, et notamment ce week end, pour que le comportement de quelques uns ne ruine pas tous les efforts de la population. Un we lockdown parties rallongerait de plusieurs semaines ces mesures si difficiles pour tout le monde. Ce n’est pas évident non plus de devoir faire respecter sur le terrain des mesures difficiles à comprendre. Pensons aussi à elles et eux.
    ✅ Protégez-vous, protégez vos proches, protégez les autres et ensemble nous vaincrons cette saloperie de virus qui s’accroche. Bon courage à toutes et tous.
  • Covid-19. La police du Condroz passe à la phase de répression: elle renforce ses contrôles

    Au vu de l’évolution défavorable de la situation sanitaire liée au Covid-19, des nouvelles mesures visant à réduire les risques de propagation de l’épidémie ont été prises par les autorités fédérales et locales : la fermeture des bars à 23h, la fermeture des buvettes et cafétérias. Les zones de polices sont particulièrement attentives à ce que ces règles soient respectées. La zone de police du Condroz (Anthisnes, Clavier, Comblain-au-Pont, Ferrières, Hamoir, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot) a d’ailleurs annoncé qu’elle avait renforcé ses équipes de terrain par des patrouilles dédiées à la surveillance et à l’application des règles sanitaires. Et cela a débuté ce mardi dans toute la zone.
    La semaine dernière, une première action de sensibilisation a été menée en fin de semaine. « J’espère que la raison l’emportera comme lors de la première vague et que chacun prendra ses responsabilités pour qu’il y ait aucun constat dressé. Ce sont des patrouilles mobiles qui passeront en soirée devant les services horeca. Elles vérifieront par des passages s’il y a une infraction à la loi. Je pense qu’il faut tout de même garder à l’esprit que l’on est dans une zone à caractère rural », souligne le commissaire Yves Lizée.
    Face à l’annonce de cette phase répressive, de nombreux citoyens sont sur la défensive, quant aux prochains contrôles organisés par la police. « Il faut respecter les mesures Covid. Le rôle de la police c’est l’application des règles. On ne veut pas à tout prix aller chercher l’infraction, l’objectif est de préserver l’intégrité des citoyens au travers des mesures. Avec l’annonce de la phase de répression, nous voulons prévenir que les gens soient bien attentifs », ajoute le commissaire.
    La police se rendra également dans les buvettes de football afin de vérifier que tout soit bien fermé. « Le rôle de la police c’est de faire respecter, pas d’émettre de l’agressivité ».
    Zone de Hesbaye ... Lire la suite dans La Meuse H-W du 16/10

  • Niveau d’alerte 4 de la COVID-19 : des règles plus strictes à partir de ce lundi 19 octobre !

    Capture d’écran 2020-10-16 à 23.28.27.png
    Communiqué du Premier Ministre, Alexander De Croo

    La pression sur les hôpitaux et sur la continuité des soins non liés à la Covid-19 augmente. Certains hôpitaux sont confrontés à de nombreuses absences au sein de leur personnel. Les soins de première ligne, notamment la médecine générale, font eux aussi face à une pression croissante.

    Le nombre de patients COVID en soins intensifs est, aujourd’hui, 2,5 fois plus élevé que fin mars.

    Pour éviter que les hôpitaux se retrouvent dans une situation encore plus problématique, que les écoles doivent fermer, que l’économie soit à l’arrêt et que de trop nombreuses personnes se retrouvent isolées en raison d’un confinement généralisé, le Comité de concertation a décidé d’une série de mesures :

    • Les contacts rapprochés sont limités à 1 personne maximum.
    • Les rassemblements privés sont limités à 4 personnes pendant deux semaines, toujours les mêmes.
    • Les rassemblements sur la voie publique sont limités à 4 personnes maximum.
    • Le télétravail devient la règle, pour les fonctions qui s’y prêtent et dans le respect de la continuité de la gestion des entreprises et organisations, services et activités.
    • Les marchés et foires de petite envergure restent ouverts, mais la consommation de boissons et de denrées alimentaires est interdite. Les marchés aux puces, les brocantes et les petits marchés de noël sont interdits.
    • Les cafés et restaurants seront fermés. Cette mesure vaut pour une période de quatre semaines et fera l’objet d’une évaluation après deux semaines. Le retrait sur place de plats à emporter reste possible jusqu’à 22h00. Les réceptions et banquets organisés par un service traiteur ou de catering professionnels sont interdits, sauf dans les hôtels pour les clients qui y séjournent et les réceptions dans le cadre de funérailles (maximum 40 personnes).
    • Les nightshops doivent fermer à 22 heures. La vente d’alcool est interdite à partir de 20 heures.
    • Interdiction de se trouver sur la voie publique entre 24h00 et 5h00, sauf pour les déplacements essentiels et non reportables, tels que les déplacements pour des raisons médicales urgentes, des déplacements professionnels et le trajet entre le domicile et le lieu de travail.
    • Les activités à l’intérieur continuent de relever des protocoles en vigueur jusqu’à leur évaluation au 23/10. La vente de boissons et de nourriture est interdite.
    • Les compétitions sportives : réduction de moitié des compartiments réservés aux spectateurs qui  passeront de  400 à 200 (professionnels) ou composés uniquement des membres d’un même foyer (amateurs). Les cafétarias et débits de boissons sont fermés.

    Le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées mettront tout en œuvre pour soutenir au mieux tous ceux qui sont économiquement touchés. C’est ainsi que le gouvernement fédéral doublera le droit passerelle pour les indépendants contraints de fermer. Les mesures d’aide existantes seront prolongées. Une exonération ONSS interviendra également.
    Les mesures entrent en vigueur le 19 octobre et seront d’application pendant un mois, avant d’être soumises à une évaluation.

    Schéma synthèse Sudindo:

    Capture d’écran 2020-10-16 à 23.37.14.png

    Capture d’écran 2020-10-16 à 23.37.28.png

  • Tests Covid. Des kits salivaires distribués au CNRF de Fraiture (+ Mise à jour)

    Pour désengorger les centres de dépistage traditionnels, prévus pour les personnes présentant des symptômes du Covid-19, le centre de revalidation de Fraiture, en collaboration avec le CHU de Liège, organise depuis ce lundi, la distribution de tests salivaires destinés aux patients asymptomatiques.

    Capture d’écran 2020-10-15 à 17.18.11.png

    Depuis quelques semaines, les centres de dépistage dans toute la Province de Liège sont saturés. Aux abords, des embouteillages à n’en plus finir, des tests insuffisants pour satisfaire tout le monde… Une alternative a été mise en place depuis ce lundi afin de désengorger ces centres. Il est désormais possible dans huit centres dont Fraiture, au centre de revalidation de se procurer des tests salivaires.

    De 8h à 11h, Margaux, une étudiante volontaire distribue ces tests aux patients. Mais attention il s’agit de tests prévus pour les personnes asymptomatiques ayant eu un contact à haut risque avec une personne contaminée positive ou revenant de zone rouge. Le test est à réaliser le 5e jour après le contact ou le retour de vacances.

    « Un kit salivaire, une fiche explicative et un sachet minigrip sont remis aux patients. Ce dernier doit ensuite réaliser son test à domicile, le lendemain matin, à jeun, sans d’être brossé les dents et il pourra ensuite ramener son test accompagné de la prescription ou du document disponible sur le site du CHU de Liège avec les données du code tracing, dans le sachet », nous indique l’étudiante, présente tous les jours.

    À Fraiture, ce sont environ 90 tests qui sont distribués par jour. Mais Sandra Delcourt, docteur responsable des prélèvements au CHU de Liège tient à mettre en garde la population, sur certains comportements irrespectueux. «On remarque que les gens deviennent désagréables. On ne fait ça pour notre plaisir. C’est un service que l’on rend à la population. Et nous sommes presque méprisés. Cela fait sept mois que l’on trime. Et on a l’impression que les gens s’en foutent. Ils ne respectent plus les règles et ensuite ils viennent se faire dépister. À certains moments, nous avons dû nous fâcher car certains crachaient dans leur kit en plein milieu de la salle d’attente. Irrespect total des soignants. Je ne sais pas où on va. On distribue entre 700 et 800 kits par jour sur tous les centres de prélèvements. Il vaudrait peut-être mieux reconfiner certains endroits. Cela m’effraie », regrette-t-elle.

    Capture d’écran 2020-10-15 à 17.17.54.png

    Voir la vidéo

    Grâce aux sms tracing !
    Comme des dizaines de citoyens, Gabriel est venu chercher son kit ce mercredi matin. Avec son épouse, ils sont allés à la mer la semaine dernière. Mais pas de chance, ils ont fréquenté des personnes positives. Le couple a reçu un sms du tracing pour aller se faire dépister. « Il faut bien, on n’a pas le choix », nous dit-il.
    Le centre de prélèvement à Fraiture est ouvert du lundi au vendredi de 8h à 11h, rue champ des Alouettes. Aucune prise de rendez-vous n’est nécessaire !

    La Meuse H-W

    Mise à jour samedi 17 octobre:
    Le centre de revalidation de Fraiture suspend la distribution de tests salivaires
    En raison d’une forte affluence aux centres de distribution des tests salivaires, le CHU de Liège dont fait partie le centre de revalidation de Fraiture a décidé de suspendre le recours à ce procédé de dépistage du Covid-19, a indiqué vendredi le porte-parole du CHU de Liège.
    Le week-end dernier, le CHU de Liège annonçait avoir réorganisé sa façon de procéder au niveau du dépistage du coronavirus en ouvrant dès lundi, en plus du dépist-car au Sart-Tilman, huit sites de distribution de tests salivaires dont le centre de revalidation de Fraiture. Il s’agit des tests développés par l’Université de Liège et que celle-ci met à disposition de sa communauté (environ 25.000 étudiants et 5.000 membres du personnel).
    Pour le CHU, il s’agissait ainsi de dédier le dépist-car au Sart-Tilman exclusivement aux personnes symptomatiques ainsi qu’aux patients en pré-opération et pré-hospitalisation au CHU. Là-bas, ce sont des prélèvements nasopharyngés (test PCR) qui sont réalisés.
    Mais face à l’affluence des demandes sur ces sites, le CHU a stoppé ce vendredi midi la distribution de tests salivaires. «Nous conservons les tests dont nous disposons pour nos patients et notre personnel asymptomatique», précise-t-on au CHU de Liège, où l’on ajoute que ces tests seront à nouveau distribués lorsqu’ils seront pris en charge par l’INAMI...Lire la suite

  • Tinlot. URGENT - Recherche emploi infirmier(e)

    121625459_184557276469225_186329266856685888_n.jpg

    Le Home de Seny est une maison de repos et maison de repos et de soins
    qui dépend du CHU de Liège

     
    URGENT - EMPLOI INFIRMIER(E) - TINLOT
    Le Home de Seny (place du Baty, 10 à 4557 Tinlot)
    recherche URGEMMENT des infirmier(ère)s.
    Contact : 0467/05.09.02
    Email : sandrine.langer@chuliege.be
    Commune de Tinlot
  • Covid: Tinlot, l’entité avec le plus haut taux de contamination en Belgique

    La commune de Tinlot est la localité de Belgique avec le plus haut taux de contamination au coronavirus: 1.828 cas pour 100.000 habitants. Cette entité compte en effet 50 nouveaux cas sur ces 14 derniers jours, pour un total de 2.735 habitants. Une situation qui s’explique notamment par la présence de cas au home de Seny et la petite taille de la commune. La localité voisine, Ouffet, est la deuxième commune avec le plus haut taux de contamination.

    Capture d’écran 2020-10-13 à 13.57.13.png

    Selon les données de Sciensano de ce lundi, l’entité de Tinlot est la commune avec le plus haut taux de contamination au coronavirus par habitant. En effet, la petite commune condrusienne a un taux d’incidence, pour ces 14 derniers jours, de 1.828 cas pour 100.000 habitants. À titre de comparaison, la commune de Liège compte 1.100 cas, ce qui correspond à 535 contaminations pour 100.000 habitants.

    Ces données sont bien sûr à relativiser au vu de la taille de la commune : la localité compte effectivement 50 nouvelles contaminations pour 2.700 habitants.

    Capture d’écran 2020-10-13 à 13.58.34.pngPour la bourgmestre Christine Guyot (Photo), la raison est claire : « Une grosse partie de ces cas se trouve au niveau du home de Seny. J’ai été contactée par la cellule du gouverneur et il y aura un soutien apporté au home ». La Tinlotoise assure cependant que la situation n’est pas à prendre à la légère. « Il faut rester vigilant ». À titre de comparaison, il y a autant de nouveaux cas sur la commune de Tinlot que sur la commune de Waremme (plus de cinq fois plus grande).

    Ouffet, deuxième du triste classement
    En deuxième position des communes avec la plus haute incidence du royaume, on retrouve une autre entité de l’arrondissement : Ouffet, avec un taux de 1.430 contaminations pour 100.000 habitants, c’est-à-dire un total de 40 contaminations pour cette petite commune de 2.800 habitants.
    La députée-bourgmestre d’Ouffet, Caroline Cassart (MR), tient à clarifier la situation : « On a eu un souci dans une école, et beaucoup de tests ont été réalisés. Cela explique en partie l’augmentation de cas. On sait que la période est difficile, et j’appelle bien sûr à la vigilance et au sens des responsabilités de chacun ».

    Après ces deux communes du Condroz, les communes belges avec la plus haute incidence sont (dans l’ordre) : Molenbeek-Saint-Jean, Machelen (Halle-Vilvoorde), Neupré, Sprimont, Juprelle, Comblain-au-Pont, Theux et Bassenge.

    Tout l’arrondissement touché
    Outre ces deux petites localités condrusiennes, l’ensemble de l’arrondissement de Huy-Waremme est, comme beaucoup de régions du pays, touché par la pandémie.
    Toutes les 31 communes enregistrent des nouveaux cas : Wanze (101), Hannut (97), Huy (92), Amay (51), Waremme (50), Tinlot (50), Saint-Georges-sur-Meuse (42), Ouffet (40), Verlaine (39), Hamoir (37), Nandrin (36), Villers-le-Bouillet (36), Anthisnes (34), Braives (34), Clavier (32), Marchin (30), Modave (29), Ferrières (26), Héron (26), Engis (25), Donceel (25), Oreye (25), Crisnée (22), Remicourt (20), Faimes (20), Geer (18), Wasseiges (18), Lincent (13), Burdinne (13), Fexhe-le-Haut-Clocher (12) et Berloz (4).

    Évolution inquiétante
    La comparaison avec les chiffres du mois dernier est sans appel. Selon les données de Sciensano du 14 septembre, sept communes de l’arrondissement ne comptaient aucun nouveau cas et aucune localité ne dépassait la barre des 13 cas enregistrés sur les 14 derniers jours.
    À titre de comparaison, en environ un mois, Wanze est passé de 3 cas sur 14 jours à 101 cas ; Huy de 10 à 92 ; Hannut de 12 à 97 ; Waremme de 7 à 50. La région de Huy-Waremme comptait au total 107 nouvelles contaminations le 14 septembre. Ce lundi, le bilan est de 1.097 nouveaux cas pour l’arrondissement, c’est-à-dire 10 fois plus. Une situation à mettre en perspective avec l’évolution nationale, voire européenne, de la pandémie.
    Ro.Ma. La Meuse H-W 13/10

  • Tinlot Covid. 61 cas depuis le 1er sept sur un total de 73. Le double en une semaine !

    Il y a une semaine, le 6 octobre, Tinlot comptait 24 nouveaux cas enregistrés depuis le 1 septembre sur un total de 36. Le nombre de cas répertoriés avait triplé depuis le mois de mars. (voir l'article)
    Une semaine plus tard, on comptabilise 61 cas, depuis le 1/9, portant ainsi le total à 73 !
    Avec 37 tests positifs supplémentaires, le total a doublé en une semaine !
    Pour une population de 2735 habitants, le taux de personnes positives est annoncé comme proportionnellement  le plus élevé de Belgique dans une commune !

    La situation au home de Seny avec les nombreux résident contaminés, (voir l'article de samedi), explique sans aucun doute cette croissance fulgurante.
    D'autres précisions suivront, mais la plus grande vigilance s'impose évidemment pour chacun!

    Capture d’écran 2020-10-13 à 00.50.37.png
    Carte interactive Sudinfo

  • Voici les nouvelles mesures en vigueur depuis samedi dans notre Province

    Les hospitalisations ne cessent de croître.
    Les hospitalisations ne cessent de croître. - Illu./Isopix

    « Les derniers rapports montrent une forte augmentation de tous les indicateurs épidémiologiques. La province de Liège est particulièrement concernée par ce constat. En raison d’une croissance du nombre d’infections, d’hospitalisations et de décès, ainsi qu’une augmentation alarmante du taux de positivité et du nombre de reproductions, notre province est placée en niveau d’alerte 4, soit le niveau d’alerte maximal. »

    Le ton est donné. Et c’est avec celui-ci que s’introduit le communiqué de presse publié par Catherine Delcourt, Gouverneur ff de la Province de Liège ce vendredi soir, en introduction des nouvelles mesures qui seront prises pour le territoire liégeois, au sens provincial du terme, dès ce samedi 10 octobre, à 10 heures. Un nouvel arrêté de police a donc été pris, en accord avec le gouvernement wallon et dans la lignée des règles imposées par le fédéral : celui-ci est donc bien d’application pour l’ensemble de la province, « exception faite des 9 communes formant la Communauté germanophone ».

    Très concrètement, qu’en retenir ?

    1 Les buvettes, cafétérias et autres débits de boissons des infrastructures sportives sont fermés. Aucune vente et distribution de boissons ne peuvent avoir lieu durant un événement sportif (en ce compris les entraînements) ;

    2 Les vestiaires et douches ne sont accessibles qu’aux pratiquants de l’activité sportive et aux encadrants (entraîneurs, kinés, délégués). Ils doivent être fermés 45 minutes après l’activité sportive. Aucune boisson alcoolisée n’est autorisée ;

    3 La consommation d’alcool sur la voie publique et dans les espaces publics est interdite entre 23h et 6h ;

    4 Les activités commerciales, ludiques ou caritatives en porte-à-porte sont interdites.

    Une dernière décision prise ici, on s’en doute, en vue de l’arrivée des festivités d’Halloween à la fin du mois… Quant à l’information selon laquelle un couvre-feu éventuel pourrait être appliqué pour l’ensemble du territoire wallon, « aucune décision n’a été prise à ce stade », précise le communiqué. Avant de poursuivre : « Une réflexion est en cours à ce sujet, entre les autorités fédérales et wallonnes, les gouverneurs wallons et les autorités locales. » De bonne source, on nous informe qu’il serait notamment question de déterminer si cette dernière mesure serait orientée vers les villes estudiantines, ou pas uniquement.

    Sudinfo

    121150703_10224281660171591_2711213296361168183_n.jpg

  • Home de Seny à Tinlot: 21 personnes positives au Covid-19! (+vidéo JT RTL)

    Suite à l’hospitalisation d’une résidente, le home de Seny a découvert qu’une partie de ses résidents avait été contaminée par le Covid-19. Une mauvaise nouvelle dans cet établissement pour personnes âgées qui compte 60 résidents. Depuis samedi dernier, tous ont été placés en isolement. Une décision évidente face à la situation que traverse le home. « Nous avons désormais 13 cas confirmés et 10 sont suspectés. Nous devons encore recevoir les résultats », explique Sandrine Langer, directrice du home.

    De jour en jour, les contaminations sont à la hausse. Pourtant, lors de la première vague, le home avait échappé à ce satané virus. « Nous avons rouvert les visites aux familles, sous certaines conditions, pour le moral des personnes âgées et on ne regrette pas. On ne pouvait pas les tenir en otage de manière indéfinie. Mais je pense que cela a joué dans la contamination des résidents. C’est probablement de cette manière que le virus est entré dans la maison de repos », ajoute la directrice.

    Plus aucune sortie n’est autorisée. Et les visites au home sont évidemment interdites. « Chaque résident est dans sa chambre. Heureusement, le support numérique est utilisé pour rester en contact avec son entourage. C’est triste car lors de la première vague nous avions été à 100 % épargnés. Désormais c’est à nous de cloisonner le virus à l’intérieur », continue Sandrine Langer qui reste optimiste. « Dans ces contaminations, nous avons plusieurs hospitalisations mais ce ne sont pas des cas aigus ».

    Capture d’écran 2020-10-09 à 10.34.33.pngPhoto: Sandrine Langer, la nouvelle directrice qui a été engagée le 9 mars dernier avec l'arrivée du Coronavirus! AL
    « Je suis admirative du personnel »
    Parmi les membres du personnel, huit ont été testés positifs. Du personnel est venu pour renforcer les équipes, déjà présentes sur le terrain. « On a augmenté notre personnel de jour et de nuit, afin d’être encore plus vigilant et mieux surveiller les résidents, covid ou pas covid. Je tiens à remercier les membres du personnel qui ne regardent pas leurs heures, qui avaient pris des congés et qui viennent travailler même lorsqu’ils sont rappelés. Les conditions ne sont pas évidentes à gérer. J’en suis admirative. On bénéficie également du soutien du CHU dont on fait partie ainsi que d’un appui important de l’hôpital de Fraiture, avec qui nous étions liés avant la fusion avec le CHU », souligne Sandrine Langer.
    D’ici quelques jours, cela ne sera plus qu’un mauvais souvenir pour tout ce personnel soignant ainsi que les résidents.
    Article de A.D. à lire dans la Meuse H-W

    Le JT de RTL-TVI du 9 octobre a consacré une séquence à ce sujet

    Capture d’écran 2020-10-09 à 23.14.32.png

    https://www.rtlplay.be/rtl-info-19h-

  • Tinlot Covid-19. Le nombre de cas a triplé depuis le 1er septembre ! Les nouvelles mesures du CNS

    La situation est extrêmement préoccupante. Les chiffres sont en constante augmentation chez nous ainsi que dans les communes voisines.
    La commune rappelle à nouveau les dispositions prises et les mesures élémentaires à respecter pour chacun d'entre nous.
    Le comité de concertation de mardi a recadré, précisé et imposé de nouvelles mesures.

    Capture d’écran 2020-10-06 à 12.10.09.png

    Capture d’écran 2020-10-06 à 12.33.00.png

    Le nombre moyen de nouvelles infections au coronavirus s’élevait à 2.309 par jour entre le 26 septembre et le 2 octobre, soit une augmentation de 48 % par rapport à la période de sept jours précédente, selon les chiffres provisoires de la dernière mise à jour, mardi, du tableau de bord de l’Institut de santé publique Sciensano.
    Le nombre de contaminations pour 100.000 habitants calculé sur la période de 14 jours allant du 19 septembre au 2 octobre s’établit désormais à 235,9 (+76 %) pour l’ensemble du territoire.
    Dans la grande majorité des communes, le nombre de cas de coronavirus continue de grimper. Dans notre carte et notre tableau ci-dessous, vous pouvez trouver le nombre de cas recensés hier, depuis la rentrée scolaire le 1er septembre et depuis le début de l’épidémie.
    Par ailleurs, le nombre de décès quotidien était de 10,3 en moyenne entre le 26 septembre et le 2 octobre. Le virus Sars-CoV-2 a causé la mort de 10.078 personnes en Belgique depuis le début de la pandémie. Enfin, pas moins de 81 de malades sont toujours admis en moyenne chaque jour dans les hôpitaux belges. En date du 5 octobre, 937 patients souffrant de la Covid-19 étaient hospitalisés, dont 195 aux soins intensifs et 83 sous respirateur.
    Article complet et carte interacrive à lire dans La Meuse

    COVID-19 et port du masque en Province de Liège
    La propagation du COVID-19 étant particulièrement forte et continue en Province de Liège, il est apparu nécessaire de clarifier et harmoniser les règles relatives au port du masque sur l'ensemble des communes.
    ✅ ABORD DES ÉCOLES
    Le port du masque est obligatoire une heure avant et une heure après les heures d'entrée et de sortie habituelles de tous les établissements scolaires (maternel, primaire, secondaire, supérieur).
    ✅ MARCHÉS, BROCANTES...
     Le port du masque est obligatoire sur les marchés, brocantes, fêtes foraines etc.
    ✅ FILES D'ATTENTE
    Le port du masque est obligatoire
    ✅ÉVÉNEMENTS, ACTIVITÉS ORGANISÉES ET MANIFESTATIONS
    Le port du masque est obligatoire lors de tous les événements et activités organisées (y compris lors des mariages civils, enterrements etc.)
    Le port du masque est également obligatoire lors de tout événement sportif, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, pendant toute la durée de l'événement. Cette obligation s'applique aussi aux participants à l'activité sportive tant qu'ils ne l'exercent pas.
    ✅ BÂTIMENTS PUBLICS
    Le port du masque est obligatoire dans toutes les parties accessibles au public.
    Merci pour votre collaboration.
     
     


    BE-Alert: Le Comité de concertation décide de mesures plus strictes
    et désigne un commissaire COVID-19

    Communiqué du Premier Ministre, Alexander De Croo 

     
    Le gouvernement fédéral et les ministres-présidents des entités fédérées se sont aujourd'hui penchés sur la situation épidémiologique de la COVID-19. Le Comité de concertation a jugé la situation particulièrement sérieuse et a dès lors décidé de renforcer les mesures. Le Comité de concertation a par ailleurs désigné un commissaire COVID-19.

    Renforcement des mesures
    L'évolution actuelle de la pandémie est particulièrement préoccupante ; le nombre de contaminations, d'admissions à l'hôpital et de décès est en augmentation. Afin d'éviter un confinement général, le Comité de concertation, après avoir pris connaissance d'un avis de CELEVAL, a décidé de renforcer une série mesures.
    • Contacts rapprochés : limitation à maximum 3 contacts rapprochés par mois. Un contact rapproché est un contact avec une personne à moins d’1m50 sans masque.
    • Rassemblements privés à domicile : maximum 4 personnes, dans le respect des distances de sécurité ou avec port du masque si c’est impossible.
    • Cafés, cafétarias et autres endroits où l’on sert des boissons : maximum 4 personnes par table, à l’exception des personnes vivant sous le même toit.
    • Rassemblements non organisés à l’extérieur : maximum 4 personnes, sauf pour les personnes vivant sous le même toit.
    • Heure de fermeture des cafés : 23h00.
    • Efforts supplémentaires en matière de sensibilisation et de respect afin que ces mesures soient appliquées partout.
    • Le télétravail est fortement recommandé, plusieurs jours par semaine
    • Ces mesures constituent le « socle national ». Dans les provinces où la situation s’aggrave (sur la base du futur baromètre), le gouverneur doit proposer des mesures complémentaires, en concertation avec le ministre de l’Intérieur et le commissaire COVID-19. Ces mesures peuvent s’appliquer à l’ensemble de la province ou une partie de celle-ci.
    Le suivi strict de ces mesures est absolument nécessaire pour protéger nos soins de santé, pour maintenir les écoles ouvertes au maximum et pour protéger les personnes âgées et les personnes vulnérables. Si ces mesures ne sont pas suivies, des mesures encore plus strictes s’imposeront. Notre vie sociale sera encore plus réduite et notre économie sera gravement mise à mal. Le respect de ces mesures est notre responsabilité à tous.
    Ces mesures s'appliquent à l'ensemble du territoire à partir du vendredi 9 octobre jusqu’au 9 novembre inclus, après quoi elles seront soumises à évaluation.

    Plus d’information : https://centredecrise.be/fr/news/gestion-de-crise/le-comite-de-concertation-decide-de-mesures-plus-strictes-et-designe-un commissaire COVID-19.

     
  • Coronalert, une application gratuite à télécharger pour vous protéger et protéger les autres !

    Capture d’écran 2020-10-04 à 12.03.37.png

    Pourquoi une app Coronalert ?

    Capture d’écran 2020-10-04 à 12.03.56.png

    Coronalert est une app mobile gratuite et conviviale.
    Elle peut :

    • vous avertir si vous avez été en contact étroit avec une personne testée positive au coronavirus, sans que vous sachiez qui, où et quand ;
    • vous conseiller quant aux étapes à suivre pour vous protéger et protéger les autres ;
    • avertir anonymement les autres utilisateurs de l’app avec lesquels vous avez eu un contact étroit, si vous avez été testé positif au coronavirus.

    Avec Coronalert, vous vous protégez et protégez les autres
    Avec qui avez-vous été en contact avant-hier ? Et les jours précédents ? Quelles personnes se trouvaient autour de vous dans le train ? Ou dans le bus, dans le métro, dans un café ou sur la plage ? Souvent, vous ne les connaissez pas personnellement. Or, tout contact étroit représente un risque.

    C’est pourquoi Coronalert aide à suivre vos contacts beaucoup plus étroitement, sans aucun effort de votre part. Et ce de façon totalement anonyme. Vous préservez ainsi à la fois votre santé et votre vie privée.
    Lorsqu’un utilisateur de l’app est contaminé par le coronavirus, il peut faire envoyer une alerte à tous les contacts étroits qu’il a eus au cours des derniers jours. Cette méthode est plus rapide que la détection classique des contacts assurée par le centre de contact. Elle fonctionne également pour les contacts que vous ne connaissez pas personnellement.
    La rapidité est importante pour vous protéger et pour protéger vos proches. Nous pouvons ainsi suivre le virus de plus près.
    Site officiel https://coronalert.be/fr/
     

    Capture d’écran 2020-10-04 à 12.17.55.pngcopies d'écran de l'application

    Coronalert comment marche? (Extrait de Sudinfo)

    Coronalert fonctionne avec des écrans vert et rouge. Si l’on n’a pas été en contact avec une personne infectée, l’écran reste vert. Si, dans le cas contraire, on a été en contact avec une personne testée positive au coronavirus, et que cette personne a transmis son résultat à l’application, l’écran deviendra rouge. Un écran rouge, cela signifie un risque important d’être potentiellement contaminé.

    Si notre écran devient rouge, pas de panique : l’application envoie des instructions pour savoir quoi faire. Si l’on présente des symptômes, l’app nous recommandera de contacter notre médecin, de lui signaler nos symptômes et de lui dire qu’on utilise Coronalert. Il faudra ensuite lui donner un code à 17 chiffres qui se trouve dans notre app.

    Si l’on ne présente pas de symptômes, l’app nous recommandera de contacter le centre de contact tracing, qui nous donnera un code d’activation pour pouvoir se faire tester dans un centre de prélèvement.

    Si on est soi-même testé positif, et que l’on indique le résultat dans Coronalert, l’app va nous demander si on souhaite informer les personnes avec qui l’on a été en contact de manière anonyme. Evidemment, le Centre de crise recommande qu’on le fasse : cela permet aux personnes avec qui on a été en contact de savoir qu’elles ont côtoyé une personne infectée.

    Et notre vie privée dans tout ça ? Une app qui nous géolocalise en permanence, ça peut faire peur. Mais le Centre de crise rassure : l’application ne sait pas qui on est, ni qui sont les personnes avec qui on a été en contact. Elle fonctionne avec des codes : chaque utilisateur en a un, et ces codes vont être échangés entre les personnes qui ont été proches. Ces codes sont stockés dans notre smartphone pendant 14 jours, avant d’être supprimés.

    Seule la date de contact est transmise : cela permettra de connaître la période de contamination possible et de prévoir la quarantaine de 7 jours à partir du jour où le contact a eu lieu.

    Coronalert est téléchargeable via Google Play Store et App Store, il suffit d’activer le mode Bluetooth de son smartphone pour qu’elle fonctionne.

    Cet outil ne sera efficace que si un nombre suffisant de personnes l’installe et l’utilise, c’est pourquoi le Centre de crise encourage tous les Belges qui ont un smartphone à la télécharger, pour lutter encore plus efficacement contre le coronavirus. Source

  • CAP 48. Venez soutenir la marche condrusienne d'Anne-Sophie et de Françoise ! (+ Mise à jour)

    L'opération CAP48 se déroule cette année en mode Covid-19!

    Le traditionnel défi de la RTBF au profit de CAP48 s’ouvre au grand public et prend une tournure digitale. Cette année, il sera donc possible de marcher ou courir séparés mais connectés !

    Capture d’écran 2020-10-02 à 15.37.50.png

    A la demande de quelques lecteurs, et à titre d'exemple, voici le projet de deux Condrusiennes d'Anne-Sophie Charlier et de Françoise Fisenne (Hamois et Méan):

    Capture d’écran 2020-10-02 à 15.52.03.png

    Cette année, nous avons décidé, Françoise et moi, de participer aux 100km de CAP48 connectés.
    Nous devons parcourir 100km en 21 jours et collecter 200€/personne pour soutenir le projet de recherche médicale sur la polyarthrite. 
    Vous le savez peut-être déjà, chaque année CAP48 soutient des centaines d’associations dans le secteur du handicap et de l’aide à la jeunesse.
    Nous nous sommes engagées à trouver de très généreux parrains pour nous aider à atteindre notre objectif de collecte. Sans vous, nous ne pourrons pas atteindre ce défi solidaire! 
    Tous les dons seront destinés à la recherche médicale sur la polyarthrite de l’enfant et du jeune adulte. Cette maladie touche environ 150.000 personnes en Belgique. Elle est douloureuse, invalidante et développe des déformations irréversibles voire des atteintes au niveau des organes. Cette cause nous touche beaucoup, nous avons besoin de vous ! Faites un don !Merci beaucoup d’avance pour votre soutien ! 

    PS : Sachez que tout don à partir de 40€ vous donne droit à une attestation fiscale. Et qu’en 2020, le gouvernement a mis en place une mesure exceptionnelle. La réduction fiscale passe de 45% à 60% du montant du don. Par exemple, si vous faites un don de 100€, il ne vous coutera que 40€

    Participer. Venez soutenir et encourager ce samedi !

    Hello les amis, voici notre trajet plus précis pour samedi si vous voulez nous encourager ou même marcher:
    Départ de Boncelles à 6h
    La Gotte à Nandrin à 9h
    et pause 30' Place à Seny
    Pause 10' Terwagne 12h
    Clavier station/entrée du Ravel ligne 126 à 12h30 Pause Midi
    Reprise pour 13h30 Ravel: Clavier
    Les Avins Havelange vers 15h pause 20'
    Bormenville Hamois 17h30
    A la maison, petit verre pour vous remercier

    Capture d’écran 2020-10-02 à 16.31.02.png

                                L'opération CAP48 se déroule cette année en mode Covid-19!
    Le traditionnel défi de la RTBF au profit de CAP48 s’ouvre au grand public et prend une tournure digitale. Cette année, il sera donc possible de marcher ou courir séparés mais connectés !

    https://agir.cap48.be/events/100km-cap48-2020

    Capture d’écran 2020-10-02 à 16.35.51.png

    Achetez vos Post-it CAP48 jusqu’au 10 octobre !

    Depuis le 23 septembre, la campagne de vente des Post-it® CAP48 se déroule en Fédération Wallonie-Bruxelles. L’achat de la pochette à 10€ attendue par de nombreux belges permettra de soulever des fonds particulièrement indispensables en cette année où les besoins découlant de la crise sanitaire viennent s’ajouter aux besoins de fonds des associations des secteurs du handicap et de l’aide à la jeunesse.
    DE NOUVEAUX RELAIS DE VENTE : LES PHARMACIES SE MOBILISENT !
    Cette année, situation sanitaire oblige, la vente des Post-it CAP48 se déroulera d’une toute nouvelle manière. Du 23 septembre au 10 octobre, vous trouverez les Post-it® CAP48 aux comptoirs des pharmacies de Wallonie et de Bruxelles, ainsi que dans certains magasins de proximité prenant part à l’action.
    Une collaboration s’est ainsi créée entre les bénévoles CAP48 qui approvisionneront, tout au long de la vente, de nombreuses pharmacies de la Fédération Wallonie-Bruxelles

     

    Mise à jour dimanche 18h

    Défi réussi ! Elles ont parcouru 45km en partant de Boncelles à 6h00 du matin pour arriver à Hamois à 17h15 et ce pour cap48 afin de lutter contre la polyarthrite maladie qui touche beaucoup de personnes de tout âge.
    Encore bravo les filles pour votre performance.
    Source Facebook J.D

    Capture d’écran . 2020-10-04 à 14.21.13.jpeg

     

    Lire la suite

  • Port du masque: position commune des 31 communes de Huy-Waremme. Obligatoire près des écoles

    Au fur et à mesure des CNS, des arrêtés royaux, des mesures provinciales et des arrêtés des bourgmestres propres à chaque commune, les citoyens ont parfois du mal à s’y retrouver dans ce paquet d’obligations sanitaires.
    Par souci de « lisibilité » et de « compréhension », les 31 bourgmestres de l’arrondissement de Huy-Waremme (à travers la Conférence des élus Meuse-Condroz-Hesbaye) ont décidé d’adopter une position commune, sur base d’un arrêté pris par le Gouverneur ff de la Province de Liège (Catherine Delcourt) et des recommandations du Conseil National de Sécurité.

    Masque obligatoire sur les marchés et près des écoles
    Dans les 31 communes, « le port du masque est obligatoire sur les marchés et foires en plein air ; aux abords des écoles (1h avant et 1h après les cours) ; dans les files d’attente des magasins ; dans les bâtiments publics (du moins dans les parties accessibles au public) ; lors de la tenue d'événements, représentations, activités organisées (y compris les mariages civils, enterrements et crémations, exercice collectif du culte,…) et manifestations statiques se déroulant sur la voie publique ».
    Le masque est également obligatoire pour les spectateurs des événements sportifs, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Ces mesures sont d’application au minimum jusqu’au 31 octobre.

    Périmètres à Huy et Waremme
    L’arrêté laisse cependant aux bourgmestres la possibilité de durcir les règles, et prendre des mesures complémentaires, notamment « pour des zones jugées plus sensibles et peuplées ».
    Seules les communes de Huy et Waremme ont défini des périmètres de rues avec l’obligation du port du masque.
    À Huy, il s’agit des rues des Brasseurs, des Fouarges, des Rôtisseurs, Grand-Place, rues Griange, En Mounie, Place Saint-Severin et Verte, rue Neuve, avenue de Batta, rue du Pont, avenue des Ardennes et aux abords des centres commerciaux.
    À Waremme, le masque est obligatoire rue Joseph Wauters, Place Albert 1er, avenue Reine Astrid et Place Rongvaux.
    Notons que Hannut a décidé d’alléger certaines mesures, avec l’accord des services du gouverneur : le port du masque n’est pas obligatoire aux abords des écoles sur le territoire hannutois.
    Ro.Ma.

  • Tinlot. Covid-19: 11 nouveaux cas depuis le 1 sept. Le chiffre a pratiquement doublé en moins d'un mois !

    Capture d’écran 2020-09-26 à 20.43.08.png

    Carte interactive du nombre de cas par commune (Sudinfo).
    Situation samedi 26/06

    Avec 11 nouveaux cas depuis le 1er septembre, le nombre de cas a pratiquement doublé en moins d'un mois. 

    110.976 cas de coronavirus en Belgique: les contaminations toujours en hausse,
    Le nombre moyen d’infections au coronavirus est passé à 1.540 par jour entre le 16 et le 22 septembre, ressort-il vendredi des chiffres provisoires de la dernière mise à jour du tableau de bord de l’institut de santé publique Sciensano (+40 % par rapport à la période de sept jours précédente).
    Le taux de contamination pour 100.000 habitants, calculé sur la période allant du 9 au 22 septembre, a quant à lui bondi à 161 (+144 %).

    110.976 cas de coronavirus en Belgique: les contaminations toujours en hausse, voici la situation dans votre commune ce samedi

    Le nombre de contaminations en Belgique s’élève désormais à 110.976.
    Le nombre d’admissions à l’hôpital est également en progression et s’établit à 65 par jour en moyenne pour la période du 19 au 25 septembre. Au total, 19.991 personnes ont été hospitalisées depuis le début de la crise. (La Meuse)

  • Covid-19. Les nouvelles dispositions et recommandations du C.N.S.

    Covid-19. Lancement de la stratégie de gestion des risques : responsabilisation des citoyens.

    Le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni pour se pencher sur le travail réalisé par Celeval à qui il a été demandé d’élaborer une vision à plus long-terme de gestion du risque sanitaire.

    Communiqué de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Les six règles d’or sont centrales dans cette vision.

    Pour rappel, il s’agit :

    • De respecter les règles d’hygiène ;
    • De pratiquer ses activités de préférence à l’extérieur ;
    • De penser aux personnes vulnérables ;
    • De garder ses distances (1m50) ;
    • De limiter ses contacts rapprochés ;
    • De suivre les règles sur les rassemblements.

    Concernant les contacts sociaux, les citoyens peuvent voir toutes les personnes qu’ils souhaitent à condition de garder leurs distances à tout moment et, si ce n’est pas possible, de porter un masque. Dans tous les cas, les citoyens ne peuvent pas voir plus de 10 personnes au même endroit, au même moment (enfants non compris).

    Les contacts rapprochés avec une personne ne faisant pas partie de son foyer, pendant plus de 15 minutes et sans distance d’1m50 et sans masque doivent être limités le plus possible. Etant donné que des études démontrent qu’une majorité de citoyens ont besoin d’une référence chiffrée, les experts conseillent à chacun de ne pas avoir à ce stade de contacts rapprochés avec plus de 5 personnes (hors foyer) par mois.

    En ce qui concerne les événements qui ne sont pas organisés par des professionnels, il n’est jamais possible de réunir plus de 10 personnes en même temps au même endroit (enfants non compris). Par contre, les événements organisés par des professionnels, sous couvert du respect des règles de l’Horeca et des protocoles, n’auront pas de limite quant au nombre d’invités mais devront maintenir dix personnes par table au maximum. Danser ne sera toujours pas permis à ce stade.

    Concernant les événements avec des audiences, les règles en vigueur restent d’application jusqu’à ce que les protocoles soient ajustés. Le Conseil national de sécurité a demandé à Celeval de travailler avec les ministres compétents et les différents secteurs pour remanier ces règles afin de donner une stabilité et une prévisibilité aux secteurs et leur donner la capacité de se redresser en continuant à protéger la santé publique.

    Concernant le port du masque, il reste obligatoire quand les distances de sécurité ne peuvent pas être garanties. Néanmoins, comme il est inutile de l’imposer partout tout le temps, dès le 1er octobre le masque ne sera plus obligatoire à l’extérieur, sauf dans les lieux extrêmement fréquentés où les distances de sécurité ne peuvent pas être respectées (déterminés par les autorités locales) et dans les lieux couverts bien déterminés comme dans les transports en commun, les magasins ou les cinémas, par exemple, peu importe leur niveau de fréquentation (voir liste de l’arrêté ministériel).

    Concernant le shopping, il n’y a désormais plus de limite quant au nombre de personnes (toujours avec respect de la distance de sécurité) et au temps imparti pour faire ses courses.

    Dans le milieu professionnel, le télétravail reste recommandé.

    Sur base de ces six règles, les experts du Celeval continuent à travailler sur la mise en place d’un baromètre de l’épidémie au niveau national, régional mais aussi provincial qui va être mis en œuvre progressivement. Ce baromètre doit encore être affiné. Il fonctionnera selon un principe de paliers : plus la situation s’aggrave, plus des mesures de restriction doivent être prises. Il se basera principalement, mais pas seulement, sur l’évolution du nombre d’hospitalisations. L’objectif est d’aboutir en Comité de concertation dans deux semaines.

    Concernant le testing, une série de décisions ont été prises en la matière, à savoir :

    • L’augmentation de la capacité de testing des centres de tri existants et en instaurant de nouveaux points de dépistage. Les entités fédérées y travaillent actuellement ;
    • La création d’un call-center qui permettra de concentrer toutes les demandes vers un seul point d’information et soulager les médecins généralistes ;
    • La mise en place d’une plateforme de rendez-vous pour dispatcher les demandes à travers les centres disponibles.
    • L’allègement des charges administratives des médecins à travers la création « prescription Corona » à la mi-octobre pour certains cas asymptomatiques - comme les retours de voyage par exemple - ;
    • Ou encore favoriser l’obtention directement par les patients des résultats des tests effectués sur internet, notamment via le système Cozo ou masanté.be.

    A propos du tracing, l’application mobile Coronalert sera lancée le 30 septembre. À la fin de ce mois, une conférence de presse sera organisée avec toutes les informations concernant l'application.

    La quarantaine a été raccourcie et simplifiée :

    • En cas de symptôme(s), le patient doit s’isoler immédiatement pour 7 jours et prendre contact avec son médecin afin de passer un test le plus rapidement possible. Si le test est positif, la quarantaine continue et si le test est négatif, il est possible d’en sortir dès que sa situation clinique le permet.
    • Pour les personnes asymptomatiques qui ont eu un  contact rapproché avec une personne positive, dès que la personne l’apprend ou est contactée par le contact tracing, elle se met immédiatement en quarantaine pendant 7 jours à compter du dernier jour où la personne a eu un contact rapproché avec la personne contaminée. Cela, seulement en cas de contact rapproché avec la personne positive. Un test unique est ensuite nécessaire au 5ème jour. S’il est positif, la quarantaine est reconduite de 7 jours. Si le test est négatif, la quarantaine s’arrête après le 7ème jour.

    En ce qui concerne le retour de vacances :

    • À partir de vendredi, se rendre en zone rouge sera fortement déconseillé et non plus interdit.
    • Le retour de zone orange ne fera plus l’objet d’un testing.
    • Pour les voyageurs de retour de zone rouge, ils devront se mettre en quarantaine dès le 1er jour de leur retour et faire un test au 5ème jour. Ils pourront se soustraire à cette obligation s’ils remplissent un document d’auto-évaluation qui, après analyse, les autorise à le faire. Ces consignes ne concernent pas les personnes qui passent moins de 48h dans une zone rouge, comme les transfrontaliers.

    Concernant les couples de nationalité différente et/ou qui résident dans des pays différents, les conditions pour leurs retrouvailles ont été assouplies.  Désormais, il leur sera demandé de prouver au moins 6 mois (au lieu d’un an) de vie commune, ou un an de relation (au lieu de deux, avec 2 rencontres au lieu de 3 pour un total de 20 jours au lieu de 45 avec une prise en compte des visites planifiées mais annulées en raison du Covid), ou comme avant, l’existence d’un enfant en commun.

    Source: 23.09.2020 Gestion de crise