Société - Page 2

  • Pères et co-parents. Le congé de naissance passe à 15 jours en 2021

    high_d-20201121-GK07Z8.jpg
    Bonne nouvelle ! Ph.N.

    Le conseil des ministres a approuvé vendredi l’allongement du congé de naissance auquel ont droit les pères et les co-parents. Il passera de 10 jours à 15 jours pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2021. En 2023, il sera porté à 20 jours, a annoncé le ministre de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne.
    « C’est une mesure à la fois symbolique et très concrète pour l’égalité entre les femmes et les hommes », a souligné M. Dermagne (PS).
    La mesure s’appliquera aux travailleurs salariés, aux indépendants et aux fonctionnaires. Le montant de l’allocation auquel ont droit les bénéficiaires sera fixé rapidement, a assuré de son côté le ministre des Affaires sociales, Frank Vandenbroucke.
    Pour les indépendants, ce congé est accordé aux travailleurs, aidants et conjoints-aidants, qui interrompent temporairement leur activité à la naissance d’un enfant. Le système d’allocation est particulier, a rappelé le ministre des Indépendants, David Clarinval (MR).
    Jusqu’à cette année, ce congé donne droit à une allocation pour dix jours d’interruption à une allocation de 83 euros par jour pour 8 jours d’interruption complétée par une prime unique de 135 euros en compensation de frais réalisés dans le cadre des titres-services.
    7Dimanche
  • Get Up Wallonia. La Wallonie demande vos idées pour relancer la région !  

    Capture d’écran 2020-11-17 à 12.34.05.pngParticipez à l'avenir de la Wallonie sur www.mawallonie.be
    Au boulot les Wallons! La consultation citoyenne est ouverte pour 5 semaines.
    À vos claviers (ou crayons…) !

    Alors que la Wallonie, comme tout le pays, doit faire face à l’urgence de la situation sanitaire, les autorités tournent déjà en parallèle leurs regards vers l’avenir. C’est l’objectif du projet « Get Up Wallonia ».
    « On finira quand même par maîtriser cette maladie épouvantable », lance le ministre-président wallon, Elio Di Rupo. « Si tout devait se réaliser comme certains l’espèrent, on devrait, pour le printemps ou l’été, pouvoir être dans une phase où l’on sort de cette crise. »
    Pour définir la manière de relancer la Wallonie, le gouvernement entend s’inspirer des idées de la population. C’est pourquoi il a lancé ce lundi une consultation citoyenne. Via un formulaire papier disponible dans les administrations communales ou les espaces Wallonie, ou via le site internet www.mawallonie.be, les citoyens sont invités à formuler des propositions et à répondre à une enquête en ligne.

    Concrètement, six thèmes ont été identifiés : Comment assurer un emploi de qualité à chaque Wallonne et chaque Wallon ? Comment faire de la Wallonie une nouvelle terre de prospérité économique ? Comment favoriser la solidarité et la proximité en Wallonie ? Comment créer un cadre de vie durable en Wallonie ? Comment permettre à chacun de s’impliquer dans la vie de la société ? D’autres propositions concrètes pour la Wallonie de demain, pour la Wallonie d’après la Covid-19 ?

    Capture d’écran 2020-11-17 à 12.33.49.pngwww.mawallonie.be

    Pendant 5 semaines, les citoyens peuvent, pour chaque thème, formuler des propositions, consulter les propositions existantes et éventuellement les soutenir. Un consortium spécialisé sera chargé de les compiler, de les hiérarchiser et d’identifier ce qui fait consensus ou au contraire polémique dans les diverses propositions. Une synthèse sera ensuite remise au gouvernement. Les premières mesures sont attendues pour le mois de mars, voire avril. « Il ne faut jamais exclure quelques retards », sourit Elio Di Rupo.

    La formulation des propositions est libre même si un cadre sous forme de thématiques a malgré tout été fixé. Bien sûr, la Wallonie ne pourra prendre des mesures que dans le cadre de ses compétences mais elle affirme être à l’écoute des autres propositions dont elle pourrait se faire le relais auprès des autres instances du pays.
    D’autres acteurs sondés.
    À côté des citoyens, le gouvernement a sollicité d’autres acteurs pour trouver la formule magique de la relance. « Nous avons fait appel à des professeurs d’université qui siègent au sein d’un conseil stratégique », explique le ministre-président.
    Ce conseil compilera non seulement les propositions des citoyens, mais aussi celles de trois task forces mises sur pied spécialement dans le cadre de « Get Up Wallonia » et regroupant partenaires sociaux, services publics, entreprises, ASBL… « On attend de ce conseil stratégique qu’il formule une vision globale et cohérente de toutes ces propositions. » C’est sur cette base que le gouvernement devra, in fine, prendre des mesures.
    Sudinfo

  • Mariages et divorces, les statistiques dans notre arrondissement

    Plus de mariages à Huy-Waremme, contrairement à la moyenne belge (détail par commune)

    Capture d’écran 2020-11-17 à 11.29.06.png

    L’arrondissement de Huy-Waremme est visiblement un endroit où il fait bon s’aimer. Alors que la Belgique dans son ensemble enregistre une baisse des mariages de l’ordre de 1,75% entre 2018 et 2019, l’arrondissement de Huy-Waremme connaît une augmentation de 1%, avec 667 mariages célébrés en 2019, contre 661 en 2018. Et la différence se fait encore plus sentir en comparaison avec l’arrondissement voisin, Liège, qui comptabilise une baisse de 4% de ses mariages !
    Il faut dire que les temps changent et les habitudes matrimoniales également. Bourgmestre d’Anthisnes depuis 25 ans, Marc Tarabella (PS) a enfilé plus de 350 fois l’écharpe mayorale pour unir des couples «pour le meilleur et pour le pire» : « J’ai vu une évolution très nette. Les mariés aujourd’hui réfléchissent beaucoup. Les mariages à la vingtaine se font très rares. Les mariés ont de plus en plus souvent 40, 50 voire 60 ans. Mon dernier mariage unissait par exemple deux personnes de 70 ans et 67 ans ».
    Parallèlement à cette légère baisse nationale des mariages, la Belgique connaît une timide diminution des divorces (-3%). De son côté, Huy-Waremme enregistre une étonnante stagnation : 379 divorces en 2018, et le même nombre en 2019.

    Des disparités entre les communes
    Mais derrière ces moyennes se cachent en réalité de grandes disparités entre les communes. Ainsi, Huy a enregistré 67 mariages en 2019 pour 45 divorces, Waremme 51 mariages pour 37 divorces… Ouffet est l’unique entité où les divorces ont été plus nombreux que les mariages l’année dernière (6 séparations pour 5 nouvelles unions).

    La commune d’Oreye enregistre de son côté une surprenante augmentation des divorces de l’ordre de 175% (de 4 à 11). De quoi laisser perplexe le mayeur Jean-Marc Daerden (MR) : « Cela peut fort changer d’une année à l’autre. Il est difficile de trouver une explication ».

    Beaucoup de mariages reportés en 2020
    Si les tendances de 2018 et 2019 semblent assez similaires, les chiffres des mariages de l’année 2020 s’annoncent exceptionnellement bas. La raison : les nombreuses cérémonies annulées à cause de l’épidémie de coronavirus.
    « Des mariages ont été reportés deux ou trois fois ! Des gens ont cependant maintenu le mariage, notamment pour une date symbolique… mais ont reporté la fête », explique le bourgmestre d’Amay, Jean-Michel Javaux (Écolo), qui adore sceller les unions.
    « C’est une passion. Sur mes trois mandats, j’ai toujours tenu à conserver l’état civil. Le mariage est une étape de la vie, et toujours un moment particulier. J’espère que les cérémonies pourront bientôt reprendre», confie l’écologiste, qui s’apprête à passer de nombreux samedis de 2021 à la maison communale.

    Ro.Ma. La Meuse H-W

  • Bpost. Tous les enfants peuvent écrire une lettre à Saint-Nicolas jusqu'au 27 nov. 2020.

    Capture d’écran 2020-11-13 à 17.57.35.png

    Pour que Saint-Nicolas et ses assistants ne se noient pas sous une montagne de lettres, bpost rassemble et traite toutes les lettres au secrétariat de Saint-Nicolas.

    Tous les enfants peuvent écrire une lettre à Saint-Nicolas jusqu'au 27 novembre 2020.

    Écrire une lettre à Saint-Nicolas, c’est chouette, non ? Chaque enfant qui écrira ou enverra un dessin à Saint-Nicolas recevra une lettre accompagnée d'un cadeau... encore secret !

    Une seule adresse :
    Saint-Nicolas
    Rue du Paradis 1
    0612 Ciel
    Source Bpost

    Les classes peuvent également lui écrire. Il suffit que l'institutrice/instituteur rédige une lettre et y joigne les dessins et les messages des enfants.

    Il est important que le nom de l’enfant ou de l'institutrice/instituteur soit mentionné sur l’enveloppe. Saint-Nicolas et bpost demandent également de bien écrire et surtout de manière lisible.

    Sans oublier d'être sage !

  • Huy-Waremme. Marie et Jean, les prénoms les plus fréquents dans nos communes

    Capture d’écran 2020-11-07 à 17.53.53.png

     

    Selon les données 2020 de Statbel, les prénoms Marie et Jean sont les plus fréquents dans chaque commune de l’arrondissement de Huy-Waremme.

    En matière de prénoms, on ne peut pas dire que l’arrondissement de Huy-Waremme soit un exemple d’originalité. Dans les 31 communes (sans aucune exception !), Marie et Jean sont les prénoms les plus fréquents ! Il y a ainsi 244 Marie à Amay, 395 à Huy, 308 à Hannut, 103 à Saint- Georges-sur-Meuse ; et il y a 214 Jean à Waremme, 59 à Engis, 38 à Tinlot...

    Ces deux prénoms « classiques », qui arrivent systématiquement en tête des « top 3 » des localités, ont également souvent une belle longueur d’avance sur le numéro 2. À Villers-le-Bouillet par exemple, on dénombre 125 Marie... et seulement 54 Anne, pourtant le second prénom féminin le plus répandu sur la commune, suivi par Nathalie (46 occurrences). De même, Huy compte 361 Jean, pour seulement 197 Philippe (le deuxième prénom le plus fréquent).

    Avec le temps et les nouvelles modes, cette hégémonie des « Jean et Marie » pourrait cependant s’amoindrir, notamment avec la montée en puissance de certains prénoms, comme Olivia et Arthur (prénoms les plus donnés aux nouveau-nés en 2019 en Belgique).

    LES ANNE, ISABELLE ET NATHALIE ONT LA COTE
    Si la première place est toujours occupée par l’indétrônable duo « Jean et Marie », on retrouve en revanche plus de diversité sur les deux autres places du podium. Ainsi, chez les filles, les prénoms Anne, Isabelle et Nathalie ont la cote à Huy-Waremme et se retrouvent souvent en deuxième ou troisième position.
    Quelques autres prénoms font cependant leur apparition sur le podium de certaines plus petites localités : Julie à Modave (3e place), Véronique à Ouffet (2e place), Sophie à Berloz, Oreye et Wasseiges (3e place), Christine à Crisnée (2e place), Françoise à Donceel (3e place) ou encore Valérie à Geer (3e place).

    BEAUCOUP DE MICHEL, DE PHILIPPE ET DE PIERRE
    Du côté des garçons, après l’omniprésent Jean, les prénoms Michel, Philippe et (dans une moindre mesure) Pierre se partagent souvent les deuxièmes et troisièmes positions.
    Mais comme chez les filles, certains prénoms se fraient parfois une place dans le « top 3 », principalement dans les communes les moins densément peuplées : Christian à Hamoir (3e), Nicolas à Héron (3e), Alain à Lincent (2e) et Engis (3e), et Olivier à Wasseiges (3e). 

    RO.MA. La Meuse H-W du 12/10. Source des données: Statbel

  • Vers un pic de dépression et de suicides en Belgique avec le reconfinement?

    Vers un pic de dépressions et de suicides en Belgique avec le reconfinement ? «Je crains vraiment le pire!»
    Élodie, psychologue, craint que le moral des Belges ne soit au plus bas à cause de cette pandémie. « Avant le confinement, 33 % des Belges éprouvaient des difficultés psychologiques. Parmi eux, 20 % se sentaient malheureux et déprimés. Je serai vraiment curieuse de voir les chiffres aujourd’hui. On doit certainement être au-delà des 40 % de personnes mal dans leur peau ».

    Capture d’écran 2020-11-06 à 18.39.35.png« Avant le confinement, 33 % des Belges éprouvaient des difficultés psychologiques. Parmi eux, 20 % se sentaient malheureux et déprimés. Je serai vraiment curieuse de voir les chiffres aujourd’hui. On doit certainement être au-delà des 40 % de personnes mal dans leur peau. Je le vois au cabinet. J’ai eu une hausse de 30 % des consultations lors du confinement, c’est redescendu à 15 % en été. »

    Mais, depuis une semaine et la demande des experts d’un nouveau confinement, les appels pour des consultations repartent en flèche. Je dirai que, vis-à-vis de l’an passé, on est à une hausse de 20 %. Mais, je crains que ce chiffre remonte très vite avec l’annonce des mesures plus sévères. On va alors dépasse les 30 % du mois d’avril », nous explique Élodie, une psychologue montoise. « Ce sont essentiellement des personnes envoyées par leur médecin traitant, elles souffrent de dépression, d’idées suicidaires ou de syndrome de glissement face aux restrictions ».

    Mais, avec les jours qui raccourcissent, la psychologue est bien plus inquiète qu’au mois de mars. « Il y a au sein de la population une forte baisse du moral. Et, la période actuelle est propice aux dépressions et aux suicides. C’est durant les mois de novembre et décembre qu’on dénombre le plus grand nombre de tentatives de suicide. La météo est maussade et la lumière est peu présente. Si on y ajoute un reconfinement, le cocktail est détonnant. On risque vraiment d’avoir un pic de dépressions et suicides jamais atteint en Belgique. Je crains vraiment le pire. Si vous avez besoin d’une oreille attentive, il est essentiel d’en parler à votre médecin ».

    Un site web de soutien
    Pour vous aider, la Wallonie a lancé une grande campagne de soutien. « Si des solutions structurelles n’existent pas encore pour endiguer ce virus, il est tout de même possible de se faire aider en cas de besoin. C’est la raison pour laquelle, les autorités wallonnes lancent une campagne de sensibilisation (affichage, réseaux sociaux et spots radiophoniques) autour du nouveau site www.trouverdusoutien.be. Elle leur permet de trouver de l’aide en santé mentale à proximité de chez eux ou de leur lieu de travail », nous expliquait récemment le cabinet de la ministre wallonne de la Santé.
    Pour faire face aux nouvelles mesures et à la dépression saisonnière, Élodie vous propose 5 grandes règles. « On fait du sport au moins 30 minutes par jour. On se laisse des temps de relaxation pour soi. On continue à communiquer avec les autres, notamment via les apéros virtuels. Quand ça ne va pas, on en parle à un proche ou un médecin. On s’adonne à une passion qu’on n’a jamais eu le temps de pratiquer avec son quotidien métro-boulot-dodo ».

    Article de Alison Veraet. Sudinfo

  • Samedi 31 octobre, fête d'Halloween

    2830026522.2.jpg

    L'Halloween ou Halloween est une fête célébrée dans la soirée du 31 octobre, veille de la Toussaint, dont elle tire son nom puisque Halloween est une contraction de l'anglais All Hallows Eve, autrement dit 'the eve of All Saints Day' en anglais moderne, ce qui signifie la « veillée de la Toussaint ».

    3081707952.jpg

    Cette fête, originaire des îles Britanniques, est célébrée principalement aux États-Unis, en Irlande, au Canada, en Australie et en Grande-Bretagne. La tradition moderne la plus connue veut que les enfants se déguisent avec des costumes qui font peur (fantômes, sorcières, monstres, vampires par exemple) et aillent sonner aux portes en demandant aux adultes, souvent eux-mêmes déguisés, des bonbons, des fruits ou de l'argent avec la formule : Trick or treat! ("Farce ou friandise !") ou simplement "Happy Halloween! ". D'autres activités incluent des bals masqués, le visionnage de films d'horreur, la visite de maisons "hantées" ou l'allumage de feux de joie en plein air. (D'après Wikipédia)

    Malheureusement cette année, pas de fête publique et les rassemblements sont interdits, covid oblige. 
    Si vous y tenez, vous pouvez toujours créer l'ambiance et la déco chez vous, en famille seulement ! (Voir l'article d'hier)

  • COVID-19 : Les mesures prises en Belgique ce vendredi 30 octobre

    Capture d’écran 2020-10-30 à 20.17.26.png

    Le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées ont aujourd’hui décidé en Comité de concertation de procéder à un durcissement du confinement.

    Vie sociale

    • Chaque membre d’une famille a le droit d’avoir un contact rapproché. Les familles ne peuvent inviter chez elles qu’un seul contact rapproché à la fois. On ne peut pas recevoir d’autres visiteurs chez soi. Une exception est accordée aux personnes qui vivent seules : à côté de leur contact rapproché, elles peuvent inviter une seule autre personne, mais pas en même temps.
    • Rencontre en extérieur : règle des quatre personnes, en respectant les distances de sécurité.
    • Funérailles avec maximum 15 personnes présentes, interdiction d’organiser un repas ou une réception après la cérémonie.
    • Les lieux de prière restent ouverts mais aucun service religieux. Rassemblements de maximum quatre personnes, moyennant port du masque et respect des distances.
    • Les frontières ne sont pas fermées conformément aux accords européens. Cependant, les voyages à l’étranger sont très fortement déconseillés.
    • Les mariages n’ont lieu qu’en présence des époux, des témoins et des officiers de l’état civil.

    Vie économique

    • Le télétravail est obligatoire dans les domaines qui le permettent. Lorsque le télétravail est impossible, le port du masque et l’aération des locaux sont obligatoires. Les restaurants d’entreprises sont fermés.
    • Les centres de vacances et campings sont fermés dans leur intégralité à partir du mardi 3 novembre, le matin. Jusqu’à ce moment, les activités en intérieur et en groupe des centres de vacances sont suspendues. Les repas pourront être consommés dans les maisons de vacances, par famille.
    • Les hôtel et les B&B restent ouverts mais leurs restaurants sont fermés. Les repas peuvent être consommés dans la chambre.
    • Les magasins non essentiels ferment mais peuvent organiser des retraits et des livraisons à domicile de biens commandés à l’avance. Accès au magasin interdit lors du retrait des achats.
    • Pour assurer des règles de concurrence loyales, les supermarchés et les marchés (< 200 personnes) limitent leur offre aux produits disponibles dans les magasins essentiels.
    • Les garages et magasins de vélos n’assurent plus que les réparations.
    • Les professions non médicales (les coiffeurs, les maquilleurs, les centres de bien-être, de massage, les salons de beauté, etc.) ferment.  
    • Les entreprises et entreprises agricoles restent ouvertes, à condition qu’elles respectent les obligations en matière de télétravail, de port du masque et de distanciation sociale.
    • Les parcs animaliers ferment.

    Écoles

    • Pour tous les niveaux d'enseignement, les cours seront suspendu le 12 et 13 novembre. Les cours reprendront le lundi 16 novembre.
    • Pour l'enseignement secondaire, les élèves des deuxième et troisième degrés suivront un enseignement en présentiel au maximum à 50 % jusqu'au 1er décembre. Avant le 1er décembre, nous évaluerons si un enseignement en présentiel à 100 % est à nouveau possible.
    • Pour l'enseignement supérieur, l'enseignement à distance sera dispensé
      • aux étudiants de première année : jusqu'au 1er décembre, date à laquelle ils pourront suivre à nouveau un enseignement en présentiel.
      • aux étudiants plus âgés, au moins jusqu'à la fin de l'année civile.
    • Les enseignants se réuniront en ligne ; la même règle s’applique aux journées pédagogiques.
    • Interdiction d’organiser des teambuildings physiques.

    Dates de début et de fin

    • Les mesures entrent en vigueur sur tout le territoire à partir du lundi 2 novembre 2020..
    • Les mesures s’appliquent pendant une période d’un mois et demi, jusqu’au dimanche 13 décembre 2020 inclus. Pour les commerces non essentiels, le Comité de concertation procèdera à une évaluation le 1er décembre.

    Source Centre de crise

    Commerces : ce qui reste ouvert

    > Des magasins d’alimentation, y compris les magasins de nuit
    > Des magasins d’alimentation pour animaux
    > Des pharmacies
    > Des marchands de journaux
    > Des stations-services et fournisseurs de carburants et combustibles
    > Des magasins de télécommunications, à l’exclusion des magasins qui ne vendent que des accessoires, mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un seul client à la fois et ce, sur rendez-vous
    > Des magasins de dispositifs médicaux, mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un seul client à la fois et ce, sur rendez-vous
    > Des magasins d’assortiment général de bricolage qui vendent principalement des outils et/ou des matériaux de construction
    > Des jardineries et pépinières qui vendent principalement des plantes et/ou des arbres
    > Des magasins en gros destinés aux professionnels, mais uniquement au bénéfice de ces derniers
    > Le service à emporter et à domicile reste toutefois possible

    Source sudinfo

    Des précisions suivront dans les jours qui suivent !

  • Rappel de toutes les mesures en vigueur à respecter dans la province de Liège

    Capture d’écran 2020-10-28 à 15.26.09.png

    Pour rappel, tout en étant sujettes à réévaluation (un nouveau comité de concertation est d’ailleurs à nouveau planifié ce vendredi 30 octobre lors duquel de nouvelles décisions devraient être prises), ces mesures sont à respecter jusqu’au 19 novembre prochain inclus.

    Généralités

    Couvre-feu de 22h00 à 6h00 sauf déplacements essentiels (urgences médicales, assistance à un proche, travail)

    Obligation d’avoir un masque sur soi lorsque l’on se trouve sur l’espace public

    Le port du masque est obligatoire dans les lieux suivants :

    - les magasins et les centres commerciaux

    - les cinémas

    - les salles de spectacle, de concert, ou de conférence

    - les auditoires

    - les lieux de culte,

    - les musées, bibliothèques

    - les casinos et les salles de jeux automatiques

    - les foires commerciales, en ce compris les salons

    - dans une file d’attente

    - dans les bâtiments publics

    - sur les foires, salons, marchés et fêtes foraines

    - aux abords des écoles une heure avant et une heure après les heures d’entrée et de sortie habituelles

    - pour les spectateurs et accompagnants lors d’événements sportifs

    - dans les cimetières pendant les cérémonies et du 30 octobre au 3 novembre inclus

    - dans les endroits à forte fréquentation identifiés par les bourgmestres

    Les contacts rapprochés sont limités à 1 personne

    ► Les rassemblements privés sont limités à 4 personnes pendant 2 semaines, toujours les mêmes

    ► Les rassemblements sur la voie publique sont limités à 4 personnes maximum

    ► La consommation d’alcool sur la voie publique et dans les espaces publics est interdite

    ► Le porte-à-porte est interdit

    Travail et commerces

    Le télétravail devient la règle, pour les fonctions qui s’y prêtent et dans le respect de la continuité de la gestion des entreprises et organisations, services et activités

    Les achats sont effectués par 2 personnes maximum dans tous types de commerces

    Les marchés (1 client par 1,5m d’étal) et fêtes foraines (max 200 personnes) de petite envergure restent ouverts, mais la consommation de boissons et de denrées alimentaires est interdite

    Les commerces alimentaires, night-shops, les salles de jeux, bureaux de paris, casinos ainsi que les magasins accolés à une station-service ne peuvent ouvrir au-delà de 20h

    La vente d’alcool est interdite dans les stations-services situées sur les aires autoroutières

    Les cafés et restaurants sont fermés. Le retrait sur place de plats à emporter reste possible jusqu’à 22h00

    Les réceptions et banquets organisés par un service traiteur ou de catering professionnels sont interdits sauf exceptions prévues telles que dans les hôtels pour les clients qui y séjournent. Mesures sanitaires inchangées sauf max 4 personnes par table (sauf ménage qui peut partager la même table)

    Les salles de réception et de fêtes sont fermées sauf pour les repas après enterrement ou crémation (max 40 personnes) • Les salons de prostitution et bars à hôtesses sont fermés

    Enseignement

    Les cours en présentiel sont suspendus dans l’enseignement supérieur

    L’enseignement primaire et secondaire est maintenu en présentiel. L’enseignement à distance est possible pour les écoles qui sont contraintes de fermer une ou plusieurs classes

    Sports, loisirs et événements

    Les Jacuzzi, cabines de vapeurs et hammams sont fermés sauf utilisation privative

    Les discothèques et dancings restent fermés

    Les sports en intérieur sont interdits sauf pour enfants de moins de 12 ans, les compétitions de sports amateurs et entraînements interdits à partir de 12 ans

    Les compétitions sportives professionnelles se poursuivent en extérieur et en intérieur à huis clos

    ► Les cafétarias et buvettes sont fermées de même que les vestiaires

    Désignation d’un responsable Covid-19 dans les clubs et associations

    Tous les événements à caractère récréatif ou de type hobby qu’ils soient, entre autres, festifs, culturels ou folkloriques, organisés par les villes et communes ou soumis à autorisation des autorités communales sont interdits

    Les marchés de noël sont interdits jusqu’au 31 décembre 2020

    ► Les cérémonies des 11 et 15 novembre 2020 peuvent avoir lieu avec un maximum de 4 personnes

    Les célébrations de fêtes religieuses (communions, professions de foi, confirmations...) et laïques sont interdites. Ne sont pas concernés par cette disposition les offices à caractère hebdomadaire récurrent (comme les messes), les vêpres de la Toussaint, les mariages et les funérailles (40 personnes maximum et jusqu’à 200 personnes par dérogation selon la superficie de l’établissement)

    Les parcs d’attraction sont fermés

    Les parcs zoologiques peuvent ouvrir les parties extérieures

    Les activités culturelles en intérieur (spectacles, théâtres, représentations culturelles) sont limitées à 40 personnes (et jusqu’à 200 personnes par dérogation selon la superficie de la salle)

    Source La Meuse H-W

  • Lutte contre la pauvreté. Interview du Tinlotois Alain Vaessen, Directeur des CPAS de Wallonie

    Interview d'Alain Vaessen - Journée Mondiale de Lutte Contre la Pauvreté

    Le 17 octobre avait lieu la journée mondiale de la pauvreté.
    A cette occasion, des témoins du vécu/militant.e.s  du RWLP (Réseau Wallon de Lutte Contre la Pauvreté) sont allés à la rencontre de personnalités pour leur demander ce qu'ils ont à dire du droit à l'aisance. C'est dans ce cadre qu'ils ont interviewé Alain Vaessen, Directeur général de la fédération des CPAS.
    Il  parle du droit à l'aisance et de l'importance de la sécurité sociale.

    Pour le Droit à l'aisance H24 7Jours7
    Infos:
    https://www.rwlp.be/1710/ #sécu #aisance
    En savoir plus sur cette initiative:Christine Mahy Hergot

    120767638_4822849157740335_3008044612109792009_n.jpg

  • Niveau d’alerte 4 de la COVID-19 : des règles plus strictes à partir de ce lundi 19 octobre !

    Capture d’écran 2020-10-16 à 23.28.27.png
    Communiqué du Premier Ministre, Alexander De Croo

    La pression sur les hôpitaux et sur la continuité des soins non liés à la Covid-19 augmente. Certains hôpitaux sont confrontés à de nombreuses absences au sein de leur personnel. Les soins de première ligne, notamment la médecine générale, font eux aussi face à une pression croissante.

    Le nombre de patients COVID en soins intensifs est, aujourd’hui, 2,5 fois plus élevé que fin mars.

    Pour éviter que les hôpitaux se retrouvent dans une situation encore plus problématique, que les écoles doivent fermer, que l’économie soit à l’arrêt et que de trop nombreuses personnes se retrouvent isolées en raison d’un confinement généralisé, le Comité de concertation a décidé d’une série de mesures :

    • Les contacts rapprochés sont limités à 1 personne maximum.
    • Les rassemblements privés sont limités à 4 personnes pendant deux semaines, toujours les mêmes.
    • Les rassemblements sur la voie publique sont limités à 4 personnes maximum.
    • Le télétravail devient la règle, pour les fonctions qui s’y prêtent et dans le respect de la continuité de la gestion des entreprises et organisations, services et activités.
    • Les marchés et foires de petite envergure restent ouverts, mais la consommation de boissons et de denrées alimentaires est interdite. Les marchés aux puces, les brocantes et les petits marchés de noël sont interdits.
    • Les cafés et restaurants seront fermés. Cette mesure vaut pour une période de quatre semaines et fera l’objet d’une évaluation après deux semaines. Le retrait sur place de plats à emporter reste possible jusqu’à 22h00. Les réceptions et banquets organisés par un service traiteur ou de catering professionnels sont interdits, sauf dans les hôtels pour les clients qui y séjournent et les réceptions dans le cadre de funérailles (maximum 40 personnes).
    • Les nightshops doivent fermer à 22 heures. La vente d’alcool est interdite à partir de 20 heures.
    • Interdiction de se trouver sur la voie publique entre 24h00 et 5h00, sauf pour les déplacements essentiels et non reportables, tels que les déplacements pour des raisons médicales urgentes, des déplacements professionnels et le trajet entre le domicile et le lieu de travail.
    • Les activités à l’intérieur continuent de relever des protocoles en vigueur jusqu’à leur évaluation au 23/10. La vente de boissons et de nourriture est interdite.
    • Les compétitions sportives : réduction de moitié des compartiments réservés aux spectateurs qui  passeront de  400 à 200 (professionnels) ou composés uniquement des membres d’un même foyer (amateurs). Les cafétarias et débits de boissons sont fermés.

    Le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées mettront tout en œuvre pour soutenir au mieux tous ceux qui sont économiquement touchés. C’est ainsi que le gouvernement fédéral doublera le droit passerelle pour les indépendants contraints de fermer. Les mesures d’aide existantes seront prolongées. Une exonération ONSS interviendra également.
    Les mesures entrent en vigueur le 19 octobre et seront d’application pendant un mois, avant d’être soumises à une évaluation.

    Schéma synthèse Sudindo:

    Capture d’écran 2020-10-16 à 23.37.14.png

    Capture d’écran 2020-10-16 à 23.37.28.png

  • Un congé parental pour les enfants en quarantaine

    Le 28 octobre, la Commission des Affaires sociales de la Chambre a voté en urgence et en première lecture un nouveau type de congé parental corona. Il s’agit d’un congé pour les parents dont un enfant se trouverait en quarantaine, parce qu’il a été au contact d’un enfant contaminé, que sa classe ou son école a fermé. Ou que la fermeture touche la crèche ou l’institution de soins qu’il fréquente (par exemple, un centre d’accueil pour handicapés).
    Nuance : la N-VA a demandé une seconde lecture du texte qui aura lieu le 6 octobre. Cela ne l’empêchera pas d’être voté en séance plénière le jeudi 8 et d’entrer en vigueur, rétroactivement dès le 1er.
    La proposition de loi du PS a fait l’objet d’un amendement cosigné par les partenaires de la probable coalition Vivaldi : sp.a, Ecolo-Groen, MR, Open VLD et CD&V, ainsi que le cdH qui avait également déposé un texte sur le sujet.
    Pourquoi un vote en urgence ? Parce que le congé corona, tant critiqué, entre autres pour le faible revenu qu’il laissait aux parents, va disparaître à la fin du mois. « Il fallait donc mettre rapidement au point un nouveau système », explique la députée socialiste Ludivine Dedonder à l’origine du texte.

    70 % de la rémunération
    « Ce congé sera mieux rémunéré que le congé corona », reprend-elle. « Les parents seront indemnisés à 70 %, rémunération à laquelle on rajoutera 5,63 € par jour. On est en fait sur le schéma du chômage temporaire pour force majeure. Ce ne sera pas à charge de l’employeur, mais de la sécurité sociale. Il n’y a d’ailleurs pas besoin de l’accord de l’employeur qui ne peut s’y opposer : un certificat de quarantaine suffit. »
    Ce congé ne concernera pas que les enfants jusqu’à 12 ans, mais bien tout mineur d’âge (donc jusque 18 ans). Les parents pourront le prendre à temps plein ou à mi-temps. Il sera accessible jusqu’à la fin de l’année et pourra être prolongé en fonction de l’évolution de l’épidémie.
    La Ligue des familles a accueilli la nouvelle avec satisfaction : « Il s’agit d’un énorme soulagement pour tous les parents », estime Christophe Cocu, son directeur général. « Cette mesure n’est pas parfaite en tous points, car on aurait souhaité qu’il n’y ait aucune perte de salaire, mais nous avons été entendus sur la quasi-totalité de nos demandes : voilà une solution sérieuse pour les parents, dès l’annonce d’une fermeture de classe ou de crèche. »
    Didier Swysen. La Meuse

  • Le 15 août: fête de l'Assomption. Bonne fête à toutes les Maries

    Un peu d'histoire et quelques explications:
    Avant d'être un dogme instauré par l'Eglise, l'Assomption de Marie était une croyance reposant sur des traditions et non sur des bases écrites reconnues dès les premiers temps de l'Église. Il n'existe donc pas trace dans la Bible qui pourrait fonder cette croyance.
    En 373 [ap. J-C.], Saint Ephrem évoque le concept selon lequel le corps de Marie serait resté, après son décès, intact à savoir non atteint par « l'impureté » de la mort.
    Au IVe siècle, Épiphane de Salamine souligne que nul ne sait ce qu'il est advenu de Marie à la fin de sa vie. La tradition à ce sujet n'est pas attestée avant le Ve siècle.

    C'est ainsi que l'Assomption de Marie est devenu un dogme de l'Église catholique selon lequel, au terme de sa vie terrestre, la mère de Jésus a été « élevée au ciel ». Le terme « assomption » provient du verbe latin assumere, qui signifie « prendre », « enlever ». La fête catholique célébrant l'assomption de Marie a lieu le 15 août.

    Capture d’écran 2013-08-15 à 11.44.10.jpeg
    En Outremeuse à Liège, toutes les Maries sont fleuries ainsi que les "Potalles" représentant la Vierge Marie.

    D'innombrables processions ont lieu dans les paroisses catholiques le jour de l'Assomption, jour férié dans nombre de pays catholiques.
    En France, depuis le vœu de Louis XIII qui place le royaume de France sous la protection de Notre-Dame de l'Assomption, les processions sont traditionnellement suivies et donnent souvent lieu à des festivités, feux d'artifices, etc., comme à Biarritz. Celle de Paris se tient depuis quelques années dans un bateau sur la Seine, où l'on sort la statue d'argent de la Vierge conservée à Notre-Dame. Le sanctuaire de Lourdes connaît ses plus grandes heures d'affluence.
    En Belgique, le 15 août en Outremeuse débute par une procession suivie de trois jours de festivités. Cette année toutes ces manifestations et festivités sont supprimées suite au Covid-19

    (D'après Wikipédia)