Tourisme - Page 2

  • De Xhoris à Werbomont, avec ses 18 km de long, la Transferrusienne est enfin sur les rails !

    473_1465546905.jpgAprès une bonne vingtaine d’années et quelques rebondissements, la Transferrusienne est terminée et a été inaugurée ce dimanche 25 septembre en présence notamment des autorités locales et provinciales. « C’est magnifique ! C’est un parcours de 18Km qui traverse toute la commune et qui relie Xhoris à Werbomont.

    On a rencontré pas mal de problèmes et de difficultés avant d’y arriver, mais ça y est ! Il reste encore quelques détails à régler mais le but est de finaliser ce projet et d’attirer le tourisme vert à Ferrières et dans les communes voisines », explique Frédéric Léonard, bourgmestre de la commune de Ferrières.
    Il y a plusieurs années de cela, ce projet avait été repris dans le futur réseau RAVeL. « est exclusivement dédié aux piétons, vélos et chevaux. On espère bien sûr intégrer le site du RAVeL dans quelques années.» Ce sentier rejoint le RAVeL de Comblain-la-Tour. Le tracé se veut agréable mais également un lieu de découvertes. «Il y a pas mal de choses à voir, c’est une belle opportunité pour mettre en avant nos autres sites touristiques tels que nos musées et spécificités comme le musée de la vie rurale et du jouet, Palogne, la Bouverie ou encore le château fort de Logne.»

    capture ecran 2016-09-27 à 14.10.56.jpg
    UNE INAUGURATION RÉUSSIE

    L’inauguration a été une belle réussite vu le nombre de participants à cette journée. «Différentes activités sont proposées le long du parcours. En plus, les sites de la région comme le domaine de Palogne et les commerçants ont décidé de prendre part à l’organisation. Le domaine nous prête une trentaine de vélos et de quoi jouer au tir à l’arc à Saint-Roch.» En plus de cela, une exposition de photographies était visible à la gare de Burnontige où un quiz était organisé et une petite restauration était offerte. Arrivés à Xhoris, tous ces joyeux marcheurs et cyclistes ont été surpris par un jeu d’échecs géant ! Tous ont pu profiter du mini-golf gratuitement. Le parcours est disponible à la maison du tourisme de Ferrière et du Pays d’Ourthe-Amblève.- C.CHAROT

    http://www.provincedeliege.be/en/evenement/1?nid=11105&from=home« La Transferrusienne


  • Tinlot, le comité des aînés à l'exposition sur le Liechtenstein

    capture ecran 2016-09-24 à 10.00.04 - copie.jpg

    Le 12 septembre 2016 pour 14 heures, le comité des aînés de Tinlot était invité par Mr André Peters à l'exposition sur le Liechtenstein, un passé, un avenir qui se déroulait à l'Église Saint-Martin de Nandrin.
    À la fin de la visite le Président des Amis du Liechtenstein en Wallonie, Mr Charly Dodet (à droite sur la photo), nous a honorés de sa présence lors de la photo de groupe accompagné de notre guide.
    Régis Hubin.

    capture ecran 2016-09-24 à 10.00.39 - copie 2.jpg

    André Peters, à droite sur la photo de février 1988.

    capture ecran 2016-09-24 à 10.09.05 - copie.jpg

  • Journées du Patrimoine. Liechtenstein, un passé, un avenir

     

    capture ecran 2016-08-24 à 09.36.40.jpg

    Transmis par Charly. Dodet et André. Peters

  • Condroz. Découvrez la région grâce à la Guerre de la vache !

    Pour la première fois, un rallye automobile gratuit est organisé ce dimanche 21 août de 10h à 18h, au départ de Huy notamment. Une belle occasion de découvrir l’histoire d’une guerre pour le moins originale, la Guerre de la vache, et les points touristiques qui se trouvent sur son passage. Originale, disions-nous ? La légende dit qu’un paysan de Beaufort aurait volé une vache. C’est en voulant vendre cette vache, lors d’un tournoi à Andenne, que cette dernière fut reconnue par son véritable propriétaire, le comte de Namur. Il tendit un piège au voleur qui fut pendu. La famille Beaufort heurtée et mécontente d’un tel comportement se révolta et, ainsi, naquit la Guerre de la vache.

    capture ecran 2016-08-18 à 09.40.37.jpgLes panneaux vous invitent à revivre et à découvrir les merveilles qui se trouvent sur ces chemins empruntés autrefois. L’asbl «Amis du Beaufort », le Musée Héritage de Goesnes et Philippe Wascotte se sont passionnés pour cette histoire. « On s’est dit qu’on devait relancer ce parcours. Les panneaux existent, ils sont là et les gens ne savent pas ce qu’ils signifient, ni même à quoi ils servent », regrette Dany Kohl, coordinatrice du projet.
    PARCOURS DU RALLYE
    Le parcours fait 60 km. « Le but, c’est vraiment de permettre un tourisme de proximité avec un intérêt sur le patrimoine historique de la Région ». Sur le chemin, il vous sera possible de découvrir Andenne et son centre historique, le musée Héritage à Goesnes, le site des grottes de Goyet, la grotte préhistorique Scladina, le centre de Huy et les ruines de Beaufort.

    capture ecran 2016-08-18 à 09.41.49.jpgUn «roadmap» sera proposé aux participants. Il est possible de se le procurer aux 8 points de départs répertoriés. Dedans, un quiz de 12 questions. Les plus chanceux pourront remporter un des 4 paniers gourmands mis en jeu par les communes participantes, à savoir Andenne, Gesves, Huy et Ohey. « Souvent l’information s’arrête à des frontières bien artificielles, que nous proposons de franchir lors de ce rallye ».
    Les quiz seront rassemblés à Ben-Ahin vers 18h30, dans la brasserie de l’Elysée Beaufort, en fin de journée. Si vous ne pouvez pas vous y rendre, déposez-le à un des points de départ : à la maison du tourisme de Huy, (quai de Namur) ou à l’Ecomusée (avenue de Beaufort 65/71).
    La soirée se clôturera aux alentours de 19h30 avec un souper médiéval et un spectacle, le tout pour 30 euros par personne. Réservation au 0476/30 01 35.
    Plus d’infos sur : www.huy.be/ events/rallye-guerre-de-lavache
    C.C. (La Meuse du 18 août)

    capture ecran 2016-08-18 à 09.44.23.jpg

    Plus d'infos pur la guerre de la vache (Circuit de la guerre de la vache)

     

  • Modave: les chambres d'hôtes «Aux 4 saules» ouvrent leurs portes à Vierset-Barse

    Anke et Eddy ont réaménagé une ancienne ferme en un lieu de quiétude au charme champêtre

    Anke Rinkes (49) et Eddy Mathys (48) sont deux amoureux de la nature. Passionnés par le monde de la ferme, ils avaient autrefois une propriété à Rotselaar où ils hébergeaient des animaux de la ferme. Mais l’envie de vivre dans une ferme était plus fort que tout. Si bien que très vite, ils se sont mis à la recherche d’une bâtisse et sont tombés, en 2009, sous le charme d’une ferme vétuste mais au grand potentiel située rue Surroyseux à Vierset Barse. «Lorsque nous l’avons visitée, cela tombait sous le sens. La ferme était bien trop grande pour nous, elle se prêtait vraiment bien au concept de chambres d’hôtes », se souvient Anke Rinkes. Commence alors une longue période de travaux qui permet à la bâtisse de retrouver son cachet d’antan. Une partie d’aile a été réservée pour y aménager 4 chambres.

    gite modave.jpg

    UNE BÂTISSE DU 17E SIÈCLE
    Adeptes de la simplicité, ce couple de Flamands a souhaité rester fidèle au style de la ferme dont les premières traces datent du 17e siècle. Ils proposent ainsi des chambres spacieuses aux couleurs sobres et meublées par des pièces uniques datant de plusieurs dizaines d’années. «Il s’agit de notre première expérience de chambres d’hôtes et nous espérons que les personnes se sentiront ici chez elles. Nous recherchions le calme, c’était un rêve de vivre dans une ferme et nous l’avons fait. Nous vivons ici depuis 3 ans. Le cadre est très accueillant, les gens sont amicaux, sympathiques et très agréables. »
    « Aux 4 saules », vous trouverez donc le calme, certes, mais surtout un retour aux sources et à la simplicité. Que serait une ferme sans animaux ? Le cadre se prête tout à fait aux séjours en famille. «Nous avons des moutons, des chevaux, des chiens ainsi qu’un âne. » Libre aux hôtes qui le désirent de donner un coup de main à Eddy Mathys, mari et fermier passionné. «Autrefois, il travaillait en tant que technicien chez Danone. Il a arrêté pour se consacrer à sa passion », explique Anke. « J’ai ça dans le sang », confie Eddy. «Notre but est de partager notre plaisir de pouvoir vivre en campagne et notre façon de vivre. »
    Afin de garantir le meilleur accueil qu’il soit, chaque hôte reçoit un mot de bienvenue. Des chaussons brodés à la main à l’entrée invitent les clients à y glisser leurs pieds pour que, dès le début de leur séjour, ils se sentent comme chez eux. Ce havre de paix est agrémenté d’un jardin fleuri et d’une terrasse qui vous feront tomber sous le charme.-
    C.L. (La Meuse du 26 juillet)
    Lire la suite ci-dessous

    Lire la suite

  • Fête de la Ruralité, dimanche 3 juillet, Vyle-Tharoul

    Au programme de ce dimanche 3 juillet : tracteurs anciens, chevaux de trait et animaux de la campagne, marché des saveurs et de l’artisanat, stands découverte, spectacles et activités pour toute la famille. A l’honneur cette année : les jeux champêtres !

    capture ecran 2016-06-28 à 15.16.13.jpg

    Après le beau succès des six années précédentes (plus de 2500 visiteurs en 2015, plus de 200 exposants et bénévoles impliqués, et une sacrée ambiance !), l’enthousiasme est au beau fixe du côté des organisateurs : le RFC Vyle-Tharoul et le Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux.

    Sensibiliser, apprendre et s’amuser

    L’édition 2016 proposera d’abord une série d’animations présentant divers aspects de la ruralité : animaux de la campagne (avec notamment la présence du Petit Elevage de Hesbaye), tours en poney, démonstrations de savoir-faire, four à pain, activités-découvertes… Les vénérables tracteurs seront au rendez-vous, tout comme l’impressionnant concours de beauté et d’allure de juments de trait, la messe en wallon et la bénédiction des animaux. Sans oublier les concerts, les contes, marionnettes et autres activités à l’intention du jeune public. L’Opération Mémoire, collecte de témoignages photographiques de notre histoire, sera elle aussi reconduite.

    Un Marché des Saveurs et de l’Artisanat encore plus important

    Le marché a pris une ampleur particulière depuis l’an dernier, grâce à une importante collaboration avec l’Agence de Développement Local de Marchin. Il proposera cette année un nombre encore plus important d’échoppes, toujours dans un esprit résolument orienté vers la production locale et le commerce équitable nord-sud. Outre les produits de bouche et les créations des artisans, des activités sympas de réflexion et de sensibilisation y seront organisées. De belles découvertes en perspective !

    Les jeux champêtres à l’honneur, et des voitures anciennes !

    Tout en gardant ses fondamentaux, la Fête de la Ruralité tente chaque année de se renouveler, à travers un thème particulier. En 2016, ce seront les jeux champêtres. Lancer de ballots, courses de sacs et de brouettes, courses à l’œuf, jeu du clou, pétanque, quilles et autres jeux d’adresse, d’équilibre ou de force : les idées ne manquent pas. Un comité s’est mis en place pour concocter un programme aux priorités affichées : le rire et la convivialité ! Ces jeux seront ouverts à tous et les enfants ne seront pas en reste ! On parle même d’un stand où ils apprendront à créer leurs propres jouets avec des plantes, bouts de bois et autres trésors trouvés dans la nature… Autre nouveauté à épingler : la Fête de la Ruralité servira d’étape à un rallye rassemblant plus de quarante voitures anciennes : de bien belles dames à admirer vers la mi-journée…

    Sous le signe de la rencontre

    Profondément intergénérationnelle, la Fête de la Ruralité 2016 sera donc une fois de plus placée sous le signe du partage, de la bonne humeur et de la rencontre. Un menu riche et varié, mêlant découverte et souvenir. Un événement rendu possible par la mobilisation spectaculaire de la population, des associations et des commerçants locaux, mais aussi des communes de Marchin et de Modave et des autres pouvoirs publics, comme la Province de Liège et la Région Wallonne. Une mobilisation qui seule rend possible le maintien d’un accès au site et aux animations complètement gratuit…

    Un événement organisé par le RFC Vyle-Tharoul et le Syndicat d'Initiative de la Vallée du Hoyoux, avec le soutien des Communes de Marchin et de Modave, de la Région Wallonne et de la Province de Liège (Services Tourisme, Agriculture), en partenariat avec l'asbl Devenirs, le Centre culturel de Marchin et le Contrat Rivière du Hoyoux.

    Contact presse : Syndicat d’Initiative de la Vallée du Hoyoux – 085/41.29.69 - info.sivh@gmail.com

  • Tourisme. Suivez la route du vin de notre province!

    19 vignerons de la province de Liège ouvrent leurs portes et une carte pratique vient d’être publiée.

    Notre province compte une bonne cinquantaine de vignerons, depuis Seilles jusqu’à Baelen, et de Bassenge à Hamoir. Des vignerons passionnés, de vrais artisans fiers de leur travail, mais qui restent encore largement méconnus. Il faut dire que leur production, qui est souvent de l’ordre de quelques centaines de bouteilles par an, est encore confidentielle.
    Mais la Fédération du Tourisme de la Province de Liège compte bien les faire connaître. C’est pour cette raison qu’elle vient d’éditer une très belle carte de la Route du Vin. Bien réalisée et très pratique, elle propose aux Liégeois et aux autres de rendre visite à 19 vignerons, d’aller déguster leur production, voire de l’acheter.

    capture ecran 2016-06-01 à 12.25.44.jpg

    DEPUIS PLUS DE MILLE ANS
    Ce que l’on ne sait pas toujours, c’est que la région liégeoise cultive la vigne et fait du vin depuis plus de mille ans. Marc Vanel, auteur d’un livre sur les vins d’artisans en Wallonie;: «On trouve déjà des vignes à
    Ampsin et Amay vers l’an 850. Mais c’est Notger qui, vers l’an 1000, va vraiment développer le vin en région liégeoise. A l’époque, la viticulture était liée au clergé pour les besoins du culte. La vigne a connu de beaux jours jusqu’au 17ème siècle, où elle a commencé à décliner: à l’époque, de plus en plus, on a sacrifié des vignobles, qui se trouvaient souvent en ville, pour les remplacer par des constructions.
    Et il y a eu aussi des raisons climatiques, la concurrence de la bière et des vins étrangers. Mais, depuis le début des années 2000, on assiste à un renouveau avec une attention davantage portée à l’aspect commercial du vin. »
    Témoin le Vin de Liège qui, depuis peu, développe bien sa production dans notre région. Si la Route du Vin vous intéresse, sachez que la carte, tirée à 6.000 exemplaires, est disponible gratuitement dans toutes les Maisons de Tourisme de la province de Liège, et elle peut aussi être téléchargée sur Internet
    à l’adresse www.liegetourisme.be
    CHARLES LEDENT La Meuse du 1 juin 2016

    Téléchargez la carte en pdf

  • Ramelot, le village d'un jour pour les DS...

    capture ecran 2016-05-29 à 16.04.48.jpg

    Dimanche matin, malgré une météo pluvieuse, le village de Ramelot était le lieu de rendez-vous pour le club DS-SM Belgium. Plus de 20 voitures avaient rallié le Condroz venant parfois de loin comme Bruges ou Houffalize par exemple.
    Une cinquantaine de personnes ont pris le petit déjeuner à la salle le Tilleul en découvrant le Road-Book et le Quiz de la journée. Au programme de la journée,un balade vers Liège pour y découvrir les vins de Liège et visiter les vignes.

    capture ecran 2016-05-29 à 16.11.43.jpg

    capture ecran 2016-05-29 à 16.10.39.jpg

    A droite, Christophe Philippe, à l'initiative de cette journée "Vins de Liège" et la présidente du Club Myriam Jalet.

    "Notre club existe depuis 30 ans et compte près de 1000 membres dont 200 actifs", explique la présidente. "Cette année nous avons huit activités comme celle-ci qui sont organisées à l'initiative des membres. C'est une manière privilégiée de découvrir la Belgique".

  • Nouveau. Aywaille, Monde Sauvage: le parcours d’accrobranches ouvre le 15 mai

    capture ecran 2016-05-07 à 01.30.41.jpgUne nouvelle activité viendra enrichir l’offre du Monde Sauvage d’Aywaille dès la semaine prochaine. Le parcours d’accrobranches annoncé déjà depuis plusieurs mois et baptisé Fraxinus, sera en effet accessible au public dès le 15 mai.
    Cette nouvelle activité, qui s’étend sur près de deux hectares, comprend dix maisons suspendues dans les arbres à 10 mètres de haut, toutes reliées entre elles par des tunnels en filet, un observatoire pour 16 personnes situé à 12 mètres de haut, un parcours en bouées, un trampoline géant pour 20 personnes et cinq parcours aventure protégés par des filets.
    Sensations assurées donc pour ceux qui se risqueront dans cette nouvelle attraction. Bien qu’évidemment toutes les mesures aient été prises pour éviter tout accident. Sept personnes ont en effet été spécialement formées pour assurer la sécurité sur les différents parcours proposés aux visiteurs et accessibles dès 6 ans (avec un adulte). Et chaque arbre a été mesuré, inspecté et numéroté, précisent les responsables du parc aqualien, qui ont déboursé quelque 550.000 euros pour donner naissance à Fraxinus.
    Une activité qui n’est toutefois pas comprise dans le prix d’entrée au Monde Sauvage, si vous comptez vous balader à la cime des arbres. Son prix d’entrée n’a cependant pas encore été dévoilé. 
    G.W. La Meuse du 3 mai.
    Voir aussi le reportage de RTC Télé Liège

  • Château de Modave la restauration est terminée

    capture ecran 2016-04-26 à 10.52.05.jpg
    Le château de Modave a été ouvert au public début avril après une importante restauration de 3 pièces de cet édifice du 17e siècle (la salle de garde, le petit hall du rez-de-chaussée et la grande cage d'escaliers).
    « Je suis ravi, cela fait plusieurs années que le projet était mis en place et cette restauration est tout simplement remarquable, cela vaut vraiment la peine de venir voir  », explique Benoit Van Hespen, directeur de l’ASBL « Château de Modave ».
    Des visites thématiques sont organisées sur réservation.
    D'après la Meuse du 8/4

    capture ecran 2016-04-26 à 10.32.55.jpg

     

     


    Voir le reportage de RTC Télé Liège

    capture ecran 2016-04-26 à 10.35.37.jpg

     

  • Le bateau Val Mosan reprend duservice ce 1er mai

    capture ecran 2016-04-29 à 11.29.16.jpgCe dimanche 1ermai, le Val Mosan, bateau de l’office du tourisme de la ville de Huy, reprend du service. Une nouvelle saison de navigation qui relève presque du miracle: l’année dernière, le capitaine pensait que le Val Mosan effectuait ses dernières balades en Meuse: «En 2015, les bateaux de croisières devront être équipés de deux moteurs, nous expliquait-il. Le Val Mosan ne dispose que d’un seul moteur. En rajouter un est pratiquement impossible et ce serait de toute façon très onéreux.» L’avenir du bateau hutois semblait donc bien sombre: à l’époque, l’échevin du tourisme, envisageait la possibilité de le revendre et d’en racheter un autre.
    D’AUTRES BATEAUX?
    Ce ne sera finalement pas nécessaire: «La législation a été reportée»a précisé Joseph George. Avoir deux moteurs n’est donc pas encore une obligation sine qua non pour transporter des voyageurs: conséquence le Val Mosan pourra encore voguer cette année sur la Meuse hutoise. L’année prochaine, le Val Mosan pourra être rejoint par d’autres bateaux pour touristes. On sait en effet que Jean-Marc Vanberg,le patron du Mont Mosan, vient d’acheter deux embarcations (La Meuse du 21 mars). Il envisage de transformer l’une d’elle en restaurant flottant et las econde en bateau pour touristes, histoire de combiner balade en Meuse et après-midi récréative dans sa plaine de jeux. Un projet compatible avec les activités du Val Mosan: «Pourquoi pas? lance l’échevin du tourisme. Il faudra bien entendu vérifier que cette activité reçoit toutes les autorisations légales, mais notre objectif est de développer le tourisme fluvial, cela pourrait donc être une piste à suivre. Je n’ai pas de problème avec ces projets.»-A.BT La Meuse du 26 avril.

    A noter(1):Balades tous les jours jusqu'au 31 août, à 14 h, 15 h et16 h 30, sauf les lundis
    Prix adultes 4 euros, enfants 3 euros.
    infos 085 21 29 15

  • Modave alimente 20% de Bruxelles en eau potable

    capture ecran 2015-11-13 à 08.12.05.jpgLe plus grand captage de Belgique situé en bord de Hoyoux, au pied du château Modave et son eau sont très importants pour les... Bruxellois. C’est en effet au pied du château, à quelques mètres du Hoyoux, que se trouve le plus important captage de Belgique qui alimente près de 20% de la capitale en eau potable.

    Modave est bien connue pour son château édifié au Moyen Age. Mais au pied de l’éperon rocheux, sous une colline qui longe le Hoyoux se cache un autre trésor. La Compagnie intercommunale des eaux de l’agglomération bruxelloise, actuellement dénommée Vivaqua, y a érigé au début du 20e siècle une zone de captage afin d’alimenter la population de la capitale belge en eau potable. Une mission toujours accomplie à l’heure actuelle. «  Avec une production de 65.000 mètres cubes par jour, il s’agit d’ailleurs du plus important site de captage en Belgique. Cela nous permet d’alimenter 20% des Bruxellois en eau potable naturelle. Nous n’utilisons en effet aucun filtre et n’apportons aucun traitement  », explique Christiane Franck, directeur général de Vivaqua.

    capture ecran 2015-11-13 à 08.12.18.jpg

    L’accord Vivaqua - Natagora renouvelé CHÂTEAU DE MODAVE
    Ce jeudi, au prestigieux Château de Modave, Vivaqua, l‘ancienne CIBE (Compagnie Intercommunale Bruxelloise des Eaux) et Natagora (une Asbl spécialisée dans la protection environnementale) ont annoncé officiellement le renouvellement de leur partenariat pour une durée de 25 ans.
    Depuis 1995, le château, grâce cette collaboration s’inscrit dans une politique de défense environnementale exceptionnelle. En effet, son parc de plus de 450 hectares, accueillant en son sein une zone de captage des eaux, est considéré comme une réserve naturelle avec un haut potentiel biologique. Les deux collaborateurs favorisent le boisement, limitent l’activité humaine et la pollution diffuse, protègent la pelouse calcaire où se développe une végétation méditerranéenne, et assurent le maintien de la biodiversité ainsi que la pérennité de certaines espèces telles que la Barbastelle (petite chauve-souris aux allures de gargouille).
    Cet accord est donc un événement pour toute la région puisqu’il favorise non seulement la qualité des eaux captées mais également la protection d’une riche biodiversité et le développement du tourisme vert. ROMANE CLAES

    capture ecran 2015-11-13 à 08.42.25.jpgEN CHIFFRES
    5  > Le captage de l’eau naturellement potable s’effectue dans des galeries dont la longueur totale avoisine les cinq kilomètres sur le site de Petit Modave.
    87 > Une fois sortie de la zone de captage, l’eau fait un voyage de 87 kilomètres afin de rejoindre Bruxelles et dès lors d’être distribuée aux habitants de la capitale.
    450> Une zone de protection de 450 hectares est la propriété de Vivaqua autour des captages afin d’éviter toute pollution.
    Parmi eux, on retrouve le château de Modave et 374 hectares de réserve naturelle où des espèces uniques se développent.

    Au château, 10.000 visiteurs japonais par an

    capture ecran 2015-11-13 à 08.50.10.jpgDepuis 2013, le domaine du château de Modave, surplombant le Hoyoux, est reconnu comme patrimoine exceptionnel de la Région wallonne. En effet, son architecture, son cadre et sa réserve naturelle, ne font que renforcer cette image prestigieuse auprès du grand public.
    Mais les Belges ne sont pas les seuls à s’intéresser aux lieux. En effet, il s’est avéré que sur 35.000 visiteurs par an, 10.000 d’entre eux seraient originaires du Japon.
    Si l’on peut qualifier cette visite de touristique, pour les couples les plus aisés, il en est tout autrement :  elle serait l’occasion de célébrer une seconde fois ses noces par un prêtre catholique dans la chapelle du Château. (Extraits de l'article de C.W dans la Meuse du 13/11)

    Voir également le reportage de RTC Télé Liège sur le même sujet

     

  • Tinlot (Scry), tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les croisières, sans jamais avoir osé le demander!

    Tinlot, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les croisières, sans jamais avoir osé le demander!
    C'est ainsi que l'on pourrait résumer ce challenge tout à fait insolite réalisé ce w-e à Tinlot, au Château de Saint-Vitu.

    croisières

    Le pari de Paul De Bruyn et de Fréderic Van Vlodorp (photo) était osé : démystifier le monde des croisières et sensibiliser les Wallons et les Bruxellois  à un secteur de loisirs complétement méconnu et ignoré chez nous.
    Un secteur pourtant très accessible en comparaison avec d'autres types de vacances ou de loisirs, mais à condition, bien évidemment, de pouvoir s'informer correctement et de trouver le bon interlocuteur.

    croisièresEt c'était bien l'objectif de ce salon, pas de quotas d'inscriptions à la clé, mais des contacts dans une ambiance décontractée avec des  professionnels présents pour initier les néophytes et répondre à leurs multiples questions.
    Il est vrai qu'entre des croisières de 150 personnes sur les canaux français et des paquebots avec 3000 vacanciers, les possibilités sont énormes. Malheureusement les offres sont en général absentes des catalogues de nos agences de voyage.
    "La réussite de ce type de vacances repose sur une information précise et fiable, tant le choix est vaste en matière de bateaux, d’itinéraires, de destinations, de saisons, de formules ...  " explique Paul De Bruyn.
    Le déroulement des deux journées a visiblement donné raison aux organisateurs.
    Du côté des exposants, la sélection des sociétés présentes à Scry représentait pas moins de la moitié des principales compagnies mondiales. Spécialisée dans les croisières maritimes et fluviales depuis 2003, l’équipe de l’entreprise hutoise Classix Cruises, organisatrice de l’événement, avait réussi, en effet, à sélectionner le top 20 des armateurs pour se développer potentiellement au départ de Huy.

    croisières

    Du côté du public, près de 200 visiteurs en provenance principalement du pays des Condruses, de Huy, un peu de Liège et de Hesbaye se sont déplacés à Scry. Parmi ceux-ci, des croisiéristes avertis mais aussi beaucoup de personnes qui n'ont jamais fait de croisières et étaient finalement très satisfaites d'avoir reçu des réponses à leurs questions grâce à la présence de spécialistes.

    Cerise sur le gâteau enfin, des visiteurs et des exposants séduits par un site particulier qu'ils découvraient pour la plupart. Même pour les Tinlotois, il s'agissait là d'une belle opportunité de découvrir un patrimoine local : le château de Saint-Vitu mis à disposition des organisateurs, pour l'occasion, par la famille Delloye.
    Bref, une première à Tinlot qui a aussi réjoui les organisateurs et un bel exemple de l'esprit "d'entreprise" ouvert sur le monde et sans complexe,  indispensable à l'avenir de notre région !

  • Surprenant! Le premier salon des croisières en Belgique francophone, à Tinlot, les 20 et 21 novembre

    Un salon des croisières unique à Tinlot

    Après Amsterdam et Anvers, le premier salon exclusivement consacré aux croisières en Belgique francophone aura lieu ces vendredi 20 et samedi 21 novembre 2015 au château de Saint Vitu à Tinlot, à proximité de Huy. Une douzaine d'armateurs seront présents pour rencontrer personnellement les visiteurs dans un cadre à la fois élégant et convivial.

    capture ecran 2015-11-12 à 17.23.09.jpg

    Le public aura ainsi l'opportunité exceptionnelle de s'entretenir avec des représentants des compagnies Norwegian Cruise Line, Oceania Cruises, Ponant, Croisieurope, Hapag Lloyd, Crystal Cruises, Seabourn, Holland America Line, Silversea, Sea Cloud, Star Clippers ou encore AIDA.
    Ce ne sont donc pas des agences de voyage mais des spécialistes des croisières qui rejoindront le château condruzien. L'équipe de Classix Cruises, organisatrice de l'événement, partagera également son expérience avec les visiteurs, croisiéristes avertis ou novices en quête d'informations pour un premier voyage.
    Classix Cruises est une entreprise basée à Huy et spécialisée exclusivement dans les croisières maritimes et fluviales depuis 2003. Leader du marché de la distribution des croisières en Wallonie, elle est également très développée à Bruxelles et en Flandre à travers un vaste réseau d'agences.
    « Notre équipe a beaucoup voyagé dans le monde entier » souligne Paul De Bruyn, administrateur délégué. « Elle a testé quelques centaines de croisières et de destinations ».
    Classix Cruises a donc une connaissance pointue du secteur des croisières et de ses acteurs. C'est ainsi qu'elle est parvenue à rassembler à Tinlot près de la moitié des armateurs actifs à l'échelle mondiale. Sur les 2.000 bateaux de croisières navigant sur les mers, Classix Cruises a sélectionné le top 20 des armateurs pour se développer au départ de Huy. L'entreprise propose des croisières sur des bateaux de toutes tailles, mais avec une spécialisation dans les petits et moyens gabarits.

    « En organisant ce salon, nous souhaitons offrir aux visiteurs la possibilité d'entrer en contact directement avec des professionnels dont la croisière est l'unique activité. La réussite de ce type de vacances repose sur une information précise et fiable, tant le choix est vaste en matière de bateaux, d'itinéraires, de destinations , de saisons, de formules, etc. »
    A Tinlot, les spécialistes des navires « fun » côtoieront les navires « classiques » et les bateaux particuliers (expédition, voiliers,...). Il y en aura pour tous les goûts et tous les budgets.

    capture ecran 2015-11-12 à 17.45.29.jpg

    Un salon des croisières à Tinlot ! Le titre est plutôt insolite et le communiqué de presse ci-dessus, publié jeudi après-midi en aura surpris plus d'un! Mais l'explication est simple: "nous avons cherché, en région liégeoise, un cadre à la fois élégant, convivial et bien situé ", explique Frédéric Van Vlodorp, organisateur, mais aussi un voisin de Modave !

    Informations pratiques : salon des croisières, les vendredi 20 novembre (12-18h) et samedi 21 novembre (10-17h) au château de Saint Vitu, rue de Saint Vitu à Tinlot (entre le rond point du croisement de la Nationale Huy-Hamoir / Nationale Nandrin-Dinant, et la route du Condroz). Entrée : 10 € sur place (réduction de 5 € si inscription sur www.classixcruises.be).
    Plus de renseignements au 085/270 520 et
    info@classix.be.

    Contact :
    Paul De Bruyn
     : 0479/94 03 20.
    Frédéric Van Vlodorp : 0478/66 26 30.