Communes voisines, arrondissement

  • Clavier: un drone pour superviser les travaux et les terrains

  • Ferrières: My :1er plus beau village de Huy-Waremme

    https://huy-waremme.lameuse.be/374910/article/2019-04-14/ferrieres-my-1er-plus-beau-village-de-huy-waremme

    capture ecran 2019-04-18 à 19.57.08.jpg

    Devenir plus beau village de Wallonie, cela ne s’improvise pas. Le village a été sélectionné par l’ASBL du même nom au terme de plusieurs visites de terrain et d’un travail d’analyse poussé. « L’ASBL a une charte de qualité. Les villages labellisés doivent respecter un certain nombre de critères urbanistiques, touristiques, associatifs ou encore paysagers. Le tout doit être cohérent et harmonieux. Par exemple, à My, on retrouve un habitat traditionnel (en pierre calcaire NDLR), un château-ferme, un paysage bucolique... », explique Mark Rossignol, coordinateur de l’ASBL en charge du processus de labellisation. My déroge tout de même à une règle : aucun de ses bâtiments n’est classé. « Il y a tout de même cinq bâtiments repris comme susceptibles d’être classés au patrimoine ! », rappelle Mark Rossignol.
    L’accès au village se fait par un chemin bordé de platanes. Au bout, le château-ferme, visible depuis la nationale. Le village se trouve réellement dans un écrin. Ce n’est qu’en descendant la route à gauche du château que l’on aperçoit enfin les maisons typiques du village de My. Au centre de l’entité, un arbre au tronc fendu, qui fait presque office de rond-point. A deux pas de là, se trouve une majestueuse église qui surplombe le village. Envie d’une soirée romantique ? Le Manoir d’Ange, un gîte de charme, vous accueille au sein du vieux château-ferme. En bref, My a tout ce qu’il faut pour attirer les touristes en quête d’authentisme.
    Lire la suite dans l'édition de la Meuse digitale

     

  • Vous pourriez bientôt déguster du vin "Made in Ouffet"

    capture ecran 2019-04-14 à 12.02.30.jpg

    Voir le reportage vidéo de RTC

    Bertrand Conchin est un viticulteur amateur passionné. Voilà déjà 4 ans qu'il apprend auprès des "Bulles de Huy". Aujourd'hui il a décidé de se lancer dans sa propre culture de vignes. Le passionné a investi plus de 4.000€ pour planter 1.000 plants de vignes à Ouffet. Il investira bientôt 2.000€ supplémentaires pour aménager la plantation. Pas question d'en faire une activité professionnelle tout de suite, c'est avant tout une passion... mais que le viticulteur espère faire perdurer pour "au moins 30 ans !" Bertrand Conchin espère tout de même tirer 1000 bouteilles d'ici 3 à 4 ans, dont des bulles et du rosé ! Une première pour Ouffet, le nom des futurs vins reste à trouver. Par contre, comme le signale ce passionné : "il faudra des goûteurs !".
    Si le pré dénombre déjà 1000 plants de vignes, d'autres aménagements suivront. Parmi ceux-ci un pré fleuri avec des légumineuses. Le choix de ces plantes n'est pas un hasard ! Le viticulteur espère trouver un apiculteur avec qui s'associer. L'objectif est de placer des ruches en bas du terrain, les abeilles étant bénéfiques à la pollinisation des vignes.

  • Une nouvelle crèche à l’Athénée d’Ouffet: il reste de la place

    capture ecran 2019-04-09 à 11.05.53.jpg

    Cette crèche était souhaitée par la directrice de l’Athénée. Il a fallu 2 ans pour qu’elle soit mise en place : « Il y a eu une collaboration avec les élèves de menuiserie de l’école, de maçonnerie de Verviers et de l’Institut Saint-François pour le logo », précise Sylvia Beaumont. L’équipe de l’ASBL est composée de 4 puéricultrices, une assistance sociale et d’une infirmière de base. La crèche profite des infrastructures de l’Athénée et des clôtures viendront prochainement sécuriser un peu plus les lieux. Mais, il y a une volonté de s’ouvrir au niveau communal et attirer des gens de partout dans la région.
    Différentes activités sont au programme pour les petits bouts, âgés jusqu’à 3 ans : « Nous travaillons les cinq sens, proposons des activités avec les maternelles comme une immersion. Par exemple, les petits ont participé au carnaval avec les classes de maternelles. Concernant les repas, nous mettons en place le circuit court et bio ». L’inauguration du « Nid douillet d’Ouffet » se déroulera le 3 mai prochain à partir de 17h30.
    (La Meuse digitale H-W)

  • Ferrières: une intercommunale pour la piscine Saint-Roch

    capture ecran 2019-03-29 à 19.08.44.jpg

    Avant sa fermeture il y a une grosse année, la piscine du Collège Saint-Roch à Ferrières était fréquentée par les élèves de différentes écoles du Condroz. Aujourd’hui, à l’heure du financement de sa rénovation, difficilement payable pour une école et même une petite commune seule, cinq entités, Ferrières, Hamoir, Ouffet, Anthisnes et Comblain-au-Pont, se profilent pour devenir membres d’une intercommunale gestionnaire. « Rien n’est encore officiel car les cinq conseils communaux doivent se prononcer sur le sujet en avril, il y a un accord de principe mais encore aucune décision », prévient Frédéric Léonard, bourgmestre de Ferrières.
    La formule de l’intercommunale est préférée à celle de la Régie communale autonome, au départ évoquée. « C’est plus logique car nous sommes cinq communes. On revient à l’essence de la création des intercommunales: organiser des services pour plusieurs communes, ce qu’une commune ne peut pas faire toute seule. C’est aussi plus simple d’un point de vue d’organisation », justifie-t-il.
    Aussi pour les clubs sportifs et associations
    Le plan financier prévoit un investissement de 50.000 euros par commune, et 200.000 euros de la part du Collège Saint-Roch lui-même. La piscine serait mise à disposition de l’intercommunale via un bail emphytéotique de 30 ans. Chaque commune et l’école deviendraient donc locataires du bassin. Elles devraient aussi payer le bain de ses élèves au prorata du nombre de ceux-ci (3 € par bain sont prévus), afin de couvrir les frais de fonctionnement et le prêt de l’intercommunale.

    Lire la suite dans la Meuse digitale

  • Modave. Conférence : Bien manger pour bien apprendre 1er avril à 20h

    Pierre Vanvlodrop nous revient cette fois avec un sujet bien d'actualité: l'alimentation de nos enfants. Il nous parlera avec beaucoup d'humour des dérives de l'alimentation industrielle,des différents groupe d'aliments et pour terminer un volet plus pratique sur "Que mettre dans les assiettes de nos enfants" pour qu'ils grandissent,apprennent en pleine santé.
    Nous vous y attendons nombreux et nombreuses.
    Cette conférence est gratuite.

    54268014_609588699467964_1652409794356576256_o.jpg

  • Clavier : le nouveau hall des sports en octobre 2021

    B9718962582Z.1_20190319215459_000+GB7D79Q86.1-0.jpg

    Projet central de la législature 2018-2024 : le hall omnisports transcommunal Ouffet-Clavier. Le plateau dédié au sport permettra de servir 8.000 habitants. Situé dans la rue sur Fosse, à Clavier, c’est cette dernière qui en bénéficiera majoritairement.
    Coût des travaux estimé à 5 millions d’euros. Ces travaux comprennent un hall omnisports, un vestiaire dédié au foot (pour le club la Clavinoise) et une salle des fêtes de 350m2.
    Une nouvelle étape du processus a récemment été franchie : la promesse de subsides. « Infrasports nous a promis un subside à hauteur de 600.000 euros en ce qui concerne les infrastructures sportives. Pour la salle des fêtes, le développement rural devrait nous accorder 1 million d’euros. Notre partenariat avec la commune d’Ouffet permet en réalité d’augmenter le montant de ces subsides. Pour l’instant, ce sont des promesses des ministres compétents mais cela signifie que, même après les élections de mai, ces montants sont assurés », explique Damien Wathelet, échevin des sports de Clavier. Lorsque le permis d’urbanisme sera déposé, ces promesses devraient se concrétiser. « Très prochainement », assure l’échevin.

    La commune de Clavier va financer le projet sur fonds propres à hauteur de 1,2 millions d’euros plus ou moins. "Pour diminuer davantage le coût, nous sommes en discussion avec la commune d’Ouffet pour créer une régie communale autonome".
    Lire la suite et l'article complet dans la Meuse H-W digitale

  • Une 3e médaille de la NASA pour l’astrophysicien de Hamoir !

    capture ecran 2019-02-28 à 18.57.46.jpg

    C’était l’objectif numéro un de la NASA sur Mars, et Arnaud Stiepen l’a atteint avec l’aide de son équipe. L’astrophysicien hamoirien a participé à une dizaine de découvertes sur la planète Mars. « C’est une médaille décernée pour avoir percé les mystères de la perte de l’atmosphère de cette planète avec une utilisation exceptionnelle de Maven », décrit-il.
    C’est la troisième médaille que l'agence gouvernementale américaine lui décerne. « Ils ont décidé l’été dernier de me sélectionner. Il a fallu ensuite le temps de me l’envoyer », explique-t-il. «Moi et mon équipe sommes extrêmement heureux d’avoir réussi à découvrir cette particularité de Mars. »
    Un symbole qui vient récompenser quatre années de travail. « C’est une étude essentielle pour comprendre les mécanismes dans l’atmosphère de Mars. On était très heureux d’atteindre ce but ambitieux. Recevoir la récompense officielle de la NASA, c’est la cerise sur le gâteau. Je ne m’y attendais pas du tout. »
    La médaille est incrustée dans un diplôme. « La NASA l’a décidé quelques mois à peine après la sortie de l’article scientifique sur notre découverte.
    À leurs yeux, il s’agissait d’un article capital sur cette planète. »

    capture ecran 2019-02-28 à 18.59.05.jpg

    Un livre de cuisine

    Fin janvier, Arnaud Stiepen publiait sur Amazon un livre mêlant cuisine et science. « Je n’ai eu que des retours positifs, ça fait vraiment plaisir. » Un succès qui le motive à en écrire un second. « J’ai de la matière pour le rédiger. Pour les photos, j’ai un ami photographe qui me permettra de faire quelque chose de très pro. » Il ajoute vouloir prendre le temps pour le faire. « Ce sont des recettes simples qui amènent de la science. J’aime l’idée que des gens l’ont lu pas seulement comme un bouquin de sciences. Beaucoup m’ont dit qu’ils avaient appris beaucoup de choses dans ce domaine. »
    Lire l'article complet dans la Meuse du 24/2

  • Clavier: les membres du Collège ont enfin défini leurs compétences. Elles seront exercées en duo

    capture ecran 2019-01-30 à 09.25.31.jpg

    À Clavier, l’attribution des compétences du Collège communal s’était fait un peu attendre. Elle est enfin établie. Et petite subtilité : durant la législature 2018-2024, les échevins partageront des compétences.
    Le bourgmestre, Philippe Dubois, impute ce choix à un allégement de la charge de travail : « À partir de maintenant, toutes les compétences sont prises en duo. Depuis la dernière législature, de nouvelles compétences sont venues s’ajouter. Cela devenait lourd à porter. Bénéficier d’un accompagnement permettra à chaque échevin de mieux gérer la charge de travail ».
    Les compétences ont été réparties en fonction des affinités de chacun. Cette répartition et ce fonctionnement permettront au Collège de conserver une certaine transversalité. « À Clavier, le Collège bénéficie d’une belle entente entre ses membres », précise Philippe Dubois. Et logiquement, les échevins liés retrouvent des similitudes dans leurs attributions : « Par exemple, Alain Huppe s’occupera de l’énergie avec Damien Wathelet qui, lui, a l’environnement et le développement durable. Cela fait sens ».
    >Le bourgmestre, Philippe Dubois, s’occupera de la gestion du personnel, l’économie et l’emploi, les manifestations et arrêtés de police, la police, les relations publiques et intercommunales, les finances, la zone de pompiers HEMECO et des associations patriotiques (avec Damien Wathelet). Il prendra aussi en charge l’état civil, la population et le patrimoine naturel non bâti (avec Emilie Pirnay). Et enfin, il se chargera des noces avec la présidente du CPAS, Frédérique Remacle.
    >Damien Wathelet, 1er échevin, reprend la gestion des déchets et des eaux usées, le PCDR, le site internet et la communication (avec Philippe Dubois), la mobilité et le PCM (avec Emilie Pirnay). Il partagera avec Alain Huppe : l’agriculture, le sport et les infrastructures sportives, l’environnement et le développement durable, les forêts et cours d’eau et le tourisme.
    >Emilie Pirnay, 2e échevine, reçoit l’enseignement, l’urbanisme (avec Philippe Dubois), la jeunesse (avec Damien Wathelet), la maison de village (avec Alain Huppe), les aînés, l’ATL, la culture et les bibliothèques (avec Frédérique Remacle).
    >Alain Huppe, le 3e échevin, se voit attribuer les travaux publics, le culte, les cimetières (avec Philippe Dubois), l’énergie (Damien Wathelet) et le patrimoine bâti (avec Emilie Pirnay).
    >Frédérique Remacle, enfin, la présidente du CPAS, se chargera aussi des logements et du plan d’ancrage – logement de transit (avec Alain Huppe), le PCS, la famille, la santé et la petite enfance.
    Article de EF dans la Meuse du 30 janvier

  • Une nouvelle réserve naturelle à Hamoir

    capture ecran 2018-12-01 à 16.50.01.jpg

    Le Gouvernement wallon a approuvé la création de 3 nouvelles Réserves Naturelles Agréées et l’extension de 3 Réserves Naturelles Agréées existantes. La Wallonie voit ainsi sa surface de réserves naturelles augmenter de 42,4572 ha.
    Les trois nouvelles réserves sont celles des Méandre de l'Ourthe du côté d e La Roche-en-Ardenne, des Prés de Wanne entre Marche et Nassogne et du Thier aux Poucets à Hamoir La réserve naturelle du Thier aux Pourcets, gérée par l’ASBL Natagora, fait partie intégrale du site Natura 2000« Vallée de l'Ourthe entre Comblain-au-Pont et Hamoir ».
    Pour rappel, les Réserves Naturelles sont des terrains destinés à la protection des espèces animales et végétales qui s'y trouvent. Elles sont gérées par des tiers, autres que la Wallonie (personnes privées, physiques ou morales, ou des pouvoirs publics).
    Lire la suite sur le site de RTC

  • Clavier. La "soupe des mamys" interdite à l'école par l'AFSCA

    capture ecran 2018-11-30 à 13.02.59.jpgVoir l'échange entre Philippe Dubois et l'AFSCA dans l'émission "On n'est pas des pigeons" ( RTBF Auvio 15e minute sur 46)

    Suite à un contrôle négatif de l’AFSCA, l’école communale de Clavier-Station a appris qu’elle ne pourrait plus servir de soupe faite maison à ses élèves.

    Ce mardi, Philippe Dubois, le bourgmestre de Clavier, a exprimé son mécontentement dans les médias belges, notamment dans l’émission de la RTBF « On n’est pas des pigeons ». Suite à cette intervention, la situation a évolué. « J’ai reçu deux appels de l’agence. L’AFSCA serait prête à discuter pour nous aider à maintenir à bien notre projet de potager collectif  », annonce Philippe Dubois. L’agence fédérale a prévu un nouveau contrôle à Clavier le 19 janvier 2019. Un contrôle payant qui met le bourgmestre en rogne. « J’ai déjà eu affaire aux agents de l’AFSCA dans ma carrière. Ils demandent 25 €/heure pour effectuer un contrôle. J’espère qu’on pourra se mettre autour de la table avec l’agence et en discuter », explique le bourgmestre de Clavier.

    capture ecran 2018-11-30 à 13.01.26.jpgEn attendant, la commune et l’échevine de l’enseignement, Emilie Pirnay, planchent sur une solution pour permettre à ce projet de sensibilisation de perdurer auprès des élèves de l’école. Depuis peu, la commune dispose d’une cuisine communautaire dans le cadre du Plan de Cohésion Sociale du Condroz. « On pourrait envisager de demander aux grands-mères de faire la soupe là-bas. Elle est récente et certainement aux normes. Nous disposons d’une cuisine, autant nous en servir  », propose le bourgmestre.
    Les Claviérois devraient prochainement être avertis du déroulement de l’affaire sur le site internet de la commune.
    (Lire l'article complet sur la Meuse digitale)

  • Atelier Saint-Nicolas, dimanche 2 déc. Athénée Royal d'Ouffet

    pub-d__finitive.jpgAvis aux gourmands !!
    Venez à l'Athénée Royal d'Ouffet ce 2 décembre 2018 en compagnie de vos petits.
    Divers ateliers leur sont proposés : atelier cupcakes, coloriages, grimages, ...
    Confections de gourmandises : spéculoos, massepains, bonshommes, chocolat, … sont au rendez-vous !
    Chocolat chaud, vin chaud, ...
    Le grand Saint-Nicolas sera également de la partie. Il recevra les enfants sages pour leur distribuer des bonbons Photo souvenir ...
    En collaboration avec les élèves de la section cuisine.
    Transmis par Françoise Salien

  • Baromètre de l'efficacité des communes en Wallonie

    capture ecran 2018-10-23 à 11.57.15.jpg
    Tabeau pour l’arrondissement de Huy-Waremme. LA Meuse H-W

    Itinera, cellule de réflexion, a récemment sorti une étude qui se veut être un baromètre de la gestion des villes et communes en Wallonie. Avec de multiples statistiques, principalement issues de l’IWEPS, leurs recherches permettent de mesurer l’efficacité de la gestion d’une commune selon différentes catégories. (Voir le site Itinera)
    Les 262 communes wallonnes dépensent chaque année 7 milliards d’euros, soit 4.500 euros par ménage en moyenne.  Que savons-nous sur les résultats ? Quelles communes performent le mieux compte tenu des moyens utilisés ? Quels sont les points forts et points faibles des différentes communes ? Nous allons dans ce rapport établir un baromètre de la gestion des communes en regardant les communes qui font mieux avec moins. Les cinq critères d’évaluation sont la situation financière, l’économie, l’enseignement, la qualité de vie et l’environnement.  La méthode de classement sur l’ensemble des critères est indépendante de l’importance accordée à chacun des critères. 

    capture ecran 2018-11-15 à 19.06.56.jpg

    Télécharger le dossier classement des communes en pdf
    Toutes les données fichier XLS

  • Le nouveau collège de Modave est constitué

    45593429_2439988406017461_1476892554191437824_o.jpg

    Par communiqué de presse, le groupe OSE de Modave, vainqueur des élections avec 8 sièges sur 15, a publié la répartition des différentes compétences au sein du collège:

    capture ecran 2018-11-11 à 14.18.22.jpg

    44023280_2399437320072570_2826411427948920832_n.jpg