Communes voisines, arrondissement

  • Nouveau départ pour «La Roseraie», à Modave, avec des chalets haut perchés

    Avec sa haute toque et son regard perçant, Vincent Trignon règne sur la Roseraie à Modave depuis 38 ans. Une adresse haut de gamme appréciée par les gastronomes.

    À 69 ans, il se devait cependant de penser à sa succession. C’est sa fille, Marie Trignon-Whymark qui prend le relais. Même si elle a grandi au milieu des casseroles de cuivre, elle n’était pas prédestinée à diriger l’établissement. Après des études de langues, elle s’est installée en Angleterre où elle a épousé un Anglais et a travaillé dans le secteur de l’événementiel.

    Voici trois ans, son père lui a proposé de lui passer le témoin. « Je lui ai dit, si je reviens, il faut que je sache cuisiner, se souvient Marie. J’ai suivi des cours de cuisine intensives et j’ai fait des stages dans des grandes maisons. Chez Ducasse à Londres notamment (3 étoiles au Michelin) et je me suis rendu compte que mon père cuisinait très bien…, même si chez Ducasse c’est plus rapide car ils ont eu une brigade » sourit-elle. Les débuts père-fille en cuisine ont parfois été tendus « il ne me laissait rien faire » se rappelle Marie et puis le duo s’est accordé. « Un peu avant la fin de l’année, elle m’a proposé ses suggestions. Je n’ai rien dit, mais je l’ai lui offert des fleurs. C’était parfait ! Je suis rassuré » glisse Vincent. Côté cuisine, la transition se fait dans la même lignée « Je veux la même qualité dans l’assiette » insiste Marie.

    Pour le reste, elle chamboule tout et offre un nouveau départ à « La Roseraie ». Depuis quelques semaines, les travaux de rénovation du restaurant sont lancés : « Au départ, nous comptions les entamer en juillet, mais nous avons décidé de profiter du confinement et de la fermeture obligatoire pour démarrer un peu plus tôt, même si ce n’était pas facile de mobiliser rapidement tous les corps de métier. » Le chantier se poursuivra en juillet et août. La cuisine va être agrandie côté jardin et sera en partie ouverte pour permettre l’accueil des clients. Les quatre chambres vont aussi être complètement rénovées. La rénovation du bâtiment doit s’achever à la fin de l’été. La rouverture est prévue pour le 5 septembre.

    En parallèle « La Roseraie » va agrandir son offre d’hébergement en implantant à la lisière du bois voisin quatre chalets hors norme. Ils seront perchés à une dizaine de mètres de haut et construits avec un bardage de verre. « Ce sera quelque chose d’inédit en Belgique. Une expérience cocoon au cœur de la nature » promet Maxime Faniel, l’un des architectes. Les quatre premiers chalets devraient être prêts pour la fin de l’année. À terme une dizaine de modules viendront compléter l’offre.
    ... lire la suite dans La Meuse H-W

  • La poste de Clavier-Station a été rachetée par la commune

    Capture d’écran 2020-06-15 à 16.09.44.png

    Le collège communal a dû prendre une série de décisions en pouvoirs spéciaux pour réagir dans l’urgence pendant le confinement. Elles ont dû être ratifiées par le conseil de mardi dernier, à l’instar de l’acquisition du bâtiment de Bpost à Clavier-Station.
    « La poste a annoncé sur son site la vente du bâtiment, » explique le bourgmestre. « Le guichet sera maintenu. En revanche, l’activité de tri qui a lieu à l’arrière du bâtiment va être déplacée à Tinlot et ils se séparent également de l’appartement à l’étage.

    Le collège a remis une enveloppe de 300.000€. » La commune ne sait pas encore ce qu’il adviendra du bâtiment, mis à part que l’appartement sera mis en location.
    L’opposition s’est montrée d’accord sur le fond, mais pas sur la forme. « On savait déjà en décembre que la commune était intéressée. L’accord de principe aurait pu être voté au conseil communal en février.
    Ce n’était pas une décision à prendre en droits spéciaux, le collège outrepasse ses droits !, » affirme Annie Luymoeyen. Pour le bourgmestre, cette décision relevait d’une stratégie commerciale visant à éviter qu’une meilleure offre que celle de la commune ne soit proposée à Bpost.

  • Incendie au château de Vervoz à Clavier: la compagne du baron est décédée

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, les pompiers de la zone Hemeco ont été appelés, vers 2h45, pour un incendie au château de Vervoz à Clavier. Une personne est décédée. Il s’agit de la compagne du baron de Tornaco, propriétaire du château. Victor de Tornaco a été pris en charge par les services de secours mais il est actuellement hors de danger.

    Le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois s’est rapidement rendu sur place. « Le baron âgé de 89 ans a pu s’extraire du château, il se trouvait au rez-de-chaussée. Il a entendu l’alarme incendie ». Le major Hervé Fanuel de la zone Hemeco est rapidement intervenu avec ses équipes. « Les policiers sont arrivés en premier sur place. La dame se trouvait au 1er étage à la fenêtre. Les policiers ont exhorté à la dame de se déporter vers la gauche du bâtiment. Et puis elle a malheureusement disparue. Quand nous sommes arrivés, nous avons déployé une équipe pour la localisation de la victime, et on l’a retrouvée décédée, intoxiquée par les fumées. Le baron dont le lit se situe au rez-de-chaussée avait pu sortir mais il a malgré tout inhalé des fumées. Il a essayé de prévenir sa compagne mais il ne savait plus monter », explique le major.
    La compagne du baron, originaire de Wavre n’a pas eu cette chance. Âgée d’environ 85 ans, elle dormait à l’étage, quand le feu s’est déclenché. « Le feu aurait pris dans un feu de bois. Il y a énormément de boiseries à l’intérieur. Le feu se propage rapidement », explique le bourgmestre. Les dégâts à l’intérieur de cette magnifique propriété sont importants mais ne sont pas spectaculaires.
    Très touché par ce drame, le bourgmestre apporte tout son soutien aux familles endeuillées. « J’ai grandi à proximité du château. J’étais sur place quand les proches sont arrivés pendant la nuit. C’est vraiment

    Le baron de Tornaco est arrivé dans le château, datant du 18ème siècle, au lendemain de la deuxième guerre mondiale. « C’est une famille bien connue dans la région. Le frère du baron habite également dans la commune. Le château n’est pas classé mais le hameau de Vervoz fait partie d’un patrimoine exceptionnel », ajoute Philippe Dubois.

     

    Zone HEMECO

    Le gros de l’intervention s’est terminé ce vendredi matin à 8h. Quelques sapeurs hamoiriens sont restés sur place pour éviter une éventuelle reprise du feu. Le bourgmestre tient d’ailleurs à féliciter les hommes du feu de la zone Hemeco, ceux de Huy et de Hamoir ainsi que les pompiers de Marche venus en renfort. « Les pompiers ont fait du très bon travail pour empêcher que le feu ne monte dans la toiture ». Philippe Dubois tient aussi à souligner le travail de l’assistant social de la police du Condroz ainsi que la police. « Il y a tout un accompagnement qui s’est organisé. Ils ont pris en charge les familles pour, malheureusement, leur annoncer la très mauvaise nouvelle ».
    À ce stade, la piste accidentelle est privilégiée. ...lire la suite dans l'édition en ligne de La Meuse H-W

  • La classe de forêt de l’école d’Ochain saccagée

  • Hamoir : sécurisation du Ravel, après une nouvelle chute de cycliste dans l'Ourthe

    La commune de Hamoir vient de réaliser quelques aménagements provisoires pour améliorer la sécurité sur une partie du tracé du Ravel qui traverse son territoire.

    Capture d’écran 2020-05-27 à 15.11.32.png

    La Région wallonne doit remettre une décision concernant l'aménagement d’un tronçon de 400 mètres, qui traverse une zone Natura 2000 entre Comblain-Fairon et Hamoir. 
    C'est un passage qui peut s'avérer difficile à certains endroits : le chemin de terre est parsemé de pierres et de racines, la voie est étroite, et quelques affaissements se sont produits, le long de l’Ourthe. Plusieurs cyclistes auraient déjà chuté dans la rivière.
    Le bourgmestre a estimé que la situation présentait un danger, d'autant que les aménagements terminés de part et d'autre amènent du monde à cet endroit ; il a décidé de faire quelques travaux, en attendant le feu vert de la région wallonne pour la réalisation des travaux définitifs.
    Là où des racines et de gros cailloux risquaient de provoquer des chutes, il a fait poser un revêtement pour aplanir le sentier.
    "C’est un aménagement provisoire, en attendant une décision définitive de la région wallonne " explique Patrick Lecerf, le bourgmestre de Hamoir.
    "La Région wallonne doit se prononcer sur les aménagements autorisés pour traverser cette zone Natura 2000, qui est est protégée pour la richesse de sa faune et de sa flore. Il y a aussi une expropriation nécessaire sur un petit bout de chemin, mais les procédures sont particulièrement longues", explique le bourgmestre.
    ...lire la suite et voir le reportage vidéo de RTC

  • Huy rouvre ses musées et le Fort à partir du 19 mai

    Fort et mémorial, chaussée Napoléon
    Horaire d’ouverture
    Mai – juin – septembre – octobre
    * En semaine : de 9 h 30 à 17 h.
    * Week-ends et jours fériés : de 10 h à 18 h.
    Juillet – août
    * Tous les jours de 10 h à 18 h.
    Réservez votre créneau horaire au plus tard la veille de votre visite : 085/21 53 34 – fort@huy.be

    Ecomusée, avenue de Beaufort, 65
    Ouvert en mai, juin, septembre et octobre les dimanches de 14 h à 17 h.
    En juillet et août : du mardi au dimanche de 14 h à 18 h.
    Réservez votre créneau horaire au plus tard la veille de votre visite : 085/21 13 78.
    La Meuse

  • Des dizaines de milliers de masques à destination des communes, bloqués à la douane ... à cause d'un autocollant

    Capture d’écran 2020-05-15 à 21.07.01.png

    Encore une histoire à propos des masques destinés aux communes cette fois, et qui fait réagir plusieurs Bourgmestres dont marc Tarabella (Anthisnes)
    "Le bon sens est de plus en plus souvent mis à mal et j'ai l'impression que c'est encore plus vrai en Belgique qu'ailleurs ! Je comprends mes collègues municipalistes de Beloeil et de Marche et en ai vraiment RAS LE BOL. Il y a urgence et on fait ch... pour un autocollant qui ne sert à rien".
    Marc Tarabella

    Des dizaines de milliers de masques à destination des communes, bloqués à la douane ... à cause d'un autocollant (RTBF)
    "C’est une histoire belgo-belge !" Le bourgmestre de Beloeil, Luc Vansaingèle, ne cache pas sa colère : 5000 masques destinés à sa population sont bloqués sur le tarmac de l’aéroport de Zaventem.

    La marchandise venant de Pologne est bloquée par le SPF Economie à cause d’un problème d’autocollant ! "C’est visiblement à cause d’une loi qui impose d’indiquer sur les emballages que ces masques ne sont pas à usage médical. Ce qui manque donc, c’est un sticker sur chaque emballage de 240 masques. Sticker qui sera directement jeté à la poubelle dès qu’il arrive à la commune puisqu’on sort les masques pour les mettre dans des enveloppes et les distribuer aux ménages."
    Lire la suite et voir l'article sur le site de la RTBF

  • Face à la crise, Hamoir diminue trois taxes communales

    Le samedi 2 mai, l’initiative "soutenonsnoscommerceslocaux" était lancée par la commune de Hamoir, dans le but d’offrir une publicité gratuite pour les acteurs de l’économie locale sur les réseaux sociaux et d’inciter la population à acheter dans les commerces de proximité.

    1. La taxe sur les débits boissons est annulée. Elle s’élève à 50€/an pour les débits qui font uniquement de la vente et 100 €/an pour ceux qui proposent une consommation sur place. « C’était notre seul moyen d’aider les quelques bistrots de la commune, même si leur manque à gagner dépasse tous nos efforts, » précise l’échevin des finances et du dynamisme économique, Michel Legros.

    2. La taxe applicable aux campings (il y en a 3 à Hamoir), châlets et caravanes établis sur le territoire est réduite de 25 % par rapport à l’an dernier. « On avait prévu une augmentation de 10% pour cette année, qu’on a décidé d’annuler, explique l’échevin. Techniquement, la taxe est donc réduite de 35 % par rapport à ce qui était prévu. »

    3. L’augmentation de la taxe de séjour est annulée. Elle devait passer de 12 à 50€. Elle restera finalement à 12 € par unité de capacité (personne). « Comme les campings, les gîtes voient leur saison amputée de 3 mois et leur avenir est incertain. Cette année, on avait prévu de multiplier par 4 cette taxe qui a longtemps été oubliée, mais on ne le fera pas. »

    La commune étant dans une situation financière déficitaire, elle n’a qu’une capacité d’aide limitée sur le plan des impôts. Elle a donc ciblé 3 acteurs économiques dont l’activité a été stoppée par le confinement.

    Un bon d’achat local
    Néanmoins, une réflexion de plus grande ampleur est en cours et sera dévoilée dans les 2 semaines à venir. « On réalise une cartographie des commerçants afin de savoir qui a besoin de quoi et de prendre des mesures adaptées, précise l’échevin des finances.
    Lire l'article complet de Pierre Targnion dans La Meuse H-W

  • Un tremblement de terre a été enregistré à Modave mardi dernier

    Pas de quoi s’inquiéter
    Selon notre spécialiste, il n’y a aucune raison de s’inquiéter d’une secousse plus dommageable...

    ... Pas le premier à Modave
    Depuis 1990, 6 activités sismiques de magnitude comprise entre 1,2 et 2.2 ont déjà été enregistrées dans la région de Modave : le 10 mai 1990, à Strée, (magnitude 2.2, profondeur de l’hypocentre : 8km) ; le 21 mars 2014, à Marchin (magnitude : 1.9 , à une profondeur de 18km) ; le 30 août 2014 à Terwagne (magnitude :1,4 à une profondeur de 10km) ; le 31 août 2014 à Terwagne toujours (magnitude : 1.3 ; à une profondeur de13km) ; le 17 mars 2019 à Ramelot (magnitude : 1.2 à 11km)

    Et enfin, pour compléter la liste, Modave ce 5 mai.
    Après celui de Sprimont le 3 janvier dernier et qui n’avait pas été ressenti non plus, ce tremblement de terre est le 2e enregistré en 2020 en Belgique.
    En 2019, 45 tremblements de terre naturels ont été mesurés en Belgique ; seuls trois d'entre eux ont été ressentis localement. La Meuse H-W

  • Une loco en bois fabriquée par un papa pour l’école d’Ochain

  • Terwagne. Un surprenant "petit train" pour la cour de récréation de l'école d'Ochain!

    IMG-20200421-WA0001.jpg

    C'est devenu un peu l'attraction du moment dans la rue de la Station à Terwagne, devant la maison de la famille Chantraine.
    Bruits de tronçonneuse, gros morceaux d'arbres découpés et taillés... tout au long de ces journées de confinement, les voisins ont petit à petit découvert l'esquisse d'une locomotive en bois. Depuis la semaine dernière, la sculpture de Jérôme Chantraine est terminée et bien visible pour tous ceux qui empruntent la rue de la Station.
    "En fait, explique l'auteur, il s'agit de ma participation à un appel à projet "Ose le vert" déposé par Stéphanie Gillet, institutrice à l'école fondamentale d'Ochain. Ce projet de la FWB, vise à agrémenter les cours de récréation. Comme mes enfants font partie de cette école, quoi de plus normal que d' y apporter ma contribution avec ce petit train en bois".

    Jérôme Chantraine n'a pas de compétence professionnelle dans ce domaine puisqu'il est Directeur adjoint du Collège Saint-Martin à Seraing depuis 8 ans. "Mais je suis avant tout un manuel", insiste-t-il. Bricoleur, passionné par le travail du bois, le bucheronnage, c'était un belle occasion de valoriser cette période de confinement! C'est en tous cas une superbe réussite qui fera bien des heureux.

    DSC_3594.jpeg

    Capture d’écran 2020-04-22 à 15.57.10.png

    Le petit train destiné à la cour de récréation de l'école de village d'Ochain

    Capture d’écran 2020-04-22 à 15.25.27.pngOse le vert, recrée ta cour
    Appel à projet des cours de récréation nature « bienvenue » et conviviales dans les écoles maternelles et primaires de Wallonie.

  • L’église St-Maximin d’Anthisnes pourrait devenir une salle

    Capture d’écran 2020-03-05 à 08.58.10.png

    L'ancienne église St-Maximin (Transmis par M. Ponthier)

    Capture d’écran 2020-03-01 à 16.16.07.png

    A ne pas confondre avec la nouvelle église St-Maximin. (église paroissiale actuelle)- Google

    Le 27 février, le directeur général de l’intercommunale ECETIA, Bernard Dumonceau, est venu faire une présentation d’une demi-heure avant le début du conseil communal d’Anthisnes. Pour rappel, la commune a décidé lors du dernier conseil de payer l’affiliation annuelle de 75€ à ECETIA, intercommunale spécialisée dans l’accompagnement des communes pour la réfection d’infrastructures collectives. Avec l’aide d’ECETIA, la commune entend restaurer l’église Saint-Maximin (entre Omalius et Saint-Laurent), un projet qui aurait été trop lourd à gérer financièrement et administrativement par la commune.
    Une future salle polyvalente ?
    D’un commun accord avec l’AWap (Agence Wallonne du Patrimoine), la commune a fermé la porte à la possibilité de transformer l’église en deux logements. « Budgétairement, ça coûterait une fortune, justifie Francis Hourant. On sait pourquoi on a fait appel à ECETIA. Une idée serait d’en faire une salle polyvalente avec des activités touristiques et culturelles. La tour deviendrait un point de vue. On pourrait par exemple y faire des mariages dans un cadre exceptionnel. Ça serait plus tenable financièrement. » Lire l'article complet dans La Meuse

  • Arnaud Stiepen, l’astrophysicien d’Ouffet va présenter une émission sur Vedia

  • Modave, l'entraide citoyenne, c'est l'affaire de tous ! Rendez-vous les 8 et 11 février

    84321362_2759518800802431_1447069130216701952_o.jpg