conseils pratiques

  • Cosultation européenne. Voulez-vous garder les pièces de 1 et 2 centimes ?

    Dans un premier temps, une partie de l’Europe a opté pour l’arrondi, ce qui a permis de limiter la circulation de ces petites pièces dans ces pays dont le nôtre. L’idée serait d’étendre le système à tous les États membres. D’autant que d’après les sondages, 65 % des Européens sont favorables à leur suppression.
    C’est pourquoi, la Commission européenne a décidé de lancer une vaste consultation. Ce sera aux citoyens européens de décider du sort de ces piécettes.
    Vous avez jusqu’au 11 janvier pour vous exprimer. Dans le questionnaire qu’on vous invite à remplir, on vous demande votre niveau d’utilisation de ces pièces : quotidien, hebdomadaire, mensuel,. On vous demande aussi ce que vous en faites et si notamment, vous les stockez. Enfin, on vous demande si vous acceptez ou pas qu’elles disparaissent.
    Sur base des résultats de cette consultation, la Commission décidera à la fin de 2021 si on instaure une règle de l’arrondi uniforme dans tous les pays d’Europe avec ou non l’abandon des 1 et 2 centimes.
    Sudinfo

    Comment donner votre avis?

    6La Capture d’écran 2020-10-21 à 10.13.38.png

    Cliquez ici

  • N’oubliez pas votre réduction de 40 € sur la facture d’eau ! (jusqu'au 31 octobre)

    Capture d’écran 2020-10-18 à 20.45.24.png
    https://www.swde.be/fr/formulaire-covid19

    En avril dernier, le gouvernement wallon avait décidé, en collaboration avec les sociétés de distribution d’eau, d’octroyer une réduction de 40 euros sur la facture d’eau de toutes personnes ayant eu recours au chômage économique partiel ou complet durant la crise Covid-19.
    Les demandes pouvaient être rentrées jusqu’au 31 octobre. Jusqu’à présent, au moins 75.060 indemnités ont été octroyées, selon la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE) qui regroupe les plus gros opérateurs. « D’ici fin octobre, nous estimons que l’on atteindra environ 100.000 demandes au total, en considérant la SPGE mais aussi tous les autres opérateurs non repris au sein de celle-ci », indique Nathalie Guilmin, porte-parole de la ministre de l’Environnement, Céline Tellier.

    150.000 WALLONS DISTRAITS ?

    Quand on sait qu’au plus fort de la crise, à savoir début avril, près d’un million de travailleurs belges ont été mis au chômage économique en raison du coronavirus, il semblerait que de nombreux Wallons n’aient pas encore saisi l’opportunité qui leur était offerte. Même si, rappelons-le, l’indemnisation est octroyée par compteur et ce quel que soit le nombre de personnes touchées par un chômage temporaire à l’adresse de fourniture. Il est donc normal de ne pas avoir autant de demandes que de chômeurs économiques. Mais pour les distraits –et il y en a!–, une petite piqûre de rappel ne fera pas de mal!

    Jusqu’à présent, le montant des indemnisations s’élève à 3.002.400 euros, selon les chiffres de la SPGE. La Wallonie avait prévu un budget de 10 millions d’euros pour cette mesure. Ce qui permettait l’octroi de 250.000 indemnisations. « Les 10 millions d’euros sont divisés en tranches de 2,5 millions », précise Nathalie Guilmin. « La deuxième est entamée. » En fonction des demandes qui arriveront encore jusqu’à la fin du mois, « le reste pourrait donc être récupéré pour d’autres mesures ». -

    SA.B.  La Meuse du 17 octobre

    https://www.swde.be/fr/formulaire-covid19

  • Tinlot Commune. Nouvelles dispositions pour l’accueil du public à partir de ce lundi 19 oct.

    https://static.blogs.sudinfo.be/media/150/1421987579-thumb.2.jpg
     
    En raison de l’aggravation de la pandémie, afin de vous préserver, de nouvelles dispositions pour l’accueil du public sont instaurées à partir du lundi 19 octobre 2020 :
    ✅ Service population : sur rendez - vous au 085/830.911
    ✅ Service urbanisme : sur rendez - vous au 085/830.912
    ✅ Sacs poubelles sur rendez-vous ou en livraison à domicile : voir le lien ci-dessous

  • Ramasser des pommes de terre dans les champs après la récolte (”glaner”), autorisé ou non?

    IMG_8298.jpeg

    L'arrachage des pommes de terre bat son plein dans nos campagnes comme ici à Abée.

    capture ecran 2016-10-22 à 09.40.48 - copie.jpg

    Dans les champs, les nombreuses pommes de terre qui ont échappé au ramassage sont encore visibles, étalées sur la terre alors que les machines sont parties ailleurs. Un agriculteur de Tinlot explique que c'est normal: "celles qui sont trop petites passent au travers des filtres et de toute manière il faut les laisser en surface, elles vont se décomposer alors que sous terre, elles vont germer et repousser au printemps.
    A-t-on le droit dès lors de les ramasser? Et dans ce cas faut-il l'autorisation du propriétaire?

    capture ecran 2014-10-21 à 22.03.02.jpg
    Des glaneuses
    de Jean-François Millet.

    D'après Wikipédia, le glanage est un droit d'usage sur la production agricole, existant notamment en France, sous différentes formes depuis le Moyen Âge. Il subsiste encore au XXIe siècle.
    Après la moisson, le ramassage de la paille et des grains tombés au sol est autorisé.
    On distingue le glanage, qui concerne ce qui reste à même le sol, du grappillage qui concerne ce qui reste sur les arbres ou les ceps après la cueillette. On glane donc des pommes de terre, des céréales, on grappille les raisins, les pommes, les fruits en général.
    On distingue le glanage légal du glanage illicite, appelé le maraudage, qui est le délit de dérober des fruits, récoltes, légumes quand ils ne sont pas encore détachés du sol.

    Région Wallone, Code Rural (cliquez ici)

    CHAPITRE II. - Des cultures, des récoltes et des abeilles
    Art. 11.
    Le glanage et le râtelage, dans les lieux où l'usage en est reçu, ne peuvent être pratiqués que par les vieillards, les infirmes, les femmes et les enfants âgés de moins de douze ans et seulement sur le territoire de leur commune, dans les champs non clos, entièrement dépouillés et vidés de leurs récoltes, et à partir du lever jusqu'au coucher du soleil

    Le glanage ne peut se faire qu'à la main; le râtelage avec l'emploi du râteau à dents de fer est interdit.
    Sous réserve d'autres dispositions prises en Wallonie, voilà qui est clair et précis!
    Bonne récolte!

    capture ecran 2016-10-22 à 09.42.06 - copie.jpgPhotos AL. Abée

  • Tinlot. Ouverture de l'administration communale : rappel à la population

    121073684_183187769939509_1457990060017078951_n.png

    Ouverture de l'administration communale : rappel à la population
    ✅ Service population : lundi, mardi, jeudi de 9h à 12h / mercredi de 14h à 16h / vendredi de 15h à 18h.
    ✅ Service urbanisme : lundi de 9h à 12h / vendredi de 15h à 18h.
    Il n'est pas nécessaire de prendre rendez - vous.
    Nous appelons à votre bon sens : si une personne est déjà présente lors de votre arrivée, nous vous invitons, dans la mesure du possible, à patienter à l'extérieur.
    Le port du masque est obligatoire.
    Merci pour votre collaboration.
  • GAL Condroz-Famenne, soutien aux indépendants. Enquête pour aider l’économie locale

    Vous êtes commerçant, artisan, producteur, indépendant... ? N’hésitez pas à répondre à l’enquête des GAL pour faire connaître vos besoins. 

    Capture d’écran 2020-10-04 à 12.36.48.png

    Les GAL (Groupe d’Action Locale) Pays des Condruses et Condroz- Famenne couvrent un territoire composé des communes d’Anthisnes, Ouffet, Clavier, Tinlot, Nandrin, Marchin, Modave, Havelange, Hamois, Ciney et Somme-Leuze. Ensemble, ils viennent de lancer une enquête sur les difficultés et les besoins des indépendants, artisans et commerçants du Condroz. Sur base des informations récoltées, les GAL veulent développer des actions de soutien aux acteurs de l’économie locale.

    Cette enquête intervient deux ans après la création de la plateforme "moncondroz.be", destinée à renforcer la visibilité des commerces locaux sur le Web. Elle tombe à un moment crucial du calendrier des GAL, puisqu’ils arrivent à la fin du programme 2014-2020 et il va être temps de rentrer les fiches projet pour le programme suivant.

    « On a envie d’avoir un contact avec les indépendants pour comprendre comment ils ont géré la crise et comment ils voient leur futur », explique Kathleen Vanhandenhoven, en charge de l’économie au Gal Pays des Condruses. « On veut savoir comment on peut les aider en mettant en place des actions comme les formations, le réseautage ou les campagnes de communication. On est ouvert à toute autre idée à laquelle personne n’aurait pensé avant ».
    Cette enquête est aussi l’occasion de faire le point sur la plateforme "moncondroz", de voir ce que les commerçants en pensent et éventuellement recenser les non-inscrits.
    « On pensait peut-être développer des nouvelles fonctionnalités sur le site, comme l’e-commerce ou les offres d’emplois », détaille Kathleen Vanhandenhoven.
    « Le commerce en ligne s’est fort développé pendant la crise, beaucoup d’indépendants ont bricolé des solutions rapides sur Facebook. On se demande si ça serait pertinent de développer un module d’e-commerce où chacun resterait gestionnaire de son commerce en ligne ».
    P.TAR. La Meuse H-W

    Pour accèder à l'enquête

    Capture d’écran 2020-10-04 à 12.42.51.png

     

  • Ce qui a changé au 1er octobre 2020

    Une série de nouveautés et de changements ont pris effet au 1er octobre. En matière de règles sanitaires, mais pas seulement. Voici le résumé des principaux changements.

    Capture d’écran 2020-10-02 à 19.02.48.png

     

    Masque en extérieur
    À l’issue du Conseil national de sécurité (CNS) de mercredi dernier, plusieurs mesures prises dans le cadre du plan de lutte contre la pandémie de coronavirus ont été adaptées. Dès aujourd’hui, le port du masque n’est plus obligatoire à l’extérieur, sauf dans des lieux très fréquentés et dans les endroits où la distance de sécurité de 1,5 mètre ne peut être garantie. Le masque restera cependant obligatoire dans les transports publics, dans les magasins et dans les cinémas. Et les autorités bruxellois ont décidé de leur côté que chaque citoyen devra toujours être en possession de son masque.

    La quarantaine a été revue
    Un nouveau système de quarantaine est aussi mis en place puisque la période d’isolement est réduite de 14 à 7 jours. « Si vous avez des symptômes du Covid-19, contactez votre médecin, qui vous mettra immédiatement en isolement pendant une semaine. Si vous êtes testé positif, la quarantaine d’une semaine reste de mise. Si le test est négatif, vous pouvez immédiatement suspendre la quarantaine, si votre santé le permet », avait expliqué à ce sujet la Première ministre Sophie Wilmès (MR).


    Les événements
    Autre adaptation : le nombre d’invités lors d’événements organisés de manière professionnelle ne sera plus restreint. Pour les événements organisés à titre privé sans encadrement professionnel, la limite reste par contre fixée à 10 personnes. En outre, les soirées dansantes ne seront pas encore autorisées.

    En Wallonie, les agents régionaux confrontés à la nécessité de garder leur enfant de moins de 15 ans à domicile seront autorisés à prendre un congé sans solde.

    Le tarif prosumer entre en vigueur
    Le tarif prosumer entre en vigueur ce 1er octobre, mettant un terme – provisoire ? – aux multiples rebondissements qui auront émaillé le lancement de cette redevance que la CWApE, le régulateur du secteur énergétique en Wallonie, entend imposer aux détenteurs de panneaux photovoltaïques pour leur utilisation du réseau énergétique.

    Après de longues tractations, le gouvernement wallon avait adopté, le 9 juillet dernier, une série de mesures de soutien aux détenteurs d’installations photovoltaïques de petites tailles mais aussi de l’ensemble des consommateurs, dans le cadre de l’entrée en vigueur de ce tarif prosumer, initialement prévu en janvier dernier puis finalement gelé jusqu’au 1er octobre. Budget de l’opération : 242 millions d’euros.
    Cet accord devait mettre un terme aux discussions tendues entre partenaires de la majorité, le MR étant fermement opposé à ce tarif imposé aux détenteurs de panneaux photovoltaïques pour couvrir leur utilisation du réseau énergétique.
    Lire aussi Le tarif prosumer entre finalement en vigueur ce 1er octobre: ce qui change concrètement pour les détenteurs de panneaux photovoltaïques

    Nouveau baromètre pour les médécins généralistes belges
    Un nouveau baromètre relatif au Covid-19 est lancé ce 1er octobre auprès de tous les médecins généralistes belges. Un projet en collaboration avec l’Institut de santé publique Sciensano, l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami) et avec les associations de médecins généralistes Domus Medica et la Société scientifique de médecine générale (SSMG).

    Les consultations des généralistes concernant des problèmes respiratoires, dont le Covid-19, seront répertoriées sur la base du dossier médical électronique, qui générera automatiquement le nombre de patients souffrant de troubles respiratoires. Le médecin devra ensuite envoyer ce résultat à Sciensano deux à quatre fois par semaine.
    Le baromètre offrira ainsi la possibilité au secteur des soins de santé de suivre l’évolution de la situation des soins de première ligne. Ceux-ci disposeront donc, grâce à cette cartographie des données, des informations relatives à la propagation du coronavirus à l’avance puisque l’augmentation du nombre de consultations en raison de problèmes respiratoires chez les médecins généralistes se traduit généralement par une augmentation des admissions à l’hôpital deux semaines plus tard. L’institut a, par ailleurs, précisé que les généralistes participants au baromètre pourront compter sur une compensation financière pour cette collaboration.

    Le réseau Express du TEC
    Le TEC lance ce 1er octobre son nouveau réseau structurant composé de 17 lignes Express. Ces lignes doivent permettre de relier rapidement les villes entre elles. Le TEC entend de cette manière « simplifier et amplifier son offre de transport pour encourager les citoyens à faire le choix d’une mobilité plus durable ».

    Lire aussi Nouveauté pour le TEC: le réseau Express sera lancé le 1er octobre
    En matière de tarification, c’est le tarif Horizon+ qui sera appliqué à toutes ces lignes.

    La voie de secours débarque sur nos autoroutes
    Dès ce 1er octobre, les automobilistes devront former, en cas d’embouteillage, une voie de secours d’urgence par sens de circulation et ce, sur toutes les routes à deux bandes ou plus.

    Voir la vidéo
    Nouveauté : les voies de secours obligatoires dans les bouchons

    Capture d’écran 2020-10-02 à 18.58.10.png

    Concrètement, les véhicules sur la voie de gauche devront se rabattre le plus à gauche possible en cas d’embouteillage, tandis que les véhicules sur les voies restantes devront serrer aussi à droite que possible. Ce couloir devra impérativement rester libre.
    Lire aussi Le couloir de secours débarque sur nos autoroutes mais les Belges n’y comprennent toujours rien: voici tout ce qu’il faut savoir pour éviter l’amende

    Un droit de plainte introduit pour les détenus
    Le droit de plainte des détenus entre en vigueur ce 1er octobre. Il leur permet de déposer formellement une réclamation contre les décisions individuelles du directeur de la prison, de faire opposition à certaines décisions de placement ou de transfèrement et d’introduire un recours contre un régime de sécurité individuel particulier décidé par le directeur général.
    Il peut s’agir par exemple d’une plainte contre la décision de ne pas remettre un courrier à une personne détenue, le refus d’une visite ou d’un contact téléphonique, une fouille au corps ou encore une sanction disciplinaire.
    Le détenu peut introduire sa plainte auprès de la commission des plaintes de la commission de surveillance de la prison où il réside. La décision de cette commission peut elle aussi faire l’objet d’un recours, par le détenu ou le directeur de la prison.
    L’absence ou le refus de prendre une décision pourra également faire l’objet d’un recours.
    « Plus que jamais dans l’histoire du système pénitentiaire belge, les citoyens détenus seront reconnus comme détenteurs de droits », indique l’administration pénitentiaire.
    Lire l'article complet dans la Meuse

  • Strée. Le nouveau distributeur de billets est entré en service

    DSC_3692.jpeg

    Depuis le vendredi 25 septembre, le nouveau distributeur de billets Bpost a été mis en service à Strée.
    Il se situe rue Bois Rosine, en face de l'hôtel de police. 

    Capture d’écran 2020-09-28 à 17.53.07.png

    Premier retrait au distributeur (J. Defays)

  • Modave : le distributeur de billets bientôt opérationnel

    Cela fait plus de trois ans que les Modaviennes et les Modaviens doivent faire des kilomètres pour retirer quelques billets. En effet, la dernière agence de la commune a fermé ses portes en 2017. « Fin 2017, on a alors fait une demande à bpost pour installer un distributeur de billets. Mais le dossier a traîné », soupire Éric Thomas, bourgmestre de Modave.
    Après tant d’années, le distributeur est finalement arrivé (il est installé en face de l’hôtel de police de Strée)… mais il n’est toujours pas opérationnel.
    « Tout est terminé, mais il manque le raccordement. On dépend du bon-vouloir de Résa », explique le bourgmestre, qui espère que le service sera opérationnel en septembre.
    Ro.Ma. La Meuse H-W

  • Tinlot. Rappel pour l'organisation de tout évènement ou de manifestation

    Capture d’écran 2020-09-02 à 20.40.20.png

     
    Évènements et manifestations, ces organisations doivent toujours faire l’objet d’une demande d’autorisation auprès du Bourgmestre !
    Cette information est destinée aux comités, aux associations, aux entreprises privées et à toute personne qui envisage un rassemblement sur la voie publique. Avant d’introduire la demande d’autorisation, l’organisateur complète les données demandées dans l’outil Covid Event Risk Model (CERM) mis en ligne (www.covideventriskmodel.be) et joint le certificat à son dossier de demande auprès de l’administration communale.
    Réceptions et banquets :
    Les réceptions et banquets à caractère privé peuvent avoir lieu pour les personnes vivant sous le même toit avec maximum 5 personnes supplémentaires pour un total maximum de 10 personnes. Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas comptabilisés dans les 5 personnes (application de la règle de la bulle sociale).
    La réception qui suit une cérémonie de funérailles est étendue à 50 personnes avec règles de sécurité comme l’horeca. Pour les autres cérémonies, cela sera envisagé lors du prochain CSN.
    Source: Commune de Tinlot
  • Résumé de ce qui change en Belgique le 1er septembre

    Capture d’écran 2020-08-31 à 16.20.49.png
    Limitation à 100 kms/h sur le ring de Bruxelles

    Chèques-repas
    Cette date du 1er septembre voit la mise en application de la règle rendant utilisable les chèques-repas uniquement pour les biens alimentaires.
    Ecole obligatoire dès 5 ans
    L’école devient obligatoire dès 5 ans en fédération Wallonie-Bruxelles. À partir de cette date, tous les enfants âgés de cinq ans auront obligation d’être inscrits en 3e maternelle. La fédération Wallonie-Bruxelles adopte cette mesure après la Flandre, en conformité avec une proposition de loi adoptée l’année dernière. Actuellement, déjà 97 % des enfants de 5 ans sont inscrits à l’école.
    Statut officiel pour les aidants proches
    Ceux-ci pourront obtenir un statut officiel via leur caisse d’assurance maladie. De plus, un nouveau congé thématique leur sera accessible à cette date. Les aidants proches sont des parents, enfants, conjoints ou proches qui se dévouent pour une personne malade ou handicapée en situation de grande dépendance. Plus de 600.000 personnes seraient dans ce cas de figure en Belgique.
    Mobilité
    A partir du 1er septembre, débute la modernisation des panneaux de signalisation routière en Wallonie. Ainsi le panneau annonçant les échangeurs, actuellement en orange sur fond vert, deviendra noir sur fond blanc. Les marquages au sol sont quant à eux appelés à se multiplier, notamment dans les zones de rencontres entre piétons et automobilistes.
    Sur le Ring de Bruxelles la vitesse y sera réduite de 120 à 100 km/h.(Voir l’article précédent sur ce blog)
    A Bruxelles, les mesures prises dans la zone du Pentagone et visant à faciliter le déconfinement et éviter des contacts trop rapprochés entre les utilisateurs « faibles », c’est-à-dire les piétons et les cyclistes, vont là aussi évoluer. Sur les grands axes du Pentagone, la vitesse sera maintenant augmentée à 30 km/h, contre 20 jusqu’à maintenant. Cette régulation concerne notamment les axes pénétrants vers le centre, ainsi que les voies empruntées par les trams et bus.
    D’après le Soir (Voir l'article complet)

  • Condroz. Profitez de l'opération Renov'Energie

    Suite au succès rencontré sur la saison 2018-2019, l'opération Renov'Energie est reconduite en 2019-2020. Vous aussi, profitez-en !

    Capture d’écran 2020-08-27 à 11.51.51.png

    L’opération RENOV’ENERGIE permet un accompagnement personnalisé  et gratuit des citoyens, commerces et entreprises dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments (isolation, chauffage, solaire, éclairage) en vue de réaliser des économies d’énergie, d’augmenter le confort, la valeur du bâti et la protection de l’environnement.  Le tout de manière rentable, et en participant à l’économie locale!
    Vous aussi, vous pouvez vous faire accompagner !

    OBJET
    L’opération RENOV’ENERGIE permet un accompagnement personnalisé  et gratuit des citoyens, commerces et entreprises dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments (isolation, chauffage, solaire, éclairage) en vue de réaliser des économies d’énergie, d’augmenter le confort, la valeur du bâti et la protection de l’environnement.  Le tout de manière rentable, et en participant à l’économie locale!

    La Coopérative CORENOVE est partenaire du GAL dans ce projet.

    Capture d’écran 2020-08-27 à 11.54.38.png
    A découvrir sur le site du GAL
    https://www.galcondruses.be/realisations/renovenergie/

     

  • Tinlot. Formulaire en ligne pour toute demande d'autorisation et d'arrêté de police (fermeture partielle de voirie)

    Capture d’écran 2020-08-25 à 10.08.59.png

    Organisation d'un bal, d'une brocante, d'un rallye, ...
    Pour toutes demandes de manifestations (bal, brocante, rallye, ...), veuillez utiliser exclusivement les formulaires suivants.

    Les demandes doivent être rentrées au moins 30 jours avant l'entrée en vigueur des mesures.

    A joindre à la demande de bal :

    • Coordonnées complètes du responsable/organisateur + numéro de GSM
    • Coordonnées complètes du responsable sur place + numéro de GSM
    • La copie du contrat d'assurance
    • Coordonnées complètes des 2 personnes du service de sécurité numéro GSM + copie du Contrat.
    • Coordonnées complètes du responsable de la sono + numéro de GSM
    • Modèle d'affiche

    Capture d’écran 2020-08-25 à 10.12.22.png

    Travaux et évènement nécessitant la fermeture partielle de la chaussée :
    Ce document doit parvenir à l'administration communale 15 jours avant la date prévue.
    Demande d'arrêté de police : Formulaire de demande d'arrêté de police

    Source et ifo complémentaires: site communal Tinlot.be

  • Un pressoir mobile va sillonner le Condroz pour transformer vos fruits en jus

    Les habitants de Marchin, Clavier, Modave, Ouffet et Burdinne verront bientôt une étrange remorque débarquer dans leur commune. Il s’agit du pressoir mobile de l’ASBL PPresse, initiative lancée en 2018 à Vyle-Tharoul par une équipe de passionnés qui veulent encourager la transition alimentaire et la consommation locale en vous aidant à valoriser vos fruits.

    Que vous soyez un particulier, une ASBL ou un professionnel, PPresse vous propose un lieu de rencontre où transformer vos fruits en jus artisanaux. Pommes, poires, raisins, coings…

    Tous les fruits de la région sont les bienvenus. La seule condition ? Amener un minimum de 100kg, ce qui donnera entre 50 et 70L de jus. « Si vous avez 3 ou 4 pommiers dans votre jardin, ça peut déjà donner une production de 100kg  », assure Pierre Laconte, propriétaire du pressoir mobile. « Il faut entre 4 et 6 pommes pour faire un kilo. Cette année, les pommiers sont bien chargés. ».

    C’est la troisième année consécutive que le pressoir mobile réalise sa tournée automnale. En 2018, près de 30.000 litres de jus ont été produits pour 160 clients. « L’année passée a été mauvaise pour les fruits et on a dû annuler des dates, mais 2020 sera une très bonne année et on espère produire au moins autant qu’en 2018 », explique Pierre Laconte.

    1,25 euro par bouteille d’un litre
    D’autre part, le projet est passé sous le statut d’ASBL en 2019 afin de développer les activités pédagogiques autour du pressoir. « Le but est d’informer les gens lorsqu’ils viennent utiliser le pressoir, mais aussi de faire des animations dans les écoles. On peut aller où on veut : cours de récréation, vergers, places de village… ».

    Si vous amenez vous même les conditionnements, il faut compter 1,10€ par bouteille d’un litre (1,25€ avec le conditionnement) et 5,5€ pour le « bag-in-box » de 5L (6,25€ avec le conditionnement). Les paiements se font en liquide, à moins que vous ne fassiez presser une grande quantité.
    « Le calendrier est sur le site avec une plateforme de réservation.
    Vous sélectionnez le lieu et la quantité et vous choisissez un créneau horaire. On a en moyenne entre 20 et 30 personnes par jour et on tourne à 400 kg/h, » décrit Pierre Laconte.
    Si vous venez avec 100 kg de pomme, par exemple, l’entièreté du processus (tri, lavage, pressage, pasteurisation et mise en bouteille) dure environ 30 minutes.
    Réservation : www.ppresse.be

    Article de P.T dans La Meuse H-W