Divers

  • Equitation. Les Claviérois fiers de Grégory Wathelet qui a offert à la Belgique une médaille d’or

    Grégory Wathelet (Clavier) a offert à la Belgique une médaille d’or et un ticket pour les JO.
    La Belgique a décroché son ticket pour les Jeux Olympiques de Tokyo grâce au sang-froid de Grégory Wathelet. Le Claviérois a marqué des points en vue de la future sélection.

  • Si vous aimez les chiens: journée familliale Canicross ! Dimanche 1er sept.

    68569927_10219908911133099_2290223832360812544_o.jpg

    La voici, tant attendue! Notre 2ème journée initiation et vente privée Canisportshop!
    Journée "Des Sports Canins Attelés, Initiation Au Canicross". Le 1er septembre 2019

    Article précédent sur ce blog: Une Claviéroise court avec son chien dans les montagnes

  • Un jeune Scrytois, Guillaume Wilmotte, se distingue aux championnats de Belgique de VTT Cross-Country

    capture ecran 2019-08-15 à 11.15.35.jpg

    Une belle performance du jeune Scrytois aux championnats de Belgique à Houffalize

    A 16 ans, Guillaume Wilmotte (Scry), pratique depuis deux ans le VTT Cross Country au plus au niveau en Belgique mais aussi en France, en Allemagne et aux Pays Bas. Cette discipline se pratique en circuits variés et accidentés durant une heure environ.
    Il fait partie du Team 123 MTB club Waremme qui rassemble de nombreux coureurs provenant de toute la Wallonie.
    Actuellement en catégorie « deuxième année cadet », ses résultats n’ont cessé de s’améliorer avec, pour clôturer la saison 2019, les championnats de Belgique à Houffalize, le week-end du 21 juillet. Guillaume y a terminé termine 12ème au général et 5ème Wallon sur plus de 60 partants.
    Une magnifique performance à épingler, avec des perspectives prometteuses pour les prochaines compétitions. Il faudra malheureusement attendre l’ouverture de la prochaine saison en mars 2020 pour le revoir sur les circuits!
    Bravo à lui et d’ici là nous lui souhaitons beaucoup de réussite dans son travail de préparation !

    capture ecran 2019-08-15 à 11.17.09.jpg

    Le VTT Cross-Country, une discipline à découvrir.
    Guillaume Wilmotte, encouragé par sa famille,
    aux championnats de Belgique à Houffalize sur un circuit de 4kms.

  • Badminton (Villers-Le -Temple). Les nouveaux horaires à partir du 2 sept.

    Voici  les nouveaux horaires du BADMINTON à partir du 2 septembre 2019

    capture ecran 2019-08-15 à 13.09.56.jpg

     

  • Vous voulez créer un club de kicker dans votre village ?

    capture ecran 2019-07-09 à 19.32.46.jpg
    Voir le reportage de RTC

    L'ULK, l'Union Liégeoise de Kicker, veut relancer la discipline dans la région.
    On le sait peu : la région liégeoise compte quelques-uns des plus grands champions du monde de kickers. En Wallonie, ce sport est tombé en désuétude après avoir connu un âge d’or dans les années ’70/ '80, alors qu’en Flandre, la discipline connait toujours beaucoup de succès. Un groupe de passionnés est occupé à relancer le kicker dans la région…
    Le "PDTG Kicker Club de Waremme" a été créé en 2013 par Olivier Knapen et a ses quartiers au Bowling de Waremme.
    PDTG, pour « Patate Dans Ton Goal » ! C’est le plus gros club de la province avec une 60aine de joueurs affiliés.
    L’ambition d’Olivier Knapen est de relancer le kicker dans la région, en commençant par la province de Liège. Il cherche des amateurs de kickers pour créer des clubs à travers la province de Liège.
    Dans cette discipline, les Liégeois comptent dans leur rangs quelques-uns des plus grands champions de la discipline, comme Frédéric Collignon, qui compte plus de 60 titres mondiaux. D’ici quelques années, Olivier Knapen espère voir la pratique du kicker progresser et regagner les provinces wallonnes, une condition nécessaire pour organiser, avec les différentes fédérations provinciales du pays, une grande structure fédérale qui puisse être reconnue au niveau mondial.
    RTC Liège

  • Escalade. 56 voies d’escalade désormais accessibles à Flône

     

  • Rejoignez le nouveau groupe de marcheurs à Scry chaque jeudi en journée

    capture ecran 2019-02-05 à 19.42.57.jpg

    Depuis le mois de novembre, un groupe de marcheurs d'une dizaine de personnes s'est constitué à Scry, le jeudi à 13h30 pour une balade d'environ 5 kms. Comment cette initiative a-t-elle démarré ?  Qui y participe ? Quels sont les parcours proposés ?

    Myriam Deflandre-Pesesse, une des marcheuses au départ du projet explique cette démarche ouverte à tous:
    "Le 11 novembre 2018, après le repas partagé pour la Saint Martin au Prieuré de Scry, nous bavardions entre Scrytoises : Paula, Dina, Marie-Paule, Claudette … et moi sur la nécessité de bouger pour garder la forme et la santé. Marcher, c’est vraiment le pied ! Il existe les marches ADEPS, des groupes de marche, oui mais parfois loin et … beaucoup de grands-parents assurent le retour de l’école de leurs petits-enfants… Marcher seul, ce n’est pas gai, à plusieurs, on se stimule… Et si nous fixions un endroit, un jour, une heure ici à Scry ?

    capture ecran 2019-02-05 à 19.42.49.jpg

    « Ce jeudi, rendez-vous devant l’église de Scry à 13 h30 pour une balade de +/- 5 km ! »
    Le bouche à oreille a bien fonctionné pour notre publicité lors de nos activités et de nos rencontres : Gymsana, Tricot, Comité des Aînés, chorale…, ensemble, on se motive ! Des échanges de mail ou de SMS ont aussi aidé puis le groupe « Marcheurs Scry » a été créé sur Messenger.
    Voilà comment le groupe est né et depuis le 15 novembre 2018, chaque jeudi, on se retrouve à 9, à 4, à 12 pour une bonne balade bénéfique de Scry à Scry.
    Le rythme de la marche est adapté suivant les possibilités des participants. Les marcheurs viennent de Scry, de Seny, d’Abée, de Villers, de Nandrin, de Neupré…. La plupart sont pensionnés mais d’autres nous rejoignent leurs jours de congés…. Chacun et chacune sont les bienvenus.
    De plus, nous avons la chance d’avoir souvent avec nous un bon guide, le Scrytois Régis, grand marcheur qui nous fait découvrir tous les sentiers méconnus du coin".
    Avis à tous les amateurs de marche, à jeudi …

    capture ecran 2019-02-05 à 19.42.40.jpg
    Une belle opportunité pour découvrir la beauté de nos villages, la nature, les animaux, le patrimoine... comme le démontrent les photos de Régis Hubin

  • Subsides importants pour six piscines liégeoises dont Huy, Wanze et St Roch Ferrières

    capture ecran 2018-05-25 à 17.58.01.jpg
    La piscine installée au Collège Saint Roch à Ferrières

    55 millions d’euros, c’est le montant attribué par la ministre wallonne des infrastructures, Valérie De Bue, à 33 projets dans le cadre du Plan Piscines.  Un prêt sans intérêt d’un montant équivalent à celui de la subvention octroyée est également disponible pour les entités concernées.

    6 piscines liégeoises subsidiées
    A Liège, deux implantations sont concernées.
    La piscine d’Outremeuse, avec un subside de 2.227.075 €.
    Celle de Grivegnée, avec une aide de 2.079.665 €.
    le bassin de Visé obtient 765.121 €
    La ville de Huy qui décroche, pour la région liégeoise, le plus gros subside avec une aide de 4.689.408 €.
    Wanze va bénéficier d’un subside de 653.646 €
    A Ferrières, la piscine installée au Collège Saint Roch recevra 927.832 €.

    Voir l'article complet sur RTC

  • Trois podiums pour Virginie Delrez à l'open international de Marcinelle

    Trois podiums pour Virginie Delrez à l'open international de Marcinelle le 5 mai dernier.

    capture ecran 2018-05-12 à 12.54.21.jpg
    3e en kata seul
    2e en kata pairs =kata avec un valide
    2e en kumité avec un valide
    Son partenaire est Michael Delcomminette (photo), son ami  de toujours. Bravo à euxi 

  • Adeps. Appel à projet pour l'égalité et la mixité dans le Sport

    capture ecran 2018-04-23 à 19.15.58.jpg

    Egalité et mixité dans le Sport en Fédération Wallonie-Bruxelles

    Vous souhaitez inscrire votre structure sportive dans cet élan positif qui vise à permettre aux femmes et aux hommes d'avoir accès, en fonction de leur envie, aux activités sportives et de les pratiquer dans un contexte unisexe ou en mixité ?
    Cet appel à projet vous concerne !
    Un appel à projet visant à soutenir la création de projets pilotes et novateurs en matière de sport mixte et de sport féminin dans le domaine du Sport de Loisirs (à l'exclusion du sport de haut niveau et en priorité dans le domaine du Sport pratiqué en collectivité), est lancé en Fédération Wallonie-Bruxelles à l’initiative du Ministre des Sports et de la Ministre de l’Egalité des chances et des Droits des femmes. 
    Le soutien financier s’élèvera à maximum 7 500 euros par projet retenu ! Le promoteur qui met clairement en pratique le concept de mixité pourrait obtenir une majoration forfaitaire de 500€ .
    L’octroi des subventions est subordonné à l’avis favorable des Inspecteurs des Centres de Conseil du Sport. 

    Dossier de candidature informatisé ICI
    Quand introduire un projet ?
    Les dossiers de candidature complets doivent être terminés  pour le 30 mai 2018  à 12h au plus tard !
    Infos :
    Françoise Geulette, Administration générale du Sport, Direction du Contrôle pédagogique des Subventions locales (071.305.727) francoise.geulette@cfwb.be
    Sandrine Yodts, Direction de l'Egalité des Chances, Secrétariat général (02 413 40 11) sandrine.yodts@cfwb.be
    Cet appel à projets est ouvert du lundi 23 avril 2018 au mardi 30 mai 2018 à 12h.
    Visitez le site de la Direction de l'Egalite des Chances

  • Un jeune Tinlotois vise le Top 10 mondial en karting !

    capture ecran 2018-04-10 à 09.50.23.jpg

    capture ecran 2018-04-10 à 09.43.05.jpgSteve Kolela, 27 ans, évolue au niveau mondial en karting depuis quelques années et s’est classé 12e à Paris en juin 2017 au Sodi World Séries (40.000 pilotes). C’est une des deux compétitions mondiales avec le Kart World Championship.

    Les prochaines échéances se rapprochent pour Steve avec Sodi World  final en  juin à Lignano en Italie et le Kart World Championship en Pologne au mois de juillet. Son objectif n’est autre que d’atteindre le Top 10 mondial cette année !
    Steve habite rue de l’église à Soheit-Tinlot et travaille au Luxembourg pour un bureau d’expert automobile. Ce sportif bien sympathique a pratiqué la boxe et différents sports avant de se lancer dans le karting en 2013. En 2015, il devient champion du Luxembourg.
    Passionné de mécanique et  de karting, il  veut se perfectionner, progresser et aller au bout de sa discipline. Il a pour ambition de  faire connaître et de développer ce sport beaucoup trop méconnu en Belgique.

    « Quand on parle de karting, on pense souvent à une attraction pour enfant !  Or le karting est le sport qui demande le plus de concentration à la minute. La concurrence, les bruits à analyser, les trajectoires, le contact physique avec la piste et le véhicule avec une moyenne 70 kms en indoor, et 130 à 140 en extérieur. Le ressenti est le double d’une voiture, car il n’y a pas d’amortisseur ni de ceinture avec un  moteur de 45 chevaux avec un poids de 100kg. Il s’agit vraiment de la conduite à l’état pur : 4 roues, un  volant, une barre de direction, un réservoir essence, un moteur et un châssis le plus léger possible. Pas d’électronique. Pour l’apprentissage ou le perfectionnement de la conduite, c’est un exercice idéal et beaucoup de grands pilotes automobiles n’hésitent pas à y revenir pour affiner leur condition physique et progresser. Le pilote est équipé d’une combinaison anti feu, un casque visière, une minerve dans certaines compétitions et de gants ». « C’est très physique », ajoute-t-il, on n’a pas le droit à la moindre erreur, mais pour ma part, je n’ai jamais eu d’accident !

    capture ecran 2018-04-10 à 09.44.59.jpg
    En Belgique, le BIKC est le championnat reconnu par le Racing Automobile Club de Belgique. Le  BNC est un championnat plus officieux, mais avec davantage de niveaux (pilote de niveau régional, national ou mondial).
    Il existe deux types de courses: l’endurance, de 1 à 24 h  et les courses de sprint. La qualification se fait au temps sur un seul tour, puis 15 minutes de course. Les pistes  indoor varient entre 200 mètres et 1km dans de grands halls avec parfois plusieurs étages, des ponts, etc. Quant aux pistes en extérieur elles varient autour de  1500 mètres.
    Un kart se loue entre  40 et 50 euros de l’heure, car être propriétaire serait trop contraignant (déplacements, une équipe technique, coût…) Il s’agit donc d’un sport qui ne nécessite pas un trop grand budget.
    Steve s’entraine 1h1/2 par semaine à St Vith, Machelen ou au Karting de Dolhain. Il entretient  sa condition physique avec beaucoup de cardio, de gainage, et surtout une bonne nutrition !
    Bravo à lui et tous nos voeux l'accompagnent dans ses prochains rendez-vous!

    Voir le site de Steve, son palmarès
    http://www.stevekolela.com/

    Voir la vidéo du SoDi World Séries 2017 à Paris
    http://www.stevekolela.com/gallery.html

  • Open Télévie Cup. La Tinlotoise Virginie Delrez a donné une leçon de courage et d’humilité aux karatékas valides

    capture ecran 2018-02-26 à 16.26.16.jpg

    Victime d’une maladie neurologique dégénérative chronique, Virginie Delrez a découvert les arts martiaux voici huit ans. Depuis, elle ne sait plus s’en passer ! «  Le karaté n’empêche pas la maladie d’avancer, mais il la ralentit et atténue ses effets  », confie la quarantenaire. «  C’est un sport noble et humble qui m’a apporté énormément de positif dans ma vie de tous les jours, tant au niveau de la force que de l’équilibre ou de la souplesse. Mon handicap s’est manifesté à la naissance et a dégénéré à 18 ans. Cette passion m’a donc permis d’améliorer mon quotidien sur le plan physique, mais surtout mental. Les karatékas forment une grande famille. L’ambiance est géniale  ».

    Privée de ses jambes, la Liégeoise de 47 ans reste une athlète redoutable. Au fil des années, elle a gravi les grades blanc, jaune, orange, vert, bleu et marron pour aujourd’hui porter une ceinture noire… 2e dan ! «  J’ai dû tout apprendre  », souligne-t-elle. «  J’évolue dans les clubs de Blegny et Soumagne, en province de Liège. Un maître m’a pris en main dès mon arrivée et m’a enseigné les différentes techniques. J’ai suivi le même cursus que les valides. Ça passait ou ça cassait, mais j’y suis parvenue. Aujourd’hui, tous les membres du club me considèrent comme un karatéka à part entière. J’en suis très fière, même si je ne suis qu’au début de mon parcours. Il y a encore tellement de choses à apprendre  ». Lire la suite dans l'édition de la Meuse digitale