Incivilités

  • Décès de «Coco» à Tinlot: «On a volé le vase sur sa tombe!»

    Son décès avait ému des milliers de personnes en Belgique. Coraline Machiels s’était battue durant de longs mois contre un cancer des ganglions, à seulement 12 ans. Elle s’était éteinte en février dernier après une lutte acharnée. Sa perte a plongé sa famille et son entourage dans une immense tristesse.

    Inhumée au cimetière de Tinlot, sa maman, Delphine s’y rend plus que régulièrement. Elle s’est aperçue que l’on avait volé le vase qui se trouvait sur la tombe de sa fille. Rapidement, Delphine a posté un message sur les réseaux sociaux, pour permettre de le retrouver. « Je vais au cimetière presque tous les jours. Je me suis rendu compte que le vase que sa meilleure amie lui avait offert avait disparu. Il n’a pas de valeur monétaire mais il a une vraie valeur sentimentale. C’était un vase en plastique dans lequel, des fleurs se trouvaient. La personne qui a volé le vase a repiqué les fleurs ailleurs sur la tombe et il a dérobé le vase », nous explique-t-elle.

    Une valeur sentimentale
    Après avoir parcouru le cimetière, cette maman n’a rien trouvé. « La tombe de Coco est toujours très fleurie. On voyait bien que le vase est fait maison. Je savais que ça existait, les gens qui viennent dans les cimetières pour voler mais ils prennent des choses de valeur. Enfin, c’est ce que j’avais entendu ».

    En publiant son message sur les réseaux sociaux, Delphine espère obtenir des informations concernant ce vol. « Si quelqu’un a vu quelque chose, la personne peut se manifester. Et si la personne qui a pris le vase voit la publication, qu’elle vienne le remettre. Mais si j’apprends de qui il s’agit, elle va passer un sale quart d’heure. Je ne comprends pas dans quel monde on vit, je ne comprends pas la bêtise humaine », explique Delphine.

    Rappelez-vous, la jeune tinlotoise, « Coco » était très présente sur Tik Tok. Sur cette plateforme qui consiste à diffuser des vidéos, Coraline partageait son combat avec des milliers d’abonnés. Au terme d’un combat acharné, elle a rendu son dernier souffle le 4 février dernier.

    A.D. La Meuse H-W

  • Fraiture - Vandalisme. Une croix gammée sur la stèle érigée en hommage aux aviateurs US !

    Le Syndicat d’Initiative de Fraiture a porté plainte

     
    L’image a profondément indigné la population de Tinlot et d’ailleurs. Une croix gammée, ultime symbole du régime nazi, a été taguée sur la stèle de Fraiture, érigée en hommage aux aviateurs américains tombés sur place en décembre 1944.  
    Comme le montre la photo, le monument a vraisemblablement été tagué à l’aide d’une bombe de peinture en spray blanche, pour former une croix gammée (ou « svastika »), ultime symbole de l’idéologie nazie.
    L’inscription figurant sur la stèle est la suivante : « En hommage aux aviateurs américains abattus dans le ciel de Fraiture le 24-12-1994 ». Le symbole nazi recouvre la moitié gauche du message.
    Cet acte de vandalisme suscite l’indignation des Tinlotois, d’autant qu’il concerne un monument qui rend hommage à des héros des forces alliées de la seconde guerre mondiale, tombés au combat contre l’ennemi allemand.
    Par ailleurs, la date de cet acte coïncide avec l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis, ce qui pousse certains à penser que les motivations de l’auteur sont liées à l’événement de l’actualité de samedi.
    Ce n’est pas la première fois qu’un monument historique de la commune de Tinlot est concerné par un acte de vandalisme, à seulement quelques jours des commémorations du 11 novembre. Le 13 novembre 2013, 4 plaques commémoratives avaient été retrouvées cassées et descellées au pied du monument de l’Association des Porte- Drapeaux, rue du centre.
    Comme à l’époque, une plainte a été déposée suite à la dégradation de la stèle de Fraiture. C’est le Syndicat d’Initiative de Fraiture qui l’a déposée auprès de la police. Entre samedi et lundi, une personne anonyme s’est rendue sur place pour nettoyer le monument.
    Un drame de la WWII
    Située entre les villages de Fraiture et Seny, dans la rue du Tilleul, cette stèle rend hommage à l’équipage d’un brigadier B-17 (surnommé «Flying Fortress»), abattu dans le ciel de Fraiture en décembre 1944. Commandé par le brigadier général Frederick Castle, l’équipage était composé de 10 personnes. La moitié d’entre eux sont morts à cause du crash. Le monument comporte, en plus de la stèle, un panneau explicatif qui raconte en détails cet épisode dramatique de la seconde guerre mondiale.
     

  • Modave. Des chaises abandonnées dans une ancienne carrière : l’auteur a été identifié

    Capture d’écran 2020-07-11 à 15.57.07.png

    L’auteur de cet important dépôt sauvage a été surpris en flagrant délit par des joggeurs. - DR

    Des blocs de pierre barrent le sentier d’accès à la carrière.
    Des blocs de pierre barrent le sentier d’accès à la carrière. - DR

    Depuis de nombreux mois, des immondices de tous genres y sont en effet déversées : pneus, chaises, bois, jouets, caddies. L’accès est facile pour un véhicule. Le site, considéré de « grand intérêt biologique » par la Région wallonne est en retrait de la route et masqué par une friche fleurie.
    « C’est un terrain privé auquel on accède par une servitude de passage communal. Régulièrement, notre service travaux devait y passer pour ramasser les encombrants qui barraient le chemin », indique l’échevin en charge des travaux.
    Pas question non plus que cet endroit, fréquenté par les promeneurs devienne une décharge à ciel ouvert.
    Depuis le confinement, les dépôts se sont multipliés et des quantités impressionnantes ont été déposées. « Une caméra avait même été posée par un particulier… mais malheureusement, elle a été volée », ajoute l’échevin.

    L’échevin Bruno Dal Molin.
    L’échevin Bruno Dal Molin. - D.R.

    Début juin, deux joggeurs ont ainsi surpris un pollueur en flagrant délit. Il était occupé à déverser des dizaines de chaises à haut dossier, en simili cuir. Ils ont eu le bon réflexe de noter mentalement le numéro de plaque d’immatriculation de la camionnette. Ce qui a permis d’identifier rapidement l’auteur de cette incivilité. Selon nos informations, il s’agit d’un Hutois âgé de 46 ans.
    Pour l’instant, la période infractionnelle qui a été retenue contre lui, s’étale de 23 septembre 2019 au 2 juin 2020, date à laquelle il a été surpris en flagrant délit. L’enquête devra déterminer s’il est bien l’auteur de tous les abandons de déchets survenus pendant cette période.
    La plainte déposée auprès des services de police du Condroz a été transmise à la division hutoise du Parquet de Liège. Qui peut décider soit de se saisir de l’affaire et de la renvoyer devant le tribunal correctionnel. Dans ce cas, suivant les circonstances et l’importance du dépôt, la peine pénale peut aller de 8 jours à 3 mois d’emprisonnement et/ou une amende allant de 100 € à 1 million d’euros (à multiplier par les décimes additionnels, soit X 8 depuis 2017)
    Soit l’auteur est sanctionné par une amende administrative qui suivant plusieurs critères (récidive, importance et lieu du dépôt, nature des déchets) peut aller de 50 à 100.000 euros.
    La Meuse H-W

    A Tinlot, ce ne sont pas des chaises mais des bonbonnes destinées à gonfler les ballons qui ont été déposées, après usage, près des bulles à verres  de Seny ! 
    Un moyen de s'en débarrasser à moindre effort et signalé par des riverains !

    20200703_205947.jpg

  • Des pancartes pour la propreté vandalisées à Ouffet

    Des tas d’immondices sont déversés et abandonnés le long des routes, un peu partout en Belgique. C’est malheureusement aussi le cas dans la commune d’Ouffet. Ce qui agace de nombreux habitants qui aimeraient que les mentalités changent.

    Capture d’écran 2020-03-01 à 20.43.45.png


    Un agriculteur ouffetois n’a d’ailleurs pas hésité à planté une pancarte dans son champ en bord de route, laquelle a pour but de dissuader les auteurs des dépôts clandestins. On peut y lire : « Gardez vos crasses. La nature n’est pas une poubelle. Souriez, vous êtes filmés  ! ». Mais elle n’a pas l’air d’avoir fait réfléchir certains citoyens.
    Francis, un habitant d’Ouffet a remarqué les nouvelles incivilités suite à l’installation des pancartes. « Je fais pratiquement tous les jours une promenade à cet endroit..Il y avait 2 pancartes plantées dans les champs. Je trouvais dégoûtant les crasses que certaines personnes inciviques jetaient....Une semaine après, j'ai constaté cette provocation de personnes débiles... ».
    En effet, des personnes sont venues déposées des bouteilles vides au pied de la pancarte. Une attitude honteuse qui indigne Francis. « Quand dans votre campagne, un agriculteur demande à respecter la nature.Voilà la réponse des imbéciles...pancartes arrachées, et bouteilles de verres au pied du piquet...D’autres canettes et bouteilles jongent le long de cette route, située à l’abri des regards...Il y a peu, c’était une centaine de capsules de café... dégoûtant »
    Article complet dans La Meuse H-W

  • Pétards et feux d'artifice de Nouvel An: des plaintes sur Facebook, mais pas à la police

  • Tinlot. Plusieurs tentatives de vol par effraction depuis Noël à Abée (et dans le Condroz). N’hésitez pas à signaler les situations suspectes

    Dans les nuits qui ont suivi la fête de Noël, au moins quatre tentatives de vol par effraction ont eu lieu rien que dans le village d’Abée.
    Clôture sectionnée, vitre brisée, les visiteurs ont même mangé une fricassée dans la cuisine d’une ferme au centre du village. Pas de vol important cependant, et des faits semblables se sont produits à Clavier et surtout Bois-et-Borsu. Une arrestation serait imminente.

    Capture d’écran 2020-01-03 à 18.22.53.pngLe village d'Abée (Google maps, wikipédia)

    Des inculpations sont en cours dans d’autres dossiers de vol et de vandalisme à Seny et Fraiture
    Concernant le vol du robot tondeuse à la « Glace Timbrée » en août et en septembre, l’enquête a donné lieu a une interpellation qui a permis de découvrir d’autres objets dérobés dans plusieurs abris de jardin de la région.
    Toujours concernant la « Glace Timbrée », les vols de la caisse, avec les dégâts importants à la vitre et la porte, sont l’oeuvre d’une bande de jeunes mineurs de la région Hutoise qui ont été interpelés. 6 vols ont été commis au total. Nous n’avions pas répercuté ces faits quand ils se sont produits, afin de laisser la police enquêter discrètement.

    Capture d’écran 2020-01-03 à 18.08.36.png
    La Glace Timbrée à Seny: 2 vols de robot tondeuse;
    6 vols ou tentatives de vol de la caisse;
    et des pétards dans le distributeur de boissons ce 30 décembre !
    Les différents auteurs sont identifiés (Photo AL 28/09/2019)

    Les auteurs d’autres actes de vandalisme constatés à Fraiture et à Seny ont été également identifiés
    L’enquête a également abouti concernant le vol du coffre-fort à l’école communale et les dégradations à un véhicule. Il s’agirait cette fois de jeunes de nos villages. À leur actif, un dernier acte de vandalisme en date du 30 décembre à 23h30 où des pétards ont été jetés dans le distributeur automatique de boissons de la  «  Glace Timbrée » à Seny.

    Malgré la période des fêtes, les polices de proximité et d'intervention ont été bien actives et ont augmenté leurs interventions et leurs patrouilles de nuit!
    Nos agents de quartier rappellent bien évidemment tous les conseils de vigilance et de prudence. Ils demandent aussi de signaler tout élément concret constaté pour des agissements suspects.
    Notez donc bien les numéros de plaques, la description de véhicules, l’heure, etc..

    C'est aussi l'occasion de souhaiter à nos agents, nos meilleurs voeux de sécurité pour l'année 2020 et de de les remercier pour le travail accompli.

  • Plusieurs tags à Ouffet: le Collège porte plainte!

    « Ce week-end, la commune a été victime de vandalisme... C’est inacceptable », peut-on lire sur le mur Facebook de la bourgmestre d’Ouffet, Caroline Cassart. En effet, dans la nuit de samedi à dimanche, des actes de vandalisme ont été commis à divers endroits. « Des tags sont apparus sur l’abri de bus et sur la mur de tour de la justice sur la place. C’est la première fois que cela arrive. Je trouve cela peu respectueux, ça n’apporte rien », nous explique-t-elle, visiblement énervée.

    Tag sur la façade de la tour de justice.
    Tag sur la façade de la tour de justice. - C.C.

    Suite aux dégradations, le Collège communal a déposé plainte contre X. « Si certains ont des infos à me communiquer, je suis à l’écoute. Ce genre de comportement ne peut rester sans suite. Vous pouvez me contacter par mail, GSM ou messenger », a déclaré Caroline Cassart.

    Tag sur l’abri de bus.
    Tag sur l’abri de bus. - C.C.
    La Meuse H-W
  • Cartes de visite sur les voitures: interdit mais ça continue!

    capture ecran 2019-08-22 à 19.39.42.jpg

    Vous en avez peut-être vu ces derniers jours sur votre véhicule, comme ce fut le cas à Ramelot et Abée, pour les véhicules garés devant les habitations. Ce fléau est aussi présent dans nos villages et il faut savoir que cette pratique est pourtant interdite. (AL)

    Elles sont glissées sous l’essuie-glace ou dans le caoutchouc de la vitre conducteur. Ces cartes de visite nous invitent à vendre notre véhicule. Paiement cash garanti, sans contrôle technique, même accidentée et au meilleur prix ! Ces revendeurs de voiture mentionnent leur numéro de GSM sur la carte de même que le nom de leur société (si elle existe vraiment).
    L’ennui, c’est que la plupart des automobilistes, qui n’ont rien demandé, ont souvent le même réflexe lorsqu’ils découvrent la carte : ils la jettent à terre, irrités. Résultat : les parkings des grandes surfaces en sont jonchés le soir venu.
    Chez Makro (6 magasins en Belgique, à Lodelinsart et à Alleur-Liège notamment), on a pris le taureau par les cornes. Toutes les deux semaines, les employés du magasin qui se sont portés volontaires passent leur heure de table à tout ramasser.

    B9720429017Z.1_20190730213140_000+G35E5QMN3.1-0.jpg

    Les employés de Makro nettoient leur parking, jonché de cartes de visite de revendeurs de voitures, toutes les deux semaines. Et de manière bénévole ! - Makro

    « Plus tenace que la chenille !
    « Elles sont plus tenaces que la chenille processionnaire, sans être pour autant liées aux saisons ! », s’exclame Marthes Mennes, porte-parole de Makro. « Faire ses courses et revenir à sa voiture sans y trouver de carte fait presque figure d’exception. Ces cartes qui se retrouvent par terre constituent un flux continu de déchets. Il s’agit de la principale source de déchets sauvages sur nos parkings. Bien que nous préférerions que le cœur du problème soit traité en collaboration avec les autorités, nous avons décidé de ne pas baisser les bras. Quelques collaborateurs ramassent bénévolement les déchets. Ça revient à mettre un emplâtre sur une jambe de bois, mais c’est mieux que de se résigner », ajoute Marthe Mennes.
    Selon la porte-parole de la chaîne, les revendeurs de voitures placent ces cartes de manière très subtile : « Jamais on ne parvient à les prendre sur le fait ! », déplore-t-elle. « À Anvers, où la commune interdit ce genre de publicité, nous avons déjà porté plainte pour notre magasin de Deurne. La pratique a un peu diminué au début mais a repris de plus belle par la suite ! »
    Ils risquent gros.
    Au cabinet du ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio (cdH), on rappelle que « le dépôt d’imprimés publicitaires plastifiés sur les véhicules sur toute voie ouverte au public est interdit ». Et cela, depuis l’entrée en vigueur de l’arrêté du 28 février 2019. Le contrevenant risque gros. S’agissant d’une infraction de 2e catégorie, il risque une amende administrative de 50 à 100.000 €. Mais si l’affaire arrive devant le tribunal, le « tarif » varie de 8 jours à 3 ans de prison, avec amende de 100 à 1 million d’euros !
    Encore faut-il intercepter les contrevenants ! Ou prendre la peine de dénicher qui se cache derrière ces petites cartes de visite. Selon le cabinet Di Antonio, depuis l’interdiction (entrée en vigueur en mars dernier), il n’y a pas encore eu de sanction, côté wallon.
    F. DE H. La Meuse

  • Tinlot, cimetière de Scry : scandaleux!

    Après la mise en valeur, hier, des travaux d'entretien dans la commune, les photos prises le lendemain à côté du cimetière de Scry, démontrent des comportements d'autant plus choquants et inacceptables.

    capture ecran 2019-08-06 à 17.09.11.jpg

    Petit rappel, il est interdit de déposer des immondices dans les bacs prévus pour mettre les fleurs à côté des cimetières. Les amandes administratives arrivent.
    TOLÉRANCE ZÉRO. IL Y A DES PARCS À CONTENEURS POUR CELA !!!!
    Quant aux dépôts comme celui découvert mardi, c'est inqualifiable!

  • Vandalisme au cimetière de Vierset: des jeunes soupçonnés

  • Commune propre. Que faire quand la bulle à verres est remplie ?

    bulle .jpg

    Les dépôts de bouteilles au pied des bulles à verres exaspèrent régulièrement de nombreux citoyens !
    Mais que faire lorsque la bulle est pleine ?
    A éviter dans tous les cas, le dépôt comme illustré ci-dessus! De plus les cartons vont se désagréger avec la pluie et les bouteilles s'éparpiller avec le risque de morceaux de verre cassés sur le sol!
    Le plus simple est sans doute de se rendre à une autre bulle dans un village voisin. Elles sont placées à Seny, Fraiture, Soheit-Tinlot, Scry , Abée, mais aussi dans les communes voisines ou dans les recyparcs.
    Si là aussi elles sont remplies, cela ne sert à rien de prévenir vous-même Intradel. Il vaut mieux, dans ce cas, le signaler à la commune qui peut envisager un ramassage supplémentaire avec l'intercommunale!
    Ces ramassages sont prévus par un calendrier comme pour les poubelles.
    Rappelons enfin qu'il s'agit d'une incivilité pour laquelle vous risquez d'être sanctionné!

  • Tinlot. Vandalisme à Seny. Dégradations au cimetière, à l’église l’été dernier, boîtes à livres, cela suffit!

    La Meuse Huy-Waremme a fait écho aux actes de vandalisme à Seny et interviewé André Dumont, Président du CCT.
    Les vandales ont encore sévi dans le petit village de Seny (Tinlot). Après les dégradations au cimetière puis à l’église Saint-Pierre l’été dernier, ils ont cette fois saccagé des boîtes à livres qui venaient d’être installées juste avant les fêtes. Des actes qui révoltent André Dumont, le président du Comité Culturel qui a concrétisé ce projet de boîtes à livres.

    Il n’y a plus qu’un amas de planches en bois.

    Le spectacle est désolant. Sur la place du Baty à Seny (Tinlot), le meuble recyclé en boîte à livres a été complètement explosé. Il n’y a plus qu’un amas de planches en bois sur le sol.
    « Nous avons fait ce triste constat en fin de semaine dernière. Mais je viens d’apprendre ce lundi que la deuxième boîte à livres a également été saccagée », déplore André Dumont, le président du Comité Culturel de Tinlot. « C’est triste, révoltant. Un acte gratuit ! C’est le comité du Baty qui avait réaménagé un ancien meuble pour en faire une boîte à livre. Il n’a sans doute pas fallu 2 minutes pour démolir ce meuble. Il a fallu des heures et des heures pour le fabriquer, l’aménager, l’installer. S’attaquer à une caisse en bois, c’est très peu courageux, c’est trop facile ! S’attaquer à une boîte à livres, c’est détruire ce qu’elle contient et qui fait notre intelligence, ce qui fait qu’on peut devenir une personne capable de penser, de réfléchir, de comprendre et d’aimer… »

    Edition numérique des abonnés
    Blog Tinlot

    Ce n’est pas la première fois que le petit village de Seny est victime de dégradations. « La dernière fois, c’était l’église Saint-Pierre l’été dernier », rappelle André Dumont. En effet, de la cire de bougie avait été répandue sur les murs et sur les statues, des fleurs et du mobilier avaient aussi été vandalisés.
    Lire aussi Vandalisme à l’église de Tinlot: de la cire sur les statues
    « Visiblement, il y a une bande de voyous qui cible Seny. Une plainte a été déposée. J’espère que la police va pouvoir mettre la main dessus ».

    Le Comité Culturel de Tinlot a installé des boîtes à livres dans les différents villages de la commune condruzienne juste avant les fêtes. « L’idée avait été lancée voici un peu plus de quatre ans. Elle est revenue sur la table en 2018 et cela s’est concrétisé avant Noël. Il reste encore à en installer une à Scry, et puis, nous allons en remettre à Seny. J’ai fait un petit tour récemment dans les différentes boîtes et elles fonctionnent déjà. Certains livres sont partis et d’autres sont arrivés. C’est une bonne chose », conclut André Dumont.
    Souhaitons à présent que ces boîtes ne soient plus victimes de vandalisme.
    Appel à témoin

    Vous avez vu quelque chose? Contactez la police !
    La police de proximité de Tinlot lance un appel suite à ces deux boîtes à livres vandalisées dans le village de Seny (sur la place du Baty et à Coënhez) pour tenter d’identifier les auteurs des faits. « Nous rappelons que si quelqu'un à vu ou entendu quelque chose qu'il lui est possible de contacter le bureau depolice à Tinlot entre 08h00 et 12h00 et 13h00 et 17h00 du lundi au vendredi via le numéro de téléphone: 085/830.917 ou par e-mail à l’adresse sui- vante: police@tinlot.be. Si vous êtes témoin d'un fait, ne pas hésiter à effectuer le numéro d'appel d'urgence de la police à savoir le 101. » A bon entendeur !
    Article complet dans la Meuse du 8 janvier 2018.

  • La Boîte à livres de Coënhez également vandalisée

    Coënhez.jpg
    La boîte à livres installée à Coënhez le 22 décembre également détruite !

    "Il en est de même avec la boite à livres à Coënhez (Seny)!!!

    capture ecran 2019-01-07 à 17.19.16.jpgNous rappelons que si quelqu'un à vu ou entendu quelque chose qu'il lui est possible de contacter le bureau de police ici à Tinlot entre 08:00 et 12:00 et 13:00 et 17:00 du lundi au vendredi via le n° de téléphone: 085/830.917 ou par e-mail: police@tinlot.be
    Si vous êtes témoin d'un fait, ne pas hésiter à effectuer le numéro d'appel d'urgence de la police à savoir le 101."
    Ce commentaire a été posté par Christophe Piret. (Agent de proximité)
    https://www.police.be/5296/contact/commissariats/poste-de-police-de-proximite-de-tinlot

    Commentaire publié lundi vers 17h

  • Les sanctions administratives communales: le règlement complet en vigueur

    capture ecran 2018-11-05 à 18.20.26.jpg

    En réponse au commentaire sur l'article : Condroz. Les sanctions administratives communales sont entrées en vigueur depuis le 15/10, voici le règlement complet que vous pouvez télécharger sur le site communal tinlot.be

    Ce règlement est commun aux 10 communes de la Zone de Police du Condroz, à savoir: Anthisnes – Clavier – Comblain-au-Pont – Ferrières – Hamoir – Marchin – Modave – Nandrin – Ouffet – Tinlot.
    Il a été approuvé par le conseil communal de Tinlot le jeudi 3 mai 2018 et est entré en application le 15 octobre 2018.
    Il intègre les dispositions prévues par la loi concernant les sanctions administratives communales. Il s’appuie, par ailleurs, sur un protocole d’accord conclu avec l’office du Procureur du Roi de Liège.

    Il se divise en 4 parties :
    1.  Le règlement en matière de police administrative : de la sécurité, de la propreté et de la tranquillité publique
    2.  Les infractions relatives à l’arrêt et au stationnement
    3. Les infractions environnementales (déchets, eau, conservation de la nature, lutte contre le bruit, bien-être animal,...)
    4.  Les dispositions concernant la voirie communale

    A télécharger sur le site communal tinlot.be
    http://www.tinlot.be/images-1/reglement-general-de-police

  • Condroz. Les sanctions administratives communales sont entrées en vigeur depuis le 15/10 !

    Nouveau règlement. Attention aux nouvelles sanctions dans le Condroz

    Les sanctions administratives communales (SAC) sont en vigueur depuis ce lundi 15 octobre dans les 10 communes de la zone du Condroz. Cela signifie que, désormais, les habitants peuvent recevoir une amende pour toute une série de « petits » délits qui, auparavant, ne faisaient plus l’objet de poursuite pénale. Il peut s’agir de dépôts d’immondices, de tapage nocturne ou de crottes de chien abandonnées sur un trottoir…

    capture ecran 2018-10-20 à 13.58.19.jpg
    Les dépôts d'immondices seront sanctionnés !

    La plupart des villes ont déjà adopté ce type de règlement, mais pour les 10 communes de la zone du Condroz, ce n’était pas encore le cas. Au terme d’un long processus, le règlement est enfin bouclé.

    DSC_0735.jpg« Chaque commune a envoyé un fonctionnaire à différentes réunions pour plancher sur ce règlement, souligne Philippe Dubois le président de la zone de police (photo), je tiens à les féliciter pour leur travail. »

    Désormais, via le système des SAC, les Condruziens pourront être sanctionnés pour des « petites » incivilités, tel que le fait d’uriner sur la voie publique ou de ne pas ramasser les excréments de son animal de compagnie.
    Les infractions environnementales tels que des dépôts d’immondices, du tapage nocturne, le fait de laisser divaguer son chien ou de le laisser aboyer durant toute la nuit, sont aussi visées par les SAC. Enfin, les sanctions concernent aussi des infractions relatives à l’arrêt au stationnement des véhicules. Le non-respect de la zone bleue, peut, par exemple, être visé.
    Au sein de la zone du Condroz, ce sont les policiers qui feront office d’agents constatateurs et qui seront donc chargés de notifier les sanctions administratives communales. « Nous n’aurons pas de personnel supplémentaire » confirme le président de la zone. Cela permettra toutefois aux policiers d’intervenir dans le cadre de situation où, jusqu’à présent, ils ne pouvaient pas faire grand-chose.Une fois le P.-V. rédigé, ce sera au fonctionnaire sanctionnateur, qui dépend de la Province, de déterminer la hauteur de la sanction.
    A quelle amende doit s’attendre un citoyen concerné par une sanction administrative ? Cela dépend de l’infraction. En moyenne, elle tourne autour des 50 euros, mais le montant est fixé en fonction de la gravité du fait et des conséquences qu’il a causé sur l’environnement.
    En cas d’infraction environnementale extrêmement grave cela peut monter jusqu’à 100.000 euros.- A.BT La Meuse du 19 octobre.