Méteo

  • Les 7 jours les plus chauds de notre histoire météorologique

    IMG_8057.JPG
    Abée, 14 août 2020

    Très chaud même puisque David Dehenauw a sorti son boulier compteur. Et le météorologue a trouvé son record qui épate la galerie. Entre le 6 et le 12 août, nous avons connu les 7 jours les plus chauds depuis qu’on prend la température de la Belgique de manière scientifique. Le précédent record, pour l’Observatoire d’Uccle, remontait à la période du 30 juin au 6 juillet… 1976. Oui, c’est bien le fameux été qui avait cramé la majeure partie des pelouses du royaume. Remarquez que, cette année, nous n’en sommes pas loin en regardant l’herbe brunie par les rayons de soleil destructeurs. Bon, c’est vrai, la différence entre ces deux périodes d’une semaine est bien faible. À peine 0,1º mais c’est largement assez pour en faire un nouveau record. On est donc passé de 33,4 degrés de moyenne pour les maxima à 33,5º. Le jeudi 6 août, nous avions un maximum de 32,0 degrés à Uccle. Puis, on a chaque fois dépassé les trente degrés avec 33,9º le vendredi 7, 35,9º le samedi 8, 32,8º me dimanche 9, 34,0º le lundi 10, 32,6º le mardi 11 et 33,1º le mercredi 12. Avouez que c’est impressionnant. Cela impressionne en tout cas notre interlocuteur et amateur de records. « Et encore, il a fait plus chaud ailleurs en Belgique », surenchérit David Dehenauw. Le pompon est détenu, comme souvent, par le Limbourgeois Kleine-Brogel avec une moyenne de 34,5 degrés entre le 6 et le 12 août. La Wallonie n’est pas en reste grâce à Chièvres (Hainaut) et à Dourbes (Namur).

    34,4 degrés à Chièvres!
    « C’est Chièvres qui détient le record pour la Wallonie avec une moyenne de maxima de 34,4 degrés. Le record datait là aussi de 1976 avec une moyenne de 33,7 degrés ». Du côté de Viroinval, la moyenne est de 34,2 degrés.

    À la limite, on aurait même pu espérer mieux… « S’il n’y avait pas eu l’orage de dimanche et les nuages à Uccle où on n’a atteint « que » 32,8 degrés ». Une dernière précision : la canicule pourrait durer 13 jours, si la température atteint les 25 degrés, lundi. Puis, cela devrait baisser.

    Pierre Nizet. La Meuse

  • Alerte rouge dès samedi à cause de la chaleur !

    L’alerte orange est déjà en vigueur dans toutes les provinces depuis vendredi, à l’exception de la Côte. Mais à partir de samedi, une alerte rouge sera mise en place pour une grande partie de la Belgique. Seules la province de Luxembourg (code orange) et la Côte (jaune) ont un niveau d’alerte plus bas.

    L’IRM s’attend à ce que les températures atteignent les 36 ou 37 degrés ce week-end à l’intérieur du pays.

     

    Avec des températures aussi élevées, il est important de boire régulièrement et de manger des aliments facilement digérables, de s’habiller plus légèrement, de passer la journée dans des endroits plus frais, de garder les fenêtres et les portes fermées et de surveiller son état de santé, indique l’IRM.

    Samedi, le temps restera sec et ensoleillé avec parfois quelques champs nuageux sur l’ouest et en Ardenne. Il fera très chaud avec des maxima de 32 degrés en bord de mer à 37 degrés en Campine, ou localement un peu plus. Le vent sera faible de direction variable ou de secteur nord-est. A la côte, une brise de mer modérée de secteur nord-est se lèvera en cours de journée.

    Samedi soir et la nuit de samedi à dimanche, le temps restera chaud avec des minima entre 18 et 23 degrés. Sur la moitié ouest, le ciel restera variable. Vent faible et en bord de mer modéré de nord-est à est.
    La Meuse

    C
    e temps devrait rester chaud une bonne partie de la semaine prochaine avec des températures supérieures à 30° jusqu'à au moins mercredi !

  • Gare à la chaleur ce vendredi 31 juillet !

    L’IRM a émis un avertissement jaune (et orange dans le Hainaut) concernant la chaleur pour vendredi, le 31 juillet. En effet, on annonce à certains endroits jusqu’à 35 degrés.

    Capture d’écran 2020-07-30 à 18.13.09.png

    Vendredi, le temps sera ensoleillé et très chaud. Les maxima se situeront entre 29 à 31 degrés en Ardenne, et entre 33 à 35 degrés dans le centre du pays, sous un vent faible à modéré de secteur sud-est. Des nuages (élevés) un peu plus nombreux pourraient dériver sur l’ouest du pays en soirée. Le risque d’orages pourrait augmenter durant la nuit.

    Dans la province du Hainaut, les températures dépasseront même les 35 degrés. Dans de telles circonstances de températures élevées, les règles suivantes minimales sont d’application : boire régulièrement, se vêtir légèrement, passer ses journées dans des endroits frais, se conformer aux règles habituelles de santé, fractionner les portions alimentaires, éviter la chaleur extérieure en fermant portes et fenêtres. Soyez prêts et suivez les conseils donnés par les autorités compétentes.

    D'après La Meuse et L'IRM

  • 12e et dernier week-end (6, 7 et 8 juin) avant la phase 3 du déconfinement le lundi 8 juin

    IMG_7298.jpeg

    12e  week-end en mode Covid-19
    avant la phase 3 du confinement prévue ce lundi 8 juin
    Toujours pas d'activités organisées ce week-end.
    Et toujours le même mot d'ordre
    :
    respectez toutes les consignes actuellement en vigueur

     Sécheresse et canicule au programme de l'été ! 

    Selon MeteoBelgique, juin et juillet seront plus chauds que la normale et beaucoup plus secs
    Les quelques jours de pluie prévus actuellement  seront l’arbre qui cache la forêt

    Capture d’écran 2020-06-04 à 08.06.50.png

    Juin. « À partir du 4, les conditions changent avec un temps qui deviendra nettement plus frais et légèrement perturbé ». Une tendance qui devrait se poursuivre en seconde décade, avant le retour progressif d’un temps à nouveau ensoleillé et chaud qui se prolongera en dernière décade. « Des orages seront possibles mais ils devraient rester limités en nombre. Ils concerneront surtout le sud et l’est de notre pays ».
    Juillet. "Allons-nous vers un mois de juillet caniculaire ?" se demande Philippe Mievis: « Les probabilités sont bel et bien d’avoir, cette année, encore une vague de chaleur ». Surtout en première partie de mois. « Mais ce sera à confirmer lors de notre prochaine analyse ». La fin du mois de juillet pourrait voir l’augmentation de la tendance orageuse, prévient Meteo-Belgique.
    Août. « À l’heure actuelle, il semble que ce mois se rapprochera plus des normes au niveau des températures, précipitations et ensoleillement. Ceci dit, vu l’échéance, cela reste à confirmer lors de nos pro
    chaines analyses mensuelles ». La fiabilité pour la prévision de ce mois est en effet qualifiée de « faible » par Philippe Mievis.


     Côté météo ce week-end, les températures estivales, c’est terminé:
     place aux nuages et à la pluie (enfin pour nos cultures !)

     Durant le week-end et en début de semaine prochaine, 
     il fera variable et sensiblement plus frais 
     avec des maxima de 13 à 17 degrés  

    IMG_7641.PNG

    Sécheresse: le mois de mai a été le mois le plus sec
    depuis 1833 en Belgique

    En mai, il n’est tombé à Uccle que 5,4 mm de précipitations, en six jours,
    contre une normale de 66,5 mm en 16,2 jours,
    indique l’IRM lundi dans son bilan climatologique mensuel.
    Il faut remonter au mois de mai 1833
    pour trouver un mois aussi sec, avec 1,4 mm de pluie, souligne l’IRM. (La Meuse)

     

     

  • 9e week-end de confinement les 15, 16 et 17 mai 2020

    IMG_7298.jpeg

    Toujours pas d'activités ce week-end.
    Toujours un seul mot d'ordre
    :
    restez chez vous,  prenez soin de vous et des autres !
    Profitez des visites possibles pour 4 personnes
    (toujours les mêmes et en respectant les règles...)

     La météo du week end: 
     Rien de neuf sous le soleil sauf le retour de la chaleur ! 

     Des températures en hausse dès aujourd'hui,
    20° et plus, toute la semaine prochaine! 


    IMG_7497.jpeg

     
     

     

  • Nous sommes dans la période des Saints de glace (11, 12, et 13 mai). Attention à vos jardins !

    Les saints de glace sont une période climatologique située, selon des croyances populaires européennes du Haut Moyen Âge, autour de saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais, traditionnellement fêtés les 11, 12 et 13 mai de chaque année. Ces saints sont invoqués par les agriculteurs pour éviter l'effet d'une baisse de la température sur les cultures, qui pouvait être observée à cette période et qui peut amener du gel (phénomène de la lune rousse). Une fois cette période passée, le gel ne serait plus à craindre. (D'après Wikipédia)

    capture ecran 2018-05-11 à 16.14.51.jpg

    Saint Mamert, Saint Pancrace, Saint Servais fêtés les 11, 12 et 13 mai

    Les Saints de glace: une légende avec de véritables fondements .
    Issus d’une vieille croyance populaire européenne du deuxième millénaire, les Saints de glace sont fêtés chaque année les 11, 12 et 13 mai. Les régions les plus septentrionales (notamment l'Alsace, où les gelées sont généralement plus tardives) ont ajouté également les 19, 20 et 25 mai.
    Les agriculteurs des régions du Nord de la Méditerranée imploraient Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais de protéger les plantations de la baisse de température et du gel qui survenaient généralement à cette époque. Il pouvait en effet arriver que les récoltes subissent un gel destructeur, survenant de manière plus ou moins brutale, dans les zones montagneuses jusqu’à fin mai. Au-delà de cette période, à partir du 26 mai, on considère généralement que les jardiniers peuvent commencer à semer et planter sans craindre un coup de froid fatal. De là découle toute une série de proverbes et dictons régionaux tels que « Saints Pancrace, Servais et Boniface apportent souvent la glace », « quand il pleut à la Saint Servais, pour le blé, signe mauvais. », « quand la Saint Urbain est passée, le vigneron est rassuré » ou encore « Saint Servais, Saint Pancrace et Saint Mamert font à trois un petit hiver ».

    Cette légende prend sa source au début du deuxième millénaire alors que la mini-vague de froid printanier apparaissait réellement au cours du mois de mai dans certaines régions du monde. Les populations du Nord de la Méditerranée avaient observé une chute des températures nocturnes et matinales une fois tous les deux ans à cette époque. Les astrophysiciens expliquent l’origine de cette croyance par le fait que vers mi-mars l’orbite de la Terre traverse une zone de l’espace chargée de poussières (constituées de résidus de planètes) qui représente un obstacle aux rayons du soleil.
    Les effets du soleil sur la Terre seraient alors diminués, ce qui conduirait à une baisse significative des températures. De nos jours, il semblerait que celle-ci ait été avancée d’au moins un mois, plutôt dans le courant du mois de mars. Il n’est pourtant pas impossible qu’une vague de froid se produise au mois de mai. En effet, des courants froids venus des hautes latitudes envahissent parfois la France. Ils engendrent une baisse marquée des températures.
    Sous un ciel dégagé et sans vent, des gelées tardives peuvent alors se développer. La légende des Saints de Glace a donc bien un fond de vérité, même si les observations basées sur les dernières années tendent à montrer que le mois de mai s’avère être de moins en moins une période à risque pour les plantations.

    Le refroidissement annoncé cette semaine, correspond tout à fait avec cette période.

    IMG_7450.PNG

     

  • Fraiture. Le grand feu de la MDJ annulé ce samedi soir. Le 1722 activé

    1052307596.jpg

    Les rafales de vent ont à nouveau rendez-vous avec notre week-end. Le 1722 a été activé samedi matin pour le 4e week-end consécutif. La Province de Liège est placée en alerte jaune.
    En raison de cette météo, le grand feu de la Maison des Jeunes de Fraiture prévu ce soir est annulé.
    Merci pour votre compréhension !

  • Nouvelle alerte météo ce dimanche. Le 1722 activé

    Une tempête belge
    Gare au rafales de vent aujourd'hui. Pour un 3e week-end, elles pourront atteindre les 90 kms/h et plus de 100 kms/h à la côte.
    On a relevé ce dimanche matin 9 Bft au poteau Westhinder en Mer du Nord belge, on parle désormais donc d’une tempête belge selon D. Dehenauw. Il s'agit de la tempête Ellen après Ciara et Dennis.
    Cette tempête avait été annoncée et le numéro 1722 pour les situations non-urgentes a été activé dès samedi soir. (D'après La Meuse)
    Si les vents seront un peu moins importants que ceux des tempêtes précédentes, les arbres et les éléments fragilisés par les rafales précédentes risquent de provoquer des dégâts. Il s'agit donc d'être vigilant !

    87087399_171162544309622_6069276452719689728_n.jpeg

    Encore des interventions en perspective, un 3e dimanche d'affilée,
    pour les services d'urgence
    à tous les niveaux

    Tinlot. Coupure de courant
    Samedi soir vers 22h30 une coupure de courant s'est produite et a touché Scry, Ramelot et sans doute encore d'autres endroits...
    Il s'agissait d'un déclenchement dans une cabine à haute tension. La situation a été rétablie dans les 2 heures, comme l'avait annoncé ORES.

  • Attention, alerte de tempête pour la Belgique dimanche. La tempête Ciara est en route.

    A Tinlot

    Suite aux annonces de l'IRM prévoyant des vents de 110 à 120 km/h dans la nuit de dimanche à lundi, la Bourgmestre de Tinlot a publié un arrêté de police ce vendredi.

    L'ensemble des chemins de promenades et des parcs appartenant à la commune seront fermés (Place de Seny par exemple) !
    Toutes les manifestations prévues en plein air ou sous chapiteau sont également interdites.
    L'arrêté entrera en vigueur samedi à 18h jusqu'à la levée de l'alerte "vents violents" par l'IRM.

    Cette annonce de la tempête Ciara est relayée dans de nombreux médias depuis ce vendredi soir. Le 1722 sera activé ce week-end et il est conseillé de prendre toutes les précautions d'usage. La précédente tempête de cet ordre date de janvier 2018, c'était Eléonore.

    Capture d’écran 2020-02-07 à 20.42.48.png

    Attention, nous voilà prévenus ! (Photos d'archives)

    Avertissements en Belgique (Site IRM)
    Dimanche, la force du vent augmentera rapidement et nous prévoyons dans l'après-midi des rafales de 80 à 100 km/h localement. Le dimanche soir et une partie de la nuit de dimanche à lundi, les rafales augmentent encore et il y a un danger de pics entre 100 et 120 km/h, voire plus localement. Le vent continuera de souffler fort jusque lundi dans la journée, mais les rafales les plus extrêmes disparaîtront.

    Comme cette tempête ne se développe que le dimanche, cet avertissement est actuellement encore un code jaune. Si cette prévision se confirme samedi, nous passerons au code orange.

    https://www.meteo.be/fr/meteo/avertissements/carte-de-belgique

  • Solstice d'hiver 2019, la nuit la plus longue de l'année. Ce dimanche, les jours vont commencer à rallonger

  • Un pic de chaleur (16°) attendu ce mardi 17 décembre après-midi

    IMG_6078.jpeg

    Déjà 10 ° lundi soir au coucher du soleil

    Demain après-midi, un pic de chaleur est attendu avec des températures de 12 à 16 degrés à certains endroits dont le Condroz.
    Le dernier record  de temprature un 17 décembre, remonte à 2015 avec 16 degrés à Bruxelles. 
    On remarquera également près de 4 heures d’ensoleillement dont il faudra profiter car ce courant d’air chaud venu du Sud ne va pas durer, 10° mercredi, mais 14° jeudi et aux alentours de 10° le week-end.

  • Météo tendances saisonnières. Un hiver plutôt doux et perturbé

    À l’instar de l’année dernière, il y a très peu de chance d’avoir de la neige pour la Noël ou la nouvelle année en Belgique. Selon MeteoBelgique, on a la confirmation du retour d’un temps doux et perturbé après quelques jours plus froids en ce début décembre.
    En ce début de mois, le météorologue Philippe Mievis avait dévoilé ses incontournables tendances saisonnières. C’est le seul en Belgique à s’avancer pour les trois prochains mois. « Le temps hivernal, cet hiver,
    sera rare et de courte durée. Cela n’empêche pas d’avoir l’une ou l’autre surprise temporaire, et ce, d’autant plus qu’on se dirigera vers la fin de l’hiver ».

    Capture d’écran 2019-12-12 à 13.43.00.png

    Décembre. La douceur reprend ses droits en cours de première décade avec un temps plutôt perturbé avec pluies et grisaille. « Cette tendance devrait se poursuivre en seconde décade (même si l’un ou l’autre petit intermède plus frais peut se produire), avant de connaître, en dernière décade, une accalmie et le placement d’un blocage anticyclonique nous apportant un temps plus frais mais plus sec également. Mais, a priori, pas de grand froid à attendre ici non plus pour cette fin décembre 2019 ».
    > Janvier. « La première partie du mois devrait être un peu plus hivernale mais, a priori, cela concernerait plutôt l’Ardenne
    et les Hautes Fagnes. Ensuite, retour de la douceur et des rails dépressionnaires pour tout le monde pour la seconde partie de janvier ».
    > Février. « Beaucoup d’incertitudes et de divergences pour ce dernier mois de l’hiver météorologique. Peut-être le mois le plus hivernal de notre hiver ? Il est encore trop tôt pour le certifier à l’heure actuelle. »
    Lire l'article complet dans la Meuse

     

  • Condroz, Tinlot. Le point sur la canicule

    Un pic de 39,1 degrés à la station de Strée

    capture ecran 2019-07-28 à 12.22.46.jpg

    Les records de températures de ces derniers jours ont été enregistrés dans 100 stations météo officielles à travers le pays. Celles-ci ne sont pas présentes dans tous les villages et villes de Belgique mais l’une d’entre elle est située à Strée. Un pic de 39,1 degrés y a été enregistré. Si nous sommes situés bas dans le classement qui représentent les régions où il a fait le plus chaud, ces températures restent un record historique en Belgique.
    Sur les 100 températures enregistrées dans différentes régions de Belgique nous sommes situés à la 79e du record de chaleur. Les premiers du classement étant Begijnendijk (Brabant Flamand) avec 41,8oC, Houyet (Namur) avec 41,6oC, et Kapelle-op-den-Bos (Brabant Flamand) avec 41,4oC.
    C’est à Zeebrugge (36,2°C), Saint- Hubert (35,2°) et à Mont Rigi en Province de Liège (34,9°C) qu’il aura fait le moins chaud.
    Les relevés des températures des 70 autres stations météo offi- cielles existantes en Belgique ne seront pas révélés avant le mois d’août. 
    PAULINE GOVAERT La Meuse du 27 juilet

    En Province de Liège et à Tinlot, la phase d’avertissement du plan « Forte chaleur et pics d’ozone » a été levée à partir de samedi.
    Complémentairement à nos échanges de mails des 24 juin, 1er juillet, 19 juillet et 24 juillet derniers, nous portons à votre information que la permanence CGCCR signale que sur base des prévisions de l’IRM, la phase d’avertissement du plan « Forte chaleur et pics d’ozone » est levée à partir du, samedi 27 juillet 2019.
    Des informations complémentaires sont disponibles dans le bulletin de la Cellule Interrégionale de l’Environnement (CELINE) :
    http://www.irceline.be/fr/smog/ozone_heat/forte-chaleur-ozone-26-07-2019/view

    IMG_5269.png

    Après un week-end particulièrement pluvieux, on prévoit un temps sec et ensoleillé lundi avec des maxima de 20 degrés en Ardennes à 25 degrés en Campine.
    À partir de mardi, le temps sera plus variable avec un risque d’averses et des maxima compris entre de 24 à 28 degrés, ensuite de 19 à 24 degrés.
    Mercredi, la dépression Britannique se positionnera sur la mer du Nord et dirigera des courants soutenus maritimes doux et instables vers nos régions. La nébulosité sera variable avec quelques averses et un risque d’orage. Maxima de 19 à 24 degrés avec un vent généralement modéré et, à la côte assez fort, de sud-ouest.

  • La Belgique en alerte rouge: la canicule s’installe, avec des températures qui vont friser 40 degrés et battre des records

    capture ecran 2019-07-24 à 09.48.27.jpg

    Notre pays sera inondé de soleil ce mercredi, selon les prévisions de l’IRM. La chaleur s’accentuera avec des températures qui atteindront 30 degrés en bord de mer, 33 ou 34 degrés sur les hauts plateaux de l’Ardenne et 38 degrés, voire même 39 degrés, dans le centre du pays.
    La nuit prochaine sera peu nuageuse et la chaleur ne déclinera que très lentement avec des minima de 19 à 24 degrés.
    Demain jeudi constituera la journée la plus chaude. Le ciel sera toujours bien ensoleillé mais une averse orageuse isolée n’est pas tout à fait exclue. La chaleur sera accablante avec des températures maximales qui se situeront autour de 38 ou 39 degrés dans le centre, voire localement 40 degrés.
    Pour rappel, l’IRM a pour la première fois placé notre pays en code rouge à la suite de la nouvelle canicule. Ce code rouge s’applique à tout le pays, excepté la Côte, depuis minuit la nuit dernière jusqu’à minuit samedi.
    Lire l'article complet dans La Meuse
    La nuit de jeudi à vendredi pourrait être la plus chaude que la Belgique ait jamais connue ?

    « Le record de maxima de nuit enregistré à Uccle en juillet 2015 était de 24,4oC  (Dossier dans la Meuse de ce mercredi 24 juillet

  • Météo. Les tendances saisonnières

    Le mois de juin a été au-delà de nos espoirs. Le mois de juillet ? Il sera moins orageux et moins chaud qu’annoncé. Vivement la deuxième décade où il fera, en principe, plus chaud annonce MeteoBelgique.capture ecran 2019-07-02 à 11.53.14.jpg> Juillet. Durant la première moitié du mois, si on suit les prévisions de l’IRM et de MeteoBelgique, la température maximale sera située entre 20 et 24o C. Pour ce qui est de la pluie, on devra attendre au moins jusqu’au week-end prochain où des averses sont possibles. « Le début du mois restera dans les normes au niveau températures et il continuera à faire sec, en tout cas la première semaine », confirme MeteoBelgique.
    Puis, on aura droit à une légère période de temps mitigé. « Avant de connaître une nette amélioration en cours de seconde décade, avec le retour des jours estivaux ». Ensuite, le temps devrait à nouveau devenir plus instable et moins chaud avec l’arrivée des orages lors de la troisième décade. « Mais, à moins d’une grosse surprise, les cumuls pluviométriques qui devraient être enregistrés lors de ce mois resteraient finalement en deçà des normales ».
    > Août. Il devrait commencer sur un mode assez chaud mais lourd, avec des orages au menu. « Ensuite, on assistera à un retour vers les normes : un temps plus mitigé se dessine, sans excès de température et de précipitations, pour la seconde partie du mois ».
    > Septembre.
    L’indice de confiance pour ce mois n’est que de 55 %. « Il y a encore beaucoup d’incertitudes mais, à première vue, rien de bien estival. Au contraire, une tendance dépressionnaire pourrait faire ressentir un temps plutôt automnal. Mais il y a beaucoup de divergence dans les modèles à l’heure actuelle », précise Philippe Mievis. À confirmer donc le mois prochain.
    ire l'article complet dans La Meuse du 2 juillet.