Religions Prieuré Laïcité

  • Seny, Scry. Les temps sont durs pour les églises à Tinlot.

    Les temps sont durs pour les églises à Tinlot. A Scry, l’église Saint-Martin est fermée jusqu’à nouvel ordre suite à la chute de trois madriers. A Seny, les racines des arbres soulevaient les pavés et le seuil à l’entrée de l’église. Ce sont des bénévoles qui ont arraché les racines et qui ont tout réparé !

    capture ecran 2019-10-17 à 13.17.08.jpg

    En ce qui concerne l’église Saint-Pierre de Seny, place du Baty, ce sont des bénévoles qui l’ont restaurée.
    « Cela fait un an et demi que les carrelages se soulevaient à l’entrée de l’église. Le seuil avait bougé et les portes ne fermaient plus bien. Un groupe de bénévoles composé notamment de plusieurs pensionnés, a décidé de réaliser lui-même les travaux. Ils ont enlevé les pavés, enlevé le sable qui était en dessous puis arraché plusieurs racines, dont certaines étaient énormes. Ils ont carrelé et tout ce travail a été terminé ce mercredi », se félicite Rita Dendooven, présidente de la Fabrique d’église de Seny, ancienne conseillère communale, ancienne échevine et présidente du CPAS.

    capture ecran 2019-10-17 à 13.18.31.jpg

    « A présent, on a toujours un problème, mais à l’intérieur de l’église cette fois, avec les racines de deux arbres, deux gros tilleuls, qui traversent la Nationale 66. Un de ces arbres est malade », ajoute Rita Dendooven. « Il semblerait que ces deux arbres soient classés. Nous allons demander leur déclassement à la DNF », indique la bourgmestre, Christine Guyot qui remercie tous les bénévoles qui ont participé aux travaux de restauration de l’entrée de l’église de Seny.

    Scry, l’église Saint-Martin est fermée jusqu’à nouvel ordre

     

    https://static.blogs.sudinfo.be/media/150/1777834873.JPG

    L’église Saint-Martin de Scry-Tinlot, qui date du 16ème siècle, est désormais fermée jusqu’à nouvel ordre. En cause, la chute de trois madriers qui s’étaient détachés du carcan qui entoure le clocher en attente de restauration. Les pompiers ont pu dégager ces madriers et suite à la visite des lieux et au rapport du capitaine Jadot, l’accès au site est sécurisé et interdit pour une période indéterminée en attendant l’enlèvement du carcan ceinturant la tour.
    (voir l'article précédent sur ce blog)
    Photo AD

    « Cela fait 12 ans que des travaux doivent être réalisés dans l’église. En 2007, on a en effet constaté que le mur intérieur dans la tour du clocher se désagrégeait. On a sécurisé les abat-sons puis on a installé le carcan. Un cahier des charges a été rédigé en 2011 et le dossier a été rentré par deux fois à la Région wallonne mais le Ministre Furlan a reporté le dossier. En 2014, un ingénieur a été envoyé par la commune de Tinlot et il a estimé le montant des travaux à environ 350.000 euros », précise André Dumont, membre de la Fabrique d’église et responsable de la gestion.

    « Le choeur, la nef et les vitraux de l’église Saint-Martin sont classés au patrimoine wallon (ils ont été restaurés en 2015) mais pas la tour. Aujourd’hui, le couloir d’entrée est en piteux état. Il y a eu la chute de madriers car le bois est pourri. Le carcan se décompose. Il faut évaluer la stabilité de la tour, remplacer des pierres, rénover la toiture car il y a des fuites, ... Bref, il faut relancer toutes les démarches », ajoute André Dumont.

    69677444.2.jpg

    Une réunion d’urgence s’est tenue lundi dernier entre le Conseil de Fabrique de Scry et le Collège communal de Tinlot pour décider de la fermeture de l’église jusqu’à nouvel ordre. « De notre côté, nous allons recontacter l’Evêché, comme en 2014, pour lui demander de pouvoir vendre un terrain qui appartient à la Fabrique d’église. Le montant de la vente pourrait servir à la restauration de l’église. Une église qui est un lieu de passage et de visite sur la Route Charlemagne. Les gens du village y sont attachés », insiste André Dumont.

    La commune de Tinlot va aussi intervenir. « Nous allons demander une nouvelle expertise à l’ingénieur en stabilité pour qu’il fixe les priorités dans les réparations car les montants demandés sont très élevés. En 2018, on était aussi intervenu sur les cloches pour des réparations », précise la bourgmestre, Christine Guyot. « Nous allons à présent rechercher des subsides pour réaliser les travaux les plus urgents », ajoute-t-elle.
    Marc Gérardy. La Meuse H-W

  • Tinlot, l'église de Scry fermée en urgence (suite)

    69677444.jpgLa visite du Capitaine Jadot, vendredi dernier, a nécessité l'auto-échelle pour une vérification approfondie des lieux car il s'agissait de sécurité publique (L.W) Voir l'article d'hier.

    A Tinlot, l’église de Scry n’est plus accessible aux fidèles. (reportage vidéo de RTC).
    Cela fait maintenant une dizaine d’années qu'elle doit subir des travaux de rénovation, travaux qui n’ont jamais vraiment été effectués sauf quelques consolidations au niveau du carcan. L’église était encore accessible ces derniers jours mais il a fallu prendre des décisions en urgence suite à la chute de trois madriers.

    capture ecran 2019-10-15 à 18.08.34.jpg

    L’église est donc fermée provisoirement. Le site et ses alentours ont été sécurisés. Pour les autorités communales,  il va falloir trouver des solutions et tenter de débloquer des fonds.
    La Fabrique d’église regrette l'incident mais espère désormais que les choses vont bouger.
    L’église St Martin de Scry date du 16ème siècle, son chœur et ses vitraux sont classés au patrimoine, d'où l'importance de sa restauration.

    capture ecran 2019-10-15 à 18.13.54.jpg

    Voir la vidéo de RTC

     

  • Sécurité. Fermeture du bâtiment et du site de l’église de Scry

    P2130956.JPG
    Photo AD

    Réunis en urgence ce lundi, le Conseil de Fabrique de Scry et le collège des Bourgmestre et échevins ont décidé de fermer provisoirement l’église de Scry et l’accès aux alentours.

    Trois madriers s’étaient détachés du carcan qui entoure le clocher en attente de restauration. Les pompiers ont pu dégager ces madriers et suite à la visite des lieux et au rapport du capitaine Jadot, l’accès au site est sécurisé et interdit pour une période indéterminée en attendant l’enlèvement du carcan ceinturant la tour.
    Cela étant, des pistes ont été dégagées pour (re) lancer la restauration dont les problèmes datent de 2007…
    (Pour le Conseil de Fabrique, A.DUMONT)

  • Dimanche 9 juin, fête de la Pentecôte

    1232540147.GIFFête de la Pentecôte
    Dans les traditions chrétiennes, la fête de la Pentecôte commémore la venue du Saint Esprit cinquante jours après Pâques sur les apôtres de Jésus de Nazareth et les personnes présentes avec eux. Elle est rapportée dans les Actes des apôtres.
    Si une période festive de cinquante jours est attestée dans certaines communautés chrétiennes à partir de la fin du IIe siècle, elle n'était pas généralisée et ce n'est qu'à partir du IVe siècle qu'est instituée la fête de la Pentecôte, au terme de cette période.
    La Pentecôte est célébrée le septième dimanche, soit quarante-neuf jours après le dimanche de Pâques. La date en est variable puisque Pâques est une fête mobile.
    (D'après Wikipédia)

    LUNDI DE LA PENTECÔTE
    Contrairement à la France, le lundi de Pentecôte est un jour férié légal, prenez donc vos dispositions !

  • La fête de l'Ascension, pourquoi un jour de congé un jeudi ?

    2150768107.jpg

    Le jour de l’Ascension tombe toujours un jeudi. Pourquoi ?

    Parce que cette fête se célèbre quarante jours après le dimanche de Pâques, jour de la Résurrection de Jésus. Donc, faites le compte… Ce nombre de quarante jours provient du livre des Actes des Apôtres où Luc écrit que Jésus "pendant quarante jours, était apparu aux apôtres et les avait entretenus du Royaume de Dieu".
    ENTRER DANS LA GLOIRE DE DIEU
    Assez rapidement, la tradition chrétienne a situé l’Ascension sur le mont des Oliviers, nous apprend le magazine La Croix. Jardin en face de la ville de Jérusalem, lieu de rencontre habituel de Jésus et de ses disciples. Sur place, la tradition dit qu’on peut même voir la trace des pieds de Jésus qui serait restée sur le rocher ! De toute façon il est inutile de chercher à connaître, malgré les précisions données dans les récits bibliques, les conditions réelles de cet événement. Ce qui, en revanche, est plus manifeste -et tel est le sens premier qui apparaît dans les récits bibliques–, c’est la signification que revêt cet événement: en montant aux Cieux, Jésus exprime ce que signifie sa résurrection d’entre les morts, à savoir entrer dans la gloire de Dieu.
    Très rapidement, cette fête a connu une très grande importance. En France, lors du concordat signé entre Bonaparte et le pape Pie VII, l’Ascension est restée l’une des quatre fêtes d’obligation avec Noël, l’Assomption et la Toussaint.
    M.SP. La Meuse du 23 mai 2017

  • Bonne fête de Pâques

    4119689087.jpeg

    Pâques est la plus importante fête de la religion chrétienne. Elle commémore la résurrection de Jésus-Christ énoncée par la Bible, le troisième jour après sa passion.
    De nombreuses coutumes  destinées à accueillir le retour du printemps se rattachent à la fête de Pâques. L’œuf est le symbole de la germination qui se produit au début du printemps. Le lapin est aussi un symbole qui a toujours représenté la fécondité.
    Dans les pays chrétiens, l’œuf de Pâques est le cadeau favori le jour de Pâques.

    Capture d’écran 2013-03-30 à 20.12.54.jpeg
    En Belgique et dans le sud-ouest de la France, ce sont les cloches de Pâques qui apportent les œufs de Pâques. Depuis le Jeudi saint, les cloches des églises catholiques sont silencieuses, en signe de deuil. La tradition populaire pour les enfants dit qu'elles sont parties pour Rome, et elles reviennent le jour de Pâques en ramenant des œufs qu'elles sèment à leur passage.

    La tradition d'offrir des œufs remonte à l'Antiquité. Déjà, les Égyptiens et les Romains offraient des œufs peints au printemps car ils étaient le symbole de la vie et de la renaissance, ils étaient offert à la déesse mère (Vénus, Isis, Sémiramis...). À l’époque pharaonique, on écrivait en couleurs des vœux sur les œufs, on les déposait le soir dans un panier qui, au matin était inondé par les bienfaits de Ra, le Soleil. Les premiers Chrétiens Coptes ont supprimé l’écriture des vœux et peint les œufs en rouge pour symboliser le sang du Christ. Cette tradition païenne s'est répandue dans toute la chrétienté jusqu'à nos jours.

    Capture d’écran 2013-03-30 à 20.13.17.jpeg
    L'Église ayant instauré au IVe siècle l'interdiction de manger des œufs pendant le Carême et les poules continuant à pondre, les œufs pondus depuis le début du Carême – n'ayant pas été mangés – étaient alors décorés et offerts. De nos jours, le jeûne n'est plus prescrit aussi strictement mais la tradition d'offrir des œufs, y compris en chocolat, est restée.

  • 6 mars 2019, mercredi des cendres

    Origine des Cendres

    capture ecran 2016-02-08 à 16.43.49.jpgLe mercredi des Cendres est le jour qui marque l'entrée en Carême. La date est variable, chaque année les cendres ont lieu 46 jours avant Pâques. Ce jour est l'occasion d'une messe où le prêtre trace une croix avec de la cendre sur le front des fidèles en prononçant un verset de la genèse « C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. »
    La cendre dont on se sert pour tracer la croix est la cendre issue de la combustion des rameaux bénis l'année précédente. L'utilisation de ces cendres est une évocation symbolique de la mort, et le verset récité doit inciter le croyant à l'humilité et à la piété.
    Le carême commence donc par un rappel solennel de la condition humaine et s'achève avec les Pâques par une célébration de la vie, celle de la résurrection du Christ.

    Célébration religieuse à Tinlot du mercredi des cendres: 19h à l’église de Seny.
    Traditions de pénitence
    Entre le 11e et le 14e siècle, les pratiques actuelles ont été établies et le jour des Cendres tel qu'on le connait s'est répandu dans l'Église d'occident. Auparavant, le mercredi des Cendres était drapé d'un autre rôle, il était un jour de pénitence.
    Vers 300, le jour des Cendres est adopté localement par certaines Églises qui l'intègrent au rite d'excommunication temporaire ou de renvoi des pécheurs publics, une pénitence imposée aux personnes coupables de péchés capitaux. Dès le 4e siècle, ce jour marque à Rome le début de la pénitence canonique accomplie publiquement, jusqu'à l'absolution du jeudi saint.
    Au 7e siècle, un rite public de pénitence est pratiqué durant lequel les pénitents se présentent aux prêtres, et confessent leurs fautes.
    (Source Icalendrier)

  • Le SPW publie des cartes inédites du temps de Napoléon. Découvrez votre village en 1800

    B9718658825Z.1_20190221122149_000+GNRD13FNP.2-0.jpg

    Le tome II liégeois pèse tout de même 8,5 kg. - SPW

    C’est grâce à un archiviste fonctionnaire de la Région wallonne que l’existence de ces plans a été retrouvée. Il s’agit de cartes établies par des géomètres français du temps de Napoléon. « La Wallonie était sous occupation française à l’époque, explique le directeur de la Documentation au SPW, Philippe Gemis. Et il fallait calculer l’impôt foncier pour les propriétaires de terrains. Ils ont donc établi ces cartes à l’échelle 1/5000ème. On peut y voir très précisément les maisons, les rues, les champs, les forêts, les cours d’eau, les moulins, les châteaux… qui existaient à l’époque. »
    Trois exemplaires de chaque carte de village étaient réalisés : une pour la commune concernée, l’autre pour l’administration française de l’endroit et une troisième pour les archives à Paris. « Les deux premières ont quasiment toutes disparu, reprend le responsable des archives au SPW, Pierre De Spiegeler. C’est donc aux archives de l’Armée de Terre à Vincennes que nous les avons retrouvées. »

    Surtout des villages
    Après avoir publié un premier tome pour la province de Namur, sort aujourd’hui celui de Liège. Un magnifique ouvrage (de 8,5 kg tout de même !) qui reprend les 80 cartes qu’on a pu retrouver de l’ancien Département français de l’Ourthe, ainsi que celui de la Meuse inférieure. Il s’agit essentiellement de villages d’avant fusion des communes. Pas des grosses villes donc comme Liège, Verviers ou Huy.
    « Elles sont le chaînon manquant entre les cartes Ferraris (1770-1778) qui sont moins précises et les premiers plans cadastraux belges (à partir de 1837), reprend Philippe Gemis. Elles révèlent de nombreux intérêts pour les historiens locaux bien sûr, mais aussi pour les notaires qui recherchent l’origine d’un bien, les forestiers qui veulent connaître l’ancienneté de forêts. Etc… » Ou encore les premiers sites d’exploitation industrielle pour connaître la genèse de leur taux de pollution.
    Ces cartes ont été tirées à 500 exemplaires. Malgré la somme de papier, le tome n’est en vente qu’à 70€. On peut se le procurer à l’Archéoforum (place Saint-Lambert) ou par internet sur le site du SPW (service publications).  Source La Meuse digitale

    capture ecran 2019-02-23 à 19.20.07.jpg

    La carte du centre de Jemeppe avec maisons et...moulins © SPW

    39 anciens villages de Huy-Waremme cartographiés
    Braives : Avennes, Braives, Latinne, Tourinne-la-Chaussée
    Clavier : Les Avins

    Crisnée : Crisnée, Fize-le-Mar- sal, Kemexhe, Odeur, Thys
    Ferrières : Xhoris
    Fexhe-le-Haut-Clocher : Fexhe,Freloux, Noville, Roloux, Voroux-Goreux
    Geer : Lens-Saint-Servais, Ligney
    Hannut : Abolens, Avernas-le- Bauduin, Bertrée, Blehen, Cras-Avernas, Crehen, Grand-Hallet, Hannut, Lens-Saint-Remy, Thisnes, Villers-Le-Peuplier
    Lincent : Lincent

    Oreye : Bergilers, Grandville, Lens-sur-Geer, Oreye
    Remicourt : Hodeige, Momalle, Pousset, Remicourt

    Tinlot : Ramelot.
    (La Meuse H-W 22/2)

  • Dimanche 6 janvier 2019: fête de l'Epiphanie et la ”galette des Rois”

    France_Galette_des_Rois_2.jpgLa fête de l’Épiphanie tombe cette année le dimanche 6 janvier 2019. De nombreuses familles profiteront de ce dernier week-end de vacances pour déguster "la galette des Rois". Quelques explications.

    L'Épiphanie désigne aujourd'hui une fête chrétienne qui célèbre la venue du Messie dans le monde et recevant la visite des Rois mages.
    Elle a lieu le 6 janvier. En France et en Belgique, puisque ce jour n'est pas férié, elle est célébrée le premier dimanche de Janvier sauf si celui-ci est le 1er janvier.
    À l'origine et jusqu'à la fin du 4e siècle, L'Épiphanie est la grande et unique fête chrétienne de la « manifestation du Christ dans le monde ». Depuis l'introduction d'une fête de Noël le 25 décembre, l'Épiphanie a pris une autre signification selon les cultures.
    Depuis le 19e siècle, on l'appelle aussi le Jour des Rois en référence directe à la venue et à l'adoration des Rois mages.
    Dans la tradition populaire: "tirer les Rois"
    La tradition veut que l'Épiphanie soit l'occasion de « tirer les rois » : une figurine est cachée dans une pâtisserie et la personne qui obtient cette fève devient le roi de la journée.
    Cette pratique trouverait son origine dans les Saturnales de la Rome antique. Pendant ces fêtes païennes célébrées début janvier, les rôles étaient inversés entre les maîtres et les esclaves qui devenaient les «rois d'un jour».
    Ce n'est que vers 1875 que les figurines en porcelaine remplacent les fèves. Les Romains pratiquent déjà l'usage d'une fève dissimulée dans un gâteau pour désigner le roi. Il existait également chez les Romains, une tradition selon laquelle le plus jeune enfant de la famille se glisse sous la table et désigne la part revenant à chaque convive. (D'après Wikipédia)

  • Joyeuse fête de Noël 2018

    2243483144-1.jpeg
    Photo d'archive AL

    Noël est fêté dans la nuit du 24 au 25 décembre et le 25 toute la journée. En tant que fête chrétienne, elle commémore chaque année la naissance de Jésus de Nazareth.
    À l'origine, il existait à cette date des festivités païennes marquant le solstice d'hiver, symbole de la renaissance du soleil. La fête chrétienne a été positionnée à la même date dans le but de remplacer ces fêtes et, symboliquement, pour associer la naissance du Christ à la notion de lumière croissante. 

    La période entourant Noël est appelée « temps des fêtes » quand on y inclut les célébrations du Nouvel An.
    Depuis le milieu du XXe siècle, cette période perd son aspect religieux tout en maintenant vivante la tradition de la fête. Dans cet esprit, Noël prend une connotation folklorique, conservant le regroupement des cellules familiales autour d'un repas et l'échange de cadeaux autour du sapin traditionnel.

    La première crèche aurait été réalisée par François d'Assise en 1223 à Greccio, en Italie; ç'aurait été une crèche vivante, c'est-à-dire incarnée par de vraies personnes. Depuis le XVIIIe siècle, la tradition de la crèche s'est perpétuée dans tout le monde catholique et en a largement débordé au cours du XIXe siècle.
    En Provence, des personnages nouveaux ont été ajoutés : les santons. Ils figurent souvent les métiers traditionnels du XIXe siècle ou les scènes de la vie quotidienne de la région. Les rois mages Gaspard, Melchior et Balthazar, trois érudits de l'époque de Jésus, sont représentés en route vers cette même étable, mais leur arrivée n'est célébrée qu'à l'Épiphanie. Ils symbolisent l'universalité de l'événement qu'est la naissance de Jésus.


    DSC_1676.jpgPère Noël
    Chargé d'apporter des cadeaux, il est représenté comme un vieil homme pourvu d'une longue barbe blanche et d'une houppelande rouge. Cette image est accompagnée de tout un folklore : traîneau volant tiré par des rennes, lettres de demande de cadeaux à son intention, son sac rempli de jouets, etc.
    Personnage d'invention anglo-saxonne et protestante au XIXe siècle, de Charles Dickens notamment avec ses cinq Livres de Noël, dont la publication du premier, Un chant de Noël (A Christmas Carol, dans sa version originale), remonte à 1843.
    La première mention du « père Noël » en français est trouvée en 1855 sous la plume de George Sand. Une de ses premières représentations date de 1868, dessinée par Thomas Nast pour Harper's Weekly.
    À l'origine le personnage est habillé soit en vert soit en rouge, au gré de la fantaisie des illustrateurs
    S'il est inspiré du saint Nicolas chrétien, notamment par ses habits, il peut également être assimilé à Julenisse, un lutin scandinave qui avait la même fonction à la fête de la mi-hiver.


    3623412394.jpegLa Trêve de Noël est un terme utilisé pour décrire plusieurs et brefs cessez-le-feu non officiels qui ont eu lieu pendant le temps de Noël et le Réveillon de Noël entre les troupes allemandes, britanniques et françaises dans les tranchées lors de la Première Guerre mondiale, en particulier celles entre les troupes britanniques et allemandes stationnées le long du front de l'Ouest en 1914. En 1915, il y eut une trêve de Noël similaire entre les troupes allemandes et françaises. 

    (D'après Wikipédia)

  • L'Eglise Catholique dévoile ses chiffres dans un premier rapport annuel, il reste un million de pratiquants en Belgique

     

    foule-1024x625.jpg

     

    L'Eglise Catholique dévoile ses chiffres dans un premier rapport annuel, il reste un million de pratiquants en Belgique. «En Belgique, 52,76% de la population belge se déclarent catholiques, et 9,42% catholiques pratiquants, ce qui correspond à 1.071.853 personnes.»
    En ce mois de novembre 2018, l’Eglise catholique en Belgique publie son tout premier rapport annuel. Fruit de deux années de travail, ce document présente un portrait vivant de l’action de l’Eglise dans notre pays, chiffres à l’appui. Un exercice de transparence inédit.

    163.360 bénévoles sont actifs dans les 3.846 paroisses que compte notre pays. Un chiffre impressionnant. Ces bénévoles assurent nombre de missions essentielles dans l’Eglise d’aujourd’hui: accueil, catéchèse, participation à la liturgie, gestion administrative…
    Autres chiffres significatifs: en 2016, il y avait 2.774 prêtres diocésains, 2.205 prêtres d’un ordre religieux ou d’une congrégation, et 601 diacres permanents.
    En 2016, 50.857 baptêmes, 41.060 confirmations et 7.859 mariages sacramentels ont été célébrés. Et le troisième dimanche du mois d’octobre 2016, 286.393 personnes ont participé à une eucharistie.

    Le rapport présente des éléments relatifs au patrimoine et à l’organisation de l’Eglise en Belgique. On y découvre que la Belgique francophone compte 2.550 églises, et la Flandre 1.746 et que, entre 2012 et 2016, 75 bâtiments d’église ont été désaffectés. On y rappelle aussi, en passant, que les biens d’église n’appartiennent plus à… l’Eglise depuis la Révolution française de 1789, mais que le « Concordat de 1801 » lui accorde des subventions publiques en guise de réparation…
    A noter, en particulier, que le rapport communique des données relatives au financement de l’Eglise en Belgique. Une première à cette échelle. Outre les rémunérations des « ministres du culte », pris en charge par l’Etat fédéral, l’Eglise est financée par le biais des fabriques d’église – également une institution publique –, et de l’association des œuvres paroissiales (A.O.P.). Celle-ci centralise collectes, contributions et autres dons.
    Un dernier chiffre: le budget global de fonctionnement des évêchés et du centre interdiocésain s’élevait, pour l’année 2016, à 26.296.161 euros.

    A l’avenir, la Conférence épiscopale devrait publier un tel rapport chaque année, ce qui devrait permettre d’établir certaines comparaisons instructives. Voir la présentation du rapport dans la vidéo ci-dessous.
    Lire l'article complet dans cathobel.be ou vous pouvez télécharger le rapport en pdf.

     

  • Pailhe. Huit représentations exceptionnelles: « Le Grand Meaulnes » d'Alain Fournier

    capture ecran 2018-08-14 à 10.52.26.jpg

    Théâtre en plein air au profit de la restauration de l’église de Pailhe

    Première mondiale en français
    Du 18 au 26 août à 21h
    au Château des Goffes de Pailhe
    8 représentations exceptionnelles
    « Le Grand Meaulnes »
    une adaptation du roman d’Alain Fournier.
    Possibilité de repli en cas de pluie.
    Infos : www.legrandmeaulnes.be

  • Le 15 août: fête de l'Assomption. Bonne fête à toutes les Maries

    Un peu d'histoire et quelques explications:
    Avant d'être un dogme instauré par l'Eglise, l'Assomption de Marie était une croyance reposant sur des traditions et non sur des bases écrites reconnues dès les premiers temps de l'Église. Il n'existe donc pas trace dans la Bible qui pourrait fonder cette croyance.
    En 373 [ap. J-C.], Saint Ephrem évoque le concept selon lequel le corps de Marie serait resté, après son décès, intact à savoir non atteint par « l'impureté » de la mort.
    Au IVe siècle, Épiphane de Salamine souligne que nul ne sait ce qu'il est advenu de Marie à la fin de sa vie. La tradition à ce sujet n'est pas attestée avant le Ve siècle.

    C'est ainsi que l'Assomption de Marie est devenu un dogme de l'Église catholique selon lequel, au terme de sa vie terrestre, la mère de Jésus a été « élevée au ciel ». Le terme « assomption » provient du verbe latin assumere, qui signifie « prendre », « enlever ». La fête catholique célébrant l'assomption de Marie a lieu le 15 août.

    Capture d’écran 2013-08-15 à 11.44.10.jpeg
    En Outremeuse à Liège, toutes les Maries sont fleuries ainsi que les "Potalles" repésentant la Vierge Marie

    D'innombrables processions ont lieu dans les paroisses catholiques le jour de l'Assomption, jour férié dans nombre de pays catholiques.
    En France, depuis le vœu de Louis XIII qui place le royaume de France sous la protection de Notre-Dame de l'Assomption, les processions sont traditionnellement suivies et donnent souvent lieu à des festivités, feux d'artifices, etc., comme à Biarritz. Celle de Paris se tient depuis quelques années dans un bateau sur la Seine, où l'on sort la statue d'argent de la Vierge conservée à Notre-Dame. Le sanctuaire de Lourdes connaît ses plus grandes heures d'affluence.
    En Belgique, le 15 août en Outremeuse débute par une procession suivie de trois jours de festivités. (D'après Wikipédia)