Police

  • Les dix endroits où la police flashe le plus à Huy-Waremme

    capture ecran 2019-05-17 à 20.29.18.jpg

    La Nationale 643 à Héron, la route du Condroz à Nandrin et la Nationale 69 à Braives composent le podium du plus grand nombre d’excès de vitesse en 2018, hors réseau autoroutier.
    La vitesse excessive des véhicules reste l’une des priorités des zones de police du pays en général et de celles de l’arrondissement de Huy-Waremme en particulier.Car le nombre de conducteurs verbalisés pour excès de vitesse est en constante augmentation depuis 2010 avec un nouveau record atteint l’année dernière.
    Dans le Condroz
    Nandrin arrive en tête du classement dans la zone de police du Condroz (1092) en raison surtout de la route du Condroz (896 p.-v.) et de la rue de Dinant (123).
    Ferrières arrive en 2e position (614) en raison de l’autoroute E25 (427 p.-v. aux bornes 31.6 et 33.9) et de la route des Fagnes (107 à hauteur des n°8, 13, 14, 15, 16).
    Il y a ensuite Modave avec 513 conducteurs flashés dont 298 route de Strée (à hauteur des n°5A, 15, 38, 40, 42, 66, 70) et 198 route de Modave (n°8, 20, 24, 37, 38, 39, 49).
    A Ouffet, 306 conducteurs roulaient trop vite dont 145 sur la Grand Route (n°12, 26, 46, 51) et 98 rue de Hody (n°19, 25, 30, 35).
    A Comblain-au-Pont, il y a eu 277 p.-v. dont 138 rue du Grand Pré (n°23,25,35) et 44 rue d’Aywaille (n°92, 141).

    A Tinlot, 193 verbalisés dont 109 rue de Dinant (n°30, 32, 40, 49, 53) et 59 rue du Montys (n°2, 11).
    A Clavier, 190 p.-v. dont 134 route de Givet (n°2, 41) et 131 à Hamoir dont 66 route de Xhoris (n°16, 18, 28, 46, 50, 52) devant Anthisnes (88 p.-v.) et Marchin (68).
    Lire l'article complet dans La Meuse H-W

  • Le SMS et le mail entrent (enfin) dans le code civil

    Jeudi dernier, en séance plénière du parlement, le projet de réforme du code civil du ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), est voté au parlement. Sauf énorme surprise, le texte sera adopté.

    Code_civil_avec_les_discours,_1803.jpg
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Code_civil_(Belgique)

     Cette réforme n’était pas un luxe : ce code datait de 1804 et parlait encore de « remparts », de « portails » et même… de « pont-levis » !
    Tout le livre traitant de la preuve qui a été réformé. Au pénal, quand on enfreint une loi, c’est le ministère public qui doit apporter la preuve. Au civil, c’est différent. Lorsqu’il y a un litige entre citoyens ou une contestation sur le statut des personnes ou des biens, la charge de la preuve incombe à celui qui saisit la justice.
    La réforme de Koen Geens permet au juge de renverser la charge de la preuve. Exemple. Vous tentez de retirer de l’argent d’un distributeur automatique de billets, mais un problème se présente. L’argent est débité de votre compte mais aucun billet n’est sorti de la machine. Actuellement, si le juge demande à la banque de soumettre le logbook mais que celui-ci a été supprimé, vous êtes en tort. Tant pis pour vous. Vous n’avez pas reçu vos billets mais vous ne pouvez pas le prouver. La réforme permettra au juge de renverser la charge de la preuve et de la faire peser sur la banque. Si la banque n’est donc pas en mesure de prouver que le distributeur a bel et bien sorti les billets, vous obtenez gain de cause en tant que plaignant.
    Autre exemple : on vous vole votre GSM en Espagne. Avec un autre appareil, vous appelez l’opérateur afin de bloquer votre carte SIM mais personne ne décroche. Le voleur passe des appels avec votre GSM, la facture s’élève à des centaines d’euros. Vous refusez de payer la facture, l’opérateur vous fait un procès civil et affirme au tribunal que vous ne pouvez livrer aucune preuve de vos tentatives pour les avertir du vol.
    Ici aussi, le tribunal pourra demander à l’opérateur de prouver l’absence d’appel téléphonique de votre part.
    Autre grosse nouveauté dans cette réforme : le SMS et les e-mails y font leur grande entrée dans le code civil ! Pour les achats et les ventes allant jusqu’à 3.500 € ils auront la force d’une preuve, comme un document écrit. Imaginez que vous achetiez un vélo électrique d’occasion sur internet pour 1.000 €. Un SMS ou un e-mail suffira comme preuve de votre achat. Ce sera moins de formalités pour les petits achats qui se font souvent sur le net. Cette réforme offre également davantage de sécurité pour les milliers de transactions quotidiennes d’un montant inférieur à 3.500 €.
    Période de transition
    « Notre société mérite une législation moderne qui correspond aux priorités des citoyens », résume le ministre Geens. Une période de transition de 18 mois est prévue avant l’entrée en vigueur de ce nouveau code.
    F. DE H. (SUDPRESSE)

  • Vaste opération de contrôle de la vitesse sur les routes mercredi

  • Commune propre. Que faire quand la bulle à verres est remplie ?

    bulle .jpg

    Les dépôts de bouteilles au pied des bulles à verres exaspèrent régulièrement de nombreux citoyens !
    Mais que faire lorsque la bulle est pleine ?
    A éviter dans tous les cas, le dépôt comme illustré ci-dessus! De plus les cartons vont se désagréger avec la pluie et les bouteilles s'éparpiller avec le risque de morceaux de verre cassés sur le sol!
    Le plus simple est sans doute de se rendre à une autre bulle dans un village voisin. Elles sont placées à Seny, Fraiture, Soheit-Tinlot, Scry , Abée, mais aussi dans les communes voisines ou dans les recyparcs.
    Si là aussi elles sont remplies, cela ne sert à rien de prévenir vous-même Intradel. Il vaut mieux, dans ce cas, le signaler à la commune qui peut envisager un ramassage supplémentaire avec l'intercommunale!
    Ces ramassages sont prévus par un calendrier comme pour les poubelles.
    Rappelons enfin qu'il s'agit d'une incivilité pour laquelle vous risquez d'être sanctionné!

  • Economie.be "Point de contact" si vous êtes victime d’une fraude ou d’une escroquerie...

    capture ecran 2019-03-28 à 19.14.39.jpg

    Vous êtes victime d’une tromperie, d’une arnaque, d’une fraude ou d’une escroquerie, ou vos droits en tant que consommateur ou entreprise n’ont pas été respectés ?
    Choisissez alors le scénario qui s’applique à votre problème et suivez les étapes successives afin de signaler votre problème aux services compétents.
    Vous recevrez toujours un avis dans lequel nous nous efforcerons de répondre au mieux à vos questions.
    Les services compétents analyseront votre signalement et procéderont éventuellement à une enquête. Ceci peut impliquer la communication de vos données à d’autres autorités compétentes. Ils n’interviennent pas dans le cadre de votre problème individuel et ne fournissent aucune information sur l’enquête. En ce qui concerne votre problème individuel, nous nous référons exclusivement à l’avis qui vous sera envoyé.

    https://pointdecontact.belgique.be/meldpunt/

  • La police du Condroz lance un appel à la vigilance

  • Condroz. Le nouveau chef de la zone de police a prêté serment

    capture ecran 2019-03-21 à 20.02.58.jpg

    Paul Carral Vazquez, 46 ans, s’apprête à célébrer sa récente nomination avec les membres du conseil de police ce mardi soir. Le Neupréen, papa de deux enfants, a maintenant 87 personnes sous ses ordres. Un défi qu’il n’a pas peur de relever : « Je suis justement venu dans la zone du Condroz pour construire une police à taille humaine. Je n’ai pas peur d’accepter les défis et de montrer ma vision ».
    Paul Carral Vazquez, diplômé en criminologie de l’Université de Liège, a commencé sa carrière en tant qu’inspecteur à la police communale de Chaudfontaine. Il a ensuite travaillé à la police de Seraing, où il a passé son brevet d’officier. Après la réforme des polices, il est commissaire à la police fédérale à Bruxelles pendant un an et demi. En 2004, il revient dans sa province en entrant à la police de Liège comme adjoint au directeur de la proximité.
    La proximité, un enjeu primordial pour ce policier qui découvre la zone du Condroz. « Dès demain, je vais commencer par faire un état des lieux. Je compte me rendre dans les dix maisons de police de la zone. Un des plus gros défis va être d’établir une bonne communication entre ces dix maisons dispersées sur un territoire de 405 km2. Le bon échange d’informations est primordial vu la taille de la zone », avance Paul Carral Vazquez.
    En plus de la proximité avec le personnel, il y a la proximité avec les citoyens. Le nouveau chef de corps s’inspire des préceptes de la police québécoise, la « community police » : la proximité et la résolution des problèmes. « Je suis à l’écoute des citoyens. La résolution des problèmes ne se fera pas sans eux. Pour cela, il faut bosser avec les habitants et les associations actives au niveau local », assure le chef de corps. La spécificité de la zone de police du Condroz ? La circulation et la sécurité routière. Le chef de corps sera particulièrement attentif à cet aspect.
    Lire l'article complet d'Estelle Flazone dans la Meuse digitale

  • Ce 20 mars, arrêt de travail au palais de justice de Huy

  • Condroz. Vague de vols de cartes bancaires PAR RUSE chez les seniors

    Les victimes sont nombreuses ces dernières semaines. La police du Condroz lance une grande campagne de prévention

    capture ecran 2019-02-27 à 18.18.34.jpg

    Pour lutter contre les nombreux vols de carte bancaire par ruse à Nandrin, l’inspectrice Hélène Labalue a lancé une grande campagne de prévention auprès des commerçants et clients de Nandrin et Tinlot.
    Il y a une dizaine de jours, Irène (prénom d’emprunt), une Nandrinoise de 83 ans, effectue ses courses dans une grande surface commerciale de Tinlot. À plusieurs reprises, elle croise les mêmes personnes dans les allées du magasin. Elle s’en étonne, mais sans plus. « Juste que je trouvais cela bizarre », se souvient-elle.
    À la caisse, rebelote, les deux femmes aperçues quelques instants plus tôt sont à nouveau tout près d’elle. « Ce qui m’a frappé, c’est qu’elle n’avait pas d’achat ». reprend Irène qui quitte le magasin pour se rendre ensuite sur la tombe de son mari, au cimetière de Scry.
    En sortant du cimetière, elle remarque une camionnette blanche garée sur le parking. « Mais à nouveau, je ne me suis pas méfiée. J’étais à 100 lieues de penser que j’étais suivie. »
    Du cimetière, Irène fait encore un crochet par une droguerie avant de rentrer chez elle, à Nandrin. « Dix minutes plus tard, les deux femmes vues dans le magasin sonnaient à ma porte pour me demander soi-disant des livres pour une association d’enfants de Huy. Heureusement, ma petite-fille était là lorsque cela s’est passé », soupire Irène. « Elle s’est tout de suite méfiée et l’a bien fait comprendre aux deux inconnues qui n’ont pas insisté. Elles sont reparties ».
    Suite à ces faits, Irène a déposé plainte au bureau de police de Nandrin où immédiatement les enquêteurs ont reconnu dans son récit le modus operandi des voleurs de carte bancaire par ruse qui sévissent depuis 2 à 3 ans dans la région de Nandrin. Les victimes sont bien souvent des personnes âgées. Selon l’inspecteur principal, Danny Gilson, entre 10 et 20 cas ont été enregistrés en l’espace de 2 à 3 ans.
    Lire la suite de l'article de Marie-Claire Gillet dans la Meuse H-W du 27/2.

    4145809130.3.jpegDistraire la victime par tous les moyens
    A quelques variantes près, le modus operandi utilisé pour ce type de vol par ruse est toujours identique et donc facilement repérable : « Le ou les auteurs observent leur victime qui compose son code lors du paiement, un(e) suspect(e) se trouve dans la file d’attente de la caisse, l’autre suspect(e) fait semblant de téléphoner devant cette caisse. Comme les victimes ne prennent aucune précaution pour cacher le code, cela permet aux auteurs de prendre facilement connaissance de ce code » explique la police dans le document qu’elle a distribué dans les commerces de la route du Condroz à Nandrin et de la zone commerciale de Tinlot.
    Lorsque la victime se retrouve sur le parking, deux options sont possibles : soit elle est suivie jusqu’à son véhicule, soit jusqu’à son domicile comme ce fut le cas pour Irène de Nandrin. Lorsque la future victime est sui-vie jusqu’à son véhicule, les auteurs prétendent récolter de l’argent pour une œuvre fictive, pendant qu’un fait signer un document, une autre personne subtilise le portefeuille.
    Dans le cas où la victime est suivie jusqu’à son domicile, une des deux personnes se fait passer pour malade ou enceinte (ou toute autre raison), et demande un verre d’eau (ou un autre service). Le but est d’entrer dans la maison. Une fois à l’intérieur de l’habitation, une des deux demande à se rendre aux toilettes pendant que l’autre distrait la victime. Ce qui laisse à l’auteur tout le loisir de voler le portefeuille.
  • Neupré, route du Condroz: trop d’accidents, ça va flasher !

    En début de semaine, la zone de police de Seraing-Neupré a publié un message d’avertissement. Après avoir noté une augmentation du nombre d’accidents liés à la vitesse sur la route du Condroz, la zone a décidé de faire entrer en action le radar trépied. Objectif : vous faire lever le pied !

    capture ecran 2019-02-14 à 06.41.34.jpg

    « Après avoir mis en place un radar fixe sur cette voirie (du côté du secteur de Neupré) et après avoir réduit la limitation de vitesse en la faisant passer de 90 à 70 km/h, la police a tout de même remarqué que trop d’accidents liés à la vitesse avaient encore lieu à cet endroit fréquenté », explique-t-on à la Ville de Seraing.
    Durant les prochains mois, un petit radar mobile sera donc installé sur l’axe routier. «  Nous avons remarqué que les accidents étaient deux fois plus importants sur la route du Condroz que sur d’autres secteurs routiers. Même si un radar fixe se trouve actuellement à Neupré, la plupart des conducteurs ne respectent pas la vitesse », souligne Yves Hendrix, chef de zone de la police locale de Seraing.
    Lire l'article complet dans la Meuse H-W

  • Police du Condroz. Attention vague de vol !

    capture ecran 2019-02-07 à 22.08.25.jpgAttention vague de vols.
    Une recrudescence de vols dans habitation est constatée sur les communes de Ouffet, Tinlot (Abée et Ramelot), Clavier et Nandrin.
    Ces vols surviennent entre la fin d'après-midi et minuit, même durant une très brève absence des occupants.
    Nous recommandons à la population de faire preuve d'une grande vigilance et de signaler directement au n° gratuit 101 tout agissement suspect.
    Veillez à utiliser les systèmes de sécurité présents dans vos habitations.
    Nos services sont actuellement à la recherches active des auteurs.
    Source

  • Week-end sans alcool: moins de 2% des conducteurs contrôlés positif

    capture ecran 2019-01-16 à 10.17.22.jpg

    L’action s’est déroulée du vendredi à 18h jusqu’au lundi 06h dans toutes les régions du pays. Sur les 34.715 personnes contrôlées par la police fédérale et l’ensemble des zones de police locales, 34.092 ne conduisaient pas sous l’influence de l’alcool.
    Le pourcentage de conducteurs positifs diminue légèrement par rapport à la même action l’année dernière, avec 1,80% ce week-end contre 1,88% en janvier 2018.
    (La Meuse) Photo Belga.

  • Fraude présumée à La Zone de police du Condroz

    La Zone de police du Condroz est actuellement secouée par une affaire de fraude présumée.
    L’ancien chef de corps de la Zone de police du Condroz, l’Ouffetois Philippe Prévot, et un officier-adjoint auraient acheté des vêtements civils sur le compte de la Zone de Police. Ils sont actuellement tous les deux en maladie et attendent leur pension.

    capture ecran 2019-01-11 à 16.41.32.jpg

    « En août 2014, l’ancien chef de corps a demandé que les policiers qui sont en représentation puissent acheter des vêtements civils. La masse d’habillement des policiers est régie par une loi fédérale qui attribue un quota de points, environ 35.000 par an, à chaque policier pour ses vêtements. Le collège a accepté tout en insistant que cela devait être fait dans le respect strict de la législation », explique Philippe Dubois, président de la Zone de Police du Condroz.
    Le hic, c’est qu’il y a un an, le collège de police a constaté une explosion des montants de cette masse d’habillement qui s’est poursuivie lors des budgets suivants.
    « Il y avait une relation de confiance avec l’ancien chef de corps. Le collège a toujours travaillé sur base des rapports qu’il nous présentait. Il y a à présent une présomption d’abus et nous savons que nous avons reçu de mauvaises informations », ajoute Philippe Dubois.
    « Fin de l’année 2018, lors de deux comités de concertation de base, l’autorité nous a informé qu’elle avait constaté cette explosion budgétaire de la masse d’habillement. Pour une zone de police à taille équivalente, le budget est de 40.000€ (NDR : il est de 85.000€ en 2019). Le président de la zone nous a indiqué qu’il fallait tenir compte que 10 à 12 agents ont été engagés ces dernières années mais cela n’explique pas tout », indique Fabrice Discry, délégué permanent SNPS.
    « La Zone de Police du Condroz a fait le choix de ne plus s’adresser à la police fédérale mais a lancé un marché public qui a été remporté par une société. Cela coûte plus cher mais la qualité est meilleure », précise Fabrice Discry.
    « Je suis outré par ces dépenses effectuées par l’ancien chef de corps et un officier adjoint sur le compte de la Zone de Police ! Je préfère que cet argent soit utilisé pour acheter du matériel de protection et de sécurité des policiers ou pour payer les heures supplémentaires, s’il y en a. Ces pratiques portent atteinte à l’image de la police alors que tous les autres policiers de la Zone du Condroz sont intègres. Je mettrai ce point à l’ordre du jour du prochain comité de concertation de base », prévient encore le délégué syndical.
    « Nous avons prévenu la tutelle de ces problèmes budgétaires en avril dernier. Nous ferons toute la lumière sur ce qui s’est passé et nous voulons rassurer la population. Un Conseil de Police s’est tenu ce mardi soir et à l’unanimité, les dix bourgmestres ont décidé de se faire assister d’un avocat pour gérer la situation. Une commission interne, chargée de l’habillement, va être mise en place avec tous les partenaires concernés, y compris les organisations syndicales avec qui nous avons de bonnes relations », annonce Philippe Dubois.
    A noter que Philippe Prévot que nous n’avons pu joindre, n’a toujours pas été remplacé par le Liégeois Paul Carral Vazquez après plus de deux ans d’attente. « Nous attendons toujours la signature de l’arrêté royal et sa parution au Moniteur. Si le Roi pouvait signer rapidement, cela apporterait de la sérénité dans la Zone de Police du Condroz et cela permettrait de faire avancer les choses », conclut Fabrice Discry.

    Article de Marc Gérardy dans la Meuse du 9 janvier.
    Lire également dans cet article: Suspension du prononcé pour Philippe Prévot en 2015

    L’ex-chef de zone réagit!
    « Je me demande pourquoi cette prétendue affaire sort maintenant, s’insurge Philippe Prévot. Tous les achats ont toujours été effectués en totale transparence. (...) Le Collège était au courant, ou alors ils signent des documents sans les lire… » Lire la suite ci-dessous
    .

    Lire la suite

  • Tinlot. Vandalisme à Seny. Dégradations au cimetière, à l’église l’été dernier, boîtes à livres, cela suffit!

    La Meuse Huy-Waremme a fait écho aux actes de vandalisme à Seny et interviewé André Dumont, Président du CCT.
    Les vandales ont encore sévi dans le petit village de Seny (Tinlot). Après les dégradations au cimetière puis à l’église Saint-Pierre l’été dernier, ils ont cette fois saccagé des boîtes à livres qui venaient d’être installées juste avant les fêtes. Des actes qui révoltent André Dumont, le président du Comité Culturel qui a concrétisé ce projet de boîtes à livres.

    Il n’y a plus qu’un amas de planches en bois.

    Le spectacle est désolant. Sur la place du Baty à Seny (Tinlot), le meuble recyclé en boîte à livres a été complètement explosé. Il n’y a plus qu’un amas de planches en bois sur le sol.
    « Nous avons fait ce triste constat en fin de semaine dernière. Mais je viens d’apprendre ce lundi que la deuxième boîte à livres a également été saccagée », déplore André Dumont, le président du Comité Culturel de Tinlot. « C’est triste, révoltant. Un acte gratuit ! C’est le comité du Baty qui avait réaménagé un ancien meuble pour en faire une boîte à livre. Il n’a sans doute pas fallu 2 minutes pour démolir ce meuble. Il a fallu des heures et des heures pour le fabriquer, l’aménager, l’installer. S’attaquer à une caisse en bois, c’est très peu courageux, c’est trop facile ! S’attaquer à une boîte à livres, c’est détruire ce qu’elle contient et qui fait notre intelligence, ce qui fait qu’on peut devenir une personne capable de penser, de réfléchir, de comprendre et d’aimer… »

    Edition numérique des abonnés
    Blog Tinlot

    Ce n’est pas la première fois que le petit village de Seny est victime de dégradations. « La dernière fois, c’était l’église Saint-Pierre l’été dernier », rappelle André Dumont. En effet, de la cire de bougie avait été répandue sur les murs et sur les statues, des fleurs et du mobilier avaient aussi été vandalisés.
    Lire aussi Vandalisme à l’église de Tinlot: de la cire sur les statues
    « Visiblement, il y a une bande de voyous qui cible Seny. Une plainte a été déposée. J’espère que la police va pouvoir mettre la main dessus ».

    Le Comité Culturel de Tinlot a installé des boîtes à livres dans les différents villages de la commune condruzienne juste avant les fêtes. « L’idée avait été lancée voici un peu plus de quatre ans. Elle est revenue sur la table en 2018 et cela s’est concrétisé avant Noël. Il reste encore à en installer une à Scry, et puis, nous allons en remettre à Seny. J’ai fait un petit tour récemment dans les différentes boîtes et elles fonctionnent déjà. Certains livres sont partis et d’autres sont arrivés. C’est une bonne chose », conclut André Dumont.
    Souhaitons à présent que ces boîtes ne soient plus victimes de vandalisme.
    Appel à témoin

    Vous avez vu quelque chose? Contactez la police !
    La police de proximité de Tinlot lance un appel suite à ces deux boîtes à livres vandalisées dans le village de Seny (sur la place du Baty et à Coënhez) pour tenter d’identifier les auteurs des faits. « Nous rappelons que si quelqu'un à vu ou entendu quelque chose qu'il lui est possible de contacter le bureau depolice à Tinlot entre 08h00 et 12h00 et 13h00 et 17h00 du lundi au vendredi via le numéro de téléphone: 085/830.917 ou par e-mail à l’adresse sui- vante: police@tinlot.be. Si vous êtes témoin d'un fait, ne pas hésiter à effectuer le numéro d'appel d'urgence de la police à savoir le 101. » A bon entendeur !
    Article complet dans la Meuse du 8 janvier 2018.

  • La Boîte à livres de Coënhez également vandalisée

    Coënhez.jpg
    La boîte à livres installée à Coënhez le 22 décembre également détruite !

    "Il en est de même avec la boite à livres à Coënhez (Seny)!!!

    capture ecran 2019-01-07 à 17.19.16.jpgNous rappelons que si quelqu'un à vu ou entendu quelque chose qu'il lui est possible de contacter le bureau de police ici à Tinlot entre 08:00 et 12:00 et 13:00 et 17:00 du lundi au vendredi via le n° de téléphone: 085/830.917 ou par e-mail: police@tinlot.be
    Si vous êtes témoin d'un fait, ne pas hésiter à effectuer le numéro d'appel d'urgence de la police à savoir le 101."
    Ce commentaire a été posté par Christophe Piret. (Agent de proximité)
    https://www.police.be/5296/contact/commissariats/poste-de-police-de-proximite-de-tinlot

    Commentaire publié lundi vers 17h