Sécurité

  • Incendie à la ferme «Chez Rosemalou» à Clavier: une cinquantaine de vaches ont péri

    Pour une raison indéterminée, un incendie a débuté ce lundi matin au sein de la ferme « Chez Rosemalou », située au carrefour entre la rue du Hâlon et rue d’Atrin à Clavier, aux alentours de 5h50. Les pompiers de la zone Hemeco ont été appelés sur place. Arrivés sur les lieux, les hommes du feu ont constaté un embrasement généralisé du bâtiment principal. Le fermier et sa femme tentaient d’évacuer les vaches du brasier. Emmanuelle Lecomte, propriétaire de la ferme est profondément choquée par ce qu’il s’est déroulé sous ses yeux.

    Fort heureusement, aucun blessé humain n’est à déplorer. La deuxième étable ainsi que le corps de logis ont pu être épargnés des flammes. « On voyait la colonne de fumées à 10 kilomètres. On a fait tout ce qu’il fallait pour protéger l’habitation et les autres bâtiments. Les fermiers sont assez défaits car il s’agit de leur outil de travail, c’est très impactant pour eux », indique le capitaine de la zone Hemeco Christophe Jadot...lire la suite

    Voir tous les détails et les images dans La Meuse H-W

  • Condroz. Suite à 3 vols à Nandrin, la police lance un appel à la vigilance

    La zone de police annonce qu’une enquête est en cours, mais tient à inviter les résidents « à faire preuve de vigilance en activant les systèmes de sécurité dont sont pourvus leurs logements et encourager tout citoyen témoin d'agissements suspects à appeler sans délais le 101 afin qu'une patrouille soit envoyée sur les lieux. »

    Le communiqué de la police précise : « Ne prenez aucun risque personnel. Des éléments tels que l'immatriculation, marque, type et couleur du véhicule, direction de fuite sont d'une importance capitale pour nos enquêtes de même que le nombre ainsi que la description physique et vestimentaire éventuelle des auteurs. »
    La Meuse H-W

  • Tinlot. Attention ce samedi 22 août. Battue et chasse au gros gibier dans les Bois de l'Herberain

    Attention, suite à une battue organisée pour la chasse au gros gibier à Fraiture, La circulation de tout véhicule piéton, cylcliste ou cavalier sera tinterdite le samedi 22 août entre 8 h et 15 h dans les bois de l'Herberain !

    117707953_168869824704637_6353418490902326695_o.jpg

  • Le pompier blessé dans l'incendie qui a coûté la vie à Joël a dû être amputé

    Dans la nuit du 15 mai, à Neuville-en-Condroz, Joël Landerwyn, 61 ans est décédé tragiquement dans l'incendie  de sa villa.  Un  pompier de Liège avait été grièvement blessé en tentant de sauver la vie de la victime
    Si ses jours ne sont plus en danger, il a malheureusement dû être amputé.
    Rappel des faits (article sur ce blog):

    Neupré: un mort et un pompier grièvement blessé dans un incendie (La Meuse)

    Le sinistre est total et l’occupant des lieux, Joël, 61 ans, a perdu la vie.

    Le sinistre est total et l’occupant des lieux, Joël, 61 ans, a perdu la vie. (Laura Hollange)

    Les pompiers ont maîtrisé le sinistre mais, malheureusement, ils ont découvert, au premier étage de la maison, le corps sans vie de l’occupant des lieux. Malgré l’intervention des secours, il n’y avait plus rien à faire pour lui.
    Lors de l’intervention, particulièrement compliqué, un des vingt pompiers a été sérieusement blessé. En effet, une partie de la maison en feu s’est effondrée et le sapeur a été partiellement enseveli sous les débris. Il a fallu une quinzaine de minutes à ses collègues pour le dégager. Il souffre d’une fracture du péroné et de brûlures au deuxième degré.
    (Voir l'article complet dans La Meuse)

  • Des panneaux que personne ne connaît ...

    B9723677529Z.1_20200608221711_000+GC5G4OBQV.1-0.jpg

    Des millions d’euros pour des panneaux «inutiles» sur les autoroutes wallonnes

    L’Institut Vias reçoit de nombreuses questions à propos de panneaux jaunes frappés d’une lettre de l’alphabet. Les usagers de la route se demandent à quoi ils servent exactement.
    Vous l’avez peut-être aperçu à une sortie d’autoroute ou à un carrefour ? Un panneau jaune frappé d’une grande lettre de l’alphabet en noir indiquant une direction. Non, il ne s’agit pas d’une signalisation s’adressant à des véhicules militaires ou spécifiques aux camions. « Beaucoup de gens nous contactent à propos de ce panneau. Ils se demandent à quoi il sert », explique Benoît Godart, porte-parole de l’Institut Vias. Ce panneau qui ne figure pas dans le code de la route dépend en fait de la Région wallonne.
    « Jusqu’à présent, ces panneaux ont été installés essentiellement dans les provinces de Namur et de Luxembourg », indique Christophe Blerot, porte-parole du Service public de Wallonie, Mobilité Infrastructure.

    « Un usage exceptionnel »
    « Ils sont placés à chaque sortie, sur les autoroutes et sur les principales nationales. Ils balisent une déviation qui permet de rejoindre l’autoroute à la bretelle suivante si elle doit être fermée exceptionnellement au trafic », poursuit notre interlocuteur.
    Cela peut être, par exemple, un camion dont le chargement s’est renversé sur la chaussée, un accident impliquant une caravane ou avec un nombre important de victimes. Dans ce dernier cas, l’autoroute est fermée pour faciliter l’arrivée et le travail des secours. « Il est aussi arrivé d’utiliser le système à l’occasion de travaux dans l’échangeur de Daussoulx (E411-E42), mais cela ne concerne pas les chantiers habituels. Son usage demeure exceptionnel et lié à une situation de crise », souligne le porte-parole du SPW.
    Chaque itinéraire de déviation est élaboré en concertation avec la police et doit être validé par le gouverneur car l’on détourne l’important trafic routier vers des routes locales.
    « Chaque carrefour de chaque itinéraire est équipé. Cela représente des milliers de panneaux et un coût de plusieurs millions d‘euros par direction territoriale », chiffre Christophe Blerot du SPW. Le placement est financé par les dépenses courantes liées aux routes mais pas par une enveloppe spéciale. « On n’en fait pas une priorité car cela ne sauve pas des vies. Nous y allons progressivement. L’objectif est toutefois d’équiper à terme les autres provinces de la même manière », ajoute notre interlocuteur.

    À l’heure de Waze
    « Si ce balisage est appelé à se développer et que son utilité est avérée, nous allons de notre côté informer les gens », réagit Benoît Godart de l’Institut Vias. Pour le SPW, les campagnes d’information à ce sujet ne sont pas la priorité. Mieux vaut prévenir les usagers lorsque le cas se présente effectivement.
    Face à ce panneau que personne ne connaît, des conducteurs demeurent sceptiques quant à l’utilité d’un tel investissement à l’heure de la généralisation des GPS et des aides à la navigation telles que Waze.
    Yannick Hallet  La Meuse

  • Le 1722 activé, attention au risque d'averses orageuses violentes !

    Le 1722 a été activé ce vendredi par le Service Public Fédéral Intérieur.
    En effet, l’Institut royal météorologique (IRM), annonce un risque de fortes averses orageuses qui pourraient être accompagnées de pluies abondantes, de grêle ou de fortes rafales.
    Attention donc cette nuit et demain.

    Pour rappel, qui faut-il appeler en cas de problème ?

    101630578_149618703296416_8451345064034041856_n.png

     

     

  • Tinlot, Nandrin, attention aux faux agents de l'IDEN

    Capture d’écran 2020-06-10 à 21.55.15.png

    Le scénario n'est pas neuf et refait surface régulièrement, comme pour le moment : des individus se faisant passer pour des employés d'un service public se présentent à votre domicile, avec pour but de dérober des objets de valeur. Il n'y a pas lieu de paniquer, mais un citoyen avertit en vaut deux!
    Dans le doute, vérifiez l'identité de la personne en contactant immédiatement le bureau de l'IDEN (Intercommunale de Distribution d'Eau de Nandrin, Tinlot et environ) en appelant le 04 247 20 24.
    Le cas échéant, exigez de voir sa carte de service et le véhicule de la société pour laquelle l’agent prétend être habilité. Même s'il le demande, ne donnez jamais d’argent à votre visiteur: un agent de la compagnie d’eau, ou d’électricité ne réclame jamais de liquide (même pas pour son déplacement ou une facture en souffrance).
    Nandrin

     

  • Violences familiales. Une alerte via le pharmacien

    Avec le confinement, le nombre d’appels dans les services spécialisés, concernant des violences familiales a très fortement augmenté. Ce qui a interpellé les parlementaires, au premier rang desquels la députée fédérale PS Laurence Zanchetta. « Des personnes se sont retrouvées enfermées avec un conjoint violent », constate Mme Zanchetta. « Avec parfois aussi des répercussions sur les enfants. (...) Le nombre d’appels à « Écoute violences conjugales » a doublé depuis le 30 mars 2020 ».

    Capture d’écran 2020-06-07 à 13.52.53.png

    Problème pour ces victimes (des femmes dans la grande majorité des cas) : aller à la police déposer plainte ou même, simplement, chercher de l’aide, voire un accueil d’urgence. D’où l’idée développée par Laurence Zanchetta : « En Espagne et en France, on a donné la possibilité aux victimes d’utiliser les pharmacies comme relais. Ces personnes ont plus facilement accès à leur pharmacie. Des femmes m’ont appelée pour me raconter que les policiers ne veulent pas toujours réceptionner les plaintes. Ou que ces plaintes sont minimisées. D’où cette idée : je suis victime de violences, je vais chez mon pharmacien qui peut me donner des téléphones ou des adresses pour trouver de l’aide. Voire appeler la police. L’idée, c’est bien ça : de faire de la pharmacie un relais. Parce que le pharmacien est une personne de confiance. »

    PLAN NATIONAL
    « C’est vrai que ce n’est pas la panacée », admet Mme Zanchetta, « qu’il faut un plan national plus large contre les violences. Il y a déjà des initiatives qui sont prises au niveau régional, notamment en Wallonie, mais ici, nous nous adressons au fédéral. »

    L’appel au fédéral s’est donc traduit dans une résolution. Voici ce qu’elle demande : « En étroite concertation avec les représentants des pharmaciens, des services de police et des services d’aide spécialisés, mettre en place un dispositif d’appui aux victimes de violences intrafamiliales qui leur permettent de dénoncer les violences dont elles sont victimes en se rendant dans une officine pharmaceutique. » Comme nous le précise la députée PS, l’APB (Association pharmaceutique belge) « n’est pas contre, sous réserve que les pharmaciens soient aussi informés ».

    La résolution a été votée en commission de la santé de la Chambre. Elle devrait être votée incessamment en séance plénière. 

    BENOÎT JACQUEMART  La Meuse et 7Dimanche

  • Incendie au château de Vervoz à Clavier: la compagne du baron est décédée

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, les pompiers de la zone Hemeco ont été appelés, vers 2h45, pour un incendie au château de Vervoz à Clavier. Une personne est décédée. Il s’agit de la compagne du baron de Tornaco, propriétaire du château. Victor de Tornaco a été pris en charge par les services de secours mais il est actuellement hors de danger.

    Le bourgmestre de Clavier, Philippe Dubois s’est rapidement rendu sur place. « Le baron âgé de 89 ans a pu s’extraire du château, il se trouvait au rez-de-chaussée. Il a entendu l’alarme incendie ». Le major Hervé Fanuel de la zone Hemeco est rapidement intervenu avec ses équipes. « Les policiers sont arrivés en premier sur place. La dame se trouvait au 1er étage à la fenêtre. Les policiers ont exhorté à la dame de se déporter vers la gauche du bâtiment. Et puis elle a malheureusement disparue. Quand nous sommes arrivés, nous avons déployé une équipe pour la localisation de la victime, et on l’a retrouvée décédée, intoxiquée par les fumées. Le baron dont le lit se situe au rez-de-chaussée avait pu sortir mais il a malgré tout inhalé des fumées. Il a essayé de prévenir sa compagne mais il ne savait plus monter », explique le major.
    La compagne du baron, originaire de Wavre n’a pas eu cette chance. Âgée d’environ 85 ans, elle dormait à l’étage, quand le feu s’est déclenché. « Le feu aurait pris dans un feu de bois. Il y a énormément de boiseries à l’intérieur. Le feu se propage rapidement », explique le bourgmestre. Les dégâts à l’intérieur de cette magnifique propriété sont importants mais ne sont pas spectaculaires.
    Très touché par ce drame, le bourgmestre apporte tout son soutien aux familles endeuillées. « J’ai grandi à proximité du château. J’étais sur place quand les proches sont arrivés pendant la nuit. C’est vraiment

    Le baron de Tornaco est arrivé dans le château, datant du 18ème siècle, au lendemain de la deuxième guerre mondiale. « C’est une famille bien connue dans la région. Le frère du baron habite également dans la commune. Le château n’est pas classé mais le hameau de Vervoz fait partie d’un patrimoine exceptionnel », ajoute Philippe Dubois.

     

    Zone HEMECO

    Le gros de l’intervention s’est terminé ce vendredi matin à 8h. Quelques sapeurs hamoiriens sont restés sur place pour éviter une éventuelle reprise du feu. Le bourgmestre tient d’ailleurs à féliciter les hommes du feu de la zone Hemeco, ceux de Huy et de Hamoir ainsi que les pompiers de Marche venus en renfort. « Les pompiers ont fait du très bon travail pour empêcher que le feu ne monte dans la toiture ». Philippe Dubois tient aussi à souligner le travail de l’assistant social de la police du Condroz ainsi que la police. « Il y a tout un accompagnement qui s’est organisé. Ils ont pris en charge les familles pour, malheureusement, leur annoncer la très mauvaise nouvelle ».
    À ce stade, la piste accidentelle est privilégiée. ...lire la suite dans l'édition en ligne de La Meuse H-W

  • Sécheresse en Wallonie, usage raisonné de l'eau, feux, ... attention!

    Capture d’écran 2020-06-03 à 16.15.00.png

    Situation de sécheresse en Wallonie.
    Hervé Jamar, Gouverneur de la province de Liège

    Le Centre Régional de Crise de Wallonie a procédé fin mai à un nouvel état de la situation de sécheresse en Wallonie. Il en ressort que les très faibles précipitations de ces dernières semaines ont déjà des effets concrets, en particulier sur la végétation, l’agriculture et les eaux de surface, mais que la distribution de l’eau reste assurée normalement.

    Ces dernières semaines, une hausse de la consommation a été enregistrée, notamment en raison du confinement et du beau temps. La distribution publique de l’eau se déroule cependant normalement sur une grande partie du territoire wallon.

    Pour préserver les ressources en eau et garantir un approvisionnement normal au coeur de l’été, il est important que les citoyens fassent dès à présent un usage raisonné de l’eau de distribution.

    Concernant le risque d’incendie, la plus grande vigilance doit rester de mise. La sécheresse actuelle de la végétation favorise en effet les départs de feux de broussailles et de forêt, qui se sont multipliés ces derniers jours. En forêt particulièrement, les règles de prudence sont à respecter : ne pas fumer, ne pas jeter de déchets qui pourraient provoquer un effet de loupe, ne pas allumer de barbecues sauvages ou de feux d’artifice.

  • 112 BE : « L’application qui sauve des vies »

    Une nouvelle campagne de promotion est lancée pour promouvoir l’utilisation de l’app « 112 BE » auprès des personnes qui ne la connaîtraient pas encore.
    L’app existe depuis trois ans et, depuis lors, a déjà été téléchargée plus de 930.000 fois.
     
    app 112BE l'app qui sauve des vies

    La campagne de promotion est donc déclinée en quatre vidéos : la première consacrée à l’assistance de la police, la deuxième à l’intervention des pompiers, la troisième à l’aide médicale urgente et la dernière reprend les trois thèmes dans une version longue. Vous pouvez regarder ces vidéos et les télécharger sur le site internet www.112.be.

    Si vous avez un smartphone, l’app 112.be présente plusieurs avantages par rapport à un simple appel au 112 ou 101 :

    • Vous ne devez plus mémoriser les numéros d’urgence et vous ne risquez donc plus de les oublier si vous êtes paniqué.
    • Grâce à cette app, les services de secours peuvent vous retrouver plus facilement. En effet, l’app transmet votre position à la centrale d’urgence avec laquelle vous êtes en communication, et l’actualise toutes les 30 secondes.
    • La centrale d’urgence peut éventuellement activer la fonctionnalité chat si l’opérateur n’arrive pas à vous comprendre.  
    • Si vous les avez enregistrées au préalable, dès l’instant où il prend votre appel, l’opérateur dispose de certaines informations médicales sans que vous deviez les lui donner, comme un problème cardiaque, des allergies (aux médicaments), l'épilepsie, le diabète, … et il peut ainsi les transmettre plus rapidement aux services de secours.

    Appeler avec l’app 112 BE est entièrement gratuit, tout comme avec les numéros d’urgence, et ne fonctionne qu’en Belgique. 
    En savoir plus

  • L’incendie qui a coûté la vie au père Noël de Scry est accidentel

    C’était un accident. On en sait désormais un peu plus sur l’origine de l’incendie qui, dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 mai, a coûté la vie à Joël Landerwyn, 61 ans, le père Noël de Scry.
    Le sexagénaire, apprécié de tous et très impliqué dans la vie associative à Scry (Tinlot), avait été piégé à l’étage de sa villa quatre façades, installée avenue des Frênes, à Neuville-en-Condroz (Neupré). L’homme, coincé au premier étage, avait été incapable de s’extraire du brasier qui s’était déclaré au rez-de-chaussée de l’habitation.

    Capture d’écran 2020-05-26 à 15.17.27.png

    Durant plusieurs minutes, alors que les flammes gagnaient la maison à grande vitesse, Joël avait parlé avec ses voisins directs pour leur expliquer qu’il était coincé chez lui et que la cage d’escalier était déjà infranchissable. Ces derniers tentaient, comme ils le pouvaient, de rassurer le sexagénaire en expliquant que les pompiers étaient prévenus et qu’ils seraient bientôt sur place. Mais voilà, Joël, un homme de lettre, aimait conserver, quasiment compulsivement, toute la littérature qu’il dévorait. Cet excès de livres, magazines et autres objets a probablement contribué à alimenter l’incendie et a précipité sa perte.

    Capture d’écran 2020-05-26 à 15.15.20.png

    Ces mots échangés avec les voisins permettent d’écarter l’hypothèse d’un geste désespéré. Une seule question est sur toutes les lèvres : comment l’incendie s’est-il déclaré ? Et là, c’est toujours la bouteille à encre.
    Dans les heures qui suivaient l’incendie, le parquet de Liège désignait un expert pour se rendre sur les lieux. Très vite cependant, le professionnel avait remis un rapport oral signalant qu’il ne pouvait pas déterminer l’origine de l’incendie et qu’il retournerait sur place le lendemain (le dimanche) avec un chien capable de détecter la présence d’un produit accélérant et/ou de plusieurs foyers. Là non plus, le chien et l’expert n’ont rien flairé de suspect. Ce qui, a priori, écarte l’hypothèse d’un acte intentionnel commis par un tiers.
    Il reste alors l’accident bête et brutal qui aurait pu être provoqué, par exemple, par un court-circuit électrique ou par un chauffage d’appoint défectueux.
    Cette question demeure importante pour la famille et les proches de Joël Landerwyn. Ils vont probablement être questionnés ou parfois réinterrogés afin de mieux cerner les habitudes de vie du défunt et de peut-être y puiser des pistes sur l’élément déclencheur de ce dramatique incendie. Il faut aussi garder à l’esprit que, parfois, les réponses ne viennent jamais.

    Article d'A. Bisschop dans la Meuse

     
  • Tinlot. Feu de cheminée samedi soir à Scry

    0ef39af4-1ad4-4918-befb-d7e1b08d8b04.jpg

    Samedi soir, vers 22h20,  un feu de cheminée s'est déclaré rue Arbre de la Liberté à Scry. Les pompiers de la Zone Hemeco sont arrivés sur place en 10 minutes.
    Pas de dégâts majeurs à signaler si ce n'est la cheminée à réparer et une odeur de suie dans l'habitation.
    Les pompiers ont vérifié si la charpente du toit ne se consumait pas. Heureusement, ce n'était pas le cas.
    Les câbles électriques ont compliqué le déploiement de l'échelle et l'intervention s'est terminée vers 23h15.

    La police et la Bourgmestre se sont également rendus sur les lieux du sinistre.

    165d57c5-8c31-46a7-b145-a6b78c366e2a.jpg
    Photos C.G.

  • Tinlot, reprise du marché aujourd'hui. Rappel des consignes à respecter

    96947132_143241987267421_2717445414704906240_o.jpg

    Suite aux dernières décisions du Conseil National de Sécurité, nous avons le plaisir de vous informer de la reprise du marché hebdomadaire à partir de ce mardi 19 mai.

    Cependant, plusieurs conditions doivent être respectées :

    Pour les marchands ambulants :

    - Obligation du port du masque ; mise à disposition de gel hydroalcoolique pour les visiteurs et paiement électronique à favoriser ;
    - Interdiction de laisser toucher la marchandise par les visiteurs ;
    - Disposition des échoppes suffisamment éloignées les unes des autres.

    Pour les visiteurs :

    - Entrée et sortie du marché selon les directives affichées
    - Interdiction de toucher la marchandise
    - Port du masque FORTEMENT recommandé
    - Distanciation physique à respecter

  • Joël, le père Noël de Scry, est décédé dans un incendie à Neupré

    Capture d’écran 2020-05-17 à 13.25.32.png

    Comité de quartier de Scry
    Joël Landerwyn vivait seul au nº 4 de l’avenue des Frênes à Neuville-en-Condroz. Il occupait la maison familiale dans laquelle il avait grandi en compagnie de sa fratrie. Sa famille, sa compagne, Suzanne, et ses proches, issus du folklore ou des différentes associations culturelles, sont inconsolables.

    Capture d’écran 2020-05-17 à 13.25.57.pngJoël Landerwyn était bien connu à Tinlot, Nandrin et Anthisnes. Depuis plusieurs années, le sexagénaire avait en effet rejoint l’Espoir Scrytois, le comité de quartier de Scry (Tinlot), par l’intermédiaire de sa compagne Suzanne. Il y apportait son aide pour monter un chapiteau, servir à la buvette…

    « C’était un bon copain, bien gentil et dévoué », confirme Guy Winters, président de l’Espoir Scrytois. Il était aussi le représentant attitré du père Noël dans le village de Scry. « Chaque année, en juillet, il cessait de se raser pour que sa barbichette blanche se transforme en barbe fournie, en prévision du marché de Noël du village », se souvient Guy Winters. « Cela lui tenait fort à cœur. Suzanne jouait, elle, le rôle de la mère Noël. »

    Le Neupréen était par ailleurs bénévole au sein de Neupré-Nandrin-Condroz Action Laïque (NAL). « Il n’était pas membre en tant que tel mais il a participé, entre 2012 et 2016, aux fêtes de la jeunesse laïque (NDLR : un rituel symbolique qui marque le passage de l’adolescence à l’âge adulte) où il était l’un des speakers. Il nous donnait régulièrement un coup de main. C’était un homme joyeux, sympathique, avec lequel on pouvait discuter », rapporte Marcel Eloy, l’ancien président de l’Action laïque.
    Joël Landerwine participait enfin à l’organisation de la marche Adeps d’Anthisnes, depuis de longues années.
    La Meuse H-W