condroz

  • Rallye du Condroz: une spéciale « Test » payante. Ramelot le sam. 2/11, Ouffet-Clavier le dim.

    Toute l’équipe s’affaire pour finaliser les derniers préparatifs du grand rendez-vous rallystique de l’année qui clôture le championnat de Belgique des rallyes. Grande nouveauté cette année, le Rallye du Condroz figure parmi l’European Rally Trophy, une compétition qui reprend 36 épreuves dans 21 pays différents.
    Même si le parcours de l’édition 2019 est encore en phase de finalisation, il est acquis qu’il comportera quelques innovations. Les fidèles habitués de la « Cabane » pourront encore bénéficier d’une spéciale show tracée autour de l’endroit devenu incontournable.
    Mais le plus grand changement cette année se situera au niveau des entrées. En effet, la spéciale test du vendredi 1er novembre à Ben-Ahin sera scindée en deux parties puisque les 30 premiers concurrents, après un passage préalable aux vérifications techniques le jeudi soir, pourront affiner leurs réglages le vendredi matin et laisseront ainsi la place aux autres équipages dans l’après-midi.
    Une importante modification sera aussi apportée à cette spéciale test puisqu’elle sera payante à un prix démocratique de 5 euros, mais toutefois incluse si vous vous procurez le pass général au prix de 25 euros comme les années précédentes. A noter que des « Shuttle » véhiculeront gratuitement les spectateurs depuis la place de Gives. Il vous donnera ainsi accès aux spéciales des 3 journées prévues lors de cette 46e édition.
    Il est une nouvelle fois important de conscientiser les amateurs de sport moteur sur leur collaboration aux entrées de chaque spéciale afin de faire perdurer l’épreuve mythique qui sillonne notre arrondissement.

    Timing
    Cette 46e édition proposera aux participants une distance totale sous le chrono de 226,78 kilomètres soit presque 15 de plus que lors de l’édition précédente. Le nombre de spéciales sera quant à lui identique à l’année dernière, avec à nouveau 20 tronçons chronométrés. Ils seront toutefois répartis différemment puisque les concurrents devront en découdre sur 12 spéciales le samedi et 8 le dimanche.

    La journée du samedi se composera comme suit pour la première boucle : Wanzoul (8,78km), Héron (11,32km), Bodegnée-Amay (8,80km). Les concurrents reviendront ensuite à l’assistance au cœur de la cité mosane avant de repartir pour trois spéciales avec : Ben–Ahin (5,52km), Perwez-Marchin (21,99km) et Ramelot (7,89km) et ce, à parcourir à deux reprises.
    La journée du dimanche sera quant à elle plus courte avec : Wanze (10,40km), Villers–le–Bouillet (12,65km) avant un retour à l’assistance. Les participants migreront ensuite vers le Condroz avec Strée (12,23km) et la nouvelle de cette 46e édition, Ouffet-Clavier (13,81km) qui sera en alternance avec Engis lors des prochaines éditions. Ces 4 tronçons chronométrés seront à parcourir à deux reprises avant le podium final qui se tiendra aux alentours de 17h.
    Il est cependant trop tôt pour parler des engagés, mais outre les locaux et les différents protagonistes actuels du championnat, nul doute que le Royal Motor Club de Huy est à pied d’œuvre pour, à nouveau, proposer un plateau 5 étoiles.
    Gilles DANDUMONT. La Meuse H-W

  • Parents, futurs parents dans le Condroz: suite des soirées d'info. 17 avril à Tinlot

    Capture d’écran 2013-04-15 à 13.13.49.jpeg
    17 avril à Tinlot. 20h à la "Grande Récré". Accueil extrascolaire à
    Soheit-tinlot (A côté de l'église)

  • Début de l'information aux communes sur le nouveau cadre éolien dès la semaine prochaine

    Capture d’écran 2013-04-12 à 14.26.19.jpeg

    La fédération des comités de défense du vrai Condroz a décidé d’agir contre les projets éoliens qui se multiplient dans la région.
    Des riverains inquiets de voir leurs paysages condruziens se dégrader avec l’implantation d’éoliennes ont décidé de s’unir et d’envoyer une lettre aux bourgmestres des sept communes du GAL Pays des Condruzes, afin qu’ils s’unissent pour lutter contre les entreprises qui développent ces installations.

    Dans le cadre du développement de la production d’énergie renouvelable en Wallonie, le Gouvernement Wallon a lancé une campagne de consultation auprès des communes. Une cartographie des différents endroits où des éoliennes pourraient être implantées a été proposée aux autorités communales pour que chacune donne son avis. Les réponses doivent être rentrées pour le 30 avril prochain. Mais certains s’opposent farouchement à cette vision des possibilités en Wallonie. Selon eux, la carte ne tiendrait pas compte des spécificités des régions.

    Capture d’écran 2013-04-12 à 14.43.02.jpeg
    Montage représentant la vue qu’on aurait du Coq aux Champs si le projet était mis en place. (DR)

    Stephan van der Stegen est le porte-parole de la fédération des comités de défense du vrai Condroz. Depuis des années, il lutte contre les projets éoliens qui fleurissent, de plus en plus nombreux dans cette région rurale qu’il aime tant. Et cet ingénieur civil a mis toutes les chances de son côté pour appuyer ses arguments, en montant un dossier solide, basé sur une analyse critique du projet. « Je ne suis que le porte-parole d’un ensemble de citoyens, habitants du Condroz qui souhaite faire valoir ses droits. Notre région est particulière et très agréable, surtout de part son côté rural et ses paysages. Des éoliennes dans un endroit comme celui-là, ce serait vraiment dommage. Ce que nous souhaitons, c’est éviter la destruction de ce patrimoine paysager ». Le souci pour Stephan et ses voisins,c’est que le Gouvernement Wallon ne semble pas particulièrement préoccupé par leur cas :« Le Ministre Henry souhaite faire passer l’énergie éolienne en Wallonie à 4500 MW. Il y a donc eu une carte créée pour définir quelles zones pourraient accueillir de telles installations. Mais nous ne sommes pas d’accord avec ce que cette cartographie montre ». Si les riverains se mobilisent en masse, c’est que les projets proposés par des entreprises diverses se multiplient.
     
    Capture d’écran 2013-04-12 à 14.42.46.jpegJUSQU’À 65 ÉOLIENNES À TINLOT, DANS LE PIRE DES SCÉNARIOS
    « À Tinlot par exemple, il y a actuellement deux demandes.  Si cela se concrétise, la commune sera encerclée par les éoliennes.  Les paysages seront complètement dénaturés. Et bien évidemment, les plans donnés par la Région Wallonne ne tiennent pas compte des monuments, des endroits classés. Je peux facilement citer cinq endroits classés qui seront exposés aux nuisances des éoliennes prévues. Mais ça n’a pas l’air d’entrer en ligne de compte ».
    Comme beaucoup d’autres, Stephan van der Stegen est concerné au premier plan par ces changements dans son paysage. «Il y a quelques années, j’ai acheté une ferme à Tinlot. Il faut tout y rénover. Mais j’ai fait arrêter les travaux depuis le début de ces projets. Un bureau d’études m’a confirmé que si des éoliennes étaient implantées près de chez moi, ma maison perdrait 40 % de sa valeur.  Je ne crois pas que le Gouvernement Wallon ait prévu de m’indemniser pour la perte financière ». (photo DR: Les zones vertes représentent les endroits où on pourrait implanter des éoliennes dans le Condroz).
    Ce que les représentants des différents comités anti-éoliens attendent aujourd’hui, c’est une réaction des politiques : «Nous avons déposé une lettre à chaque bourgmestre des communes concernées afin de leur demander de s’unir, pour lutter contre ces projets. Nous pensons que s’ils parlent tous d’une même voix, ils auront un impact plus grand pour se faire entendre du gouvernement.

    En majorité, les communes du Condroz sont opposées aux permis demandés, mais ils doivent interpeller les députés de leurs groupes politiques respectifs pour conscientiser tout le monde à notre problème. C’est essentiel . C’est pour cette raison que nous les enjoignons à rendre un avis défavorable à cette cartographie éolienne, selon nous, inacceptable.Nous ne connaissons même pas les éléments objectifs sur lesquels elle a été dessinée.
    Article de Noëmie Boutefroy dans le journal La Meuse H-W du 11 avril 2013

    Quelques réactions:

    Capture d’écran 2013-04-12 à 15.30.55.jpeg

    Lire la suite

  • Le programme paysage du G.A.L. (Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet, Tinlot).

    NEIGE A FRAITURE 004.JPGOù en est le Programme paysage ?

    Le GAL Pays des Condruses réalise depuis plus d’un an, avec l’aide du bureau d’études Survey, une étude des paysages au sein des sept communes qui le composent (Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet, Tinlot). Actuellement, le diagnostic (première phase) a été finalisé.

    La seconde phase, le Programme paysage à proprement parler, fournira aux communes les enjeux en matière de paysage mais aussi des propositions d’actions, de gestion et d’aménagement d’un point de vue paysager.
    Découvrez ci-dessous quelques facettes du diagnostic.
    Notre territoire reste très largement rural et agricole. Les zones forestières et agricoles, en ce compris les cultures et les prairies, occupent plus de 85% du territoire. Les terrains résidentiels occupent moins de 5% et les zones d’activités économiques 1,5%. Le paysage est organisé en fonction du relief et structuré par les lignes de crêtes, le réseau hydrographique, les éléments boisés, les éléments bâtis tels que les fermes, les églises, les villages mais aussi les grandes infrastructures techniques comme les lignes à haute tension, les carrières, …
    L’Atlas des paysages du Plateau Condrusien, édité par la CPDT, a défini 10 aires paysagères* distinctes pour nos 7 communes ce qui montre la diversité des paysages.

    Lire la suite

  • La cigogne noire de retour dans le Condroz et à Tinlot

    cigogne.jpg

    Le retour de la Cigogne noire dans le condroz et particulièrement à Scry, Soheit, Fraiture, mais aussi à Nandrin, Modave, Anthisnes...
    Ce sont des relevés d'observations récentes qui le confirme. (Transmis par JS)
    Vous pouvez consulter directement la carte des relevés en cliquant ici

     


    Capture d’écran 2012-06-19 à 12.14.03.jpegcigogne noire,condroz

     

    Lire la suite